Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2024Harry Braverman, Travail et capit...

Harry Braverman, Travail et capitalisme monopoliste

Antoine Argentier
Travail et capitalisme monopoliste
Harry Braverman, Travail et capitalisme monopoliste, Les Editions sociales, 2023, 413 p., Préface de Juan Sebastian Carbonell, ISBN : 978-2-35367-096-3.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 À noter que ces discours se doublent d’une valorisation insistante de la « connaissance » et donc d (...)
  • 2 Intitulée « Labour Process Theory », cette approche porte une attention particulière aux procédés p (...)

1Quel sens revêt désormais le travail réalisé dans le cadre de l’emploi, alors que le progrès technique est censé libérer les travailleur·se·s par le développement des machines et des robots, comme le prétendent un grand nombre de discours sociaux et médiatiques1 ? L’analyse de la dynamique d’accumulation du capital et de la réorganisation des processus de travail menée par Harry Braverman dans cet ouvrage contribue largement à éclairer la réflexion à ce sujet, et ce d’autant plus qu’elle est informée par une expérience de première main d’ouvrier qualifié. Comme le précise le sociologue Juan Sebastian Carbonell, qui a préfacé la réédition de cet écrit presque cinquantenaire, il s’agit d’un « classique » de la sociologie du travail, à l’origine d’un courant qui s’est structuré autour de la réflexion sur les évolutions du travail2. À partir d’une littérature managériale et sociologique, ainsi que de données statistiques issues de recensements officiels et de sondages, il entend démontrer comment le mode de production et les processus de travail, jusque dans leurs variations, sont « produits par des rapports sociaux […] capitalistes » (p. 26). Plus précisément, il souligne comment l’imposition progressive du contrôle hiérarchique sur le processus de travail en a dégradé les conditions et la « classe ouvrière » elle-même.

  • 3 Friedman George, Le travail en miettes. Spécialisation et loisirs, Paris, Gallimard, 1956

2Pour Braverman, il existe une contradiction entre les observations de la plupart des écrits consacrés à l’emploi : l’exigence de « niveaux d’éducation et d’expérience sans cesse plus élevés », liée à l’usage de machines et de techniques plus complexes, coexiste avec une « insatisfaction grandissante au sujet des conditions de travail » (p. 13), tant dans le secteur industriel que dans le secteur tertiaire. Si des travaux sur le « morcellement du travail » existaient déjà3, il note qu’aucun d’entre eux ne parvenait réellement à concilier ces deux constats. Il entreprend ainsi de reconstituer les processus historiques et sociaux au cours desquels le travail a été rationalisé et mécanisé dans les usines comme dans les bureaux, et qui agiraient au détriment de la qualification réelle des travailleur·se·s.

3La première partie, consacrée au travail et à l’organisation du travail, débute par une clarification théorique autour de la division du travail et de la force de travail. La séparation du travail humain entre la conception et l’exécution – ce qui a été pensé par l’un·e peut être réalisé par un·e autre – est tenue pour le principal objectif de la mise en place de l’organisation du travail capitaliste. D’après l’auteur, cette dernière prend son origine dans la nécessité de contrôler le processus de travail, qui était souvent réalisé à domicile ou sur un lieu de travail donné où l’autorité était déléguée à un contremaître ou un responsable. Dans le but de compresser les coûts du travail à la baisse, les capitalistes tentent de rationaliser l’organisation de la production. C’est pourquoi la division sociale du travail se mue en une parcellarisation extrême des tâches. Ce processus facilite tant la marchandisation de la force de travail que la diminution du salaire que chaque travailleur·se peut espérer (p. 74). Partant, la suite de cette partie déplace le regard sur le développement de l’organisation scientifique du travail (OST) sous l’égide de Taylor, qui dépossède l’ouvrier de son savoir et de ses capacités traditionnelles. C’est en effet l’usage du monopole du savoir par des responsables représentant la direction de l’entreprise qui dégrade les capacités techniques des ouvriers. Cette imposition d’une nouvelle organisation du travail ne s’est pas cependant produite de manière linéaire : l’expérience de la transformation du processus propre à Ford, qui souffrait dans le secteur automobile de taux d’absentéisme et de remplacement de la main-d’œuvre records, montre que la subordination des ouvriers est progressive et permise par la substitution des anciennes organisations du travail, et par la concession de salaires plus élevés pour surmonter le mécontentement (p. 126).

