Navigation – Plan du site

Hendrik Witbooi, Votre paix sera la mort de ma nation. Lettres de guerre d'Hendrik Witbooi, capitaine du grand Namaqualand

Eddy Banaré
Votre paix sera la mort de ma nation
Hendrik Witbooi, Votre paix sera la mort de ma nation. Lettres de guerre d'Hendrik Witbooi, capitaine du grand Namaqualand, Le Pré saint Gervais, Le Passager Clandestin, coll. « Les Transparents », 2011, 174 p., ISBN : 9782916952420.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Paul Ricœur, Temps et récit III, Paris, Seuil, Points Essais, 1987, p. 225.

1Les documents qui nous viennent du passé permettent de mesurer une distance parcourue, de saisir ce qui rapproche ou sépare une époque d’une autre. De fait, cet échange épistolaire donne une résonance singulière aux mots de Paul Ricœur qui considérait que « […] suivre la trace, la remonter, c’est déchiffrer, sur l’espace, l’étirement du temps »1. Les lettres de guerre qui nous sont données à lire nous renseignent, non-seulement sur une partie de l’histoire coloniale de l’Afrique, de ses violences et peut-être les origines de l’apartheid, tout autant que leurs dépassements. De 1884 à 1905, Hendrik Witbooi prend la tête d’une lutte armée contre la colonisation allemande. À la tête d’une troupe (composée de dissidents et de métis) de trois cent insurgés, Witbooi s’oppose d’abord aux destructions de troupeaux et aux vols des terres. Mais rapidement, son action prend la forme d’une lutte d’usure à travers des mises à sac de fermes et des attaques des tribus alliées aux Allemands. Witbooi est un véritable chef de guerre soucieux de respecter un code d’honneur (il épargne les femmes, les enfants et ne s’en prends qu’aux hommes engagés dans les troupes adverses) qui participe à la légende contemporaine.

2Cette correspondance entre le capitaine Hendrik Witbooi et les officiers militaires Allemands semble raconter la naissance de deux nations : l’Afrique du Sud et la Namibie dont les frontières, l’histoire politique prennent forme à chaque lettre. Il faut dire que la situation est complexe ; la colonisation allemande s’appuie à la fois sur les missions religieuses néerlandaises présentes depuis les années 1860 et les dissensions entre clans qu’ils renforcent par la création d’alliances stratégiques. C’est à ce titre que la correspondance de Witbooi est enrichissante : elle est un des rares témoignages direct d’un adversaire de la colonisation. En effet, Witbooi avait reçu une éducation chez les missionnaires, ce qui lui permettait de tenir cette correspondance en néerlandais et en allemand. Anglais et Allemands se disputent alors le contrôle d’un vaste territoire riche en ressources minières en s’appuyant sur les rivalités entre les clans. Beaucoup de marchés de dupes sont conclus pendant cette période, dont celui qui conduira au génocide des Hereros ordonné en 1904. Witbooi se lie d’amitié avec le commerçant écossais Robert Duncan qui fournit ses troupes en armes et participe à plusieurs des négociations entre Hendrik Witbooi et les officiers allemands. Duncan épouse une femme du clan Witbooi qui lui donnera un fils. En plus d’une inébranlable détermination, les lettres de Witbooi sont admirables d’éloquence et l’on note l’analyse lucide des motivations profondes de la colonisation. Conscient des divisions que les pouvoirs coloniaux rivaux tentent d’installer, Witbooi appellera plusieurs fois d’anciens ennemis à l’alliance contre les spoliations foncières, le vol et la destruction de leurs troupeaux causées par les colons, qu’ils soient allemands ou anglais.

3Le Capitaine se révèle être un adversaire impitoyable mais loyal, stratège, parfois ironique et insolent. En 1885, Manasse, chef de Namas Kai, conclut une alliance de protection avec le pouvoir Allemand. Il sera l’adversaire d’Hendrik Witbooi pendant quatre années jusqu’à ce que ce dernier remporte une victoire décisive en rasant le village de Manasse. C’est l’objet de la première lettre du recueil. Cette lettre est adressée au Dr Göring, commissaire impérial, à qui il annonce être « venu au village pour le détruire » et y avoir « (…) simplement pris ce qui lui appartenait ». Witbooi dit avoir gagné une position, être en mesure de résister durablement tout en restant ouvert aux négociations. Surtout, il prévient être en possession du pavillon colonial allemand et ne « (…) savoir que faire quoi faire de ce drapeau », pour ensuite signer sa lettre en précisant à Göring : « je suis votre ami ». En représailles, Göring ordonne en janvier 1890 le massacre du village de Witbooi par les troupes de son rival Samuel Maharero. Le ton est ainsi donné d’une lutte qui devait durer plus de vingt ans.

