Skip to navigation – Site map

Anne Both, Les managers et leurs discours

Sofia Amândio
Les managers et leurs discours
Anne Both, Les managers et leurs discours. Ethnologie de la rhétorique managériale, Presses universitaires de Bordeaux, series: « études culturelles », 2007, EAN : 9782867814433.
Top of page

Full text

  • 1  C’est depuis les années 1950 que la sociologie s’intéresse aux entreprises, et depuis les années 1 (...)
  • 2  Ceci n’étant pas le propos d’Anne Both, il faut néanmoins noter qu’il existe des études critiques (...)
  • 3  Luc Boltanski, Éve Chiapello, 1999, Le nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard.
  • 4  Michel Villette, 1988,L’Homme qui croyait au management, Paris, Seuil. – 1992, « L’ingénierie soci (...)

1Dans ce livre, Anne Both s’intéresse aux mécanismes qui contribuent à la fabrication et à la diffusion du discours managérial, démontrant la fécondité de l’ethnologie d’entreprise. Si la question de « l’autorité du discours managérial » est assez bien traitée en sociologie1, l’anthropologue vient combler un vide sur la base d’un constat : ce sujet « n’a été que trop peu abordé par l’anthropologie ». Au-delà d’une simple approche descriptive, Anne Both se place aux côtés des sociologues français critiques du management2, comme Luc Boltanski et Ève Chiapello3 ou Michel Villette4 disséquant un discours construit sur la « fascination pour le modèle japonais et son management par la qualité totale, les références vulgarisées à la psychologie, les cascades de typologies, les méthodes faciles et efficaces de manipulation, et le ton messianique » qui démontre sa « remarquable capacité à s’imposer, se protéger et durer ».

  • 5  Par exemple : les programmes des séminaires des grandes écoles ; un détail du budget de l’État fra (...)

2Si les auteurs critiques du management semblent être d’accord sur « l’imposture » de cette idéologie, l’originalité de l’étude d’Anne Both est de l’interroger : « Comment l’imposture peut-elle se prolonger si longtemps ? ». Dans le but d’examiner la « diffusion et [le] perpétuel renouvellement du discours managérial à travers ceux qui le tiennent ou participent de sa fabrication, comme à travers celui de ses destinataires », Anne Both s’appuie sur une combinaison de matériaux : une analyse de la littérature managériale et des documents qui contribuent à sa légitimité conjoncturelle5 ; des entretiens menés auprès des professionnels de la profession ; et de l’observation dans une agence de communication.

3Cet ouvrage est organisé en trois parties : I – « Aux origines du discours », II – « Paroles de managers », et III – « Une entreprise paradoxale ». Dans la première partie Anne Both tente d’appréhender ce qui fait le succès de ce discours. Tout d’abord, définissant « ce qui fait sa spécificité et la logique qui l’anime », puis, examinant de près la diffusion et la réception (apprentissage et intégration) de ce discours par des professionnels du management (depuis les auteurs d’ouvrages de management, jusqu’aux consultants, et aux responsables qualité) qui en ont des perceptions très variées. Enfin, elle s’interroge sur le rôle de l’État dans l’incitation à la diffusion de ce discours. Bien qu’Anne Both observe un « décalage entre les principes du discours managérial et ses tentatives d’application concrète », elle se rend à l’évidence que celui-ci ne limite pas pour autant son succès étant donné que le discours du management est poussé par un contexte politique, commercial et normatif, qui lui accorde une « légitimité conjoncturelle ».

  • 6  Anne Both va jusqu’à critiquer les limites du dispositif méthodologique mis en place par Luc Bolta (...)

4Dans la deuxième partie6 l’enquête permet d’approfondir l’analyse de la diffusion du discours managérial. Une ethnographie étalée sur dix-sept mois dans une agence de communication (l’entreprise Pergola) permet d’apporter un nouvel éclairage sur les conditions dans lesquelles ce discours adulé par ses promoteurs pénètre dans les pratiques quotidiennes du travail, notamment dans des situations de représentations orales. Plus précisément, Anne Both examine comment s’y prend un directeur général de l’entreprise en question pour s’adresser aux salariés en utilisant le discours managérial : dans un espace hiérarchisé, quel accueil réservent à ce discours les salariés qui y sont subordonnés ? Dans la mesure où les salariés de cette entreprise manquent d’esprit critique, ce discours ne rencontre pas d’obstacles incontournables à sa diffusion.

