Navigation – Plan du site

Charles-Henry Cuin, Patrice Duran (dir.), Le travail sociologique. Du concept à l'analyse. Mélanges en hommage à François Chazel

Guillaume Arnould
Le travail sociologique
Charles-Henry Cuin, Patrice Duran (dir.), Le travail sociologique. Du concept à l'analyse. Mélanges en hommage à François Chazel, Presses de l'université Paris Sorbonne, coll. « L'intelligence du social », 2011, 230 p., ISBN : 9782840507598.
Haut de page

Texte intégral

1Les mélanges sont une forme éditoriale bien particulière. Ils contiennent souvent des petits bijoux de réflexion car ils relèvent à la fois d’une logique d’hommage et de liberté intellectuelle qui poussent les contributeurs à élaborer des analyses de haute volée. Cet ouvrage ne déroge pas à la règle puisqu’il a pour but de consacrer les travaux de François Chazel, dont la sociologie a toujours marié les aspects théoriques et la dimension politique. En effet, dans la droite ligne de ses recherches, les auteurs réunis dans ce volume vont soit présenter de manière originale un auteur classique de la sociologie ; soit approfondir la sociologie de l’action proposée par Chazel ; soit reprendre la question épistémologique autour du débat expliquer/comprendre. Ce découpage donnant les trois parties de l’ouvrage.

2En l’occurrence, on peut prendre ce livre comme un bel ouvrage de pensée sociologique, plus personnel et moins structuré qu’une simple histoire de la pensée, chronologique ou thématique. On se situe ici dans le prolongement du Dictionnaire de la pensée sociologique publié aux Puf sous la direction de Massimo Borlandi, Raymond Boudon, Mohamed Cherkaoui et Bernard Valade. Cette entreprise intellectuelle doit être saluée dans un contexte où la recherche sociologique insiste de plus en plus sur le travail de terrain et sur la qualité de l’enquête : l’étude de la pensée sociologique contribue également aux progrès des sciences sociales. Elle apporte en effet une dimension épistémologique, ainsi qu’une démarche historique. Certains auteurs ou thèmes suivent ainsi d’étranges cycles de popularité, de rejet ou d’ignorance.

3La pensée sociologique que déroule cet ouvrage s’inscrit toutefois avant tout dans un courant qui place l’individu au centre de l’analyse sociale. On reconnaît dans la liste des contributeurs les penseurs les plus proches de ce qu’il est convenu d’appeler l’individualisme méthodologique et dont l’incarnation est Raymond Boudon : Massimo Borlandi, Jean Baechler, Giovanni Busino, Pierre Demeulaenaere et le maître lui-même. Pourtant il n’est pas question de réduire ces mélanges à un simple plaidoyer pour une sociologie de l’action tenant compte des raisons mobilisées par les individus. Ils sont d’une richesse et d’une variété appréciables. On revisite ainsi dans la première partie des questions de fond telles que la notion de pouvoir chez Gabriel Tarde ou la rationalité axiologique chez Weber afin de montrer les perspectives qu’elles ouvrent : prendre en compte la dimension psychologique des rapports de pouvoir ou dépasser la rationalité instrumentale.

4Dans cette même partie, Claude Didry développe la spécificité de la sociologie du droit de Durkheim : son inscription socio-historique (lutte contre l’évolutionnisme de Spencer), sa place dans la pensée durkeimienne (le droit est une institution, la question de la causalité) … et montre que ce programme de recherche mériterait d’être approfondi aujourd’hui. Puis Jean-Christophe Marcel confronte les conceptions du temps de Halbwachs et Gurvitch en faisant apparaître les conséquences analytiques qui en découlent dans l’étude des groupes sociaux.

5La deuxième partie, qui fait la part belle aux analyses politiques, voit se succéder des contributions  autour des questions de mobilisation et de pouvoir : Jean Baechler étudie l’organisation politique européenne ; Pierre Birnbaum livre une contribution passionnante et géniale sur la mobilisation des droites radicales par le biais de l’idéologie (l’affaire Dreyfus apparaissant comme une étrange résurgence des mentalités du moyen âge) ; Jean-Paul Callède évoque le cas des corridas en Gironde et l’affrontement entre opposants et partisans autour des questions de tradition et de contestation. Les deux articles suivants font également partie des grands moments du livre. Jacques Commaille utilise la réforme de la carte judiciaire française de 2008 pour décrire le passage de « l’Etat juriste » à « l’Etat manager » : la logique de rationalisation qui sous-tend le changement, son déroulement, sa justification font l’objet d’une analyse minutieuse où le droit semble impuissant face à une action publique technicienne. Patrice Duran s’intéresse à la bureaucratie telle qu’elle a été exposée par Weber (et analysée par Chazel) : il montre à quel point la réflexion du sociologue allemand permet toujours de penser la question de l’organisation, de l’action collective, de la formalisation des procédures …  Enfin, cette partie se clôture sur un texte de Didier Lapeyronnie mettant en parallèle la formation d’un ghetto en France et le développement de l’antisémitisme.

6La troisième et dernière partie est la plus ambitieuse, mais aussi la moins abordable. Elle voit se croiser des réflexions sur la preuve dans les sciences humaines ; sur la causalité telle que Robert Merton l’a conceptualisée ; sur les croyances religieuses ou sur les valeurs qui guident l’action. À noter le dernier article, signé Raul Magni-Berton qui illustre bien la fécondité de la démarche sociologique de Chazel, honorée dans cet ouvrage. Magni-Berton présente l’analyse économique de la politique et sa théorie des cycles dans une perspective parsonienne : quand les économistes ne voient dans l’action politique qu’une simple application de la rationalité (les dépenses des gouvernements se font dans une logique électoraliste et modifient donc la dynamique économique) ; une interprétation parsonienne met l’accent sur les stratégies des groupes de pression visant à influencer les gouvernements.

7Cet ouvrage met ainsi en valeur, à l’image de cette dernière contribution, l’apport incontournable de la pensée et de l’épistémologie pour étudier la société.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guillaume Arnould, « Charles-Henry Cuin, Patrice Duran (dir.), Le travail sociologique. Du concept à l'analyse. Mélanges en hommage à François Chazel », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 15 septembre 2011, consulté le 18 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/6331

Haut de page

Rédacteur

Guillaume Arnould

Professeur agrégé d'Economie gestion - Classe préparatoire ENS Cachan - Université Lille 1 - Lycée Gaston Berger

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page