Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2024Bénédicte Bonzi, La France qui a ...

Bénédicte Bonzi, La France qui a faim : le don à l’épreuve des violences alimentaires

Adèle Sébert
La France qui a faim
Bénédicte Bonzi, La France qui a faim. Le don à l'épreuve des violences alimentaires, Paris, Seuil, coll. « Anthropocène », 2023, 448 p., ISBN : 978-2-02-148083-2.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 C’est que ce que souligne le slogan « Fin du monde, fin du mois, même combat », vu notamment au mom (...)
  • 2 Voir Franck Le Morvan et Thomas Wanecq, « La lutte contre la précarité alimentaire : Évolution du s (...)

1L’inflation de 2022 et 2023 a remis en lumière les difficultés de la frange la plus modeste de la population française, contrainte de concilier « fin du monde » et « fin du mois1 » … jusqu’à ce qu’elle ne le puisse plus et ne doive s’en remettre à l’aide alimentaire pour maintenir sa survie. Or les organisations en charge de déployer l’aide alimentaire en France rencontrent elles-mêmes des difficultés pour faire face à l’afflux des demandes d’une population dont les rangs ne cessent d’augmenter depuis une dizaine d’années2.

  • 3 Bonzi Bénédicte, Faim de droits : Le don à l’épreuve des violences alimentaires, thèse de doctorat (...)
  • 4 Elles ont été réalisées dans des centres de distribution en Seine-Saint-Denis et dans le sud de la (...)

2C’est précisément sur cette crise que porte le livre de l’anthropologue Bénédicte Bonzi. Cette publication est issue d’un travail de thèse, mené de 2016 à 20193. Dans ce livre, elle interroge le rôle et la place des bénévoles, situés « au cœur du cyclone » (p. 18), et le sens anthropologique du don dans un contexte où l’accès à l’alimentation n’est pas garanti pour tous, alors qu’il est défini comme un droit fondamental dans les textes internationaux. L’enquête proposée est centrée sur les bénévoles de l’aide alimentaire et leurs activités au sein des associations. L’objectif de Bénédicte Bonzi est de réaliser une ethnographie de la vulnérabilité qui a pour ambition de « rendre visible l’invisible » (p. 12) et qui s’appuie un matériau varié issu d’observations4 et d’entretiens.

  • 5 Les Restos du Cœur ont été créés en 1985 sous l’impulsion de Coluche.

3L’analyse et les résultats de ce travail ont pour objectif d’abord d’identifier les rouages économiques, sociaux et politiques qui ont contribué à pérenniser institutionnellement un système qui avait initialement été construit pour répondre à une urgence5, et ensuite de mettre en perspective les responsabilités des acteurs de cette « économie du don ». Bénédicte Bonzi a recours à l’expression « violences alimentaires » afin de désigner les effets de l’organisation de la politique alimentaire en France qui articule « une politique agricole qui impose de produire toujours plus, une politique libérale qui laisse le marché fixer les règles de l’offre et de la demande, et une politique sociale basée sur le don, soucieuse de coûter de moins en moins cher, voire de devenir rentable » (p. 15). Le livre se découpe en quatre parties construites autour de différents objets : le don, la faim, l’agir en situation d’injustice et les modes opératoires des violences alimentaires et leurs conséquences.

4Le point de départ de l’auteure est un double paradoxe dans le fonctionnement de la politique alimentaire en France, un paradoxe qui s’exprime en termes de quantité et de qualité des produits alimentaires. Du point de vue des quantités, si la France est un pays dans lequel la nourriture est abondante – voire surabondante puisqu’elle est parfois gaspillée –, tout le monde n’y a pas pour autant accès. De plus, le recours à l’aide alimentaire s’accroît en même temps que sa régulation est de plus en plus intégrée à la politique alimentaire, via la défiscalisation qui alloue et oriente les dons monétaires et via la gestion du gaspillage qui redirige certains produits vers l’aide alimentaire. Ces deux mécanismes « obligent » les organismes en charge de l’aide alimentaire à s’organiser et à recevoir dans un contexte incertain et de plus en plus tributaire des décisions d’acteurs privés et relevant de la sphère marchande. Du point de vue de la qualité, parallèlement à la hausse des normes sanitaires autour de la production, du stockage et de la distribution de produits alimentaires, la politique de lutte contre le gaspillage permet d’une part aux distributeurs alimentaires de vendre à moindre coût – voire à perte – les produits de dates courtes (qui ne sont donc plus jetés ou donnés puisqu’ils peuvent être vendus) et d’autre part spécifie et hiérarchise ce qui peut être distribué ou non dans le cadre des conventions de don entre les distributeurs alimentaires et les associations (par exemple les invendus encore consommables). Cela interroge sur le sens de l’action des personnes bénévoles et la dignité des personnes bénéficiaires de l’aide alimentaire dans une situation où les premières sont contraintes à distribuer ces produits et où les secondes sont contraintes à les recevoir.

