Navigation – Plan du site

Philippe Frémeaux, La nouvelle alternative ? Enquête sur l'économie sociale et solidaire

Matthieu Hély
La nouvelle alternative ?
Philippe Frémeaux, La nouvelle alternative ? Enquête sur l'économie sociale et solidaire, Paris, Les Petits Matins, 2011, 157 p., ISBN : 9782915879940.
Haut de page

Texte intégral

1D’un point de vue politique, la thématique de l’économie sociale et solidaire (ESS) a toujours suscité un étonnant consensus. L’actualité récente l’a encore récemment confirmé. Jean Sarkozy, conseiller général des Hauts de seine responsable de l’ESS et de l’insertion par l’activité économique et récemment nommé président du Conseil Départemental de l’ESS des Hauts de Seine, écrit ainsi sur son blog le 17 janvier 2011 :

 « (....) Même si l’économie sociale existe depuis le 19ème siècle, elle incarne aujourd’hui les aspirations de beaucoup de nos concitoyens : un meilleur équilibre entre capital et travail. Ce que le général de Gaulle avait imaginé en défendant le principe de "participation" (dont l’économie traditionnelle s’est timidement emparée) (...) ». « (...) Il est grand temps que les Hauts-de-Seine renouent avec ce qui a fait sa renommée : une politique économique à visage humain.»1

2Au delà de l’anecdote, la création de ce Conseil Départemental témoigne d’une tentative, plutôt habile, de réappropriation par la droite d’une catégorie historiquement portée par la gauche (rappelons notamment l’éphémère secrétariat d’Etat à l’économie solidaire du gouvernement de Lionel Jospin). Il faut ajouter en effet que la création de cette instance fait suite à la refondation du Conseil Supérieur de l’Economie Sociale et Solidaire par le gouvernement le 20 octobre 20102. Incarnant les valeurs républicaines dont la loi de 1901 est emblématique, les pratiques des organisations de l’économie sociale et solidaire (et du monde associatif) se révèlent aussi souvent en affinité (non sans résistances et nuances selon les secteurs et les groupements bien évidemment), avec les nouvelles formes d’intervention de l’Etat néolibéral légitimées par la référence au New Public Management3.

3Du soutien à une forme régulée de capitalisme, l’ESS peut également être invoquée comme composante de l’Etat social par des organisations politiques de gauche. C’est le cas notamment de Pierre Mascomère (co-responsable de la commission economie sociale et solidaire), Christophe Ramaux (co-responsable de la commission economie) dans leur « Lettre ouverte aux acteurs de l'Economie sociale et solidaire » publiée sur le site du Parti de Gauche4 où ils écrivent notamment : « parce que sa spécificité existe, nous pensons que l'économie sociale doit pouvoir bénéficier d'un statut propre (…) ».

4Enfin, du côté du Parti Socialiste, François Hollande plaide pour la reconnaissance des organisations patronales représentatives des entreprises de l’économie sociale dans le cadre d’une tribune sur la démocratie sociale : « Dans cette perspective, je suggère qu'après le vote des lois confortant la place des syndicats dans le secteur privé et public, soit aussi abordée la représentativité patronale, et notamment celle de l'économie sociale et solidaire qui salarie plusieurs millions de personnes en France. »5

  • 6  Rappelons ainsi La nouvelle économie sociale. Efficacité. Solidarité. Démocratie publié à la décou (...)
  • 7  Voir Gueslin, A. (1992). L'invention de l 'économie sociale. Paris, Economica.
  • 8  Voir « Economie sociale et solidaire : quand les sciences sociales enchantent le travail », Matthi (...)
  • 9  Où aucun représentant du peuple grec, étranglé par les attaques spéculatives sur le financement de (...)
  • 10  p.30.
  • 11  p.91.
  • 12  p.67.
  • 13  Assistance publique-Hôpitaux de Paris.
  • 14  p.113.

