Navigation – Plan du site

François Jost (dir.), « Quelle culture pour la télévision ? », Télévision, n°2, 2011

Eric Hitier
Quelle culture pour la télévision ?
François Jost (dir.), « Quelle culture pour la télévision ? », Télévision, n°2, 2011, 197 p., CNRS, EAN : 9782271071491.
Haut de page

Texte intégral

1Ce second numéro de Télévision regroupe sept articles posant la question d’une possible définition de la culture, et de ses multiples assertions, inhérente au spectacle télévisuel. Figurent aussi deux articles dans la rubrique Varia, six notes de lecture ainsi qu’un long entretien de François Jost et Marie-France Chambat-Houillon avec Jean-Christophe Averty qui apporte une vision personnelle de son parcours et de l’univers télévisuel, d’hier à aujourd’hui. Si les travaux sur l’univers télévisuel demeurent assez présents (avec notamment les travaux de F. Jost, qui ont contribué à développer les études théoriques sur la télévision), ceux qui visent à mettre en dualité culture et télévision le sont moins. Ce dossier pose dès lors les bases d’une approche fondamentale sur le contenu télévisuel en s’efforçant de circonscrire les définitions de la culture, de sa possible présence au sein des programmes, en balayant les champs historiques, esthétiques, sémiologiques, techniques et sociologiques.

2Si l’idée de la forme est plutôt bien perçue par les chaînes de télévision, la question du fond des programmes reste en suspend. François Jost s’interroge à cet effet sur le caractère infructueux des débats visant à « statistiser » les volumes des émissions culturelles plutôt que la définition même du mot « culture », étiquette accolée de façon systématique sur certains programmes télévisuels. La culture demeure finalement supra-adjectivée à l’ensemble des programmes, restant, dans sa terminologie, muable et versatile aux modifications de la société. F. Jost privilégie l’approche historique en posant des « jalons » (au nombre de quatre) dans le but d’observer le déplacement de la sphère culturelle au sein du « monde de la télévision ». La réponse à la question « Peut-on parler de télévision culturelle ? » n’est pas une sinécure tant les questions historiques, sémiologiques, sociologiques pèsent dans le poids de la réflexion, et où les réponses recueillies ne permettent pas d’apporter UNE réponse, à savoir LA définition de la « télévision culturelle ». Pour F. Jost, tout programme peut s’avérer « culturel » dès l’instant où les instances (diffuseurs, producteurs) prendront acte de la différence historique entre culture et éducation.

3La dualité entre culture et télévision est une problématique qui va souvent revenir dans ce dossier, et notamment dans l’article « Télévision et culture selon Jean d’Arcy », de Gilles Delavaud, qui s’appuie sur l’idée que la télévision peut s’enorgueillir d’être considérée comme un instrument de création et comme un moyen d’expression à part entière, où la culture est désormais une contribution apportée par les réalisateurs de programmes télévisuels. Avant même l’idée de diffusion et de transmission de la « culture », cette dernière se doit d’être inventée, produite, sentie, ressentie. Sous l’œil et l’expérience des faiseurs de programmes, au gré de leur sensibilité, de leur cœur, de leur connaissance des hommes et du monde, la création télévisuelle peut alors exister. Pour Jean d’Arcy, le mot « culture » doit donc être pensé en amont de toute production télévisuelle par ses concepteurs eux-mêmes, le relais hertzien n’étant qu’un outil de transmission du contenu culturel, allant même jusqu’à insister sur l’importance donnée à la notion d’individualisation de production vers une individualisation de réception. Il est « convaincu que la télévision » est « une télévision qui s’adresse à l’individu chez lui ».

