Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2023Arnaud François, Le travail et la...

Arnaud François, Le travail et la vie. Transformations actuelles du travail

Sébastien Bauvet
Le travail et la vie
Arnaud François, Le travail et la vie. Transformations actuelles du travail, Paris, Hermann, 2022, 270 p., ISBN : 979-10-370-1949-3.
Haut de page

Texte intégral

1Professeur de philosophie à l’Université de Poitiers, Arnaud François, spécialiste d’Émile Zola, questionne longuement la relation entre le travail et la vie à partir de la confrontation entre les représentations classiques du travail dans la littérature ou dans la philosophie, les travaux en sciences sociales des deux dernières décennies, et un ensemble de phénomènes sociotechniques contemporains. Il s’agit de « discerner les incidences, favorables ou défavorables, que les nouvelles modalités du travail, en lien avec les nouvelles manières de produire et d’échanger, exercent sur la vie » (p. 24).

  • 1 Bernard Paulré, Les plateformes digitales et la prosumation, in Mathilde Abel, Hugo Claret, Patrick (...)

2Un premier chapitre, court, s’attache à montrer la difficulté de définition du travail, qui souffre de représentations normatives, excluant ou incluant tour à tour de son périmètres diverse catégories ou activités. En reprenant les thèses d’Antonio Casilli sur l’abaissement de la frontière entre production et consommation – l’économiste italien est à l’origine du concept de prosumation1 –, il montre également la rupture de la frontière entre travail et loisir, dans la mesure où de nombreuses activités productives ne donnent pas à l’individu l’impression de travailler. Aussi, le plus petit dénominateur commun du travail consiste en une « production de valeur » – proposition conservée jusqu’à la conclusion de l’ouvrage.

3Le deuxième chapitre, abordant les « fonctions du travail », enrichit la sociologie des parcours de vie opposant modes de vie individuel et standardisé, c’est à dire répondant plus ou moins fortement aux représentations institutionnalisées des différentes sphères de la vie (école, famille, travail, loisirs, etc.) par la distinction entre rapports expressif et instrumental au travail, renvoyant respectivement à une implication à des fins d’épanouissement ou, au contraire, à une distanciation affective vis-à-vis de l’activité professionnelle. La typologie qui en résulte a pour intérêt de confirmer les difficultés évoquées dans le chapitre précédent. Les fonctions du travail nécessitent d’être enrichies par le sens donné au travail et à la vie. Prenant davantage appui sur les sociologues, il introduit, avant d’y consacrer deux chapitres plus loin dans l’ouvrage, la question de l’épanouissement et du mal-être au travail, incitant à se méfier de la fabrique des désirs qui ne structure pas seulement le monde de la consommation, mais également une partie du management contemporain.

4Dans un troisième temps, A. François questionne la possibilité d’un « revenu inconditionnel d’existence », rejoignant les débats sur la possibilité de penser des revenus déliés d’une activité productive (revenu universel, citoyen, minima etc.). Puisque la production et les revenus doivent s’indexer sur les besoins et non l’inverse, il doit être possible de dissocier revenu et travail. L’auteur rappelle que le lien entre revenu et travail a longtemps été minoritaire dans les sociétés occidentales et qu’il n’est pas anthropologiquement fondé. Il s’appuie sur les résultats positifs d’expérimentations : à Dauphin (Canada) entre 1974 et 1979, l’instauration d’un revenu minimum garanti n’avait conduit qu’une part marginale de la population à réduire son activité, l’utilisant notamment pour prolonger ses études ou s’occuper davantage des enfants, conduisant à ce que l’on désignerait aujourd’hui comme des « coûts évités » sociaux et médicaux. Ces développements sont l’occasion d’évoquer le poids du rapport au mérite, dont la pertinence doit être préservée « uniquement comme élément critique en vue de la reconnaissance d’une légitimité déniée, et non comme justification positive de la pratique du revenu comme telle » (p. 80).

5Le chapitre suivant interroge le travail en tant que valeur, en particulier dans son processus d’imposition à autrui. Relisant des discours publics et des rapports ministériels du tournant des années 2010, Arnaud François montre la construction d’une valeur intrinsèque du travail qui reste problématique politiquement. Il suggère une « préoccupation axiologique pour le travail » (p. 104), . une éthique du travail qui pourrait consister à y rechercher un accomplissement pour soi tout en refusant de l’ériger pour les autres en valeur à adopter. Cette séparation pourrait alors être soutenue par un revenu inconditionnel d’existence ne démobilisant pas les personnes éprouvant déjà ce sentiment d’accomplissement, et permettant de défendre le travail indépendamment de l’emploi.

  • 2 Federico Chicchi, Emanuele Leonardi, Stefano Lucarelli, Logiche dello sfruttamento. Oltre la dissol (...)
  • 3 Andrea Fumagalli, La vie mise au travail. Nouvelles formes du capitalisme cognitif, Paris, Eterotop (...)

6Le cinquième chapitre aborde le « mal-être au travail » en reprenant les critiques adressées à l’approche par les « risques psychosociaux » (RPS). Arnaud François rappelle que l’imputation de la souffrance se fait souvent sur le registre interpersonnel et non au niveau organisationnel,. Il recourt au concept d’imprinting (ou empreinte), défini comme le « paradoxe, retors, suivant lequel le capitalisme contemporain nous contraint d’autant plus (nous aliène et nous exploite tout à la fois d’autant plus) qu’il nous octroie, en plus grande quantité, un certain type de liberté » (p. 140)2. L’intériorisation d’un besoin de dépassement de soi est alimenté par l’extension des transmissions de données et l’amélioration de l’humain par la biologie, nourrissant la vision d’un « biocapitalisme cognitif »3. À cette « intériorisation de l’exigence » s’ajoute une « infinitisation de la tâche » : le volume de temps gagné est négativement compensé par l’intensification du travail et l’impact mental sur le hors travail et sur le rapport à l’activité, générant un sentiment d’impossibilité de « bien faire » son travail.

