Navigation – Plan du site

« Zibaldone ! », Vacarme, n°56, été 2011

Antoine Idier
zibaldone !
« zibaldone ! », Vacarme, 56, Eté 2011, 95 p., Paris, ISBN : 9782350960494.
Haut de page

Texte intégral

1Pour nommer ce dernier numéro de la revue Vacarme, l'italien est nécessaire : on lui doit le mot « zibaldone », ce cahier où l'on note aussi bien recettes de cuisine que réflexions philosophiques, dans le souci de conserver ces choses disparates. Ce numéro 56, de la revue « qui mène une réflexion à la croisée de l'engagement politique, de l'expérimentation artistique et de la recherche scientifique », est un zibaldone : il présente un ensemble de textes aujourd'hui introuvables mais que les membres du comité de rédaction ont voulu conserver et partager en raison de leur résonance avec des « préoccupations actuelles ». La revue dessine ainsi les préoccupations d'une gauche qui lie son engagement à une réflexion théorique, d'une gauche qui travaille à élargir le champ du politique (Vacarme se présente ainsi comme une revue « née de la rencontre d’individus engagés dans différents mouvements sociaux — notamment la lutte contre le sida et la défense des sans-papiers »).

2Un des textes retenus pour ce zibaldone illustre la ligne directrice de Vacarme. La revue publie « nous sommes la gauche », deux textes datant du printemps 1997, après la dissolution de l'Assemblée nationale par Jacques Chirac et avant les élections législatives finalement remportées par la gauche plurielle autour du Parti socialiste, deux textes d'une troublante actualité à quelques mois des élections présidentielles de 2012.1 Rédigé à l'issue d'une réunion d'Act-Up Paris et affirmant être « la gauche réelle, la gauche qui se bat et s'est toujours battue sur le terrain pour ses propres conditions de vie et pour celles de tous », le premier manifeste expliquait : « partout, nous avons réinvesti l'espace laissé vacant par ceux qui étaient censés nous représenter. Partout, nous avons travaillé à colmater les brèches ouvertes par des politiques gouvernementales de plus en plus inadaptées. » Un second texte, publié quelques semaines plus tard, affirmait : « la gauche se trompe en effet lorsqu'elle nous demande d'intérioriser son réalisme, alors que c'est à elle d'intérioriser nos réalités. C'est cette perspective-là qu'il s'agit de renverser. » Les signataires revendiquaient alors un « principe d'inconditionnalité », pour « inverser la logique qui voudrait que l'on commence par renoncer, que l'on pose des limites avant même d'avoir affirmé ce que l'on croit être juste. C'est refuser d'être raisonnable, si la raison consiste à prendre ses habitudes et ses vieux tics pour les contraintes définitives du réel. »

3Ce numéro (et, de manière plus générale, la revue) dresse un tableau d'une « politique non gouvernementale » - pour reprendre un terme cher à Vacarme. Au fil des pages, il liste un ensemble d'ouverture de brèches, de « foyer de résistance », pour réinvestir ces espaces laissés vacants et refuser d'être raisonnable. La trentaine de contributions propose ainsi un certain nombre de directions différentes2. Si l'essentiel des documents est composé de textes, la revue donne aussi à voir, par exemple des détournements de couvertures de la célèbre collection Que sais-je ? des photographies ou des reproductions d'affiches, comme celles d'un centre culturel populaire formé à la fin des années 1950 à Besançon.

4La revue publie aussi bien un entretien réalisé en 2000 avec Gérard Leblond-Valliergue, ancien membre de plusieurs associations d'autosupport des usagers de drogue, une invitation à écouter les consommateurs de drogue parler d'eux, de leurs usages et de leurs rapports aux produits qu'ils consomment, qu'une interview de 1971 du militant noir américain George Jackson sur la prison et la lutte armée. Il suit un manifeste, « classique » de l'anarchisme écrit en 1937 et un entretien avec Marguerite Duras, réalisé en janvier 1990, où l'écrivaine parle d'elle et de sa maladie. Ces derniers voisinent avec un tract queer, distribué lors de la Gay Pride de New York la même année ou des extraits d'un glossaire féministe publié en 1979. Un entretien avec l'auteur de la Formation de la classe ouvrière anglaise, l'historien Edward Palmer Thompson, côtoie un texte de la sinologue Anne Cheng, qui met à mal les discours universalistes sur la Chine, ou encore des « cahiers pour la folie » dans lesquels des patients et soignants protestent contre l'ordre psychiatrique et témoignent de la vie asilaire.

5Fidèle à la volonté du comité de rédaction de la revue, ce numéro de Vacarme pointe du doigt des préoccupations bien actuelles, qu'il s'agisse des transformations de la psychiatrie, de l'enfermement, des politiques envers les drogues, et bien d'autres. Et si, en raison du caractère disparate des documents, la lecture peut parfois sembler décousue, le dernier document permet à la revue de retomber sur ses pieds. La revue se clôt par un texte de Dionys Mascolo, à propos de la revue d'opposition au gaullisme 14 juillet : citant Maurice Blanchot qui décrivait la revue comme une réunion dans « l'amitié du NON », l'écrivain célèbre cette « parole exemplairement collective où le non s'affirmait. » Une autre et belle manière de décrire ce zibaldone.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Antoine Idier, « « Zibaldone ! », Vacarme, n°56, été 2011 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 19 septembre 2011, consulté le 18 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/6349

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page