4Dans la deuxième partie portant sur le rapport entre la science et la mécanisation, Braverman commence par ressaisir la dynamique du progrès technique. Avant la fin du XIXe siècle, il semble que l’invention technique précédait la science, qui n’était pas encore incorporée aux unités industrielles et financée par des organisations capitalistes. Ce n’est que lors de la phase monopoliste du capitalisme que les premiers laboratoires industriels de recherche virent le jour, afin de produire des innovations systématiques et directement employables dans le procès de production. Le laboratoire de Thomas Edison en est l’illustration (p. 139). Le travail humain n’est pas délaissé par cette « révolution technologique » et commence ainsi à être étudié à la manière d’une machine : le temps nécessaire pour accomplir des gestes et des mouvements dans le cadre d’une tâche est systématiquement mesuré, ainsi que la dépense énergétique nécessaire. Cette abstraction des formes particulières du travail à des fins de quantification participe largement à standardiser le travail et ses rythmes, et constitue une ressource majeure pour le développement de l’OST. Mais c’est surtout par l’introduction de nouvelles machines, dont le contrôle échappe aux travailleur·se·s qui l’utilisent, que la dépossession du processus s’accentue, puisque c’est le propriétaire des moyens de production qui en détermine le rythme pour accroître la productivité du travail. Comme le pointe l’auteur, la mécanisation n’induit pas automatiquement une perte de contrôle et de qualification pour le travailleur, car cela dépend du degré d’automation de l’outil et de son contrôle externe au producteur direct (p. 174).

5Dans la troisième partie, le propos se recentre sur la dynamique monopolistique du capitalisme. La concentration du capital ne serait qu’un corollaire de son accumulation, lorsque les limites liées à la forme personnelle de l’entreprise sont levées, et que celle-ci ne se confond plus avec son créateur. L’institutionnalisation du capital nécessite progressivement un corps spécialisé affecté au contrôle d’une organisation du travail croissante. La structure de l’entreprise « moderne » (p. 218) se complexifie, en particulier pour remplir des fonctions administratives. Elle présente trois aspects déterminants : la commercialisation ; une structure de direction de l’entreprise ; la fonction de coordination sociale par la décentralisation des activités. Cette dynamique extensive ne peut néanmoins se comprendre sans restituer le processus de substitution du marché et de l’entreprise capitaliste à la famille ou aux organisations communautaires comme unités d’organisation de la vie sociale, de production et de consommation. Elle peut être synthétisée par un processus de double conquête des différents biens produits par les formes marchandes, ainsi que d’un panel croissant de services proposés sur le marché, avant la mise en place de cycles de produits pour assurer le renouvellement de la consommation (p. 231).

  • 4 Ce concept trouve son équivalent dans la sociologie française contemporaine avec celui de « classes (...)
  • 5 Le sens commun dans les pays anglo-saxons distingue traditionnellement les travailleur·se·s de l’in (...)

6La quatrième partie déplace la perspective vers les catégories et les mouvements d’emplois, plus particulièrement sur ce que l’auteur appelle la « classe ouvrière »4. Il remarque comment une même catégorie statistique peut recouvrir une réalité sociale différente entre deux périodes, ici entre les années 1850 et les années 1960. En effet, les « employés de bureau », dont l’essor est lié à la structuration administrative des entreprises, bénéficient d’un salaire en baisse relativement aux ouvriers. Cette baisse est liée à l’introduction d’une OST au travail de bureau, qui consiste à séparer progressivement le travail dans le bureau, en s’appliquant à diviser et décomposer l’information (p. 260). Typiquement, les systèmes de traitement numérique et informatique de l’information, par exemple par le biais de cartes perforées lues par un ordinateur, contribuent au contrôle du travail et à son industrialisation. Les emplois de ce secteur connaissent ainsi une dégradation analogue aux emplois ouvriers : la parcellisation des tâches conduit les employeur·e·s à baisser leurs exigences de niveau de qualification. C’est pourquoi Braverman ne distingue pas les travailleurs occupant ces emplois de bureau de ceux des usines en ce qui concerne leur appartenance à la « classe ouvrière » : ce n’est pas tant la couleur du col5 qui compte que l’occupation d’une position sociale analogue au sein de la structure hiérarchique et dans le processus de travail (p. 284).

