Navegación – Mapa del sitio

InicioLeerLes comptes rendus2023Bouda Etemad, De Rousseau à Dunan...

Bouda Etemad, De Rousseau à Dunant. La colonisation et l’esclavage vus de Genève

Guillaume Linte
De Rousseau à Dunant
Bouda Etemad, De Rousseau à Dunant. La colonisation et l'esclavage vus de Genève, Lausanne, Antipodes, col. « Histoire », 2022, 232 p., ISBN : 978-2-88901-229-9.
Inicio de página

Texto completo

  • 1 Bouda Etemad, De l’utilité des empires. Colonisation et prospérité de l'Europe, XVe-XXe siècles, Pa (...)
  • 2 Bouda Etemad, Thomas David et Jannick Schaufelbuehl, La Suisse et l’esclavage des Noirs, Lausanne, (...)

1Bouda Etemad est historien, spécialiste de l’histoire des empires et de la colonisation. Il a notamment enseigné à l’université de Genève et à l’université de Lausanne, où il occupait la position de professeur d’histoire. Il est l’auteur d’un nombre important de publications relevant de l’histoire globale et abordant la question coloniale sur la longue durée1. Son dernier livre s’inscrit dans la continuité de travaux antérieurs où il s’était intéressé à l’implication de la Suisse dans la traite des esclaves, en particulier l’ouvrage coécrit avec Thomas David et Jannick Schaufelbuehl2. Avec De Rousseau à Dunant. La colonisation et l’esclavage vus de Genève, Bouda Etemad renoue avec la question du passé colonial d’un pays sans colonies. L’ouvrage s’intéresse à la perception et aux discours d’hommes de lettres genevois sur l’esclavage et la colonisation, couvrant les deux siècles séparant Jean-Jacques Rousseau et Henri Dunant, deux figures majeures de la cité lémanique. Au cours de neuf chapitres, l’historien étudie les écrits de différents auteurs originaires de Genève, célèbres pour certains, plus anonymes ou tombés dans l’oubli pour d’autres. La structure du livre invite à découvrir les idées de ces différents hommes de lettres en avançant dans le temps au fil des chapitres.

2Le livre débute avec les « pionniers de l’anti-esclavagisme », Jean‑Jacques Rousseau et Jean-François Butini, qui, d’après l’auteur, « apparaissent aujourd’hui comme les deux premiers Genevois à s’exprimer sur l’esclavage colonial » (p. 13). Si le premier montre, dans ses écrits, son opposition aux modes de domination coloniales qui ont cours en son temps, en particulier en Amérique, c’est le méconnu Butini qui est davantage mis en avant. Auteur de Lettres africaines (1771), il dénonce le traitement infligé aux Africains, prônant l’abolition pure et simple du modèle esclavagiste. Bouda Etemad compare alors les opinions des deux hommes, relevant que « là où Rousseau reste à distance en gardant de la hauteur, Butini se jette dans la mêlée, dénonçant le trafic des Noirs, imaginant un plan d’émancipation immédiate pour les esclaves du Nouveau Monde, proposant des solutions pour l’Afrique ponctionnée par la traite » (p. 22).

3Le second chapitre s’intéresse à Jean Trembley, qui possède en tant que planteur une expérience véritable du monde colonial. Installé à Saint-Domingue, il apparaît comme un défenseur convaincu du modèle esclavagiste français, qui aurait amené l’île à une « grande splendeur » (p. 43). Bouda Etemad présente le Genevois comme un « colon attaché à sa terre d’accueil », qui en fait la démonstration par ses louanges de l’île et sa demande de naturalisation après 25 années de résidence. L’auteur considère que Trembley embellit le portrait de l’île en passant sous silence la mortalité importante en raison des maladies : « Il est pourtant de notoriété publique au XVIIIe siècle que les Caraïbes sont un véritable mouroir pour tous ceux qui s’y rendent » (p. 45). Une affirmation à modérer, les médecins des colonies n’étaient pas si catastrophistes à cette époque – et Trembley vécut jusqu’à l’âge de 72 ans.

4Le troisième chapitre nous plonge dans l’histoire intriquée de l’implication genevoise dans le commerce du textile (celui des indiennes), d’une part, et de la traite des esclaves, d’autre part. Il s’intéresse à la figure d’Étienne Clavière, qui permet « d’entrer dans un cercle où partisans et adversaires de l’esclavage, au lieu de s’affronter, travaillent en bonne intelligence, certains n’hésitant pas à l’occasion à passer d’un camp à l’autre » (p. 53). Bouda Etemad met alors en lumière différents agents des réseaux genevois engagés dans le commerce triangulaire, notamment dans le secteur bancaire.

