Navigation – Plan du site

« Malaise dans la relation. Des sentiments dans le travail social », Le sociographe, n°36, septembre 2011

Igor Martinache
Malaise dans la relation
« Malaise dans la relation. Des sentiments dans le travail social », Le sociographe, n°36, septembre 2011, IRTS-LS, ISBN : 9782918621072.
Haut de page

Texte intégral

1Éditée par l'association des instituts de travail social, Le sociographe fait partie de ces nombreuses revues en marge de l'académie – entendez « non classées » par l'AERES-, qui contribuent de ce fait à entretenir une diversité aussi féconde que précieuse. Par l'existence même de leurs projets éditoriaux particuliers, celles-ci viennent en effet implicitement remettre en question le principe d'une hiérarchisation monolithique des écrits de recherche, en fonction d'une conception unique de l' « excellence ». S'adressant aux travailleurs sociaux – catégorie regroupant elle-même des professions bien hétérogènes- apprentis ou chevronnés, elle leur propose également de prendre la plume, sur un thème proposé différent à chaque numéro. Une telle formule semble ainsi porteuse d'une conception démocratique de la recherche qui considère que l' « engagement dans le travail » -pour paraphraser Alexandra Bidet1 - n'empêche pas la possibilité d'analyser ses pratiques. Bref, qui réfute une hiérarchisation a priori entre les enseignants-chercheurs détenteurs de savoir et des professionnels qui n'auraient qu'à écouter. Une posture séduisante dans son principe, et qui passe aussi par l'organisation rituelle de rencontres entre les auteurs et les lecteurs de chaque numéro- mais plus ardue à mettre en œuvre dans la pratique, ce qui n'est pas sans faire écho à l'ambivalence des relations que les travailleurs sociaux entretiennent avec les personnes qui recourent à leurs services – ambivalence qui commence dès la difficulté de nommer ces derniers : entre « usagers », « bénéficiaires », « accueillis », « clients », etc.

  • 2  Une injonction professionnelle largement intériorisée en dépit de ses apories, et dont Delphine Na (...)
  • 3  Outre un mélange des genres parfois un peu déroutant dans les références, on peut relever de maniè (...)
  • 4  Les exemples dénotant que l'espace de la recherche en sciences sociales (en sociologie ou en scien (...)

2Ainsi, à la lecture de ce numéro consacré aux sentiments dans le travail social, on peut ainsi osciller entre l'enthousiasme face à des styles d'écriture personnels et variés qui rompent avec un certain formalisme, empreint de la nécessité fréquemment ressentie d'afficher une distance vis-à-vis de « son » objet - « neutralité axiologique » oblige2-, et une certaine gène devant certaines maladresses et le besoin, parfois ressenti, de « faire science » en parant son discours de références qui n'apparaissent pas toujours bien appropriées3 – dans tous les sens du terme. Une critique que l'on peut cependant également adresser à bien des travaux académiques, mais qui révèle aussi la difficulté de s'extraire de rapports de domination symbolique que nous sommes censés étudier quotidiennement4

  • 5  Voir « Des sentiments aux émotions (et vice-versa). Comment devient-on militant de la cause animal (...)
  • 6 Philosophie de l'argent, Paris, PUF, 1999 [1907].
  • 7  Mais pas des « chaînes d'interdépendance » indirectes, au contraire, comme l'a bien noté Norbert E (...)
  • 8  On rejoint ainsi toute la problématique de la « vocation », qui favorise des formes d'exploitation (...)
  • 9  Pour le deuxième cas, on renvoie à l'ouvrage précité dirigé par Delphine Naudier et Maud Simonet.

