Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2024Élie Guéraut, Le déclin de la pet...

Élie Guéraut, Le déclin de la petite bourgeoisie culturelle

Tristan Dominguez
Le déclin de la petite bourgeoisie culturelle
Élie Guéraut, Le déclin de la petite bourgeoisie culturelle, Paris, Raisons d'agir, coll. « Microcosmes », 2023, 207 p., postface de Nicolas Renahy, ISBN : 979-10-97084-32-5.
Haut de page

Texte intégral

1Élie Guéraut propose dans cet ouvrage une description approfondie de l’émergence et de la fragilisation de la petite bourgeoisie culturelle de la ville de Lergnes (le nom a été changé). L’auteur opère un travail de définition sur ce groupe social, nommé dans les années 2000 par des termes peu précis tels que « bobos » ou « néo-ruraux ». Il le caractérise par une position intermédiaire, qu’on ne peut ni assimiler aux classes populaires, du fait de conditions et d’un style de vie différents, ni à la bourgeoisie, cette dernière étant soucieuse de tenir ses distances avec le groupe en question. Le terme regroupe en majorité des personnes occupant des emplois publics ou parapublics, souvent engagées dans la production ou l’intermédiation artistique, ou menant des activités politiques, syndicales, sociales ou éducatives. Elles se retrouvent également à gauche de l’échiquier politique, avec un gout pour la contre-culture ou l’avant-gardisme (comme l’art contemporain).

2Cette petite bourgeoisie culturelle nait dans un contexte particulier, que le sociologue retrace avant de montrer les évolutions récentes menaçant sa reproduction ou du moins les privilèges qu’elle avait réussi à obtenir. Élie Guéraut montre ainsi comment l’émergence de ce groupe dans les années 1980 et 1990 est liée à la fois au développement de l’État social, à des formes de sociabilités tournées vers des pratiques culturelles spécifiques (comme le rock ou le cinéma) et à un certain engagement politique. Son déclin s’explique quant à lui par le désengagement des pouvoirs publics dans les activités socio-culturelles, le renforcement d’une petite bourgeoisie économique concurrente et l’éloignement avec les classes populaires. Pour rendre compte de cette évolution, le sociologue s’appuie sur un travail d’enquête au long cours, multipliant les méthodes et les accès : une présence régulière dans la ville de 2011 à 2018 (avec une nouvelle visite en 2022), deux cents entretiens, la consultation d’archives et de statistiques publiques ainsi que des observations participantes (en tant que bénévole dans des associations culturelles, entre autres). Le livre est découpé en cinq chapitres, et reprend un ordre chrono-thématique permettant de suivre l’évolution historique de la petite bourgeoisie culturelle de Lergnes.

3Le premier chapitre s’attache à restituer la genèse de la petite bourgeoisie culturelle en retraçant le parcours de la génération que l’auteur nomme « les pionniers ». Cette dernière, dont les membres sont nés dans les années 1950 et 1960, profite des politiques scolaires et culturelles menées dans les années 1970 et parvient à obtenir des postes pérennes, en grande partie dans des associations ou à la mairie. Elle gagne une respectabilité auprès des pouvoirs publics locaux en s’imposant comme représentante de la culture et de la jeunesse. Deux fractions se distinguent au sein de cette génération. L’une, rangée vers le « pôle légitimiste », se démarque par une origine sociale plutôt favorisée et se rencontre via la Maison de la Culture de Lergnes. Ses représentants font l’expérience des études supérieures à Paris ou dans de grandes agglomérations où ils suivent des filières artistiques ou de SHS. Ils reviennent ensuite dans leur ville natale où ils organisent des projets culturels, comme des concerts ou des festivals. L’autre fraction, appelée les « rockeurs », est plutôt issue des milieux modestes. Elle profite de la massification scolaire pour arriver jusqu’au lycée, créant des sociabilités tournées vers la contre-culture anglo-saxonne (avec des gouts musicaux comme Bob Dylan, Led Zeppelin et The Velvet Underground, par exemple). Les aspirations culturelles des rockeurs se voient renforcées par la fréquentation et la participation aux évènements organisés par cette génération.

4Un moment important, marquant la constitution de cette petite bourgeoisie culturelle et sa suite, se trouve en 1983, lorsque certains pionniers se rassemblent sous une même liste en vue des élections municipales. Si elle n’obtient que 3 % des voix, cette liste attire l’attention médiatique et se voit prise en compte par les socialistes alors au pouvoir. Le deuxième chapitre retrace cette accession au pouvoir, par laquelle les pionniers se positionnent en faveur de la démocratie culturelle et prennent la place de militants d’extrême gauche engagés pour une démocratisation de la culture légitime. Ils jouissent alors d’un contexte national favorable à ce type de posture, du fait des politiques de Jack Lang, comme la décentralisation et la déconcentration de l’État. Les années 1980 sont l’occasion pour les pionniers de s’affirmer dans leur militantisme associatif et de s’imposer dans la nébuleuse culturelle. Durant les nouvelles élections en 1989, la liste parvient à obtenir 9 % des voix, amenant l’obtention de deux sièges au conseil municipal. Les années 1990 sont marquées par une délégation aux associations des compétences des pouvoirs publics, renforçant le rôle et la professionnalisation de cette génération. C’est ainsi qu’elle parvient à des postes pérennes (dans des associations ou dans des instances politiques) et à devenir incontournable auprès de la mairie et de la région sur les sujets relatifs à la culture et à la jeunesse.