5Ainsi, dans ce contexte paradoxal, afin de comprendre à quelles logiques répond le don, ses ambiguïtés et les circuits par lesquels il transite, Bénédicte Bonzi fait le choix de travailler avec quatre conceptions anthropologiques du don. Croisant celles de Marcel Mauss, Jacques Godbout, Maurice Godelier et Alain Caillé, Bénédicte Bonzi pose que le don se caractérise par l’absence de contrat, induisant un flou sur la chose donnée puisque ce qui oblige n’est pas inscrit, mais n’en est pas moins souhaité des deux côtés par ceux qui s’y engagent. Or, pour Bénédicte Bonzi, ce sont ces incertitudes propres à tout don que la régulation de l’aide alimentaire par le marché et celle par la redistribution viennent remettre en cause. Cela aboutit à créer une pluralité de dons, certains n’ayant plus de don que le nom (par exemple dans le cadre des conventions de don alimentaire) car le contre-don n’est pas toujours possible et il l’est encore moins lorsqu’il est question de la survie des personnes.

  • 6 Le centre de distribution, le camion lors d’une maraude, la rue.

6Cette pluralité génère des effets dans les modalités de déploiement de l’aide alimentaire, ce que l’auteure décline à partir de situations rencontrées. La deuxième partie présente les bénéficiaires de l’aide alimentaire pris dans l’engrenage du système. Ceux-ci doivent à la fois « justifier leur détresse pour un peu de nourriture » (p. 106), comprendre les rouages organisationnels et logistiques des différents lieux de distribution6 pour accéder à l’aide alimentaire, mais aussi, pour beaucoup d’entre eux, survivre au cercle vicieux dans lequel les causes de la pauvreté s’amplifient mutuellement (logement, travail, éducation, soin) et contribuent à pérenniser le recours à l’aide alimentaire. La troisième partie s’intéresse aux bénévoles et à leur manière de prendre part au système de l’aide alimentaire. L’auteure montre que les bénévoles doivent sans cesse se positionner dans un système où le droit à l’alimentation n’est pas reconnu en pratique. Les bénévoles sont présentés comme des acteurs du système de l’aide : ils organisent et prennent part à la logistique de la distribution (dans l’espace et dans le temps) et ils assignent et s’assignent des tâches. En outre, ils agissent en régulant les tensions qui surviennent entre les bénévoles eux-mêmes, entre les bénéficiaires et les bénévoles, et entre les bénéficiaires. Enfin, à travers la qualité et la quantité des produits qu’ils distribuent dans leurs actions, les bénévoles contribuent à véhiculer, consciemment ou non, une forme de « gouvernance des corps et non une liberté des personnes de se nourrir en fonction de leurs souhaits, contraintes et besoins nutritionnels » (p. 295). Ils sont ainsi des acteurs placés à l’intermédiaire entre les sphères privée et marchande (récupération et distribution des denrées alimentaires et autres produits de nécessité), publique (accompagnement dans l’accès aux droits) et intime et domestique.