3La critique est aisée… mais l'une de celles que l'on peut adresser aux différents auteurs de ce numéro est de ne pas avoir pris la peine de spécifier ce que chacun entendait par « sentiment », confondant ainsi souvent cette notion avec celle d'« émotions » ou d' « affects ». Or, comme l'a rappelé récemment Christophe Traïni5, de telles distinctions ne sont pas que cosmétiques mais s'avèrent primordiales pour comprendre -et démêler- les motifs d'action des agents sociaux. Quoi qu’il en soit, l'éditorial bref mais incisif de Guy-Noël Pasquet invite à s'interroger sur les représentations attachées aux professions, et plus précisément sur le fait que tout se passe comme si ces dernières étaient d'autant mieux rémunérées économiquement qu'elles ne laissaient de place aux sentiments – et réciproquement. Autrement dit, et reformulant d'une certaine manière une idée déjà développée par Simmel6 selon laquelle le marché « libère » des relations de dépendance interpersonnelles7, et donc des sentiments réciproques pourrait-on dire. A contrario, travailler dans le « social », en ce que cela met en jeu au contraire de forts affects, apparaîtrait ainsi comme un « privilège » qui justifierait de ne pas être rémunéré, ou presque8. Apparent handicap, du point de vue de la reconnaissance de la professionnalité notamment, il peut être tentant pour les travailleurs sociaux, quel que soit leur métier ou cadre d'exercice, de laisser de côté leurs sentiments comme ceux des personnes dont ils s'occupent, un peu comme la ou le sociologue s'applique à laisser ses prénotions et jugements personnels au vestiaire – ou du moins fait mine d'y croire. Et pourtant, dans un cas comme dans l'autre, un tel refoulement peut s’avérer préjudiciable9, comme l'illustrent les différentes contributions réunies ici. Celles-ci ont été regroupées en trois parties intitulées respectivement « Du côté de l'éros », « Ne pas être dupe » et « Vers une action de qualité ». La première regroupe des contributions qui montrent l'intérêt de repérer les sentiments ou émotions à l’œuvre dans une relation de travail social afin de réaliser un accompagnement approprié. Madeleine Pellois-Renaudat revient ainsi sur le cas de Gabriel, un travailleur handicapé auquel elle a été confrontée quinze ans plus tôt dans un foyer d'hébergement et dont elle a su alors saisir le besoin de reconstituer l'histoire maternelle, tandis que Cédric Laheyne revient, lui aussi à partir d'un cas rencontré, sur les dangers d'opérations de relogement à l'égard d'usagers de CHRS qui leur sont présentées, là encore comme un « privilège », mais s'avèrent surtout être des injonctions inattentives aux cassures de relations qu'elles peuvent induire de par la localisation géographique qu'elles imposent. Une manière de rappeler qu'un habitat n'est pas seulement un toit, mais plus encore une inscription dans une certaine configuration de relations. Didier Morel propose pour sa part une réflexion assez stimulante sur les sentiments du travailleur social lui-même en partant d'une question effectivement majeure pour beaucoup d'éducateurs au sens large : « faut-il aimer pour accompagner ? », même si la réponse - négative- qu'il avance – à savoir, pour résumer de manière un peu caricaturale- qu'il vaut mieux conserver une distance éthique, faute de pouvoir accepter l'altérité- pourra sembler un peu courte à des celles et ceux pour lesquels cette question peut être la source de véritables dilemmes.

4Dans la deuxième partie, il s'agit non plus seulement d'identifier, mais de voir comment utiliser les sentiments dans l'accompagnement lui-même. Dans un texte au ton très personnel, qui fait le bilan – rapide- d'une carrière encore en cours, Anne Denis-Lahure raconte comment elle a pris conscience, non sans hésitation, de l'importance de faire sentir ses propres sentiments à l'égard des enfants accompagnés en internat pour les aider à (re-) construire leur propre estime d'eux-mêmes, mais invite cependant à passer justement – comme elle ici- par la médiation de l'écrit pour acquérir une certaine réflexivité à leur égard. Plus théorique apparaît au contraire la contribution d'Anne-Sophie Hosking qui analyse la place ambivalente des sentiments dans l'aide à domicile, du fait notamment que cette activité s'inscrive entre les « socialités primaires » et « secondaires » (sphère de l'intime ou non) en reprenant une distinction d'Alain Caillé. Une réflexion que prolonge en quelque sorte celle de Frédéric Ballière, puisque à partir du cas des Assistant-e-s sociaux-les, celui-ci observe dans la lignée notamment de Michel Chauvière10 comment la « chalandisation » croissante du travail social tend à évacuer de celui-ci toute subjectivité, à rebours de la pratique du case work sur laquelle s'était fondée cette profession.

  • 11  Par exemple, un autre psychologue : Serge Tisseron, Comment l'esprit vient aux objets, Paris, Aubi (...)