5À partir des écrits de Jean de Sismondi, le quatrième chapitre porte sur le tournant qui s’opère entre la fin du système esclavagiste et l’émergence d’un nouveau modèle colonial, avec notamment le projet français en Algérie. Le Genevois se montre un fervent défenseur de ce dernier, ainsi que le relève l’auteur : « Pour Sismondi [...] la France doit, de manière irréprochable, faire de l’Algérie une colonie modèle à même de servir de référence pour l’expansion à venir de l’Europe dans le reste de l’Afrique » (p. 96). Le chapitre 5 revient, quant à lui, sur la formation de la pensée raciale chez plusieurs intellectuels et voyageurs genevois du XIXe siècle : Henri de Saussure, Henri Gaullieur, Arthur Claparède et Alfred Bertrand. Ces hommes partagent une même vision « suprémaciste » de la supériorité raciale de « l’homme blanc » sur les autres peuples. Le sixième chapitre se concentre sur les écrits de Léopold de Saussure, à l’origine d’une comparaison des différents modèles coloniaux. Engagé dans la marine française durant dix-sept années, il avait eu l’occasion de fréquenter différents lieux de l’empire colonial, en particulier l’Indochine. En 1899, Saussure publie un ouvrage intitulé Psychologie de la colonisation française dans ses rapports avec les sociétés indigènes. Dans ce livre, il condamne le modèle de « l’assimilation à la française », qu’il juge néfaste, et il écrit qu’il « considère comme nuisible toute forme d’assimilation quel que soit l’endroit où elle est prônée » (p. 145).

6Les chapitres 7 et 8 abordent deux nouvelles figurent, Gustave Moynier et René Claparède, qui sont abordés au travers de l’histoire de la création et des premières décennies d’existence du Congo belge de Léopold II. Le premier se révèle un fervent défenseur du projet, dont il se fait le promoteur à Genève, en particulier auprès de la Société de géographie. Il fonde en ce sens en 1879 une revue, L’Afrique explorée et civilisée, qui « peut être considérée comme la seule revue coloniale qu’ait possédée la Suisse » (p. 159), marquant son soutien à l’expansion de l’Europe en Afrique subsaharienne. Au contraire de Moynier, Claparède apparaît comme un farouche opposant au régime colonial belge, dont il devient « sans conteste celui qui dresse l’acte d’accusation le plus accablant » parmi les genevois « congophobes » de son temps. Faisant basculer l’opinion de la presse dans son camp, il est à l’initiative de la création, le 1er juillet 1908, d’une section de la « Ligue internationale pour la défense des indigènes dans le bassin conventionnel du Congo » (p. 171).

7L’ouvrage comporte un ultime chapitre, dédié à Henri Dunant, qui, défenseur de la colonisation, finit par « se convertir en un ardent anticolonialiste » (p. 187). Le célèbre genevois révise aussi son jugement sur la traite arabo-musulmane, qu’il dénonce une dizaine d’année après avoir rédigé un premier « texte bienveillant sur l’esclavage en terres d’islam » (p. 202). En conclusion, Bouda Etemad revient sur les différents témoignages et opinions rapportés au fil du livre. Il relève que ceux-ci ont pour particularité de ne pas former un corpus cohérent : « Chaque auteur repartant de zéro, il n’y a pas dans le discours genevois sur l’esclavage colonial de sédimentation par couches successives. [...] Autrement dit, il y a à Genève une tradition de pensée sur l’esclavage colonial, mais pas de mouvement ni d’école constitués » (p. 212).

8L’ouvrage de Bouda Etemad se présente ainsi comme une exposition chronologique de points de vue, dont il démontre qu’ils ne forment ni un ensemble cohérent, ni un courant de pensée indépendant. L’absence d’une dimension synthétique, malgré le résumé final, rend parfois difficile la restitution d’une partie des enjeux. Une mobilisation plus large de la bibliographie la plus récente dans le champ de l’histoire de la « Suisse coloniale », ou encore dans celui de l’histoire générale de l’esclavage et de la colonisation, aurait pu offrir des éclairages avantageux au lecteur. Néanmoins, ce livre apporte une nouvelle contribution utile à l’étude de l’histoire du rapport de la Suisse, et en particulier de Genève, aux mondes coloniaux.

Inicio de página

Notas

1 Bouda Etemad, De l’utilité des empires. Colonisation et prospérité de l'Europe, XVe-XXe siècles, Paris, Armand Colin, 2005.

2 Bouda Etemad, Thomas David et Jannick Schaufelbuehl, La Suisse et l’esclavage des Noirs, Lausanne, Antipodes, 2005.

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Guillaume Linte, « Bouda Etemad, De Rousseau à Dunant. La colonisation et l’esclavage vus de Genève », Lectures [En línea], Reseñas, Publicado el 22 noviembre 2023, consultado el 24 junio 2024. URL : http://journals.openedition.org/lectures/62901

Inicio de página

Derechos de autor

Salvo indicación contraria, el texto y otros elementos (ilustraciones, archivos adicionales importados) son "Todos los derechos reservados".

Inicio de página
Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search