Navigation – Plan du site

Marcel Drulhe, François Sicot (dir.), La santé à coeur ouvert. Sociologie du bien-être, de la maladie et du soin

Isabelle Mallon
La santé à coeur ouvert
Marcel Drulhe, François Sicot (dir.), La santé à coeur ouvert. Sociologie du bien-être, de la maladie et du soin, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, coll. « Socio-logiques », 2011, 305 p., ISBN : 9782810701353.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Adam P., Herzlich C., 1994, Sociologie de la maladie et de la médecine, Paris, Nathan (réédité en (...)

1La publication de manuels est un indice parmi d’autres de la constitution d’un champ spécialisé de la sociologie : la sociologie de la santé, de la maladie et de la médecine apparaît sous cet angle comme un domaine relativement récent dans le contexte français, mais en développement soutenu. Aux deux manuels de référence du champ1 s’ajoute depuis peu cet ouvrage collectif d’une équipe de sociologues toulousains, qui pourrait être classé dans la même catégorie. Du manuel, il emprunte en effet les ambitions – constituer une introduction à un champ de recherche, à des objets d’enquête, à des questions sociologiques autour des thèmes très larges de la maladie et de deux de ses antonymes, le soin et le bien-être -, les moyens – des chapitres denses mettant en évidence les transformations sociales récentes de la santé et de la maladie dans les sociétés occidentales, et déclinant à la fois les perspectives théoriques et les concepts qui y sont indexés, les objets possibles et les enquêtes réalisées -, et les ressources – la littérature classique de ce sous-champ disciplinaire ainsi qu’une sélection d’enquêtes récentes. Il s’agit de permettre au lecteur de se faire une idée des enjeux actuels de santé ainsi que des perspectives possibles d’analyse, voire des enquêtes à mener.

2L’ouvrage place au cœur de son analyse les « configurations sociétales de santé », dans une perspective théorique inspirée par N. Elias, ce qui permet aux différents auteurs de mettre en évidence l’articulation nécessaire entre différents niveaux d’analyse, des plus micro aux plus macro sociologiques. Le façonnement de la santé résulte ainsi du jeu de nombreux acteurs, individuels et collectifs, institutionnels ou associatifs, qui constitue des chaînes d’interdépendances, et est resitué dans ses différentes dimensions temporelles, temps de l’interaction, temps biographique, temps institutionnel, temps historique. Les chapitres sont donc tour à tour attentifs aux négociations entre acteurs (médicaux ou profanes), aux organisations et aux systèmes de soins, aux politiques de santé, et aux contextes sociaux, politiques et culturels qui informent la constitution des enjeux de santé.

3Une des originalités de l’ouvrage réside dans une approche centrée à la fois sur des objets canoniques et centraux de ce champ, comme l’hôpital, les professions médicales, les trajectoires de maladie, les relations médecin-patient ou les inégalités sociales de santé, et sur des questions plus décalées ou plus marginales, comme les relations entre transformations du travail et enjeux de santé, les normes et expériences corporelles, la fin de vie, ou dans une moindre mesure les vieillesses et le vieillissement ou les maladies mentales. Ces regards plus décalés permettent de questionner les processus de médicalisation et de démédicalisation, ou encore de sanitarisation du social, à l’œuvre dans le champ de la santé. Le croisement avec d’autres champs apparaît souvent fécond, de même que les emprunts à l’anthropologie médicale, et le recours aux enquêtes récentes, pour certaines rapportées dans le détail, illustre la robustesse de certaines notions, en particulier celles issues des analyses interactionnistes, auxquelles l’ouvrage fait une large part. On peut ainsi retenir entre autres les réflexions stimulantes sur le normal et le pathologique, mais également les analyses consacrées à la transformation des relations entre médecins et malades, ou encore le chapitre concernant les trajectoires de maladie. La présentation au fil du cycle de vie permet en outre de mobiliser ces notions dans des perspectives et sur des terrains différents, permettant au fil de la lecture la constitution de repères dans un paysage scientifique dynamique.

4Si l’ouvrage constitue une introduction solide aux questions de santé, sous un angle original, qui fait la part belle aux jeux d’acteurs, ses qualités mêmes en constituent aussi les limites. La nécessité de faire des choix, aussi bien en termes de perspectives analytiques que d’objets, est ainsi regrettée en introduction et en conclusion par les auteurs, frustrés de n’avoir pu aborder certaines thématiques ou de n’avoir pas suffisamment échappé aux biais « androcentrique » et « ethnocentrique ». On ne peut que faire chorus, tout en soulignant à quel point les quelques pistes évoquées en fin d’ouvrage sont une invitation à ouvrir des recherches. S’appuyer sur les travaux de l’équipe de sociologie de la santé du LISST (Laboratoire interdisciplinaire Solidarités Sociétés Territoire) donne un véritable centre de gravité à l’ouvrage, attentif aux acteurs insérés dans des institutions et dans des réseaux, aux dimensions territoriales comme aux contextes plus larges de leurs activités, et décrivant très finement les formes et les jeux de négociation entre différents acteurs. En revanche, l’analyse d’objets plus macro ou méso sociologiques est parfois moins fine, moins convaincante, parce que moins argumentée dans le détail. Ainsi, les questions de santé publique sont insuffisamment abordées, en particulier sous l’angle des politiques publiques de santé. De même, les dimensions organisationnelles de l’analyse de l’hôpital ne sont que peu traitées. Enfin, on peut regretter un manque de précision dans les références (de manière variable selon les chapitres) : certaines citations ou notes supposent une maîtrise préalable de certains concepts ou formes de raisonnement sociologiques, et s’adressent ainsi manifestement à un public averti, de sociologues ou d’étudiants confirmés. Mais l’ouvrage vient utilement compléter les deux manuels précédemment cités, en offrant un autre panorama des travaux en sociologie de la santé, en défendant un point de vue sociologique original.

Haut de page

Notes

1  Adam P., Herzlich C., 1994, Sociologie de la maladie et de la médecine, Paris, Nathan (réédité en 2007, chez A. Colin) et Carricaburu D., Ménoret M., 2004, Sociologie de la santé : institutions, professions et maladie, Paris, A. Colin.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Isabelle Mallon, « Marcel Drulhe, François Sicot (dir.), La santé à coeur ouvert. Sociologie du bien-être, de la maladie et du soin », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 23 septembre 2011, consulté le 18 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/6378

Haut de page

Rédacteur

Isabelle Mallon

Maître de conférence en sociologie, Université Lyon 2, membre de l'équipe MEPS (Modes, espaces et processus de socialisation) du centre Max Weber, UMR5283)

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page