Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2024Sudhir Hazareesingh, Les intellec...

Sudhir Hazareesingh, Les intellectuels fondateurs de la République. Cinq études sur la pensée politique au XIXe siècle

Cloé Artaut
Les intellectuels fondateurs de la République
Sudhir Hazareesingh, Les intellectuels fondateurs de la République. Cinq études sur la pensée politique au XIXe siècle, Lormont, Le Bord de l'eau, 2023, 391 p., ISBN : 9782356879288.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 L’auteur distingue ici à juste titre les apports différenciés de trois sous-champs disciplinaires. (...)
  • 2 Skinner Quentin, La liberté avant le libéralisme, Paris, Le Seuil, coll. « Liber », 2000, p. 67.

1La forte instabilité institutionnelle du XIXsiècle rendait urgente l’élaboration d’une doctrine solide à destination d’un futur régime républicain. La stabilisation de la IIIe République à partir de 1875 se fait donc sur le fondement d’une idéologie républicaine renouvelée, imaginée par des penseurs issus d’horizons intellectuels différents. C’est à la formation de cette idéologie, beaucoup plus composite qu’on ne l’imagine, que l’ouvrage de Sudhir Hazareesingh s’intéresse. Son étude explore les origines du républicanisme français et son apport distinct à la pensée républicaine. Elle s’inscrit dans la continuité de travaux sur les origines intellectuelles de la IIIe République, qui ont jusqu’ici majoritairement situé les fondations intellectuelles du régime dans le triomphe des doctrines rationalistes à la fin du XIXe siècle, lui-même encouragé par des élites politiques soucieuses d’offrir stabilité et légitimité au régime1. Dans ce contexte, l’ouvrage de Sudhir Hazareesingh défend l’idée que la pensée républicaine française de la fin du XIXe siècle était en réalité « plus ouverte et plus complexe […] que ce que ses historiens orthodoxes semblent souvent suggérer » (p. 279). Pour le démontrer, il mobilise une approche « contextuelle » inspirée des travaux de Quentin Skinner, qui met l’accent sur l’environnement discursif dans lequel les textes sont produits et enjoint à « ne pas s’attacher exclusivement […] à un canon de textes prétendument classiques, mais plutôt à la place qu’occupent ces textes au sein de traditions et de contextes de pensée plus larges »2. Cette seconde injonction justifie le choix de l’auteur de s’intéresser à cinq penseurs qui, justement parce qu’ils n’appartiennent pas au « canon », nous renseignent sur la richesse des théories républicaines au fondement de la IIIe République.

2Le premier chapitre est consacré à Émile Littré, ancien disciple d’Auguste Comte et défenseur du positivisme, que l’auteur définit comme une doctrine centrée sur les valeurs « d’Ordre et de Progrès scientifique », « le rejet de toute forme de raisonnement “métaphysique” », et « l’idée d’une marche en avant de l’Humanité, suivant des lois prédéterminées » (p. 39). La principale contribution de Littré est d’avoir réussi à « positiver » la république en en faisant le régime de la « juste prépondérance », opposé au « culte du changement violent, radical et immédiat » incarné par le jacobinisme (p. 106). La synthèse qu’il tente de formuler entre positivisme et républicanisme présente cependant des faiblesses, notamment parce que son rejet de certaines idées républicaines, comme la participation citoyenne, ne permet pas de le distinguer des libéraux (p. 108-109). La trajectoire particulière de Littré permet finalement de relativiser la cohérence du positivisme et son rôle réel dans l’établissement des fondements idéologiques de la IIIe République (p. 110).

3Le second chapitre s’intéresse à Charles Dupont-White, penseur inqualifiable, « sorte d’énigme » (p. 112) pour l’historien des idées, que Sudhir Hazareesingh définit finalement comme un « centraliste », plaçant l’État « au cœur de sa philosophie politique » (p. 160). Ce centralisme est cependant particulier : si Dupont-White partage avec d’autres l’attachement à l’intérêt général, la célébration de Paris, l’éloge de la vie urbaine et le mépris des formes locales de pouvoir, il s’oppose au jacobinisme et au républicanisme de penseurs comme Gustave Tridon, qu’il perçoit comme un danger pour des libertés individuelles. Au total, la meilleure façon de comprendre Dupont-White serait donc de « l’imaginer comme un publiciste centraliste cherchant à dissiper les inquiétudes des libéraux face à l’ordre républicain qui émergeait » (p. 161). Sa doctrine originale a ainsi permis de légitimer la IIIe République en ralliant certains libéraux à son républicanisme modéré.

