Navegación – Mapa del sitio

Valérie Boussard, Sociologie de la gestion. Les faiseurs de performance

Thomas Blanchet
Sociologie de la gestion
Valérie Boussard, Sociologie de la gestion. Les faiseurs de performance, Belin, col. « Perspectives sociologiques », 2008, 263 p., @ean : 9782701147048.
Inicio de página

Texto completo

1Des grandes entreprises privées aux administrations publiques, des pays développés aux pays en voix de développement, la gestion est de nos jours omniprésente. Apparue avec l'époque moderne, elle est actuellement une manière indépassable et indiscutable de gouverner toute forme d'action collective. La « gestion est devenue aujourd'hui la forme évidente de conduite des organisations. Elle est la norme internationale, le modèle sur lequel chacun cherche à s'aligner » (p.80). Comment décrire et peser la portée d'un tel phénomène? Comment les techniques propres à la gestion se sont-elles diffusées dans autant de domaines de la vie sociale?

2En présentant une première définition de la gestion ainsi qu'une description du contexte historique dans lequel elle s'est développée, Valérie Boussard apporte des éléments de réponse à la questions : « Qu'est-ce que la gestion ? ». Elle nous présente ainsi la gestion comme un phénomène au croisement de deux niveaux, à savoir le Logos gestionnaire (principe idéel définissant le fonctionnement des organisations sur la base de trois principes : la maîtrise (contrôle des organisations), la performance (objectif des organisations) et la rationalité (manière de procéder des organisations)) et les techniques de gestion propres à un contexte local.

3Fortement liée au développement du capitalisme industriel et de l'esprit scientifique, la gestion représenterait une rupture historique dans le mode de conduite des organisations. « La gouvernance antérieure au XVIIIème siècle était conçue selon un mode d'action bien différent de la modalité gestionnaire contemporaine » (p. 41). La rupture avec les modes traditionnels de gouvernance se perçoit à plusieurs niveaux. Le contrôle est devenu peu à peu invisible et total, le fonctionnement se base progressivement sur la rationalité et le calcul permettant une certaine prévision des résultats. Enfin, « le principe impersonnel transforme les anciens liens d'assujettissement personnel en lien de subordination à la loi » (p. 66). C'est à travers ces différentes évolutions que la gestion s'est imposée comme une forme incontournable de gouvernance des organisations.

4Dans une seconde partie, Valérie Boussard répond à la question : « Que fait la gestion ? ». Ainsi, en analysant les pratiques de gestion, on remarque que le Logos gestionnaire doit être relativisé. Il y aurait en effet « un écart entre la conduite prescrite et la conduite réelle des organisations ». Si à première vue, les pratiques répondant au Logos gestionnaire permettraient aux organisations de se conduire, dans le cadre d'une économie de marché, de manière optimale, il semblerait que de nombreux auteurs aient remis en cause cette effectivité du logos gestionnaire (rationalité limité, performance dépendante des objectifs fixés par l'entreprise, ...). A partir de cet état des lieux, l'auteur revoit les raisons de la diffusion de la gestion et met en lumière l'effet performatif du Logos Gestionnaire. Ce ne serait pas par les pratiques que la gestion se diffuserait mais par le discours idéologique permettant de dissimuler des mécanismes de domination.

5Pour décrire « comment se fait la gestion », la sociologue se base sur différents travaux ayant montré que les dispositifs de gestion se rapportaient plus à « une stratégie ponctuelle et opportune d'acteurs » (p. 145). Il y aurait donc ici un problème de compatibilité, une tension réelle entre ce le Logos Gestionnaire et son application locale. D'un côté une forme générale de la gestion ne permettrait pas de prendre en compte les particularités de son application à l'échelle locale. D'un autre côté, des vision locales de ce phénomène ne rentreraient pas forcément dans le cadre général du Logos Gestionnaire. Comment concilier ces deux approches à première vue incompatibles ?

6Pour résoudre ce problème, Valérie Boussard tente de répondre à la question « Qui fait la gestion ? » et s'intéresse aux professionnels de la gestion, c'est à dire les managers, experts en gestion des organisations, les consultants, experts en prescription des savoirs gestionnaires, et les universitaires, experts en formalisation des savoirs gestionnaires. Ces différents cercles professionnels formant un groupe aux frontières relativement instables, représenteraient un niveau d'analyse intermédiaire idoine à l'étude du phénomène de gestion. Après avoir décrit le processus de professionnalisation de ces différents cercles, Valérie Boussard montre comment ces groupes d'acteurs institutionnalisent, légitiment et défendent la gestion. Ce sont ces acteurs qui s'attachent à faire perdurer le Logos Gestionnaire, dans la mesure où celui-ci est une condition sine qua none de leur existence.

7A partir de l'analyse de ces différents cercles, il devient plus facile de mettre en avant la dynamique des dispositifs de gestion mise en place au sein des organisations. Ainsi, ils représenteraient le produit du rapport de force à l'intérieur et à l'extérieur du groupe des gestionnaires. Ces dispositifs seraient toujours manipulés et agencés par les managers, pour qui ils représentent le moyen de légitimer leur action au sein de l'organisation. Ils ne correspondent donc jamais au modèle proposé initialement par les prescripteurs (consultants et universitaires). C'est pourquoi, pour comprendre la dynamique des dispositifs de gestion et leurs enjeux, il est indispensable d'analyser l'interaction et les éventuels conflits d'intérêts entre ces différents acteurs, intermédiaires incontournables entre le Logos Gestionnaire et son application locale.

8Cet ouvrage nous livre donc une analyse très pertinente d'un phénomène extrêmement vaste. Tout en réussissant à conserver une perspective sociologique, Valérie Boussard prend appuie sur de nombreux courants théoriques, s'inspirant aussi bien de la sociologie que de l'économie et la gestion. Elle montre par là tous les bienfaits de l'interdisciplinarité dans l'étude d'objets aussi complexes que celui-ci.

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Thomas Blanchet, « Valérie Boussard, Sociologie de la gestion. Les faiseurs de performance », Lectures [En línea], Reseñas, 2008, Publicado el 16 julio 2008, consultado el 18 agosto 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/633

Inicio de página

Redactor

Thomas Blanchet

Doctorant au « Pfadkolleg », département d'économie, Freie Universität Berlin.

Artículos del mismo autor

Inicio de página

Derechos de autor

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Inicio de página