  • 6 Cette thèse est aujourd’hui développée, quoiqu’avec une argumentation différente, par Gregory Verdu (...)

7Enfin, la cinquième et dernière partie s’achève sur un tableau dynamique de la position sociale et de la composition de la classe ouvrière. Braverman rappelle que l’analyse de la classe ouvrière ne peut se départir de celle des rapports sociaux antagonistes entretenus avec les détenteurs du capital (p. 307). En effet, la hausse de la productivité, ainsi que la concentration du capital, sont à l’origine de vastes mouvements de la main-d’œuvre et de la composition des secteurs d’activité. Dans ce cadre, il souligne combien le chômage est une réalité consubstantielle à la dynamique d’accumulation du capital, qui cause en retour une « accumulation de la misère » (p. 315). Il approfondit les statistiques officielles du chômage par des mesures de formes différentes de sous-emploi, d’inactivité liée au découragement de la recherche d’emploi, et de l’emploi dans la pauvreté pour appréhender la « surpopulation laborieuse relative » (p. 317). Cette expression désigne la proportion de travailleur·se·s qui constitue « l’armée industrielle de réserve », toujours disponible pour être employée par le capital. Elle est évaluée entre 4 et 10 fois supérieure à la population officielle du chômage. Finalement, il critique l’idée maintes fois répétée d’une hausse moyenne des qualifications, artéfact statistique qui dissimule une polarisation accrue des qualifications, au détriment d’une majorité de travailleur·se·s6.

  • 7 Duru-Bellat Marie, L’inflation scolaire. Les désillusions de la méritocratie, Paris, Seuil, 2006 ; (...)
  • 8 Dujarier Marie-Anne, L’idéal au travail, Paris, PUF, 2006 ; Linhart Danièle, La comédie humaine du (...)
  • 9 Bouffartigue Paul, Les cadres. Fin d’une figure sociale, Paris, La Découverte, 2001 ; De Gaulejac V (...)
  • 10 Weber Florence, Le travail à côté. Étude d’ethnographie ouvrière, Paris, EHESS, 1991 ; Pruvost Gene (...)
  • 11 Cf. Carbonell Juan Sebastian, Le futur du travail, Paris, Amsterdam, 2022. Les réflexions de Braver (...)
  • 12 Burawoy Michael, Produire le consentement, Montreuil, La Ville Brûle, 2015 ; compte-rendu d’Igor Ma (...)

8La densité de l’ouvrage et le caractère très étendu de l’analyse touchant à de nombreux questionnements contemporains, comme les débats autour de la thèse de l’inflation des diplômes7 ; le contrôle et l’autonomie dans l’organisation du travail8 ; le statut de la classe d’encadrement dans les rapports sociaux9 ou encore la dépossession de savoirs et pratiques d’autoproduction et d’autoconsommation par l’extension du capital10, en font un ouvrage incontestablement très riche et précieux pour saisir les transformations sociales autour du travail et de la vie sociale11. Il convient toutefois de ne pas en réduire les apports autour de l’idée principale de déqualification du travail comme mouvement inexorable, ainsi que l’ont précisé certaines critiques, insistant sur les résistances aux destructions des métiers12.

Haut de page

Notes

1 À noter que ces discours se doublent d’une valorisation insistante de la « connaissance » et donc des formes d’emploi dont l’exercice serait conditionné à leur maîtrise et manipulation. Cette « nouvelle économie » repose plus sur une vision déformée que sur une réalité sociale. Cf. Gadrey Jean, Nouvelle économie, nouveau mythe, Paris, Flammarion, 2000.

2 Intitulée « Labour Process Theory », cette approche porte une attention particulière aux procédés par lesquels « le capital transforme la force de travail en travail effectif ». cf. Carbonell Juan Sebastian, in Braverman Harry, Travail et capitalisme monopoliste, Paris, Éditions Sociales, 2023 [1974].

