Navigation – Plan du site

« Observer les mobilisations », Politix, n°93, 2011

Igor Martinache
Observer les mobilisations
« Observer les mobilisations », Politix, n°93, 2011, De Boeck, ISBN : 9782804165178.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Paris, PUF, 1988 [1895]
  • 2  Paris, PUF, 1978 [1965]
  • 3  Voir notamment Christophe Traïni, Emotions…mobilisations !, Paris, Presses de Sciences-po, 2009 : (...)
  • 4  De manière partielle et partiale, on pourra citer : Lilian Mathieu, Comment lutter ?, Paris, Textu (...)

1La sociologie des mouvements sociaux est sans doute l’un des sous-champs disciplinaires qui s’est le plus développé au cours des dernières décennies. Depuis la Psychologie des foules d’un Gustave Lebon1, ou même de la Logique de l’action collective2de Mancur Olson, un long chemin a été parcouru, battant en brêche au passage de nombreuses oppositions forgées par le sens commun, et souvent normatives. On pense ainsi à la distinction entre « anciens » et « nouveaux mouvements sociaux », entreprise aboutissant à dévaloriser les conflits du travail au profit de causes plus « expressives », comme l’a reconnu sur le tard l’un de ses artisans, Alberto Mellucci, et celle, corollaire, entre revendications matérielles et expressives, mais aussi à l’opposition entre facteurs rationnels et émotionnels3.Un panorama complet des travaux renouvelant l’analyse serait trop fastidieux à établir, et les bons manuels spécialisés – dont l’existence est en soi un indicateur- ne manquent pas en la matière4. Mais comme tout succès, celui-ci a une rançon qui se traduit ici par une double routinisation, à la fois des concepts et des méthodes. Autrement dit, nombre de recherches se conteteraient de se glisser dans les chaussons des autres, plaquant une démarche ou un cadre analytique développé par d’autres à un nouvel objet. Tel est le constat dont partent les coordinateurs de ce numéro de Politix, qui invitent à décloisonner l’étude des mobilisations tout en y libérant la réflexion et l’imagination pour éviter que ce sous-champ académique ne poursuive son institutionnalisation – un comble ! A partir notamment de leurs travaux respectifs, ils ouvrent ainsi un certain nombre de pistes dès l’introduction, proposant de se confronter aux données « brouillées » plutôt que de se cantonner aux seules données « codables », de croiser trajectoires biographiques et évolutions structurelles, en croisant notamment données quantitatives et qualitatives – autre opposition malvenue- ou encore de prendre au sérieux l’ensemble des productions protestataires, de même que d’intégrer le cadre spatial et temporel dans l’analyse, tant comme source de contraintes que de ressources.

  • 5  Justine Balasinski et Lilian Mathieu (dir.), Art et contestation. Rennes, Presses Universitaires d (...)
  • 6  A titre d’exemple, on peut citer Polisse de Maïwenn, remarqué et primé au dernier festival de Cann (...)
  • 7  Le Savant et le Populaire, Paris, Seuil, 1989
  • 8  Sur cette notion qui pointe le caractère éminemment collectif de toute œuvre d’art contre une tend (...)

