Navigation – Plan du site

« Varia », Revue française de pédagogie, n° 173, octobre, novembre, décembre 2010

Didier Bastide
Varia
« Varia », Revue française de pédagogie, 2010, INRP, EAN : 9782734211891.
Haut de page

Texte intégral

1La Revue française de pédagogie, dans sa livraison du dernier trimestre de 2010, n’axe pas sa partie Articles autour d’une thématique comme elle le fait régulièrement, notamment dans ses deux numéros précédents (avec un dossier sur la mixité scolaire puis sur la pédagogie universitaire). Ici, sur les six contributions proposées, deux d’entre elles centrent leurs questionnements en matière de savoirs scolaires et de professionnalité enseignante sur le collège. Un article est consacré à l’étude d’orientations professionnelles atypiques du point de vue du genre. Enfin trois contributions que nous détaillons font porter leurs investigations sur l’école primaire.

  • 1  Par exemple, Circulaire du 30 avril 2002, BOEN, n° 19, 9 mai 2002, sur les dispositifs de  l’adapt (...)
  • 2  Monfray B., « La définition des élèves en difficulté en ZEP : le discours des enseignants de l’éco (...)

2Due majoritairement à plusieurs membres de l’URECA-Lille 3 (Unité de Recherches en sciences Cognitives et Affectives), la première contribution s’intéresse à la réussite et à la difficulté scolaires, appréhendées par les parents d’élèves et les enseignants spécialisés. Le fil conducteur de l’étude peut se résumer en deux questions : quelles descriptions, font enseignants spécialisés et parents, des élèves en difficulté ou en réussite ? Ces perceptions sont-elles identiques, différentes voire opposées selon qu’elles émanent de spécialistes ou de profanes ? Dans un premier temps les auteurs tentent de circonscrire les notions de réussite et de difficulté qui ont envahi la scène scolaire. En effet si de nombreuses circulaires tentent de clarifier la notion de difficulté1, comme le souligne Brigitte Monfroy, la question est laissée à la discrétion des enseignants, « par cette imprécision, le processus de désignation de cette nouvelle catégorie d’élèves devient un processus social dont il convient de cerner la trame et la logique »2. Ensuite, après description des modalités de l’enquête, les auteurs procèdent à une catégorisation des mots et des expressions recueillis, concernant la difficulté (ou la réussite) scolaire, auprès d’un groupe de parents ainsi que d’un groupe d’enseignants spécialisés dans les aides pédagogiques au sein de RASED (appelés aussi « maîtres E », du nom de l’option du certificat d’aptitude dont ils sont détenteurs). Trois rubriques se dessinent alors, nommées « environnement, caractéristiques personnelles et culture » qui permettent de comparer les représentations. Si les parents mettent l’accent prioritairement sur les facteurs environnementaux, les enseignants spécialisés font essentiellement référence au profil cognitif des élèves. Selon les auteurs, ces attributions différentes peuvent être considérées « comme traduisant un sentiment de responsabilité – environnement familial et scolaire pour les parents et remédiation pour les enseignants spécialisés – face aux difficultés des élèves ».

3L’étude signée Bruno Suchaud, (IREDU-Université de Bourgogne) revient sur une question objet de nombreux travaux depuis le début des années 1990, à savoir l’efficacité des classes à plusieurs cours, autrement appelées selon les cas, classes à cours ou niveau double ou multiple. L’attention se focalise ici principalement sur la classe de cours préparatoire (CP). Pour les différents acteurs du système éducatif, si la structure et la composition des classes sont une préoccupation ancienne en milieu rural, du fait des fermetures de classes voire d’écoles entraînant des regroupements intercommunaux, elles sont également une question d’actualité en milieu urbain. Là, les fluctuations d’effectifs affectent les répartitions des élèves et conduisent à l’instauration par les équipes enseignantes de cours à plusieurs niveaux. Ces derniers dérogeant en quelque sorte à ce qui constitue l’organisation majoritaire « qui associe un enseignant à un groupe d’élèves appartenant à l’un des cinq niveaux de l’école élémentaire ».

  • 3  Leroy-Audouin C., Suchaut B., « Revisiter l’efficacité pédagogique des classes à plusieurs cours » (...)

