Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2024Fanny Chabrol, Jean-Paul Gaudilli...

Fanny Chabrol, Jean-Paul Gaudillière, Introduction à la santé globale

Loïg Pascual
Introduction à la santé globale
Fanny Chabrol, Jean-Paul Gaudillière, Introduction à la santé globale, Paris, La Découverte, coll. « Repères Histoire », 2023, 128 p., ISBN : 9782348081019.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir Merson Michael H., “University engagement in global health”, The New England Journal of Medici (...)

1Le champ de la santé globale connaît une expansion sans précédent depuis trente ans. Ses enjeux sont omniprésents lors des sommets du G7, G20 et des partenariats entre institutions supranationales – Organisation mondiale de la Santé, Banque mondiale –, fondations philanthropiques et organisations non gouvernementales. Aux États-Unis, le nombre d’universités dotées d’un cursus en santé globale – incluant un partenariat avec au moins une institution du Sud global – a été multiplié par dix de 2001 à 20111. Pourtant, la pandémie de COVID-19 a pris de court ces initiatives en laissant place à une gestion traditionnelle des États – fermeture des frontières, traçage des cas, quarantaine… C’est à la lumière de cette actualité que l’historien des sciences Jean-Paul Gaudillère et la socio-anthropologue Fanny Chabrol proposent un aperçu historique des travaux « qui se sont intéressés aux relations entre mondialisation et santé » (p. 9).

  • 2 Chatterjee Partha, The Nation and Its Fragments. Colonial and Postcolonial Histories, Princeton, Pr (...)

2Puisant dans l’anthropologie médicale et l’histoire de la santé, cette introduction aborde la santé globale comme un « assemblage d’acteurs, de savoirs, de pratiques et de politiques » (p. 4). Citant les travaux séminaux de Partha Chatterjee et Dipesh Chakrabarty2, Fanny Chabrol et Jean-Paul Gaudillière inscrivent leur propos dans la continuité des mouvements pour la décolonisation de la santé globale, rappelant la nécessité de se décentrer d’une vision impériale de la santé. À cet égard, ils notent que « l’histoire de la santé et du gouvernement des corps a joué un rôle essentiel dans la démarche des chercheurs indiens » (p. 11), dont l’historiographie rend compte de deux tensions : l’une entre valorisation marchande des territoires et médecine tropicale au service des colons ; l’autre entre formation des professionnels de santé « indigènes » (p. 17) par les États coloniaux et reprise en main du système lors des décolonisations. Il s’agit ainsi tout au long de l’ouvrage de replacer la construction des institutions de gouvernance internationales en santé dans l’histoire des relations entre Nord et Sud – tout en discutant ces démarcations. Enfin, l’accent est mis sur le tournant néolibéral – un ensemble de mesures de priorisation économique, d’ajustements structurels et de partenariats public-privé qui débutent à la fin des années 1970 et se poursuivent jusqu’aux années 2000 – où la prise de décision est dominée par les indicateurs de performance, les données épidémiologiques et l’expertise biomédicale (p. 41-58). L’ouvrage est organisé en six parties chronologiques qui visent à démêler la pluralité des mondialisations de la santé et à souligner les continuités postcoloniales.

3Les mondialisations de la santé trouvent leur origine dans la colonisation et la nécessité d’ajuster le mouvement des biens au contrôle des maladies. Vient ensuite la première vague de remise en cause par les États du Sud global des modèles centralisés, verticaux et pharmaceutiques hérités des empires coloniaux, une évolution qui s’incarne dans les stratégies d’accès aux soins primaires. La conférence d’Alma-Ata en 1978 valorise ainsi les dispensaires locaux et une vision démocratique de la légitimité des interventions, s’appuyant sur les savoirs et guérisseurs déjà en place dans les communautés. Toutefois, les succès relatifs de ces essais – les auteurs évoquent les médecins nus pieds en Chine et l’intégration de la médecine ayurvédique dans les réseaux de centre de santé au Kerala – sont remis en cause par les professionnels de la santé des pays du Nord et les fondations philanthropiques.