  • 3 Ozouf Mona, « Entre l’esprit des Lumières et la lettre positiviste : les républicains sous l’Empire (...)
  • 4 Le nom « Doctrinaires » désigne un rassemblement d’intellectuels et de haut-fonctionnaires royalist (...)

4Étienne Vacherot est un penseur surprenant. Souvent présenté comme un des « pères fondateurs3 » de l’idéologie républicaine, il ne reste républicain qu’un temps, après un premier engagement auprès des Doctrinaires4 et avant de défendre la monarchie dans La Démocratie Libérale en 1892. Dès le départ, son républicanisme, opposé au suffrage universel et pessimiste quant à la nature humaine, est ambigu (p. 186). Malgré ses nombreuses palinodies intellectuelles, Vacherot est resté attaché à des principes républicains tels que l’inaliénabilité des droits individuels, la séparation de l’Église et de l’État ou la vision de l’État comme dépositaire de l’intérêt général (p. 206-207). C’est un retour au catholicisme qui, à la fin de sa vie, le conduit finalement au royalisme.

5Le quatrième chapitre s’intéresse à un auteur rarement pris au sérieux par les historiens. Eugène Pelletan a en effet longtemps été décrit comme un simple idéaliste, un quarante-huitard romantique dont les idées n’étaient plus adaptées au pessimisme réaliste de rigueur après la défaite de 1871. Sudhir Hazareesingh voit au contraire chez lui le point de départ d’une remise en cause plus générale de l’opposition classique entre le « “romantisme” naïf de 1848 et le “positivisme” rigoureux des républicains de la fin du XIXe » (p. 215). Son républicanisme orthodoxe intègre des éléments du saint-simonisme, tels que la défense de l’industrialisme et d’un gouvernement assuré par une élite « scientifique » (p. 279-280). La pensée de Pelletan montre ainsi à quel point la culture politique de la IIIe République « continuait à être marquée par les idées des premiers socialistes et des saint-simoniens » (p. 217).

6L’ultime chapitre porte sur Jules Barni, néo-kantien d’abord reconnu pour la traduction des principales œuvres de son maître. Figurant parmi les « tout premiers moralistes laïcs de sa génération » (p. 284), il développe un républicanisme que Sudhir Hazareesingh qualifie d’« idéaliste », dont la théorie est « ancrée dans des convictions morales touchant la nature humaine et la société » (p. 343-344). Ses principes éthiques façonnent un républicanisme qui met l’accent sur la culture civique, l’éducation primaire, le respect de la loi et la protection des droits individuels. Il contribue également à l’élaboration d’un « municipalisme républicain » fondé sur le self-government, dans lequel la commune représente le « paradigme de la liberté républicaine » (p. 330). La pensée de Barni permet enfin de réconcilier républicanisme et cosmopolitisme kantien, avant que les nouvelles élites de la IIIe République ne deviennent plus franchement nationalistes après 1870.

  • 5 Voir notamment Ce pays qui aime les idées. Histoire d’une passion française, trad. fr. Marie-Anne d (...)
  • 6 Gaboriaux Chloé, Passard Cédric, Seoane Annabelle, « Convoquer la République, un argument-piège ? » (...)
  • 7 Skornicki Arnault, Tournadre Jérôme, La nouvelle histoire des idées politiques, Paris, La Découvert (...)

