Navigation – Plan du site

Sophie Boissard, Enquêtes sur les violences urbaines : comprendre les émeutes de novembre 2005 : les exemples d'Aulnay-sous-Bois et de Saint-Denis. Comprendre les émeutes de novembre 2005 : l'exemple de Saint-Denis et l'exemple d'Aulnay-sous-Bois

Nolwenn Neveu
Enquêtes sur les violences urbaines
Sophie Boissard (dir.), Enquêtes sur les violences urbaines. L'exemple de Saint-Denis et l'exemple d'Aulnay-sous-Bois, La Documentation Française, 2007, EAN : 9782110063571.
Haut de page

Notes de la rédaction

Un site à visiter : Télécharger les rapports

Texte intégral

1Le 27 octobre 2005 deux adolescents trouvaient la mort après s'être réfugiés dans un transformateur EDF à Clichy-sous-Bois. Cet événement a suscité de vives réactions qui ont, elles-mêmes, contribué à enclencher une dynamique émeutière. Les émeutes se sont diffusées dans la partie Est du département de Seine Saint-Denis avant de s'étendre, au cours de la semaine, à de nombreuses communes et zones urbaines sensibles du « 93 » et des départements limitrophes puis de gagner, lors de la deuxième semaine, l'ensemble du territoire pour toucher près de trois cents communes.

2C'est à cette dynamique émeutière que s'intéressent deux rapports du Centre d'Analyse Stratégique publiés en novembre 2006. Les auteurs de ces documents ont cherché à rendre compte d'une telle diffusion, à découvrir les causes de ces violences, et à interpréter les logiques et les mécanismes spécifiques, à l'œuvre lors de ces évènements. Issus de commandes faites par le Ministère de l'Intérieur, ces travaux prennent pour point de départ la question la suivante : « Comment expliquer que les quartiers dits « sensibles » aient été affectés différemment par les violences urbaines » ? Les deux sites choisis comme terrains d'enquête sont la commune de Saint-Denis qui a connu peu d'incidents (sites à basse intensité) et la commune d'Aulnay-sous-Bois très marquée par les émeutes (site à haute intensité).

3Il ne s'agit pas, ici, de faire une interprétation générale des émeutes dans la France des banlieues, mais d'insister sur les dimensions locales et territoriales. Bien des spécificités apparaissent : la nature des troubles, leur intensité, la chronologie des événements, les caractéristiques des émeutiers, celle des groupes qui se sont efforcés de faire médiation. Il ne s'est pas passé partout la même chose ; les processus d'implication des acteurs, leur compréhension des phénomènes sociaux et des tensions ont pris des formes et des contenus différenciés selon les territoires observés. C'est là tout l'enjeu de la monographie, qui relève d'une approche locale tout en s'informant d'un tableau général de la situation.

4A Saint-Denis, les chercheurs ont travaillé d'avril à octobre 2006. Ils ont effectué une campagne de près de cinquante entretiens auprès de divers acteurs impliqués lors des émeutes de novembre 2005 (élus, responsables de services municipaux, policiers, enseignants, acteurs de terrains, différents groupes de jeunes), et mené une enquête de terrain dans différents quartiers de la commune. Sur la commune d'Aulnay-sous-Bois les enquêteurs furent sur le terrain d'avril à juillet 2006 . Ils ont effectué une campagne d'une trentaine d'entretiens et des observations sur le terrain. Plus qu'à Saint-Denis, les enquêteurs d'Aulnay-sous-Bois ont souligné les rapports ambigus qu'entretiennent les jeunes avec les média et les difficultés que cela a posé pour l'enquête.

5Dans les deux cas, les rapports témoignent de l'opacité du terrain, des difficultés d'accès aux sources et aux acteurs et les réajustements conceptuels et méthodologiques auxquels ont contraints terrains et entretiens. Chacun des rapports est soucieux de replacer chaque cas dans son contexte et il faut, à ce titre, saluer l'effort de rappel des situations locales effectué en exergue des textes. Ces rapports laissent par ailleurs une large part à la parole des acteurs (cités in extenso) qui n'est interprétée qu'avec les plus grandes précautions. Quoique de contenu sensiblement différents, les exposés s'organisent de la même manière : dans une première partie, sont présentés la ville, sa situation socio-démographique et économique, et un rappel détaillé de la chronologie des évènements de novembre 2005. Sont ensuite exposés les points de vue des acteurs sur les violences, leurs causes et leur déroulement. Enfin les auteurs proposent une synthèse analytique des évènements de 2005 et des tensions dans les communes étudiées.

6L'accent est mis sur les dimensions structurelles des évènements : les processus de vulnérabilité de masse et le climat de tensions entre force de l'ordre et jeunes des cités constituent un terreau sociologique qui explique pourquoi, à un certain moment, l'incident fait émeute. Dès lors, on comprend que ce n'est pas tant l'émeute qu'il s'agit d'expliquer que ce qu'elle révèle. C'est de l'émeute qu'il faut partir pour éclairer l'ordinaire de la vie sociale dans les cités dégradées, le climat de tension qui y règne, les phénomènes qui l'alimentent plutôt que l'inverse.