4Si les deux premiers articles donnent une importance certaine à mettre en avant la notion de « culture » dès lors que les programmes sont réalisés et diffusés, Jean Michel Meurice nous invite à revivre la création de la chaîne ARTE. L’approche historique proposée dans l’article « La véritable histoire des origines d’ARTE par l’un de ses créateurs », nous plonge dans une vision chronographique, objectivant les rapports entre les créateurs de la chaine et les hautes autorités du pouvoir. De l’utopique création ex-nihilo d’une nouvelle chaine jusqu’à la réforme, tant sur le plan organisationnel que budgétaire de FR3 (qui restera finalement le compromis retenu), tout nous est méticuleusement et merveilleusement narré. Entre désillusions, luttes de pouvoir, chute des socialistes du pouvoir, divisions et nouvelles politiques audiovisuelles, le parcours de création de la filiale de FR3 (la SEPT) semble voué à subir et surmonter de multiples rebondissements financiers, politiques, législatifs. Le seul horizon possible pour le SEPT est de fournir et de diffuser des programmes de qualité (« exclusivement des œuvres »), dans le souci d’une meilleure rentabilité économique. L’accord interétatique franco-allemand prononce le mariage entre la SEPT et ARTE Deutschland et accouche d’une nouvelle appellation : ARTE, le 30 avril 1991.

5Laurent Fonnet dresse avec précision un état des lieux des programmes culturels sur les chaînes généralistes gratuites de la TNT, en proposant une situation à la rentrée 2010, puis en retraçant, sous forme de bilan, l’évolution, en termes de typologie des programmes (caractère culturel, découverte, musique), des cinq premières années et en estimant une évolution des programmes culturels à venir. Si la culture n’est pas un des axes éditoriaux de ces chaînes, Gabriela Borges s’interroge quant à la possibilité d’une certaine culture de qualité à la télévision, en portant sa réflexion sur l’analyse de la RTP2 portugaise. Les constats et les éléments d’expertise qu’elle en retient reprennent une des idées de Jean d’Arcy, dans le sens où la culture doit être considérée dans sa globalité. De ce fait, il est nécessaire de mobiliser et d’accréditer des aspects techniques, législatifs, d’autres de l’ordre de la communication et de la réception du public, afin de formaliser (ou tenter de le faire) une certaine définition de la culture à la télévision. Axant son étude sur la dualité entre législation et action de la chaîne (en rapport avec son image), elle propose une réflexion fine de la seconde chaîne de télévision publique portugaise. A travers l’analyse des grilles des programmes de la chaîne, elle montre que cette dernière tend à devenir une alternative possible à la commercialisation et la concurrence des autres chaînes (publiques et privées) du pays, essentiellement due à sa capacité à pouvoir apporter des approches différentes, nouvelles, d’autres visions de la réalité sociale et culturelle du Portugal.

6« Une série peut-elle être une œuvre d’art ? ». C’est la question que se pose Jean-Pierre Esquenazi, profitant des critères d’expertise de Malraux et les transposant à l’étude de la série NYPD Blue, série américaine des années 1990, qui avait été traitée comme une œuvre d’art par la critique américaine. Introduisant son discours par l’ambigüité apportée à l’expression « culture à la télévision », et en insistant sur la contradiction ou l’antinomie entre culture et télévision, J.-P. Esquenazi pose la question de savoir si la série télévisuelle peut tout de même être considérée comme une œuvre d’art, et précise que le principe qu’une série, produite par les « mass media », n’est pas, par définition, soumise à la réflexion de « la culture à la télévision ». NYPD Blue est-elle une œuvre ? En prenant en compte les éléments inhérents à la série (anecdotes criminelles, présence continuelle de la caméra participante, décors particulièrement soignés, dialogues justes, jeux des comédiens se mettant au diapason), l’auteur de cet article tente de répondre à cette question en justifiant que la description apportée à la série n’échappe pas à la règle selon laquelle, dans le domaine de l’art, jugement et description vont de pair.

7Ce deuxième numéro de Télévision, dirigé par F. Jost, pose une question fondamentale, à l’heure de la globalisation télévisuelle. Celle de définir le mot « culture ». Comme il le mentionne lui-même, la réponse à cette question est difficilement accessible. En effet, celle-ci est soumise à de multiples enjeux (sociologiques, sémiologiques, techniques, économiques) et critères d’expertise qui ne se laissent pas facilement réduire à l’action d’une variable.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eric Hitier, « François Jost (dir.), « Quelle culture pour la télévision ? », Télévision, n°2, 2011 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 14 septembre 2011, consulté le 19 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/6323

Haut de page

Rédacteur

Eric Hitier

Doctorant en sociologie à l'université Paul-Verlaine de Metz, membre de l'Equipe de Recherche en Anthropologie et Sociologie de l'Expertise et du Laboratoire Lorrain de Sciences Sociales (ERASE/2L2S) EA 3478/ED PIEMES

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page