  • 3 McGoey Linsey, « Philanthrocapitalism and its critics », Poetics, vol. 40, n° 2, 2012, p. 185-199.
  • 4 Cette fondation a eu un rôle clé dans l’organisation des campagnes de vaccination au Brésil, se met (...)
  • 5 On verra les travaux de João Biehl, notamment « Pharmaceuticalization : AIDS Treatment and Global H (...)

4Selon Chabrol et Gaudillère, les années 1980 marquent un tournant : les priorités stratégiques sont redéfinies ainsi que les acteurs ayant légitimité à choisir les objets de la gouvernance en santé globale. Il s’agit d’abord de l’émergence d’un philanthrocapitalisme3 même si la participation des fondations privées à la santé publique des États du Sud, comme celle de la Fondation Rockefeller, est ancienne4. La nouveauté des fondations comme celle de Bill et Melinda Gates se trouve dans la promotion d’une culture managériale et la négociation des aides financières et technologiques en contrepartie d’ouverture aux partenariats publics-privés en santé. Vient ensuite l’entrée de la Banque mondiale dans ce secteur avec la publication en 1993 du World Development Report : Investing in Health qui marque un passage vers le triage systémique : « un idéal de priorisation économique des investissements » (p. 52). À l’image des stratégies de couverture santé universelle, les discussions sont réduites à des questions d’accès à un panier de soins via un mélange de financements publics et privés, laissant de côté les déterminants sociaux de la santé5.

  • 6 Epstein Steven, Impure Science: AIDS, Activism, and the Politics of Knowledge, Berkeley, University (...)
  • 7 Krikorian Gaëlle Pascale, « From AIDS to Free Trade Agreements: Knowledge Activism in Thailand’s Mo (...)

5Les discours entourant ces politiques d’accès se caractérisent par une responsabilisation accrue du patient. Pour combler le vide laissé par des hôpitaux surchargés et déficitaires, les États du Sud choisissent de recourir massivement aux antibiotiques, déléguant aux populations la charge de mener des choix informés. Dans la continuité de l’activisme thérapeutique autour du sida6, les patients deviennent alors « experts non seulement des molécules et des procédures de recherche clinique, mais également des appareils juridiques » (p. 66). On peut illustrer cet aspect par la façon dont les activistes thaïlandais ont soutenu la recherche nationale, contre la propriété intellectuelle et l’accord de libre-échange avec les États-Unis, pour obtenir des antirétroviraux à moindre prix sur les marchés indiens7.

6Les États eux-mêmes encouragent la reformulation des médicaments mêlant savoirs traditionnels et expertises locales, à l’image du « drugs for all » qui permet au Brésil de contourner le monopole de la compagnie Merck sur l’Efavirenz, un médicament antirétroviral aussi utilisé dans le traitement du VIH. On observe ainsi la formation d’« une alternative épistémique à la biomédecine molécularisée » par laquelle les pays du Nord exercent leur monopole (p. 71). Malgré cela, il n’y a pas vraiment de rupture postcoloniale dans les rapports entre pays du Nord et du Sud. Les auteurs parlent à cet égard d’« infrastructure affective pour souligner les rémanences du passé colonial dans le présent » (p. 82) : par exemple, « la dimension curative et hospitalière de l’offre de soins prédomine » au Sud (p. 77), tandis que les approches de la santé publique restent verticales, viennent du Nord et donnent la priorité aux maladies infectieuses comme du temps de la médecine tropicale.

  • 8 Une partie de la santé globale appelle à la coordination dans le cadre du risque sanitaire et de la (...)

7Cette introduction se termine sur l’actualité de la mondialisation de la santé dans le cadre des changements environnementaux, les auteurs évoquant les retombées polluantes de l’activité humaine (« 90 % des dégâts sanitaires résultant de la production industrielle concernent les Suds », p. 91), les zoonoses mais aussi la prise en compte des interconnexions entre la santé des animaux, celle des humains et celle des écosystèmes. On peut évoquer la résistance accrue des bactéries aux antibiotiques, qui résulte du modèle de soin évoqué plus haut, basé sur la production de médicaments. Il ne s’agit cependant que d’un bref aperçu et les auteurs laissent de côté des questions liées comme la prise en charge médicale des flux migratoires8.