5Le troisième chapitre questionne la reproduction sociale de cette petite bourgeoisie culturelle. Une nouvelle génération, née dans les années 1980, tente de prendre la relève mais fait face à des difficultés. Elle se recrute principalement dans les classes populaires, alors que les enfants des pionniers s’installent au sein des grandes agglomérations. Les membres de cette génération construisent leurs aspirations en fréquentant le lycée et les études supérieures puis reviennent à Lergnes pour y trouver du travail, face à un marché de l’emploi en tension. La réussite de l’insertion lors du retour est pour partie liée au soutien des pionniers, développant une relation ambigüe entre les deux générations, teintée de coopération, de rareté des postes et de reproches. N’excluant pas la précarité, ce retour se vit sur le mode de l’échec. Cette nouvelle génération se tient à distance des institutionnels et des politiques, préférant une autonomie vis-à-vis des pouvoirs publics en se revendiquant de l’indépendance. Une forme d’indignité culturelle frappe cette nouvelle génération, là où les rockeurs de l’ancienne génération parvenaient à y faire face, en se légitimant à travers des manifestations culturelles.

6Le quatrième chapitre poursuit la description de ce déclin de la petite bourgeoisie culturelle en observant qu’il est dû au désengagement de l’État sur le volet culturel. Élie Guéraut en rend compte notamment au niveau global à travers la Révision générale des politiques publiques mais aussi au niveau local avec la victoire électorale d’un nouveau maire sans étiquette en 2014, soutien d’Emmanuel Macron en 2016 (alors que Lergnes était un bastion socialiste depuis les années 1970). S’ensuit une réduction des budgets (-14 % pour les associations entre 2015 et 2016), freinant considérablement la professionnalisation de la génération arrivante. De nouvelles personnes sont nommées au sein de la mairie, extérieures aux réseaux d’interconnaissance de la petite bourgeoisie culturelle, mettant fin à leur relation privilégiée avec les services municipaux, qui leur permettait par exemple d’obtenir facilement une salle.

7Enfin, le cinquième chapitre se concentre sur la légitimité contestée de la petite bourgeoisie culturelle. Cette contestation est le fait d’une petite bourgeoisie économique, socialement proche des nouveaux élus, qui trouve son cœur auprès d’une association, la Jeune Chambre Économique de Lergnes. En 2014, elle tente d’organiser un concours de création d’œuvres d’art afin de faire dialoguer les mondes économiques et les artistes, se positionnant en représentante de la culture. Elle promeut des formes culturelles plus conservatrices, comme l’opéra plutôt que les concerts rock. Face à cette concurrence, la petite bourgeoisie culturelle conteste la pertinence de la communication et le statut artistique des œuvres. Elle déploie ainsi une stratégie de disqualification et mobilise pour ce faire son pouvoir symbolique. Elle se détache également des classes populaires, par une volonté de distinction dans un moment de paupérisation commune, permettant de justifier le mépris de classe dont elle use parfois à leur encontre. Par exemple, pour désigner les membres de ces catégories populaires, elle peut faire usage du terme « cassos ».

8Élie Guéraut dessine ainsi les contours de la petite bourgeoisie culturelle à travers la description des parcours de ses membres, en les rattachant à un contexte local et national. Il interroge de ce fait l’usage du terme de « classe moyenne », inopérant pour restituer la complexité des fractions de la petite bourgeoisie, traversée par des tensions, notamment entre un pôle économique et un pôle culturel. En liant l’émergence de ce dernier au développement de la main gauche de l’État, l’auteur montre les signes de son déclin et permet l’appréhension d’un phénomène qui dépasse le cas d’étude de Lergnes. Il vient nourrir à la fois la sociologie de la stratification sociale, la sociologie de la culture et la géographie. Des pistes de réflexion s’ouvrent alors : quelles seront les stratégies développées par cette petite bourgeoisie ? Quels sont les effets de sa disqualification symbolique sur les autres acteurs en présence (politiques, pôle économique, classes populaires) ? Face aux difficultés rencontrées, les aspirations à l’indépendance se trouveront-elles modifiées ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Tristan Dominguez, « Élie Guéraut, Le déclin de la petite bourgeoisie culturelle », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 05 février 2024, consulté le 17 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/lectures/63656 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.63656

Haut de page

Rédacteur

Tristan Dominguez

Tristan Dominguez est docteur en sciences de l’information et de la communication et occupe un poste d’ATER au Celsa à Sorbonne Université.

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search