7Il importe de prendre la mesure de villes en pleine mutation sociologique. Les observations de terrains permettent de saisir la dynamique des rapports entre les différents acteurs locaux dont les tensions, conflits, violences constatées sont en partie le produit. Les communes de Seine-Saint-Denis touchées par les émeutes de novembre sont marquées par des situations sociales difficiles, la densité de l'habitat, la rareté des équipements collectifs, la dégradation des parties communes. A Aulnay comme à Saint-Denis, on assiste à une dualisation de la population. Saint-Denis est une commune en pleine recomposition urbaine, de grands programmes d'immobilier et de bureaux y sont mis en place, qui permettent l'installation d'activité de services, la construction de logement. Parallèlement des bidonvilles réapparaissent depuis quelques années et les logements insalubres persistent. De même, l'augmentation de l'emploi sur la commune va de pair avec celle du nombre d'allocataires du RMI. Si la situation sociale est sans soute moins dégradée à Saint-Denis que dans certaines communes avoisinantes, elle est nettement plus contrastée. Cette dualisation génère des situations de frustration relative et joue un rôle déterminant dans la production des conduites juvéniles dans l'espace publique, en témoigne l'importance de la délinquance acquisitive.

8Les émeutes d'Aulnay s'inscrivent dans un contexte de tensions géographiques, sociales et institutionnelles. Aulnay est une ville clivée depuis longtemps et les émeutes s'inscrivent dans ces divisions, les quartiers pavillonnaires sont restés calmes, mais les quartiers appartenant à la géographie prioritaire de la politique de la ville ont été le théâtre de grandes violences qui n'apparaissent pas comme un fait isolé ni inexplicable. A Aulnay davantage qu'à Saint-Denis on souligne les difficultés de la part des parents à exercer leur autorité, les échecs de l'orientation et le manque de moyen à l'école, les contentieux entre jeunes et force de l'ordre qui se disent sur le registre de l'honneur et de l'humiliation, la pression conformiste du groupe de pairs, et les discriminations. A Aulnay, il apparait clairement que les rapports que les jeunes entretiennent vis-à-vis des institutions républicaines que sont l'école et la police de basent sur la critique et le rejet. Dès lors le groupe des pairs fournit des ressources symboliques et identitaires pour revendiquer leur appartenance ce qui peut expliquer que les « phénomènes de bandes » y sont particulièrement marqué. Emergent des discours des acteurs l'expression d'un sentiment d'abandon et une forte envie que leur malaise soit entendu par des instances politiques susceptibles d'y répondre.

9A Aulnay la diversité des interprétations données aux émeutes de novembre 2005 par les acteurs sociaux est frappante. Certains y voient le résultat d'une concentration de la pauvreté, d'autres des effets de la discrimination policière d'autres des effets pervers de l'Etat providence, Cette pluralité se traduit dans la diversité des motifs de mobilisation associés aux émeutes de novembre : demande de reconnaissance, colère à l'égard des deux morts de Clichy-sous-Bois, opposition au Ministre de l'Intérieur et à ses déclarations, confrontation avec les forces de l'ordre, dimension ludique, compétition entre cités, transgression de l'ordre... Malgré cette diversité, il faut souligner la forte demande de reconnaissance contenue dans les propos des jeunes rencontrés. Cette demande ne se décline pas en revendication précises, elle reste infra politique et vise avant tout à restaurer la dignité, les jeunes expriment d'abord le sentiment profond de ne pas être entendu et tirent une grande satisfaction du fait que l'on a enfin parlé d'eux et qu'ils aient réussi à se faire entendre. L'attention portée aux aspects symboliques de la dignité et de l'honneur explique l'importance prise par les média en novembre 2005 et le fait que la dynamique émeutière ait pu à s'autoalimenter et perdre toute connexion avec les causes du déclenchement. Ignorés ou délaissé par les autorités publiques, brimés et humiliés par les policiers tel est le double registre de sentiment qui anime beaucoup de jeunes et explique la violence de leur réaction.

10S'il est crucial de prendre en compte le contexte dans lequel ont eu lieu ces émeutes, il importe également de relater la façon dont elles ont été gérées par les professionnels et les institutions. Du côté policier, on relate de grandes difficultés à anticiper le cours des évènements, des obstacles à une action coordonnée en raison de l'effet de surprise mais aussi d'habitudes professionnelles et d'inscriptions organisationnelles différentes suivies d'une réorganisation des forces et d'un travail plus proactif qui a permis un progressif desserrement des tensions. Surtout, entre certaines catégories de jeunes et les forces de l'ordre est venu s'interposer le travail de médiation et de dialogue des élus et acteurs de proximité qui ont effectué un travail de veille et de dialogue quotidien et constant dont les effets, même limités, ont été fondamentaux pour apaiser les tensions. Reste que la conflictualité des rapports avec la police prend des dimensions fortes et les jeunes qui ont participé aux incidents de novembre rejettent toute forme d'affiliation politique mais aussi la possibilité d'être sous la coupe de médiateurs professionnels ou improvisés. Tel est un des nœuds d'une situation qui reste, aux yeux des rédacteurs, très tendue pour ne pas dire inquiétante.

