Navigation – Plan du site

Bertrand Geay, Laurent Willemez, Pour une gauche de gauche

Igor Martinache
Pour une gauche de gauche
Bertrand Geay, Laurent Willemez (dir.), Pour une gauche de gauche, Editions du Croquant, coll. « Savoir/Agir », 2008, 316 p., EAN : 9782914968416.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Sur cette distinction, voir l'ouvrage classique de Max Weber, réunion de deux conférences données e (...)
  • 2 Sur cette question, voir notamment Michel Offerlé, « Engagement sociologique : Pierre Bourdieu en p (...)

1Le titre, « pour une gauche de gauche » pourrait paraître trompeur. Il ne s'agit en effet pas d'un manifeste militant - avec tous les écrans de fumée rhétoriques propres à ce genre d'exercice, où l' « éthique de conviction » l'emporte sur l' « éthique de responsabilité » 1 -, mais bien d'un ouvrage d'analyse sociologique critique rigoureux, écrit malgré tout à plusieurs mains, objet oblige... Certains en seront peut-être déçus, mais une telle entreprise représente autant un préalable indispensable que la posture la plus évidente pour un engagement « savant » 2.

  • 3 Sur celui-ci, voir Sophie Béroud et René Mouriaux, Le Souffle de décembre. Le Mouvement social de 1 (...)
  • 4 La France en révolte, luttes sociales et cycles politiques, Paris, Textuel, 2007
  • 5 Ce qui en fait un bon exemple de « prophétie auto-réalisatrice » - sur cette notion forgée par Robe (...)
  • 6 Sur cette question, voir l'ouvrage de Michel Lallement, Sociologie des relations professionnelles, (...)

2Les multiples contributeurs réunis ici ne sont pas de trop pour tenter de résoudre une des principales énigmes politiques de la période actuelle : pourquoi l' opinion antilibérale  qui semble s'exprimer dans les luttes sociales depuis le grand mouvement de novembre-décembre 1995 3 semble-t-il peiner à trouver un débouché politique ? Difficile en effet le 29 mai 2005, alors que le projet de traité constitutionnel de l'Union Européenne était rejeté par plus de 54% des électeurs français, d'imaginer le triomphe de Nicolas Sarkozy et de son programme sécuritaire et économiquement très libéral à l'élection présidentielle moins de deux années plus tard. Sans parler de la déconfiture électorale des pas moins de cinq candidats prétendant représenter la « gauche de gauche ». Chacun des articles réunis dans ce recueil participe ainsi à reconstituer le puzzle des causes ayant mené à un tel scénario catastrophe. Discutant largement l'ouvrage récent de Stathis Kouvelakis 4, Sophie Béroud pointe ainsi le découplage entre le « cycle » (supposé) des mobilisations sociales et la « recomposition » du paysage syndical durant la période 1995-2006. Ce dernier phénomène est justement analysé plus finement par Baptiste Giraud. A partir du cas de la CGT, celui-ci montre ainsi que la déconnexion entre action syndicale et politique revendiquée par les dirigeants des organisations de défense des travailleurs résulte d'une double évolution dans les anticipations de ces derniers : l'effritement de leur croyance dans la possibilité d'une réelle alternative politique 5 et l'espérance de « profits militants » dans le cadre de l'espace des relations professionnelles 6.

