Navigation – Plan du site

Didier Fischer, Peut-on sauver l’école de la République ?

Stéphane Lembré
Peut-on sauver l'école de la République ?
Didier Fischer, Peut-on sauver l'école de la République ?, Paris, Ellipses Marketing, coll. « La France de demain », 2011, 159 p., ISBN : 9782729866105.
Haut de page

Texte intégral

1Sans doute, écrire un livre neuf sur l’école de la République, ses réussites, ses échecs et ses défis, est-il largement mission impossible. On pourrait en conclure rapidement que l’ouvrage de Didier Fischer présente peu d’intérêt, son titre lui-même consistant en une interpellation bien convenue du lecteur potentiel, assez représentatif de la sinistrose ambiante lorsqu’il s’agit d’éducation. En réalité, ce court ouvrage a des mérites : celui de pointer les principaux problèmes, et d’esquisser quelques solutions. Celui, plus largement, de donner sens aux difficultés actuelles par leur mise en relation et par un rappel salutaire de la complexité de ces questions à destination du grand public – raison pour laquelle on ne regrettera pas que certains points ne soient pas approfondis, en dépit de leur intérêt (sur les disciplines dans le sillage des travaux d’Isabelle Harlé, p. 27, ou sur les violences scolaires avec Eric Debarbieux, entre autres).

2 L’ouvrage parcourt donc les problèmes auxquels est confronté le système éducatif, depuis l’hétérogénéité des élèves née de la massification initiée dans les années 1960 jusqu’au consumérisme scolaire, en passant par l’absentéisme ou la prise en compte de la pédagogie. Cela permet ensuite à l’auteur de partir à la recherche des racines de ces maux ; pour lui, la massification a joué un rôle fondamental, parce qu’elle a été très mal gérée par les responsables du système éducatif, au point de motiver les propositions simplistes d’abandon du collège unique qui se multiplient depuis plusieurs années, le plus souvent du côté droit de l’échiquier politique. Le recrutement des enseignants et les évolutions de leur formation sont justement dénoncés dans leur forme actuelle, même si la question de la mastérisation aurait méritée de plus amples développements. Il était nécessaire, comme cela est fait, de ne pas la condamner systématiquement au principe que la version actuelle de la mastérisation a été faite a minima et au détriment de la qualité de la formation. Dans un troisième temps, Didier Fischer évoque les voies possibles pour une sortie de crise, en accordant une place aux fausses bonnes solutions (la sanctuarisation des établissements par exemple) pour mieux valoriser le changement des pratiques pédagogiques, la formation des enseignants, l’action « positive » dans les zones prioritaires, le rôle dévolu à un État « stratège », enfin l’éducation tout au long de la vie.

3Certes le lecteur reste un peu sur sa faim, avec l’impression de ne rien découvrir de très nouveau. On pourra lui objecter que l’objectif que paraît se fixer l’auteur n’est pas tant de dévoiler des problèmes nouveaux que d’en dresser une liste et de la confronter aux logiques politiques et économiques qui président aux destinées de l’institution scolaire. Surtout, peut-on juger l’ouvrage peu novateur, là où il faudrait essentiellement dénoncer l’immobilisme ou l’absence de réponse aux problèmes qui se posent depuis plusieurs années, voire plusieurs décennies ? Le rappel est donc nécessaire, même s’il n’échappe pas à quelques maladresses dont témoigne l’usage d’un terme de « crise » qui a perdu bien de son utilité à force d’être adossé à toutes les déficiences des politiques éducatives, tout comme celui de « démocratisation » qui réclamerait, à tout le moins, une véritable analyse critique.

4En effet, si l’on suit tout à fait la prudence de Didier Fischer face à cet « âge d’or qui n’a par définition jamais existé » (p. 8) et dont certains font, trop souvent, le contrepoint d’un présent qui les déçoit, si l’on s’accorde pleinement à reconnaître que l’école ne peut pas régler tous les maux de la société, on reste en revanche plus réservé sur quelques affirmations rapides : est-on si sûr qu’il y eût peu d’expériences pédagogiques nouvelles avant 1920 (p. 18-19) ? Ne faudrait-il pas nuancer la question de l’« employabilité » en distinguant les rapports entre l’école et l’entreprise selon les types et les niveaux d’enseignement (p. 47), ce qui éviterait par exemple de ranger un peu vite la loi Astier de 1919 parmi les cadeaux financiers à l’école privée (p. 89) ? Peut-on vraiment affirmer, sans afficher une étonnante méconnaissance de l’histoire et risquer de postuler la sanctuarisation justement dénoncée comme une utopie dangereuse, que « la question sociale a bien fait son entrée dans l’école » (p. 64) ? Il importe aussi de procéder avec plus de méthode à ces comparaisons sempiternelles avec des nations « modèles », comme la Finlande, dont l’évocation perd de la pertinence si l’on ne précise pas les caractéristiques sociales, économiques et culturelles différenciées des termes de la comparaison. Les propositions sur lesquelles débouche l’auteur (p. 93-151) sont parfois trop allusives, souvent intéressantes même si, de l’éducation tout au long de la vie à la mise en place d’un véritable service public d’orientation, l’impression revient que le temps passe sans que des solutions de mieux en mieux connues soient véritablement mises en œuvre.

5L’analyse à laquelle se livre Didier Fischer dans ce petit ouvrage a quelques vertus pour le citoyen soucieux de comprendre l’état des politiques éducatives en France. À défaut d’être exhaustif – mais encore pourrait-on s’interroger sur la possibilité de l’être –, sa lucidité est à mettre à son crédit. Comme bien des études du même genre, l’optique institutionnelle et de politique éducative, généralisante par essence, gagnerait aussi à être confrontée à des retours d’expériences pédagogiques de terrain, où l’on n’a pas forcément attendu les injonctions ministérielles et les interventions rectorales pour essayer d’affronter, de résoudre parfois, les mille détails qui font la qualité d’un système éducatif.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphane Lembré, « Didier Fischer, Peut-on sauver l’école de la République ? », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 24 septembre 2011, consulté le 15 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/6379

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page