5Or, la prise en compte de cette dernière constitue au contraire un bien meilleur gage de qualité que les indicateurs soi-disant « objectifs » qui ne cessent d'être développés pour tenter d'évaluer les tâches. C'est ce que s'applique à montrer la troisième partie, où Thierry Berquière, psychologue en MECS (maison d'enfants à caractère social), met en évidence après d'autres11 la manière dont les enfants investissent des sentiments, autrement dit des liens, dans les objets et les lieux – et lui ont permis de le comprendre, à travers une mise en scène d'écriture sous forme de dialogue, qui semble faite pour signifier qu'on ne pense jamais seul… Laurent Rigaud revient pour sa part sur la tension entre vocation et profession en analysant la place du don entre travailleur et bénéficiaire, proposant plusieurs distinctions analytiques (don de temps, d'émotions, ou de soi – au sens d'informations sur sa vie « privée »), pour en conclure que cette opposition est peut-être justement à dépasser, l'objectif semblant être de parvenir à faire coïncider son rôle professionnel et ses rôles privés, autrement dit à être soi-même au « travail », à faire « profession de soi » comme il l'écrit joliment. Enfin, Nicolas Amadiou et Vanessa Bringout, respectivement sociologue et éducatrice spécialisée, proposent une réflexion particulièrement stimulante sur la manière dont les travailleurs sociaux peuvent « travailler » avec les sentiments – les leurs comme ceux d'autrui-, en proposant notamment de distinguer trois rapports à ces derniers : distanciation, partage ou expression- et en invitant non pas à feindre en ce domaine, mais à prendre les sentiments comme une base à partir de laquelle s'interroger sur sa pratique, autrement dit à prendre la dynamique des émotions plutôt que les émotions elles-mêmes comme outil dans sa relation avec les usagers. Et l'on pourra noter en conclusion, qu'en écrivant à quatre mains, ces auteurs proposent aussi incidemment une résolution intéressante à la contradiction signalée au début de ce compte rendu entre chercheurs et praticiens…

Haut de page

Notes

1  L'engagement dans le travail, Paris, PUF, 2011 : http://lectures.revues.org/4825

2  Une injonction professionnelle largement intériorisée en dépit de ses apories, et dont Delphine Naudier et Maud Simonet ont récemment rappelé, après Isabelle Kalinowski, qu'elle découlait d'une traduction volontairement erronée des deux conférences de Max Weber regroupées sous le titre Le Savant et le Politique (1919) par Raymond Aron dans le but de discréditer ses adversaires marxistes alors dominants dans le champ académique des sciences sociales (voit Delphine Naudier et Maud Simonet (dir.), Des sociologues sans qualité ? Paris, La Découverte, 2011).

3  Outre un mélange des genres parfois un peu déroutant dans les références, on peut relever de manière anecdotique l'un des auteurs qui cite Arlie Hochschild en en référant au masculin…

4  Les exemples dénotant que l'espace de la recherche en sciences sociales (en sociologie ou en science politique) fonctionne bien comme un champ au sens bourdieusien du terme, pris par ses jeux et enjeux propres, et ses propres principes de classement internes – bref doté de son « illusio » - sont légion. On laissera au lecteur familier le soin de les trouver lui-même par ses propres observations…

5  Voir « Des sentiments aux émotions (et vice-versa). Comment devient-on militant de la cause animale ? », Revue française de science politique, vol.60, n° 2, 2010, p. 335-358, où il propose d'envisager les sentiments comme l'expérience phénoménale immédiate et les émotions comme relevant d'une « conscience réfléchie », afin d'analyser notamment l'influence que certains chocs moraux peuvent avoir sur une trajectoire biographique, et en l’occurrence une « carrière » militante.

6 Philosophie de l'argent, Paris, PUF, 1999 [1907].

7  Mais pas des « chaînes d'interdépendance » indirectes, au contraire, comme l'a bien noté Norbert Elias. Ceci est un autre débat, encore que…

8  On rejoint ainsi toute la problématique de la « vocation », qui favorise des formes d'exploitation diverses, des salariés associatifs (voir Mathieu Hély, Les métamorphoses du monde associatifs, Paris, PUF, 2009 : http://lectures.revues.org/829), comme des sportifs (voir Sébastien Fleuriel et Manuel Schotté, Sportifs en danger, Bellecombe-en-Bauges, Le Croquant, 2008 : http://lectures.revues.org/553)

9  Pour le deuxième cas, on renvoie à l'ouvrage précité dirigé par Delphine Naudier et Maud Simonet.

10  Voir Trop de gestion tue le social, Paris, La Découverte, 2007 : http://lectures.revues.org/597

11  Par exemple, un autre psychologue : Serge Tisseron, Comment l'esprit vient aux objets, Paris, Aubier, 1999 ; ou chez des sociologues : Viviana Zelizer, La Signification Sociale de l’Argent, Seuil, 2005 [1994] ou entre les deux : Anne Gotman, « Le vase c’est ma tante. Sur quelques propriétés des biens hérités et leur appropriation », Nouvelle Revue d’Ethnopsychiatrie, n° 14, 1989, pp.125-150.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Igor Martinache, « « Malaise dans la relation. Des sentiments dans le travail social », Le sociographe, n°36, septembre 2011 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 19 septembre 2011, consulté le 26 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/6351

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page