2Mais de même que la meilleure manière de prouver le mouvement reste de marcher, les articles rassemblés dans le dossier fournissent autant d’exemples de la manière dont ces études peuvent être enrichies. Marie-Laure Geoffray revient ainsi sur la question primordiale s’il en est de l’identification d’une action comme relevant de la contestation, à partir du collectif artistique Omni Zona Franca. Dans le contexte d’un régime autoritaire, ses membres jouent précisément sur cette zone de brouillage entre art et contestation5 dans leurs performancessur la voie publique pour contourner la censure. Une stratégie à laquelle l’auteure a également recouru pour mener son enquête en retournant ainsi les contraintes spécifiques imposées par un régime suspicieux, faisant à sa manière « de nécessité vertu ». De classification brouillée, il en est également question dans l’article d’Audrey Mariette, qui, à partir de son travail de thèse, plaide pour une analyse des films –militants en l’occurrence- qui dépasse leur simple contenu pour intégrer les conditions de leur production ainsi que celle de leur réception. Elle commence ainsi à déconstruire la catégorie de « cinéma social » en envisageant celle-ci comme une étiquette aposée par certains critiques au milieu des années 1990, et englobant de ce fait tant des documentaires, produits parfois par les acteurs, d’une lutte eux-mêmes que des fictions. Pour autant, explique-t-elle, la frontière entre les deux est elle-même plus ténue qu’on ne le considère généralement, dans la mesure où les premiers impliquent toujours une certaine mise en scène, en recourant notamment fréquemment à la reconstitution. A contrario pourrait-on ajouter, les œuvres de fiction s’appuient pour leur part souvent sur des « faits réels » comme il est d’ailleurs souvent rappelée, et peuvent même être précédés d’un réel travail d’enquête ou tout au moins d’immersion dans le milieu qu’il s’agit de dépeindre6. Après avoir remarqué l’évolution de la figure des ouvriers véhiculée dans les films de son corpus étiquetés comme « sociaux », du « combattant » à la « victime » - ce qui n’est pas sans refléter une certaine évolution des représentations penchant vers la résignation, mais évoque également l’oscillation entre populisme et misérabilisme dans le regard porté par les intellectuels sur les classes populaires, telle que pointée par Claude Grignon et Jean-Claude Passeron dans leur fameux séminaire7-, Audrey Mariette s’intéresse donc aux modes concrets de production, à travers l’analyse des trajectoires individuelles, mais aussi collectives de ce « monde de l’art » particulier8, puis à ceux de leur réception, pour montrer finalement comment le cinéma « social » peut représenter un lieu de réinvestissement politique en faveur des classes populaires pour des militants socialisés dans des environnements variés, de la gauche radicale au catholicisme social, en même temps que le support même d’une telle socialisation militante, permettant notamment d’entretenir une mémoire au-delà des générations.

  • 9  Voir La cause animale (1820-1980). Essai de sociologie historique, Paris, PUF, 2011 : http://lectu (...)
  • 10  L’auteur identifie ainsi trois profils de militants de la cause animale qui sont eux-mêmes étroite (...)

3Les films peuvent justement constituer un vecteur efficace de causes parce qu’ils jouent sur le double registre de la raison et des sens si l’on peut dire. C’est précisément au rôle des émotions et sentiments – qu’il propose de distinguer dans son analyse- que Christophe Traïni s’est spécialisé dans ses travaux. Il s’est livré plus particulièrement une socio-histoire de la défense des animaux depuis le début du 19e siècle dont il rend plus particulièrement compte dans un ouvrage récemment publié9 et dont il reprend ici quelques points saillants. Il montre ainsi comment l’évolution des dispositifs de sensibilisation a partie liée avec l’évolution des profils de porteurs de la cause, des philanthropes « éclairés » décernant des bons points aux éleveurs et bouchers faisant preuve de mansuétude à l’égard des bêtes, à des agents sociaux plus dominés que dominants, notamment féminins, pour lesquels les mauvais traitements infligés aux animaux font échos à ceux qu’ils ont pu éprouver au cours de leur propre trajectoire biographique10. Ce faisant, l’auteur insiste sur la diversité des réceptions de tout dispositif de sensibilisation, ce qui fait que ces derniers ne peuvent être réduits à l’application d’une stratégie mûrie, dont la conception autant que les effets échappent nécessairement à la maîtrise de leurs producteurs.

  • 11  Pour en savoir plus sur cet objet saturé de prénotions, voir notamment : Dominique Damamme, Boris (...)

4C’est également cette question du rapport différencié au militantisme qui est au cœur de l’article de Julie Pagis. A partir de son terrain de thèse, consacré aux militants de « mai-juin 68 »11 par l’entrée de deux écoles alternatives – Vitruve à Paris et Ange-Guépin à Nantes-, celle-ci propose de croiser analyses quantitative et qualitative afin d’observer à distance (chronologique) un événement auquel on n’a pas assisté. A partir de questionnaires envoyés aux parents d’élèves des deux écoles susmentionnées, elle se livre à une analyse en composantes principales des données recueillies qui lui permet de dégager les variables les plus influentes sur les registres d’engagement dans les mouvements du printemps 1968 : l’âge, le sexe, l’origine sociale, le statut à l’époque, l’orientation politique et religieuse des parents et le « passé militant » à ce moment-là – sans doute le plus déterminant. Cela lui permet surtout de dégager des classes distinctes de militants – cinq en l’occurrence- afin d’interroger ensuite des individus dont le profil est le plus représentatif de chacune de ces classes – des « parangons », afin de confronter leurs récits de leur activité à cette période à ces statistiques et d’enrichir de cette manière l’analyse. Cela permet ainsi de corriger, en partie au moins, les biais induits par chacune de ces méthodes, mais aussi, notamment, d’isoler la part spécifique de cet événement dans la socialisation politique des individus concernés. Un rôle évidemment lui aussi différencié, pouvant osciller entre la confirmation et la conversion, en fonction notamment de deux facteurs principaux comme l’explique l’auteure : les ressources militantes accumulées et le degré d’exposition à l’événement.