3A la périphérie du « champ politique » 7, les organisations qui composent la « gauche mouvementiste » constituent l'objet de la contribution d'Isabelle Sommier. Celle-ci montre comment leur aspiration à « faire de la politique autrement » 8 marque en fait la résurgence d'un mouvement développé dans les années 1970. Elle décrit ensuite sa traduction organisationnelle de cette posture particulière à l'égard du jeu politique traditionnel. Une posture marquée notamment par une méfiance plus ou moins radicale à l'égard de ce dernier qui explique largement selon l'auteure l'échec de la candidature unitaire des antilibéraux lors du dernier scrutin présidentiel. L'une des organisations les plus représentatives de cette gauche mouvementiste est indéniablement Attac, à laquelle Claude Poliak consacre justement un article à partir de sa propre participation au Conseil d'administration de l'association entre 2001 et 2006, ainsi que d'une enquête par questionnaires administrée auprès des participants de l'Université d'été organisée en 2003. Il met ainsi en évidence la forte dotation en capitaux culturel et militant des membres de cet espace politique « amateur », ce qui l'amène à émettre l'hypothèse selon laquelle le maintien d'une relative autonomie de l'association peut s'expliquer par les gratifications extra-politiques qu'elle permet précisément à ses militants, qui n'auraient pu en obtenir d'aussi « rentables » dans le champ partisan. 

  • 9 Cf notamment : « L'espace des mouvements sociaux », Politix, n°77, 2007

4Ce qui semble finalement constituer la thèse principale de l'ouvrage est peut-être exprimée le plus clairement dans l'article signé par Lilian Mathieu. Celui-ci analyse en effet l'échec de la candidature unitaire à l'élection présidentielle en l'imputant au décalage croissant qui s'est creusé entre le champ politique et l'espace des mouvements sociaux, un concept qu'il s'est appliqué à développer dans plusieurs articles antérieurs pour souligner l'hétéronomie de ces derniers par rapport au premier 9. Plus spécifiquement, l'auteur pointe une certaine illusion d'optique de la part des meneurs des « collectifs du 29 mai » censés préparer la candidature unitaire qui n'ont pas remarqué la différence des « règles du jeu » entre le champ politique et l'espace des mouvements sociaux, les amenant notamment à croire en l'existence d'un électorat antilibéral constitué -une croyance majoritaire que le chercheur a pu du reste observer directement en participant au bureau de la Fondation Copernic- contre les enseignements de la sociologie électorale, source de multiples erreurs tactiques. 

  • 10 Une tripartition devenue soit dit en passant « classique » en sociologie, notamment depuis l'articl (...)

5Le champ politique fonctionne donc selon des règles propres qui ont du reste beaucoup évolué au cours des dernières années. Patrick Lehingue illustre ce phénomène à partir de l'étude des comptes publics des partis - même si ceux-ci s'avèrent moins transparents qu'il n'y paraît-, rappelant au passage l'importance des « déterminants matériels de l'activité politique ». Eric Darras pour sa part retrace l'évolution des relations entre politicien-ne-s et journalistes : une évolution en « trois âges » 10 : une phase oligopolistique suivie d'une duopolisation de la vie politique, et enfin une personnalisation dépolitisante de la mise en scène de l'activité politique.

6Si la gauche politique semble incontestablement sonnée depuis quelques années en France, ce n'est pourtant pas le cas de l'économie critique, loin de là, depuis près d'une quinzaine d'années, comme l'explique Frédéric Lebaron. Ce renouveau a précisément « profité » de la montée d'une défiance à l'égard de la politique « partisane », permettant ainsi l'essor d'organisations revendiquant leur autonomie vis-à-vis du champ politique, et dans lesquelles de jeunes économistes plus ou moins marginalisés dans le champ académique ou politique ont pu développer leurs analyses, ainsi que ce que l'auteur qualifie de capital politique « flottant ». Reste que tous les penseurs étiquetés « altermondialistes » ne méritent pas nécessairement l'audience que la gauche mouvementiste leur a permis d'atteindre. C'est le cas par exemple de Toni Negri dont Louis Pinto retrace la trajectoire en même temps qu'il analyse le discours pour en montrer le caractère aussi flou que séduisant pour des intellectuels en mal de « grands récits » peu subversifs. 

  • 11 Avec Frédéric Sawicki, La société des socialistes, Bellecombe-en-Bauge, éditions du Croquant, 2007
  • 12 En quête de gauche, éditions Balland, 2007
  • 13 « Pour la République Sociale »
  • 14 Cf Prendre parti. Pour une sociologie historique du PCF, Paris, Presses de la Fondation nationale d (...)
  • 15 Un constat à nuancer cependant, car force est de remarquer que le PCF a tout de même largement évol (...)