  • 7 Bénédicte Bonzi établit une distinction entre d’une part le don indirect, qui ne met pas directemen (...)
  • 8 Pour reprendre et appliquer les trois formes d’intégration économiques de l’économiste Karl Polanyi

7Il devient alors possible de parler de « violences alimentaires » pour caractériser l’économie du don. Les violences alimentaires, visibles ou non, sont rendues possibles par le « marché de la faim » (p. 355) et la mise en place de deux circuits d’échange de produits et de valeurs : « un circuit du don direct » et « un circuit du don indirect7 » (p. 358). Ce dernier déconnecte non plus seulement les producteurs agricoles de la terre et la production agricole de l’alimentation, mais aussi les parties prenantes de l’aide alimentaire. Au terme de cette enquête, il apparaît que l’activité bénévole dans le cadre de l’aide alimentaire assure une médiation entre les sphères marchande, redistributive et réciprocitaire8 au sein desquelles différentes régulations du droit à l’alimentation ont cours et s’entremêlent : une régulation par le marché de la faim, une régulation par la déresponsabilisation de l’État et la responsabilisation des individus-citoyens et une régulation par la résistance de celles et ceux qui s’investissent via le don direct et ses multiples formes (don en nature, don de soi).

8La situation actuelle de crise que rencontrent les organisations qui gèrent l’aide alimentaire en France est-elle pour autant inextricable ? Bénédicte Bonzi propose une réponse à partir de la sécurité sociale de l’alimentation, vers laquelle des projets sont actuellement expérimentés. Elle reposerait sur un projet collectif de droit à l’alimentation auquel tous les citoyens auraient accès, construit sur la cotisation de chacun en fonction de ses moyens et sur l’exercice de la démocratie par lequel les citoyens se réuniraient pour choisir ensemble les produits pris en charge dans le cadre de ce système. Autrement dit, il s’agirait de répondre à la faim non pas par la remise en cause de l’aide alimentaire, mais par la fin d’un système pour en penser un nouveau.

Haut de page

Notes

1 C’est que ce que souligne le slogan « Fin du monde, fin du mois, même combat », vu notamment au moment du mouvement des Gilets jaunes en 2018.

2 Voir Franck Le Morvan et Thomas Wanecq, « La lutte contre la précarité alimentaire : Évolution du soutien public à une politique sociale, agricole et de santé publique », rapport n° 2019-069R pour l’Inspection générale des affaires sociales (IGAS), 2019 et Aliocha Accardo, Agnès Brun, Thomas Lellouch, « Les bénéficiaires de l’aide alimentaire, pour beaucoup parmi les plus pauvres des pauvres », in Thierry Mainaud, Émilie Raynaud, Philippe Roussel (dir), France, portrait social. Insee Références édition 2022, Montrouge, Insee, 2022, p. 76-86.

3 Bonzi Bénédicte, Faim de droits : Le don à l’épreuve des violences alimentaires, thèse de doctorat en anthropologie sociale et ethnologie, EHESS, 2019.

4 Elles ont été réalisées dans des centres de distribution en Seine-Saint-Denis et dans le sud de la France, lors de maraudes ou encore lors de réunions avec les bénévoles ou avec les professionnels des réseaux d’aide.

5 Les Restos du Cœur ont été créés en 1985 sous l’impulsion de Coluche.

6 Le centre de distribution, le camion lors d’une maraude, la rue.

7 Bénédicte Bonzi établit une distinction entre d’une part le don indirect, qui ne met pas directement en relation le donateur et le bénéficiaire et qui rend impossible toute forme de contre-don soit parce qu’il est intermédié soit parce qu’il a déjà été « rendu » comme dans le cas de la défiscalisation, et d’autre part le don direct par lequel cette mise en relation, en contact, entre bénéficiaire et bénévole de l’aide alimentaire est possible.

8 Pour reprendre et appliquer les trois formes d’intégration économiques de l’économiste Karl Polanyi.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Adèle Sébert, « Bénédicte Bonzi, La France qui a faim : le don à l’épreuve des violences alimentaires », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 19 janvier 2024, consulté le 20 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/lectures/63503 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.63503

Haut de page

Rédacteur

Adèle Sébert

Adèle Sébert est maîtresse de conférences en sciences économiques à l’Université de Reims Champagne-Ardenne et réalise ses activités de recherche au sein du Laboratoire de Recherche en Économie et Gestion de Reims REGARDS (EA6292).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search