  • 12  Sur le clientélisme et les formes de racket, on pourra renvoyer entre autres aux travaux de Jean-L (...)

5Javier Auyero et Matthew Mahler se livrent enfin dans leur article à un autre plaidoyer, cette fois en faveur d’une plus grande attention accordée à la « zone grise » qui relie la politique institutionnelle et ses formes violentes « souterraines » faites de relations informelles et d’activités illégales frappées d’illégitimité. Ils partent pour ce faire d’une enquête antérieure réalisée par le premier à partir de pillages de magasins survenus à Buenos Aires pendant la crise de 2001, de l’arrestation musclée d’un chef de gangs notoires doté d’un important réseau relationnel avec de nombreux élus, et enfin de l’incendie criminel douteux d’un bidonville de la même capitale argentine, la Villa El Carton, dont de nombreux indices suggèrent que les habitants avaient été informés par avance. Il s’avèrera en effet que ce sinistre s’inscrivait dans une négociation plus large autour de la construction de logements sociaux. Et les auteurs de livrer ce qui apparaît pour eux comme la leçon essentielle de leur analyse : « afin de comprendre et d’expliquer les éléments essentiels de la violence collective, il faut accorder beaucoup plus d’attention aux relations souvent invisibles entre responsables étatiques, appareils des partis, et auteurs de violences ». Plus facile à dire qu’à réaliser, et c’est pour cela qu’à leur sens les chercheurs doivent s’allier avec d’autres agents sociaux, journalistes d’investigation ou procureurs par exemple, dont le propre réseau de relations peut précisément donner accès à ces liaisons informelles mais décisives, permettant l’usage de cet instrument non moins crucial qu’il n’est caché dans la lutte politique que représente le recours aux formes de violence12.

  • 13  Sur cette question, voir notamment l’ouvrage récent de Fabien Desage, DavidGuéranger : La politiqu (...)
  • 14  Voir notamment Pierre Lascoumes, Patrick Le Galès (dir.), Gouverner par les instruments, Paris, Pr (...)

6Deux articles hors-dossier complètent ce numéro de Politix : le premier, signé de Rémi Le Saout et Sébastien Segas revient sur cet espace politique en essor faussement consensuel que représentent les intercommunalités13. A partir de l’étude de la dotation de solidarité communautaire (DSC) instaurée en 1992, ils confirment une fois de plus que les instruments sont loin de revêtir la neutralité qu’on accorde en général à la technique, mais constituent bien au contraire un véritable levier de gouvernement14, tant enjeux que lieu où se cristallisent des rapports de force. Dans cet exemple particulier, la DSC contribue largement à redistribuer les rapports de force au sein des intercommunalités comme des mairies elles-mêmes, et à forcer les élus locaux à s’approprier et investir ce niveau d’action publique. De par sa souplesse même, la DSC oblige en effet ces derniers à se livrer à des marchandages serrés entre eux pour la captation des ressources locales, et ainsi à entrer à marche forcée dans ce dispositif. Toute ressemblance avec d’autres espaces sociaux…

  • 15  En clin d’œil au titre d’un ouvrage de Virginie Tournay, qui, « reconvertie » à la sociologie aprè (...)