7Spécialiste incontesté de la vie intellectuelle française5, Sudhir Hazareesingh offre un ouvrage dense et richement documenté, à partir de sources archivistiques variées. Même si les informations auraient parfois pu être mieux hiérarchisées, elles supportent une réflexion innovante et d’une finesse remarquable. En étudiant cinq penseurs souvent négligés, l’auteur brosse un paysage intellectuel complexe, où les questionnements religieux traversent de nombreux penseurs républicains, la frontière entre républicanisme et libéralisme conservateur semble parfois floue, et où les héritages de la Révolution ou du jacobinisme suscitent des interprétations contrastées. Si la Révolution, contrairement à ce que pensait Clemenceau, n’est pas un « bloc », Sudhir Hazareesingh montre que la IIIe République ne l’était pas non plus. Au-delà des enjeux académiques, cette étude s’avère utile dans le contexte d’un débat public où la « République » est parfois réduite à un « slogan », une référence « obligée » et « extrêmement floue6 ». L’auteur enrichit par ailleurs notre compréhension du républicanisme en rappelant que celui-ci référait aussi, à la fin du XIXe siècle, à tout un ensemble de conduites éthiques et morales. Nous regrettons cependant des conclusions parfois hâtives sur l’influence réelle de la pensée de ces cinq auteurs. Les idées, en effet, ne se diffusent pas toutes seules, et s’insèrent dans des réseaux complexes de producteurs, d’interprètes et de diffuseurs. L’auteur aurait ainsi pu étudier leur circulation en s’appuyant sur les méthodes inspirées de l’histoire sociale des idées7. Mais il s’agit peut-être d’un autre programme de recherche, et cela ne fait pas moins de l’ouvrage de Sudhir Hazareesingh une étude stimulante, dont la lecture, dans le contexte français contemporain, semble salutaire.

Haut de page

Notes

1 L’auteur distingue ici à juste titre les apports différenciés de trois sous-champs disciplinaires. Ainsi, les travaux conduits en histoire politique mettent l’accent sur le rôle joué par les dirigeants républicains opportunistes des années 1870 dans l’élaboration d’une « synthèse harmonieuse entre libéralisme et démocratie », là où les historiens des idées insistent sur l’importance de la révolution culturelle provoquée par le positivisme. Les enquêtes menées en histoire sociale et culturelle soulignent quant à elles le rôle joué par l’État et son système éducatif dans l’imposition d’une culture républicaine nouvelle (p. 15).

2 Skinner Quentin, La liberté avant le libéralisme, Paris, Le Seuil, coll. « Liber », 2000, p. 67.

3 Ozouf Mona, « Entre l’esprit des Lumières et la lettre positiviste : les républicains sous l’Empire », in François Furet et Mona Ozouf (dir.), Le Siècle de l’avènement républicain, Paris, Gallimard, 1993, p. 418.

4 Le nom « Doctrinaires » désigne un rassemblement d’intellectuels et de haut-fonctionnaires royalistes qui, sous la Restauration, espéraient réconcilier la monarchie avec la liberté héritée de la Révolution française. Pierre-Paul Royer-Collard, François Guizot ou encore Victor Cousin en ont fait partie.

5 Voir notamment Ce pays qui aime les idées. Histoire d’une passion française, trad. fr. Marie-Anne de Béru, Paris, Flammarion, 2015.

6 Gaboriaux Chloé, Passard Cédric, Seoane Annabelle, « Convoquer la République, un argument-piège ? », Mots. Les langages du politique, n° 133, 2023, p. 9-21.

7 Skornicki Arnault, Tournadre Jérôme, La nouvelle histoire des idées politiques, Paris, La Découverte, 2015 ; Gaboriaux Chloé, Skornicki Arnault (dir.), Vers une histoire sociale des idées politiques, Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2017 ; Hayat Samuel, Julien Weisbein, Introduction à la socio-histoire des idées politiques, Paris, De Boeck Supérieur, 2020.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cloé Artaut, « Sudhir Hazareesingh, Les intellectuels fondateurs de la République. Cinq études sur la pensée politique au XIXe siècle », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 09 février 2024, consulté le 21 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/lectures/63701 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.63701

Haut de page

Rédacteur

Cloé Artaut

Doctorante en science politique à Sciences Po (CEVIPOF).

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search