5A toutes les campagnes présidentielles depuis au moins 2002, l’économie sociale et solidaire est ainsi régulièrement présentée comme « l’éternelle alternative »6. Deux siècles d’utopies sociales et solidaires ont conféré à cet ensemble hétérogène de pratiques regroupées, tant que bien que mal par un ensemble de doctrines qu’il serait trop long de présenter ici7, sous la même bannière, un statut de remède aux maux engendrés par la violence du capitalisme. Ceci n’est pas le moindre des paradoxes pour un espace dont la genèse est consubstantielle au développement de la société industrielle et salariale8. L’ouvrage de Philippe Frémeaux a donc le mérite de questionner le bien fondé des vertus de l’ESS en soulignant les paradoxes, voire les contradictions des organisations mutualistes, coopératives et associatives. Si Philippe Frémeaux peut être considéré comme un acteur de l’ESS, il est en effet président de la coopérative qui édite le mensuel Alternatives Economiques et en a longtemps été le rédacteur en chef, son livre tranche ainsi avec le ronronnement des plaidoyers en faveur de « l’économie autrement » qui assènent systématiquement les mêmes poncifs. A défaut d’une véritable « enquête », invoquée par le sous titre, l’ouvrage repose sur plusieurs anecdotes significatives que l’auteur mobilise en faisant preuve d’un sens critique qu’il convient de saluer. Le ton du livre est donc celui des lendemains de fête. Une fois l’hystérie des « Etats généraux de l’ESS »9 passée et les cotillons solidaires bien rangés, vient en effet le temps de la gueule de bois. Philippe Frémeaux rappelle fort opportunément que si les organisations de l’économie sociale et solidaire, ont certes des pratiques spécifiques qui les différencient du secteur marchand, elles n’ont pas pour autant le monopole de la vertu citoyenne. La disqualification symbolique des banques coopératives (Crédit Agricole, Banques populaires et Caisses d’épargne, Crédit Mutuel, etc.) lors de la crise financière de 2008 devraient pour l’auteur les inciter à faire profil bas et à ne pas trop se poser en donneur de leçons. Philippe Frémeaux rappelle ainsi : « (…) certains établissements ont donc pu s’engager dans les pires dérives de la finance libéralisée et, loin d’être des victimes de la crise financière, en ont été les acteurs majeurs »10. Et plus loin : « Une chose est sûre : dans l’affaire Natixis, la gouvernance coopérative n’a pas apporté une résistance plus forte que son homologue capitaliste face aux tentations offertes par la dérégulation de la finance »11. En ce qui concerne la gouvernance des coopératives, Philippe Frémeaux observe que la constitution des listes électorales pour la désignation des associés relève très souvent de la cooptation, loin de l’idéal de la transparence et : « on choisit des gens “sûrs”, issus de la communauté fondatrice. Une logique qui a longtemps joué – et joue toujours – contre les femmes » note t-il12. Sur les mutuelles de santé ou d’assurance, l’auteur évoque son passage, suite à un problème orthopédique, dans un établissement hospitalier à but non lucratif et cite son dialogue avec l’infirmière chargée des soins : « est ce différent de travailler dans une structure privé à but non lucratif ? », la réponse de cette dernière ne s’est pas faite attendre : « La différence, c’est qu’on gagne 150 euros de moins qu’à l’AP-HP !13 »14. Concernant le monde associatif, l’expérience pratique de Philippe Frémeaux semble plus limitée, ce qui ne l’empêche pas de livrer des critiques pertinences sur leurs pratiques démocratiques. Néanmoins, on aurait aimé de l’auteur, journaliste économique rappelons le, un développement plus important sur le travail et l’emploi dans ce secteur qui représente tout de même les ¾ des effectifs salariés de l’économie sociale.

  • 15  p.23-24.
  • 16  Il faudrait d’ailleurs discuter sérieusement et longuement cet antagonisme supposé entre Etat et m (...)
  • 17  Voir en particulier Jean Louis Laville, Agir à gauche : l'économie sociale et solidaire, Desclée d (...)
  • 18  Comme l’avait notamment proclammé Charles Gide, économiste, titulaire de la chaire “enseignement e (...)
  • 19  Voir en particulier l’article de Blandine Flipo, « Les salariés des associations se syndiquent dan (...)
  • 20  http://syndicat-asso.fr/