7Enfin, on signalera tout particulièrement le dernier article de Romain Pudal qui, à partir de sa propre expérience de plusieurs années au sein des sapeurs-pompiers, d’abord au cours de son service militaire puis en tant que volontaire, propose une analyse aussi vivante que fine de la socialisation secondaire au sein de cette institution particulière. Il discute justement au passage des approches actuellement florissante de ce dernier concept, critiquant notamment une approche trop pragmatique qui sous-estimerait la force propre de ces « arrangements sociaux »15 pour se focaliser sur les seules interactions inter-individuelles. Un cas d’école, si l’on ose dire, qui permettra par exemple à certain-e-s d’actualiser leurs supports de cours. Pas inutile en cette période de rentrée, autre institution bien peu déclinante…

Haut de page

Notes

1  Paris, PUF, 1988 [1895]

2  Paris, PUF, 1978 [1965]

3  Voir notamment Christophe Traïni, Emotions…mobilisations !, Paris, Presses de Sciences-po, 2009 : http://lectures.revues.org/752

4  De manière partielle et partiale, on pourra citer : Lilian Mathieu, Comment lutter ?, Paris, Textuel, 2004 ; Erik Neveu, Sociologie des mouvements sociaux, Paris, La Découverte, 2004 [1996], Cécile Péchu et Olivier Fillieule, Lutter ensemble, Paris, L’Harmattan, 1994 ; ou, encore plus signficativement centré sur le paradigme de la « contentious politics » : Olivier Fillieule, Eric Agrikolianski et Isabelle Sommier (dir.), Penser les mouvements sociaux, La Découverte, 2010 : http://lectures.revues.org/1096

5  Justine Balasinski et Lilian Mathieu (dir.), Art et contestation. Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2006 : http://mouvement-social.univ-paris1.fr/document.php?id=965

6  A titre d’exemple, on peut citer Polisse de Maïwenn, remarqué et primé au dernier festival de Cannes, pour lequel la réalisatrice a mené un stage d’observation au sein de la brigade de protection des mineurs de Paris. Une telle expérience ne garantit pas pour autant de nombreux biais dans le traitement, ce dont les documentaires ne sont toutefois évidemment pas exempts non plus…

7  Le Savant et le Populaire, Paris, Seuil, 1989

8  Sur cette notion qui pointe le caractère éminemment collectif de toute œuvre d’art contre une tendance à vouloir les attribuer au « génie » d’un seul, voir Howard Becker, Les mondes de l’art, Paris, Flammarion, 1988 [1982]

9  Voir La cause animale (1820-1980). Essai de sociologie historique, Paris, PUF, 2011 : http://lectures.revues.org/1295

10  L’auteur identifie ainsi trois profils de militants de la cause animale qui sont eux-mêmes étroitement liés à un registre émotionnel, mais ces sortes d’idéaux-types ne se sont pas seulement succédés, ils continuent bien évidemment à cohabiter – d’où l’existence de stratégies de sensibilisation différentes, voire opposées, et de malentendus -et de désaccords- entre militants d’une même cause

11  Pour en savoir plus sur cet objet saturé de prénotions, voir notamment : Dominique Damamme, Boris Gobille, Frédérique Matonti (dir.), Mai-Juin 68, Paris, Editions de l'Atelier, 2008 : http://lectures.revues.org/581

12  Sur le clientélisme et les formes de racket, on pourra renvoyer entre autres aux travaux de Jean-Louis Briquet, mais aussi à la seconde partie de l’ouvrage désormais « classique » de William Foot Whyte : Street Corner Society (Paris, La Découverte, 1996 [1943]). Quant aux rapports entre violence et politique – sujet récemment au programme de l’agrégation de SES-, on pourra commencer par le très riche numéro double de Cultures et conflits : « La violence politique dans les démocraties europénnes occidentales », n°9-10, 1993, disponible intégralement en ligne : http://conflits.revues.org/index61.html

13  Sur cette question, voir notamment l’ouvrage récent de Fabien Desage, DavidGuéranger : La politique confisquée, Bellecombe-en-Bauges, éditions du Croquant, 2011 : http://lectures.revues.org/5249

14  Voir notamment Pierre Lascoumes, Patrick Le Galès (dir.), Gouverner par les instruments, Paris, Presses de Sciences-po, 2005

15  En clin d’œil au titre d’un ouvrage de Virginie Tournay, qui, « reconvertie » à la sociologie après un parcours de biologiste, propose une perspective assez originale de cet objet. Voir Vie et mort des arrangements sociaux, Paris, PUF, 2009 : http://lectures.revues.org/1081

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Igor Martinache, « « Observer les mobilisations », Politix, n°93, 2011 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 12 septembre 2011, consulté le 19 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/6283

Haut de page

Rédacteur

Igor Martinache

Professeur agrégé (PRAG) en sciences économiques et sociales à l’Université Lille-1, et rédacteur en chef du site Agora / Sciences sociales. Igor Martinache est membre du comité de rédaction de Lectures.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page