7L’avant-dernier chapitre commente des pistes présentées dans les discours publics et les sciences sociales comme les voies du bien-être au travail. D’abord, le retour aux « métiers » qui portent le sceau de la complétude et de la stabilité n’apparaît pas si viable : ils ne sont plus protégés de la conjoncture économique et/ou politique et, surtout, ne garantissent pas le sentiment d’utilité ni l’exclusivité du travail bien fait. Ensuite, la contribution collective à l’organisation et à la qualité du travail est, souvent, soit enrayée par d’autres rationalisations (via les logiciels de gestion notamment), soit agencée de telle sorte qu’elle modère la puissance d’autres entités (comme les syndicats). L’évitement de la conflictualité est ainsi l’occasion empêchée de penser l’amélioration du travail et les rapports de domination au sein de l’organisation. Enfin, la question de la reconquête du temps de bien faire, nécessitant de l’expérience, des routines, est en opposition avec la vision anthropologique d’une adaptabilité créatrice portée par les théories contemporaines de la flexibilité et de la résilience. L’auteur distingue la présence de cette faculté, dont la mobilisation reste potentielle, en fonction d’une configuration sociale, et l’axiologie qu’on lui attribue.

8Prolongeant les réflexions d’André Gorz sur les observations socioéconomiques de Max Weber, le dernier chapitre théorise le « paradoxe de Weber-Gorz », ou le fait que, pour les humains occidentaux, le gain d’efficacité dans la production ne conduit pas à une récupération du temps mais à une augmentation du travail. Trois principales causes compteraient : la force persistante d’une croyance liée à l’éthique du travail ; une ingénierie de la consommation motivant le besoin d’accroître des revenus nécessaires à la satisfaction de la mode ; les capacités techniques augmentant et superposant les possibilités de consommation. Pour l’auteur, l’existence d’un loisir nécessaire est tributaire « d’une séparation hermétique, d’une coupure nette, entre travail et loisir » qui passe par la déconnexion numérique dont la portée demeure faible malgré son inscription dans le Code du travail en 2017, et par un nouveau regard sur la « formation tout au long de la vie », intéressante sur le principe mais qui nuit en pratique aux possibilités de césure. In fine, le temps apparaît comme le « médiateur indispensable » (p. 235) entre le travail et la vie. Soulignant l’impact de la production dans les risques environnementaux actuels, l’auteur achève son propos en plaidant pour la construction d’une « théorie nouvelle du besoin » (p. 239).

9La conclusion reprend synthétiquement le développement de l’ouvrage en insistant sur les thèses développées, à savoir considérer le travail comme une production de valeur dont l’imposition doit relever d’une éthique (pour soi) plutôt que d’une politique (pour les autres), rompant avec une vision normative héritée de différents modèles économiques et culturels. En luttant contre les mécanismes d’intériorisation de l’exigence et d’infinitisation de la tâche, il s’agit de procéder à une atténuation optimale du mal-être au travail et de reconquérir le temps de bien faire, d’orienter l’automatisation à des fins de réduction du temps de travail à satisfaction égale des besoins, et de saisir l’importance de la vie, hors travail.

10Riche de références, le livre d’Arnaud François est porté par une écriture imbriquée, parfois un peu déstabilisante (un thème semble constituer l’élément mineur d’un chapitre puis l’objet central d’un autre chapitre, qui introduira un nouvel élément mineur, et ainsi de suite), mais qui nourrit une lecture dynamique et agréable, abordant un grand nombre de concepts sans se montrer jargonneux. Sa solidité sur les domaines du travail au sens large (du sens du travail à la question de l’emploi, en passant par le rapport au hors-travail, à la rémunération, etc.) en fait un ouvrage de culture générale contemporaine intéressant, qui évite de façon heureuse les catégorisations classiques des traités et des manuels, mais auquel manquent certaines références dans les sous-champs des sciences sociales du travail (on pense aux sociologies des professions, des groupes professionnels, des relations industrielles, etc.). Si cela n’est pas dans l’ambition initiale de l’ouvrage, l’importance de la vie dans le travail aurait pu être étayée par des concepts utiles pour comprendre ce qui s’y joue (par exemple, les notions d’intégration, de carrière ou de négociation sont marginales voire absentes de l’ouvrage), en particulier au regard de l’intérêt accordé par A. François à la notion de temps. De même, ses réflexions éclairantes autour de la théorie de la reconnaissance ou du revenu inconditionnel d’existence s’affineraient avec une analyse des processus d’institutionnalisation en général et du rôle de l’État et des politique publiques en particulier.

Haut de page

Notes

1 Bernard Paulré, Les plateformes digitales et la prosumation, in Mathilde Abel, Hugo Claret, Patrick Dieuaide (dir.), Plateformes numériques. Utopie, réforme ou révolution ? Paris, L’Harmattan, 2020, p. 133-164.

2 Federico Chicchi, Emanuele Leonardi, Stefano Lucarelli, Logiche dello sfruttamento. Oltre la dissoluzione del rapporto salariale, Verona, Ombre Corte, 2016.

3 Andrea Fumagalli, La vie mise au travail. Nouvelles formes du capitalisme cognitif, Paris, Eterotopia, 2015.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sébastien Bauvet, « Arnaud François, Le travail et la vie. Transformations actuelles du travail », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 24 novembre 2023, consulté le 03 mars 2024. URL : http://journals.openedition.org/lectures/62944 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.62944

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search