6On aurait aimé également un questionnement, voire une remise en cause, de la réification de « l’Etat » et du « marché », qui ne sont certainement pas deux blocs antagonistes mais traversés par de profondes relations d’interdépendance. Relations d’interdépendance dont l’auteur semble avoir pleinement conscience, mais qui disparaissent parfois derrière la vertu de l’ESS à « démocratiser l’économie » et que cette dernière semble être la seule à exercer : « l’ESS est un élément majeur du processus continu de réforme et de régulation à l’œuvre dans notre société. Situées entre le privé et le public, parfois totalement insérées dans le marché tout en portant des valeurs de coopération et de solidarité, parfois étroitement liées à l’Etat ou aux collectivités territoriales qui financent les missions de service public qu’elles assurent, ses organisations contribuent à civiliser l’économiser et à la démocratiser, ne serait qu’en introduisant du pluralisme dans les formes d’organisation productive »15. Etrange progéniture fruit du mariage de la carpe et du lapin, conciliant l’eau et le feu, les organisations de l’ESS échapperaient, par nature, aux critiques puisque leur statut hybride leur permettrait, nous dit Philippe Frémeaux, de ne pas choisir leur camp entre le capitalisme sauvage et l’étatisme bureaucratique16. Or, on peut aussi penser que la justification idéologique de l’économie sociale et solidaire tient surtout à une série d’artifices performatifs : S’il est indéniable que les entreprises de l’économie sociale incarnent des formes d’organisations productives alternatives à celles fondées sur les eaux glacées du calcul et l’accumulation du capital et qu’elles mettent la participation démocratique au centre de leur mode de gouvernance (dont la fameuse devise « un homme, une voix » est emblématique), peut-on pour autant en conclure qu’elles « démocratisent » l’économie ? Considérée du point de vue prosaïque du travail et de l’emploi, la signification de cette formule de l’économie sociale et solidaire, érigée en « concept » par ce qu’il faut bien appeler des « intellectuels organiques »17, reste bien mystérieuse : ce n’est en effet pas le moindre des paradoxes de cette supposée « autre économie » de s’être assignée, il y a plus de deux siècles, l’objectif utopique d’abolir le salariat18. Elle qui en regroupe aujourd’hui plus de deux millions ! Ces deux millions de salariés ont-ils conscience de ne pas être des travailleurs « comme les autres » parce qu’ils s’inscrivent dans des relations salariales « démocratiques » ? Sur ce point, l’ouvrage de Philippe Frémeaux développe dans les chapitres 6 et 7 des éléments tout à fait éclairants sur la situation des travailleurs des coopératives et des mutuelles (la partie sur le monde associatif est plus brève, mais mériterait à elle seule un ouvrage entier). Pour s’en convaincre, il faudrait leur poser la question. Par exemple, aux employés de l’association Emmaüs qui ont dénoncé la violence de leurs conditions de travail dans un mouvement de grève, inédit pour cette association, en mars 201019 ou encore aux jeunes fondateurs du syndicat des travailleurs du monde associatif opportunément dénommé « ASSO »20.

  • 21  p.141.
  • 22  Débat qui fait suite du rapport parlementaire publié en 2008 par le député Jean Pierre Vercamer qu (...)
  • 23  P.140.

7Si le ton de l’ouvrage de Philippe Frémeaux est lucide et évite les emphases superflues, il se conclut néanmoins sur un plaidoyer pour une rénovation des pratiques de l’ESS. L’auteur évoque notamment la nécessité d’un « management plus participatif » pour éviter le spectre de la « banalisation » du secteur. On aimerait cependant être certain qu’il ne s’agit pas là d’un énième incantation pour retrouver des spécificités dont on se demande, au fil de la lecture de l’ouvrage, si les organisations en question les ont déjà fait valoir par le passé et si la revendication d’une « autre économie » ne relèverait pas finalement d’une rhétorique performative d’autojustification. Enfin, après toutes les nuances et les critiques de l’auteur, le lecteur est un peu surpris de lire que « l’extension de l’économie sociale et solidaire est bien en rupture avec le capitalisme 21. Le débat sur le périmètre à donner à « l’entrepreneuriat social »22 montre clairement que l’économie sociale fait bel et bien davantage figure « d’éternelle alternative » que de mouvement capable de transformer le « cadre normatif imposé à l’ensemble des entreprises quel que soit leur statut »23. Au final, le court essai de Philippe Frémeaux a donc le mérite de susciter la controverse, en évitant le ton auto satisfait d’un bon nombre d’ouvrages sur le sujet, mais il laisse au lecteur le sentiment que décidément dans l’économie sociale : tout doit changer pour que rien ne change.

Haut de page

Notes

1  http://www.jeansarkozy-blog.fr/

2 http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do;jsessionid=18AC598EEF115DC08C76694FD795B845.tpdjo04v_3?cidTexte=JORFTEXT000022932522&categorieLien=id

3  On peut ainsi interpréter la grève des salariés de l’association Emmaüs de mars 2010 et la création du syndicat « Action pour les salariés du secteur associatif » (voir http://www.syndicat-asso.fr/) comme des tentatives de résistance à ces « métamorphoses du monde associatif ». Voir « Des relations professionnelles sans relation ? Le monde associatif en conflits » M.Hély et M.Simonet in L’année sociale 2011, Sophie Béroud et Nathalie Dompnier, Syllepse, à paraître fin 2011.