7La dernière partie de l'ouvrage est enfin consacrée aux organisations partisanes en tant que telles. Rémi Lefebvre, co-auteur d'une récente « radiographie » sociologique du Parti Socialiste 11 consacre logiquement sa contribution aux courants présents à la gauche du PS. Il s'efforce en particulier de répondre à la question consistant à savoir pourquoi les militants qui les composent conservent leur carte malgré la dérive du continent socialiste vers la droite. Il décrypte ainsi, à partir notamment d'un récent témoignage livresque de Jean-Luc Mélenchon 12, les justifications que ces militants « de gauche » ont pu forger, et qui reposent sur deux piliers : la volonté de ne pas abandonner un parti qui leur « appartient » au moins autant qu'aux « sociaux-libéraux », ainsi qu'un « exit » partiel dans des organisations davantage tournées vers l'action, comme PRS 13 ou Attac. Bernard Pudal, spécialiste notamment du Parti Communiste Français 14 revient pour sa part sur la crise que rencontre cette organisation. Un parti communiste qui a su cependant « persister dans son être », contrairement à la plupart de ses homologues, grâce notamment à une stratégie de « double-langage », aujourd'hui cependant mise en échec par les urnes. Une belle application de la fameuse formule du Guépard de Lampedusa : « il faut que tout change pour que rien ne change » 15. Un peu plus loin vers la gauche, George Ubbiali fait le point pour sa part sur les trois organisations portant le label trotskiste : le Parti des travailleurs (PT) et son discours catastrophiste, Lutte ouvrière (LO) -dont le véritable nom est soit dit en passant l'Union communiste-, et la Ligue communiste révolutionnaire. Cette dernière organisation partisane, qui vient d'ailleurs d'être dissoute dans sa forme actuelle, fait également l'objet de l'étude de Florence Johsua, qui en croisant méthodes quantitative et qualitative, montre la rupture qu'a pu introduire l'élection de 2002 et la mise en avant de la figure d'Olivier Besancenot dans la composition des adhérents.

  • 16 Cf Xavier Crettiez et Isabelle Sommier (dir.), La France rebelle : Tous les foyers, mouvements et a (...)
  • 17 Pour une analyse critique mais enthousiaste quant à cette notion, voir l'ouvrage récent de Loïc Blo (...)
  • 18 Cf Le cens caché, Paris, Seuil, 1978
  • 19 Sans tomber pour autant, comme certains militants, dans l'écueil du "misérabilisme" - cf Claude Gri (...)

8Ce tour d'horizon de la partie institutionnalisée de la « France rebelle » 16 est clos par Gérard Mauger qui, tout en récapitulant la plupart des contributions de cet ouvrage, s'interroge sur la constitution d'un « champ de la gauche antilibérale ». Il en détaille ainsi les différentes composantes - partisane, mouvementiste, syndicale et intellectuelle-, en concluant sur la nécessité d'un travail politique d'unification de celle-ci. Un travail qui passe par une reconnaissance préalable des contraintes propres au champ politique, elles-mêmes en évolution, ainsi qu'au dévoilement des intérêts propres des divers militants qui participent de cette « nébuleuse » antilibérale. Espérons que cet ouvrage aura contribué à faire avancer cette tâche, même s'il peut également se lire comme une très bonne introduction aux différents aspects de la sociologie politique par certain-e-s de ses meilleurs spécialistes. Quoiqu'il en soit, cette auto-analyse ici esquissée appelle une autre question, sur laquelle les diverses composantes de la gauche radicale ne cessent d'achopper : comment atteindre réellement les classes populaires ? Peut-être s'agirait-il alors de promouvoir une réelle "démocratie participative" 17 ? Il ne serait pas inutile en tous cas pour nombre de militants de se pencher sur les travaux de Daniel Gaxie 18 ou encore de Pierre Bourdieu 19, dont l'ombre plane sur l'ensemble de cet ouvrage. On aura vu pire référence...