4Plus que des défis, des stratégies guerrières exposées, ou des actes d’accusation, les lettres de Witbooi sont un faisceau d’interrogations sur le sens moral de la colonisation de la seconde moitié du XIXsiècle. Dans chacune des lettres qu’il a adressées à ses rivaux ou ennemis, Witbooi les interroge sur leur engagement dans la bataille, leur signale parfois l’absurde de leurs positions. À son rival Samuel Maharero qui a mené, sur ordre allemand, une attaque sur son village, Witbooi demandera dans deux lettres successives : « (…) qu’est-ce qui vous a pris de tuer mes femmes et de capturer mes enfants ? Ne donnez pas un tel exemple » (p. 34), puis, « (e)st-ce que vous réalisez ce que vous avez fait, ou pour qui vous avez fait ce que vous avez fait, ou est-ce le résultat de votre seule compréhension éclairée des choses ? » (p. 39). Ce à quoi Samuel Maharero finira par répondre : « cette guerre dont j’hérite n’a jamais été celle mon père. […] Tout le monde pourra voir que ce qui se passe entre nous deux est ridicule » (p. 48-49). Cette réponse devait renforcer l’unité de la résistance initiée par Witbooi. Ce type d’échange est peut-être unique dans l’histoire mondialisée des colonisations. Göring avait été envoyé dans la région pour signer des traités de protection avec les clans de la région, gérer les importations d’armes et d’alcool et veiller au bon déroulement de l’exploitation minière. Après plusieurs mois de négociations infructueuses avec Witbooi, il doit, sur l’ordre de sa hiérarchie, quitter le pays en 1890.

5À partir de 1894, Witbooi et Maharero trouvent un ennemi commun dans les Hereros et concluent un traité de paix avec les troupes allemandes. Après avoir participé à la répression de la première insurrection en 1894 aux côtés des troupes du général allemand Leutwein, les anciens rivaux se liguent contre les Allemands. La raison est le non-respect de la close foncière du traité. En 1904, l’unité est enfin réalisée puisque Witbooi, Manasse, Maharero et les Hereros font alliance pour vaincre la colonisation allemande. Mais ils doivent désormais affronter le général Von Throta. Les méthodes d’administration de leur nouvel adversaire (mises en réserve, internements dans les camps, et surtout, appels à l’éradication des Hereros) ont raison de la résistance Herero. C’est le premier génocide du XXsiècle. Manasse l’ancien adversaire, rejoint les troupes de Witbooi en 1904, il mourra sur le champ de bataille l’année suivante, après avoir pu récupérer son village. En 1905, les troupes sont affaiblies ; Maharero est tué, Witbooi est déclaré hors la loi, sa tête est mise à prix. Se sachant traqué, Witbooi envoie une dernière lettre à l’officier Schimdt en juillet 1905. Cette dernière lettre est d’une terrible lucidité et se conclut par la formule sibylline éponyme du recueil : « aussi suis-je maintenant à votre merci et la paix sera tout à la fois ma mort et la mort de ma nation » (p. 163). Witbooi est abattu en octobre 1905, une grande partie de ses hommes est internée par Von Throta. En 1909, les autorités allemandes considèrent la rébellion du clan Witbooi définitivement anéantie. La République de Namibie voit le jour en 1990, le portrait du chef de guerre est aujourd’hui sur ses billets de banque.

6Voici donc un recueil salutaire par son éclairage historique bien sûr, mais qui permet surtout de rompre avec toute vision manichéenne. « Aux yeux de Witbooi, la liberté pour laquelle il se bat n’est pas une idée abstraite mais la liberté, éprouvée au plus profond de lui-même, d’aller et venir et de chasser où bon lui semble, de mener ses bêtes de pâturage en pâturage suivant les saisons, et parfois, peut-être, d’exercer ses talents de voleurs de bétail » (p. 17) : J. M. Coetzee, Nobel de littérature et préfacier du recueil, nous rappelle que la colonisation est aussi une mise en conflit des imaginaires dont seuls les mots peuvent témoigner. Au Dr. Göring, le Capitaine Henrik Witbooi écrira des mots qui suffisent à mesurer l’écart qui a séparé deux mondes et qui a été la fondation non-seulement de la Namibie et de l’Afrique du Sud, mais aussi de notre monde contemporain : « je ne parviens pas à saisir pleinement la profondeur de vos motivations ou de vos intentions en ce domaine. […] Ce que je crois en saisir me semble étrange, contraire à mes conceptions et incompréhensible » (p. 36). La lecture de ces lettres de guerre est peut-être l’occasion de pousser de nouvelles portes, de passer des frontières et de jeter des ponts. Car la colonisation a, pour le meilleur et pour le pire, permis de tracer les frontières à partir d’alliances dont la compréhension est essentielle.

Haut de page

Notes

1  Paul Ricœur, Temps et récit III, Paris, Seuil, Points Essais, 1987, p. 225.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eddy Banaré, « Hendrik Witbooi, Votre paix sera la mort de ma nation. Lettres de guerre d'Hendrik Witbooi, capitaine du grand Namaqualand », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 19 septembre 2011, consulté le 26 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/6342

Haut de page

Rédacteur

Eddy Banaré

Docteur, membre associé du C.N.E.P (Centre des Nouvelles Études du Pacifique, EA4242)

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page