Navigation – Plan du site

Clara Lévy, Alain Quemin (dir.), « Pour une sociologie de la mode et du vêtement », Sociologie et Sociétés, n°43, Printemps 2011

Laure Célérier
Pour une sociologie de la mode et du vêtement
Clara Lévy, Alain Quemin (dir.), « Pour une sociologie de la mode et du vêtement », Sociologie et Sociétés, n°43, Printemps 2011, 329 p., Montréal, Presses universitaires de Montréal, ISSN : 0038-030X, ISBN : 9782760622586.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cela correspond à la définition de Besnards, Desplanques, 1984, Un prénom pour toujours. La cote d (...)

1Alors que la mode est étudiée par des auteurs majeurs de la sociologie, comme Thorstein Veblen, Georg Simmel et Pierre Bourdieu, la sociologie de la mode n'a connu qu'un développement chaotique. De nombreux travaux sociologiques contribuent aujourd'hui à combler ce manque. Certains sont présentés dans le numéro de Sociologie et Société, intitulé « Pour une sociologie de la mode et du vêtement », paru au printemps 2011. La mode - comprise comme une transformation, à tendance cyclique, du goût collectif, et concernant spécifiquement le vêtement1 - est analysée dans neuf articles consacrés au sujet, dans sa dimension domestique et quotidienne, en tant qu'élément du monde professionnel et enfin comme production, industrie et ensemble d'organisations.

2La mode peut tout d'abord être appréhendée par sa dimension quotidienne et domestique. Elle a ainsi investi Internet au travers des blogs de mode tenus par des femmes, étudiés par Agnès Rocamora. L'auteure démontre que le blog participe à la construction du processus identitaire, permettant aux femmes d'adopter une démarche réflexive sur leur apparence, tout en les plaçant sous le regard des autres. Le blog est également un espace de production du réel, contribuant à questionner l'opposition entre experts, souvent masculins, et amatrices de mode. Enfin, les auteures de blogs peuvent devenir des intermédiaires culturelles participant à la diffusion de nouvelles normes. La mode, dans sa dimension quotidienne, est également au cœur de préoccupations adultes alors que l'adolescence féminine est accusée de trop se rapprocher des deux figures de la Lolita et de la sex bomb.

3Les magazines féminins, analysés par Philippe Liotard et Sandrine Jamain-Samson, s'ils contribuent à la socialisation différenciée de genre, diffusent plutôt des recommandations teintées de pudeur, ne bousculant pas tellement les normes de séduction des générations précédentes. Le concept d'hypersexualisation, désignant une érotisation perçue comme excessive des tenues des jeunes femmes et des pratiques sexuelles des adolescentes jugées précoces, ne semble pas reposer sur une observation rigoureuse du réel. En dernier lieu, étudier la mode dans ses dimensions quotidiennes, c'est également étudier le rapport aux vêtements démodés. Sofian Beldjerd nous montre, à partir d'entretiens, qu'il existe différentes stratégies et pratiques de recomposition du rapport au vêtement.

4La mode peut être analysée sous un second angle, en tant que dimension du monde professionnel. Anne Monjaret étudie ainsi les enjeux liés à la tenue vestimentaire chez les ouvriers de l'Assistance Publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP). Au sein de l'AP-HP, le changement de tenue des ouvriers traduit le déclin numérique et symbolique de leur classe sociale. Le bleu de travail distinctif est abandonné par les jeunes générations qui préfèrent le jean, symbole d'une contre-culture opposée à la culture ouvrière traditionnelle. Dans une autre perspective, Isabelle Hanifi étudie l'insertion professionnelle permise par la soumission à la mode. L'article porte sur l'expérience américaine de l'association Dress For Success, quia pour objet de modifier l'apparence de ses adhérentes, par l'utilisation de vêtements haut de gamme, afin d'améliorer leurs chances sur le marché du travail. Il semble surtout que le relooking, contribuant à légitimer l'idée selon laquelle le chômage relève avant tout d'une responsabilité individuelle, ne permette pas de réelle insertion. Les femmes sont en outre incitées à adopter les codes vestimentaires masculins, et à ne pas mettre en valeur leurs propres goûts vestimentaires, s'ils sont en décalage avec ceux des classes dominantes, ce qui peut également être vecteur de souffrance.

5Enfin, la mode est une industrie et un ensemble d'institutions. Le travail en atelier, centré autour de la création, est étudié par Nicoletta Giusti. L'innovation, fruit de négociations entre différentes entités de productions et différentes catégories d'acteur, dont les créateurs ne constituent qu'une partie, se produit de manière collective. C'est ainsi que l'on peut comprendre la genèse des innovations alors que de nombreuses études n'en étudient que la diffusion. En second lieu, la sélection des mannequins dans les maisons de mode, étudiée par Frédéric Godart et Ashley Mears, nous permet de mieux connaître la mode comme industrie. La structure du marché des mannequins est de type « winner takes all » : les mannequins choisis par les maisons de mode les plus prestigieuses sont en nombre restreint. Si les producteurs interrogés n'ont que l'argument du ressenti personnel pour justifier leurs choix, il apparaît que ces producteurs ont des goûts communs facilités par d'importants liens entre eux. De plus, un mécanisme d'option, permettant aux maisons de mode de réserver un mannequin pour un événement, signale – et rend ainsi d'autant plus désirables – les mannequins demandées. La dernière étude est présentée dans un article de Gérald Baril, Marcelle Gendreau et Marie-Claude Plaquette. Il s'agit d'étudier la Charte québécoise pour une image saine et diversifiée, rédigée, notamment par des professionnels de l'industrie de la mode, en 2009. Les acteurs de l'industrie de la mode, acceptant leur part de responsabilités face aux dangers représentés par les normes de minceur féminine, défendent dans cette charte une plus grande tolérance face à la diversité corporelle.

6Ce numéro de la revue Sociologie et Société est caractérisé par une forte exigence intellectuelle. Les références sociologiques sont nombreuses, et les méthodologies utilisées sont complémentaires et variées. La présentation d'Alain Quemin et Clara Levy, introduisant la revue est passionnante. Un texte plus long n'aurait pas déplu. Cet ensemble d'articles fait figure de complément très utile à la lecture d'ouvrages plus généraux sur le sujet, tel Sociologie de la mode, de Frédéric Godart. Il est résolument possible de réaliser des études sociologiques de la mode sans faire preuve de frivolité. Tant mieux, le sujet est passionnant !

Haut de page

Notes

1 Cela correspond à la définition de Besnards, Desplanques, 1984, Un prénom pour toujours. La cote de prénoms hier, aujourd'hui et demain, cité p 10.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laure Célérier, « Clara Lévy, Alain Quemin (dir.), « Pour une sociologie de la mode et du vêtement », Sociologie et Sociétés, n°43, Printemps 2011 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 14 septembre 2011, consulté le 23 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/6316

Haut de page

Rédacteur

Laure Célérier

Professeure agrégée de Sciences Economiques et Sociales, doctorante à HEC en comptabilité et contrôle de gestion

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page