  • 9 Voir Fassin Didier, « Epilogue: In Search of Global Health », in Jean-Paul Gaudillière, Claire Beau (...)
  • 10 Voir Gardon Sébastien, Gautier Amandine et Le Naour Gwenola (dir.), La santé globale au prisme de l (...)
  • 11 Voir Fassin Didier, L’espace politique de la santé. Essai de généalogie, Paris, Presses Universitai (...)

8Au moment où la maladie à virus Ebola occupait l’espace médiatique occidental, l’anthropologue Didier Fassin rappelait la nécessité de distinguer analytiquement la maladie de sa gestion et de ses représentations9. L’impulsion globale et solidaire, voire humanitaire et surplombante depuis les Nords, masquait des réalités d’abord locales et nationales. L’ouvrage de Chabrol et Gaudillère s’inscrit dans cet ensemble de travaux qui, à la suite de la sociologie de la traduction et des approches cognitives des politiques publiques10, étudie à plusieurs échelles les processus de construction, légitimation, appropriation des objets de gouvernance. C’est au sein de cet espace politique de la santé11 globale que la légitimité de l’intervention des ONG, des fondations philanthropiques et des institutions supranationales se renégocie, et que se rejouent les rapports centres-périphéries à l’échelle mondiale.

9

Haut de page

Notes

1 Voir Merson Michael H., “University engagement in global health”, The New England Journal of Medicine, vol. 370, n° 18, 2014, p. 1676–1678.

2 Chatterjee Partha, The Nation and Its Fragments. Colonial and Postcolonial Histories, Princeton, Princeton University Press, 1993 ; Chakrabarty Dipesh, Provincializing Europe : Postcolonial Thought and Historical Difference, Princeton, Princeton University Press, 2000.

3 McGoey Linsey, « Philanthrocapitalism and its critics », Poetics, vol. 40, n° 2, 2012, p. 185-199.

4 Cette fondation a eu un rôle clé dans l’organisation des campagnes de vaccination au Brésil, se mettant de fait mise au service de normes eugénistes. Löwy Iliana, Virus, moustiques et modernité : La fièvre jaune au Brésil entre science et politique, Paris, Archives d’Histoire Contemporaine, 2001.

5 On verra les travaux de João Biehl, notamment « Pharmaceuticalization : AIDS Treatment and Global Health Politics », Anthropological Quarterly, vol. 80, n° 4, 2007, p. 1083–1126.

6 Epstein Steven, Impure Science: AIDS, Activism, and the Politics of Knowledge, Berkeley, University of California Press, 1996.

7 Krikorian Gaëlle Pascale, « From AIDS to Free Trade Agreements: Knowledge Activism in Thailand’s Movement for Access to Medicines », Engaging Science, Technology, and Society, vol. 3, p. 154-179.

8 Une partie de la santé globale appelle à la coordination dans le cadre du risque sanitaire et de la santé des migrants, on peut voir Zimmerman Cathy, Ligia Kiss, Mazeda Hossain, « Migration and Health : A Framework for 21st Century Policy-Making », PLoS Medicine, vol. 8, n° 5, 2011, e1001034. On peut aussi évoquer les questions de prise en charge posées par l’admission de patients de langue étrangères dans les services de soins.

9 Voir Fassin Didier, « Epilogue: In Search of Global Health », in Jean-Paul Gaudillière, Claire Beaudevin, Christoph Gradmann, Anne M. Lovell et Laurent Pordié (dir.), Global health and the new world order Historical and anthropological approaches to a changing regime of governance, Manchester, Manchester University Press, 2020, p. 230-243.

10 Voir Gardon Sébastien, Gautier Amandine et Le Naour Gwenola (dir.), La santé globale au prisme de l’analyse des politiques publiques, Versailles, Éditions Quæ, 2020.

11 Voir Fassin Didier, L’espace politique de la santé. Essai de généalogie, Paris, Presses Universitaires de France, 1996.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Loïg Pascual, « Fanny Chabrol, Jean-Paul Gaudillière, Introduction à la santé globale », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 02 février 2024, consulté le 03 mars 2024. URL : http://journals.openedition.org/lectures/63616 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.63616

Haut de page

Rédacteur

Loïg Pascual

Doctorant en histoire de la pensée politique à l’École d’études politiques de l’université d’Ottawa.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search