5A la deuxième partie qui reconstruit des pratiques en entreprise s’ajoute une troisième partie proposant l’analyse d’une autre façon qu’a ce discours de pénétrer dans l’entreprise : « la communication interne ». L’analyse d’une entreprise (Société d’Aménagement des Lacs) qui vient de mettre mise en place une nouvelle politique de communication permet de compléter la recherche menée sur Pergola, entreprise « spécialisée dans la fabrication de journaux internes d’entreprise ». Anne Both conclut sur la réalité d’un journal qui, produit sous le principe de la « clarté » et la « simplicité », visant « l’appartenance de chacun à un projet collectif », se présente en définitive comme un journal « paternaliste », « infantilisant », cherchant à établir une complicité avec les salariés en passant par la « séduction » et par la « conviction ».

  • 7  Néanmoins, Anne Both semble nier le fait que Boltanski et Chiapello aient eu comme but d’étudier t (...)

6L’ouvrage stimulant d’Anne Both met en évidence les limites d’une analyse de la production du discours du management en mettant en exergue les conditions de sa diffusion et de sa réception : à elle seule, cette analyse ne permet pas de rendre compte de l’impact de l’idéologie du management dans la réalité sociale des entreprises7. Ainsi, nous pouvons bien prendre la mesure du problème : Anne Both mène une critique assez radicale tout en replaçant ce discours dans ses vrais contours et limites : « la supposée suprématie du discours managérial (…) ne pourrait bien n’être qu’une illusion, qu’une mise en scène du pouvoir, admise par tous les acteurs de l’entreprise, alors qu’ils ne sont qu’une minorité à y participer. »

Top of page

Notes

1  C’est depuis les années 1950 que la sociologie s’intéresse aux entreprises, et depuis les années 1990 qu’elle s’intéresse au management.

2  Ceci n’étant pas le propos d’Anne Both, il faut néanmoins noter qu’il existe des études critiques du management de tradition anglo-saxonne. Les « Critical Management Studies » ont émergé comme un mouvement qui questionne l’autorité et la pertinence de la théorie et de la pratique managériales. Ces études s’inspirent de plusieurs traditions critiques, principalement de la pensée des intellectuels de l’École de Francfort de Critique Théorique. Plus récemment, des idées poststructuralistes ont été développées dans le but de déplacer les raisonnements de la Théorie Critique vers une critique radicale dénonçant le statu quo de la pratique managériale et en ouvrant une porte vers un avenir plus humain. A ce sujet, voir Mats Alvesson, Todd Bridgman, Hugh Willmott (Dirs.), 2009,The Oxford Handbook of Critical Management Studies, coll. « Oxford Handbooks in Business and Management », Oxford University Press, 752p.

3  Luc Boltanski, Éve Chiapello, 1999, Le nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard.

4  Michel Villette, 1988,L’Homme qui croyait au management, Paris, Seuil. – 1992, « L’ingénierie sociale : une forme de sociabilité en entreprise »,Actes de la Recherche en Sciences Sociales, mars : 49-60.

5  Par exemple : les programmes des séminaires des grandes écoles ; un détail du budget de l’État français concernant les attributions des aides alloués au management par qualité ; ou le Compendium des normes internationales (Iso).

6  Anne Both va jusqu’à critiquer les limites du dispositif méthodologique mis en place par Luc Boltanski et Ève Chiapello (1999) : « [Ils] ont étudié la littérature managériale à traversune analyse classique fondée sur une lecture extensive », où « La phase d’analyse proprement dite consiste pour l’essentiel à construire des catégories ». Anne Both affirme ensuite qu’il n’est pas possible de « décortiquer les mécanismes du discours managérial au moyen d’outils et de catégories construits de toutes pièces », avant de conclure : « Déconstruire les catégories des indigènes, fussent-ils chefs d’entreprise, m’a semblé plus logique. » (p.137-8).

7  Néanmoins, Anne Both semble nier le fait que Boltanski et Chiapello aient eu comme but d’étudier tout précisément la littérature managériale (normative, qui dit ce qui doit être et non ce qui est), les auteurs n’étant pas aveugles aux limites de leurs choix méthodologiques: « Et il est vrai que, bien qu’ils soient habituellement nourris de nombreux exemples et prennent appui sur des études de cas, les textes de management ne peuvent pas tenir lieu de matériel d’enquête, qu’il s’agisse de monographies d’entreprises ou d’enquêtes statistiques. Ils ne prétendent en rien à l’exhaustivité. » (1999 : 94-95).

Top of page

References

Electronic reference

Sofia Amândio, « Anne Both, Les managers et leurs discours », Lectures [Online], Reviews, 2010, Online since 14 January 2010, connection on 19 July 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/6305

Top of page

About the author

Sofia Amândio

Doctorante en sociologie au Centre Max Weber (UMR 5283 CNRS), équipe « Dispositions, Pouvoirs, Cultures et Socialisations ».

By this author

Top of page

Copyright

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Top of page