4  http://www.lepartidegauche.fr/instances-nationales/commissions-thematiques/commission-economique/88-contributions-commission-economique/715-lettre-ouverte-aux-acteurs-de-leconomie-sociale-et-solidaire

5  in Le monde,14 juin 2011, http://www.lemonde.fr/idees/article/2011/06/14/il-faut-avoir-confiance-en-la-democratie-sociale_1535809_3232.html

6  Rappelons ainsi La nouvelle économie sociale. Efficacité. Solidarité. Démocratie publié à la découverte en 2001 et dirigé par Christophe Fourel (Président de l’association des lecteurs du mensuel Alternatives économiques) et préfacé par Lionel Jospin. L’année 2007 a vu paraître L'économie sociale, une alternative planétaire : Mondialiser au profit de tous dirigé par Thierry Jeantet, dirigeant de mutuelles d’assurances et auteur de nombreux ouvrages de promotion du champ de l’ESS ainsi que la mise en ligne sur internet du énième manifeste pour l’économie sociale et solidaire signé notamment par Denis Clerc, le fondateur d’Alternatives économiques et de nombreux responsables syndicaux : http://croisadepourlemploisolidaire.org/PDF/Manifeste.pdf

7  Voir Gueslin, A. (1992). L'invention de l 'économie sociale. Paris, Economica.

8  Voir « Economie sociale et solidaire : quand les sciences sociales enchantent le travail », Matthieu Hély et Pascale Moulévrier, "Aux frontières du travail" coordonné par Igor Martinache pour la revue Idées du CNDP, n°158, 2009, p.30-41. A télécharger : http://matthieu.hely.perso.sfr.fr/spip.php?article84

9  Où aucun représentant du peuple grec, étranglé par les attaques spéculatives sur le financement de leur dette publique et qui plaiderait bien volontiers pour une « démocratisation de la finance », n’avait été invité. Voir http://www.pouruneautreeconomie.fr/

10  p.30.

11  p.91.

12  p.67.

13  Assistance publique-Hôpitaux de Paris.

14  p.113.

15  p.23-24.

16  Il faudrait d’ailleurs discuter sérieusement et longuement cet antagonisme supposé entre Etat et marché dont beaucoup d’historiens (dont Max Weber notamment) ont montré la complémentarité plus que l’opposition. Voir également Fernand Braudel qui écrit dans La dynamique du capitalisme : « Le capitalisme ne triomphe que lorsqu’il s’identifie avec l’Etat, qu’il est l’Etat ».

17  Voir en particulier Jean Louis Laville, Agir à gauche : l'économie sociale et solidaire, Desclée de Brouwer, 2011.

18  Comme l’avait notamment proclammé Charles Gide, économiste, titulaire de la chaire “enseignement et coopération de 1921 à 1930 et fondateur de la revue revue internationale de l'économie sociale (aujourd’hui la RECMA). Voir notamment la présentation de Danièle Demoustier : « L’abolition du salariat en 1905 devient en 1911 la transformation du salariat à travers l’ouvrier entrepreneur et actionnaire, puis en 1920 l’émancipation du salariat pour les travailleurs urbains et ruraux », Les institutions de progrès social, L’Harmattan/Les œuvres de Charles Gide, Paris 2007, p.20.

19  Voir en particulier l’article de Blandine Flipo, « Les salariés des associations se syndiquent dans la douleur » sur le site de Rue 89 : http://eco.rue89.com/2011/01/07/les-salaries-des-associations-se-syndiquent-dans-la-douleur-183955

20  http://syndicat-asso.fr/

Voir également Matthieu Hély et Maud Simonet, « Le monde associatif en conflits. Des relations professionnelles sans relation ? » in L’année sociale 2011, à paraître chez Syllepse et coordonné par Sophie Béroud et Nathalie Dompnier.

21  p.141.

22  Débat qui fait suite du rapport parlementaire publié en 2008 par le député Jean Pierre Vercamer qui préconise d’ouvrir la possibilité aux entreprises marchandes de bénéficier de ce label et des avantages associés.

23  P.140.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Matthieu Hély, « Philippe Frémeaux, La nouvelle alternative ? Enquête sur l'économie sociale et solidaire », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 09 septembre 2011, consulté le 16 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/6276

Haut de page

Rédacteur

Matthieu Hély

Maître de conférences en sociologie à l’Université Paris Ouest-Nanterre et chercheur à l’IDHE (UMR CNRS 8533).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page