4À partir de ce constat, l’auteur procède à un état de la recherche. Effectués dans des contextes géographiques et pédagogiques variés, les travaux rassemblés ont pour ambition commune de comparer les effets sur les performances scolaires obtenues dans les classes à cours multiple, par rapport à celles réalisées dans des classes à simple niveau. Concernant les études françaises, Bruno Suchaud présente ensuite, une interprétation des divergences de résultats mettant en avant entre autres le niveau de scolarité considéré et les aspects méthodologiques. Car en effet, pour le dire rapidement, les études des années 1990 font apparaître une meilleure efficacité des classes à cours multiple contrairement aux travaux plus récents qui repèrent de meilleures progressions pour les élèves de classes à cours simple3 [4].

5En suivant, le cas du CP est analysé à l’aide de données récentes. Parmi les configurations de classes à cours multiple, le double niveau CP-CE1 est de loin le plus fréquent. Sans détailler ici les différents résultats, ce « couple CP-CE1 représente le contexte le plus défavorable au niveau pédagogique ». Enfin l’article se clôt par une synthèse sur l’efficacité des classes à cours double en faisant porter le regard à nouveau sur l’ensemble de l’école primaire. En maternelle par exemple, les classes à double niveau, moyenne et grande sections semblent constituer un contexte favorable aux acquisitions scolaires.

6La troisième contribution concernant l’école élémentaire, présente une analyse des interactions individualisées maître-élève dans le cadre collectif de la classe, en France et au Luxembourg. Conduite par des équipes des universités du Luxembourg (EMACS) et Nancy 2 (LISEC et INTERPSY), l’enquête est réalisée auprès de classes de CM2 et de classes de niveau équivalent au Luxembourg. Comme pour la contribution précédente, les travaux sur les interactions verbales enseignant-élève(s) abondent, aussi un tour d’horizon en fonction de critères que constituent par exemple, les cadres théoriques, les finalités et les objectifs précis, les méthodes d’investigations, s’impose en préalable. Par rapport à ce large panorama, une perspective fonctionnaliste est ici retenue. Il s’agit de décrire les interactions individualisées maître-élève dans deux disciplines scolaires, les mathématiques et la langue de scolarisation ainsi que leurs fluctuations en fonction de facteurs contextuels dans la classe. Un modèle de restitution unique est ensuite adopté pour les deux études, composé d’une partie « méthodologie » et d’une partie « résultats ». Cette dernière analyse la distribution des interactions de façon globale puis en fonction de leur initiateur, l‘enseignant ou l’élève. En France, par exemple le nombre d’interactions varie de zéro à quarante et un, ce qui signifie, « qu’au cours des six séances observées, certains élèves n’ont jamais été impliqués dans une interaction individualisée avec leur enseignant ». Une mise en perspective des deux études est opérée en conclusion, qui fait ressortir entre autres que les interactions duelles en classe varient assez peu entre les pays considérés. Dans les deux cas également, trois formes d’interactions sont privilégiées, « désigner un élève, solliciter sa réflexion et réagir brièvement (généralement positivement) à ses réponses en classe ».

  • 4  Sirota R., « La note de synthèse, un instrument de structuration de la sociologie de l’éducation » (...)

7À noter enfin que le cœur de la revue, souvent occupé par la rubrique Note de synthèse développée du temps de Jean-Claude Forquin4, laisse la place ici à un rapport sur les revues de l’INRP, devenu depuis peu Institut français de l’Education, instance de l’ENS de Lyon. Émanant d’un groupe de travail dirigé par Antoine Prost, ce rapport après un état de lieux des sept revues publiées en 2010, s’interroge sur leur lectorat, outre les chercheurs, il pose la question du « grand » public mais également du public éducatif (administrateurs, inspecteurs et enseignants) « trop négligé » selon les termes des auteurs.

Haut de page

Notes

1  Par exemple, Circulaire du 30 avril 2002, BOEN, n° 19, 9 mai 2002, sur les dispositifs de  l’adaptation et de l’intégration scolaires

2  Monfray B., « La définition des élèves en difficulté en ZEP : le discours des enseignants de l’école primaire », Revue française de pédagogie, n° 140, 2002

3  Leroy-Audouin C., Suchaut B., « Revisiter l’efficacité pédagogique des classes à plusieurs cours », Revue française de pédagogie, n° 160, 2007.

4  Sirota R., « La note de synthèse, un instrument de structuration de la sociologie de l’éducation », Revue française de pédagogie, n° 135, 2001. Actes du colloque Culture et éducation. Colloque en hommage à J.-C. Forquin, 9 et 10 décembre 1999

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Didier Bastide, « « Varia », Revue française de pédagogie, n° 173, octobre, novembre, décembre 2010 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 13 septembre 2011, consulté le 26 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/6303

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page