3 Friedman George, Le travail en miettes. Spécialisation et loisirs, Paris, Gallimard, 1956

4 Ce concept trouve son équivalent dans la sociologie française contemporaine avec celui de « classes populaires ». Pour une réflexion sur l’évolution de la catégorisation scientifique et le sens du « populaire », cf. Schwartz Olivier, « Peut-on parler des classes populaires ? », La vie des idées, 13/09/2011, disponible en ligne à l’adresse suivante : https://laviedesidees.fr/Peut-on-parler-des-classes.

5 Le sens commun dans les pays anglo-saxons distingue traditionnellement les travailleur·se·s de l’industrie du secteur des services par la couleur de leur col (« blue collar » vs « white collar »). L’essor de cette seconde catégorie s’est notamment articulé autour de la valorisation de leur condition, à partir de ce détail vestimentaire, qui refléterait un statut social plus favorable (propreté, niveau d’études plus élevé…).

6 Cette thèse est aujourd’hui développée, quoiqu’avec une argumentation différente, par Gregory Verdugo. Cf. Verdugo Grégory, Les nouvelles inégalités du travail. Pourquoi l’emploi se polarise, Paris, Presses Sciences Po, 2017 ; compte-rendu d’Éric Keslassy pour Lectures : https://doi.org/10.4000/lectures.23319.

7 Duru-Bellat Marie, L’inflation scolaire. Les désillusions de la méritocratie, Paris, Seuil, 2006 ; Maurin Éric, La nouvelle question scolaire. Les bénéfices de la démocratisation, Paris, Seuil, 2007 ; Poullaouec Tristan, Le diplôme, arme des faibles, Paris, La Dispute, 2010 ; compte-rendu de Christophe Delay pour Lectures : https://doi.org/10.4000/lectures.1069.

8 Dujarier Marie-Anne, L’idéal au travail, Paris, PUF, 2006 ; Linhart Danièle, La comédie humaine du travail. De la déshumanisation taylorienne à la sur-humanisation managériale, Paris, Erès, 2015 ; compte-rendu de Marc-Antoine Pencolé pour Lectures : https://doi.org/10.4000/lectures.17816 ; Goussard Lucie, « Mythes et réalités du travail par projet. Enquête auprès de salariés de l’ingénierie automobile », Savoir/Agir, vol. 2017/2, n° 40, p. 21-27.

9 Bouffartigue Paul, Les cadres. Fin d’une figure sociale, Paris, La Découverte, 2001 ; De Gaulejac Vincent, Travail. Les raisons de la colère, Paris, Points, 2011 ; Flocco Gaëtan, Des dominants très dominés. Pourquoi les cadres acceptent leur servitude, Paris, Raisons d’Agir, 2015 ; compte-rendu d’Agathe Foudi pour Lectures : https://doi.org/10.4000/lectures.19998.

10 Weber Florence, Le travail à côté. Étude d’ethnographie ouvrière, Paris, EHESS, 1991 ; Pruvost Geneviève, Quotidien politique. Féminisme, écologie, subsistance, Paris, La Découverte, 2021 ; compte-rendu de Carmen Dreysse pour Lectures : https://doi.org/10.4000/lectures.53857.

11 Cf. Carbonell Juan Sebastian, Le futur du travail, Paris, Amsterdam, 2022. Les réflexions de Braverman irriguent son analyse du devenir des organisations du travail contemporaines ; compte-rendu de Sébastien Bauvet pour Lectures : https://doi.org/10.4000/lectures.56700.

12 Burawoy Michael, Produire le consentement, Montreuil, La Ville Brûle, 2015 ; compte-rendu d’Igor Martinache pour Lectures : https://doi.org/10.4000/lectures.19656.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Antoine Argentier, « Harry Braverman, Travail et capitalisme monopoliste », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 26 janvier 2024, consulté le 22 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/lectures/63543 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.63543

Haut de page

Rédacteur

Antoine Argentier

Agrégé de Sciences Économiques et Sociales. Enseignant de SES au lycée.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search