Haut de page

Notes

1 Sur cette distinction, voir l'ouvrage classique de Max Weber, réunion de deux conférences données en 1917 par le sociologue allemand, Le savant et le politique, disponible en ligne sur le site des classiques en sciences sociales

2 Sur cette question, voir notamment Michel Offerlé, « Engagement sociologique : Pierre Bourdieu en politique », Regards sur l'actualité, n°248, 1999

3 Sur celui-ci, voir Sophie Béroud et René Mouriaux, Le Souffle de décembre. Le Mouvement social de 1995 : continuités, singularités, portée, Paris, Syllepse, 1997, réédité sous le titre Le Souffle de l'hiver 1995, Paris, Syllepse, 2001 ainsi que le dossier « La grande révolte française contre l'Europe libérale », Le Monde diplomatique, janvier 1996

4 La France en révolte, luttes sociales et cycles politiques, Paris, Textuel, 2007

5 Ce qui en fait un bon exemple de « prophétie auto-réalisatrice » - sur cette notion forgée par Robert Merton, voir de cet auteur : Eléments de théorie et de méthode sociologique, Armand Collin, 1998 [1949]

6 Sur cette question, voir l'ouvrage de Michel Lallement, Sociologie des relations professionnelles, Paris, La Découverte, 2008 [1996]

7 Cf Pierre Bourdieu, Propos sur le champ politique, Lyon, PUL, 2000

8 Cf Raphaël Wintrebert, Attac, La Politique Autrement ? Enquête sur l'histoire et la crise d'une organisation militante , Paris, La Découverte, 2007

9 Cf notamment : « L'espace des mouvements sociaux », Politix, n°77, 2007

10 Une tripartition devenue soit dit en passant « classique » en sociologie, notamment depuis l'article fondateur d'Abdelmalek Sayad, «Les trois âges de l'émigration algérienne en France », Actes de la recherche en Sciences Sociales, n° 15, 1977

11 Avec Frédéric Sawicki, La société des socialistes, Bellecombe-en-Bauge, éditions du Croquant, 2007

12 En quête de gauche, éditions Balland, 2007

13 « Pour la République Sociale »

14 Cf Prendre parti. Pour une sociologie historique du PCF, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1989

15 Un constat à nuancer cependant, car force est de remarquer que le PCF a tout de même largement évolué depuis la chute de l'URSS. Voir par exemple une analyse faite avant cette date : Jeannine Verdès-Leroux, "Le Parti Communiste Français. Une institution totale auto-perpétuée", Actes de la Recherche en Sciences Sociales, 1981, n°36-37, pp.33-63

16 Cf Xavier Crettiez et Isabelle Sommier (dir.), La France rebelle : Tous les foyers, mouvements et acteurs de la contestation, Paris, Michalon, 2002

17 Pour une analyse critique mais enthousiaste quant à cette notion, voir l'ouvrage récent de Loïc Blondiaux, Le nouvel esprit de la démocratie, Paris, Seuil, 2008, qui écrit notamment que "la démocratie participative n'a de sens que si elle contribue à enrayer les logiques d'exclusion sociale qui caractérisent aujourd'hui le fonctionnement ordinaire de nos démocraties" (p.109)

18 Cf Le cens caché, Paris, Seuil, 1978

19 Sans tomber pour autant, comme certains militants, dans l'écueil du "misérabilisme" - cf Claude Grignon et Jean-Claude Passeron, Le Savant et le Populaire, Seuil, 1989

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Igor Martinache, « Bertrand Geay, Laurent Willemez, Pour une gauche de gauche », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2008, mis en ligne le 25 août 2008, consulté le 24 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/635

Haut de page

Rédacteur

Igor Martinache

Professeur agrégé (PRAG) en sciences économiques et sociales à l’Université Lille-1, et rédacteur en chef du site Agora / Sciences sociales. Igor Martinache est membre du comité de rédaction de Lectures.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page