11Au final, les deux rapports s'accordent pour voir, dans les émeutes de novembre 2005, le résultat d'une triple crise sociale, politique et institutionnelle. La première pèse lourdement sur les situations vécues par les familles en situation précaires, concentrées dans les « quartiers ». Elle affecte particulièrement les adolescents et jeunes adultes confrontés au déficit d'insertion sociale et professionnelle.

12La deuxième crise révèle les enjeux de la démocratie participative et de la valorisation, sous toutes ses formes, de la citoyenneté. Les actions des acteurs locaux obéissent à forme de pacification sociales, mais peinent à toucher les couches populaires les plus déshérités et à atteindre une partie de la jeunesse des cités. Si les émeutes ont une dimension protestataire indéniable, la protestation se fait dans des formes en rupture avec les formes conventionnelles, et peinent à trouver des relais, des supports et des issues politiques. En conséquence les mobilisations collectives restent en deçà de la visibilité publique, hésitantes, fragiles, précaires et se trouvent dans l'impossibilité de se structurer.

13Enfin, les rédacteurs insistent sur la crise de l'institution policière. Ils décrivent les tensions entre sécurité publique et maintien de l'ordre, entre la contrainte de résultat en matière d'interpellation et la pacification sociale. La police urbaine n'apparait plus comme un facteur de pacification ; mais suscite la peur, pas seulement chez les jeunes, mais chez une partie plus large des populations reléguées dans les grands ensembles urbains. Les effectifs policiers en banlieue sont principalement constitués de jeunes policiers massivement d'origine rurale, sous-encadrés, débarquant dans les quartiers dans lesquels vit une population dont ils ignorent tout, dont ils ont peur et vis-à-vis de laquelle ils ne détiennent aucune compétence leur permettant de nouer une interaction pacifique. Ces policiers recourent alors à ce qu'on leur a donné ; les contrôle d'identité qui ont pour effet direct d'accroitre les tensions. Les rapports entre jeunes et forces de l'ordre sont basés sur une logique de surenchère et de provocation réciproque. La question est donc de savoir comment renouer des liens entre les forces de l'ordre et les populations de ces quartiers populaires qui ne soient pas d'entrée placée sous le signe de la méfiance ou de la violence.

14L'accent est mis sur la profondeur de cette triple crise à laquelle on n'apportera pas de traitement univoque et sur la nécessité de prendre en compte ces divers aspects pour ne pas stigmatiser les classes populaires ni faire de la violence une donnée alors qu'elle est produite et reproduite socialement. Les émeutes ne sont pas seulement le symptôme ou le signe d'autre chose, mais une coproduction collective mettant aux jours des rapports sociaux qui donnent sens à ce qui s'est passé et par la dépassent largement la séquence des évènements de novembre. A ce titre, isoler les évènements de novembre 2005 est un artifice de sociologue. La récurrence des situations de tensions invite à élargir ces propos en réinscrivant les mobilisations de novembre dans la continuité de scènes de protestation collective typiques de l'économie morale des quartiers.

15Au total, il faut saluer la qualité de ces deux rapports qui s'inscrivent dans une logique compréhensive en évitant les écueils de l'angélisme ou de la diabolisation. Rédigés sans complaisance aucune ces travaux apportent un éclairage impartial sur la « crise des banlieues ». S'ils ne répondent pas à la question initiale (« pourquoi les communes ont été touchée différemment ») ils permettent de comprendre non seulement « ce qui s'est passé en novembre 2005 », mais aussi ce qui se passe au quotidien dans ces communes, et le désarroi des acteurs en jeu, que ce soit celui des jeunes en mal d'avenir, celui des populations et des acteurs locaux ou celui des policiers en place. On peut cependant regretter que ne soit pas davantage étudié le rôle et la place des média dans la publicisation des émeutes et des autres formes de mobilisations qui les ont précédés ou suivis. On a assisté à une surmédiatisation de l'événement mais le quotidien, et les autres formes d'actions ont davantage de difficultés à se faire voir alors même qu'elles en ont davantage besoin, confortant par la même le sentiment d'isolement et de méconnaissance des populations locales.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nolwenn Neveu, « Sophie Boissard, Enquêtes sur les violences urbaines : comprendre les émeutes de novembre 2005 : les exemples d'Aulnay-sous-Bois et de Saint-Denis. Comprendre les émeutes de novembre 2005 : l'exemple de Saint-Denis et l'exemple d'Aulnay-sous-Bois », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2008, mis en ligne le 05 juillet 2008, consulté le 17 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/630

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page