Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2024Aurélie Delage, Davis Giband, Kev...

Aurélie Delage, Davis Giband, Kevin Mary, Nora Nafaa, Géographie de l’éducation

Maxime Lietar
Géographie de l'éducation
Aurélie Delage, David Giband, Kevin Mary, Nora Nafaa, Géographie de l'éducation, Malakoff, Armand Colin, coll. « Cursus », 2023, 232 p., ISBN : 978-2-200-63345-5.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cet emploi du pluriel par les auteur∙ices permet de souligner l’hétérogénéité des pays regroupés so (...)

1Ce manuel de géographie propose de fournir des clefs de lecture et de compréhension sur la relation entre éducation et organisation spatiale. Les quatre auteur∙ices s’attachent à démontrer que cette relation est à double sens : l’éducation permet de saisir les enjeux géographiques et la géographie permet de saisir les enjeux éducatifs. L’ouvrage entend ainsi actualiser l’intérêt scientifique pour l’éducation, objet traditionnellement investi par la sociologie, les sciences de l’éducation voire la science politique. Dans cette optique, les outils et les concepts centraux de la géographie (échelles, territoires, mobilités, cartographies) sont mobilisés à travers l’étude de systèmes éducatifs de pays des « Nords » et des « Suds »1. Les six chapitres de l’ouvrage s’intéressent ainsi à plusieurs éléments constitutifs du lien qui unit éducation et géographie.

2Le premier chapitre montre comment l’éducation définit l’espace et comment l’espace façonne l’éducation. Pour développer cette thèse, les auteur∙ices abordent la construction de la géographie de l’éducation en tant que discipline en soulignant, à partir du cas français, qu’elle s’est développée en parallèle de son objet, à savoir le système éducatif. L’État-nation joue un rôle central dans la construction du système éducatif français, bien qu’il semble désormais perdre son influence face à la marchandisation et la mise en concurrence internationale des systèmes éducatifs. L’internationalisation de l’éducation modifie les échelles éducatives, en instaurant une concurrence entre les systèmes de chaque pays, un « nouvel ordre éducatif global » (p. 29) qui tend à se substituer à la territorialisation nationale des systèmes éducatifs. La mondialisation de l’éducation est justement l’objet du troisième chapitre, qui s’intéresse plus spécifiquement à la construction de ce « plus grand marché de la planète » (p. 78). Les financements privés investis dans l’enseignement supérieur illustrent cette tendance de deux façons. Pour les pays des Nords, ils permettent de renforcer la position du pays dans le système concurrentiel et de le rendre plus compétitif à l’échelle internationale. Pour les pays des Suds, les investissements permettent en premier lieu de développer l’enseignement supérieur national, afin de tenter de les inscrire en tant que concurrent légitime sur le marché mondial dans un second mouvement. Le rôle intrinsèque de l’éducation dans les relations internationales est ainsi abordé au prisme de la puissance éducative d’un pays, exemplifié à partir des enjeux stratégiques attisés par le développement des hubs éducatifs. Ces espaces où se concentrent des acteurs éducatifs tendent ainsi à se généraliser dans le but de développer l’enseignement supérieur et de stimuler l’innovation à des fins de croissance économique et symbolique.

3Le deuxième chapitre approfondit l’analyse du rôle des États dans le pilotage des politiques éducatives. Au sein de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), sont ainsi étudiés les types de décentralisation mis à l’œuvre au sein des territoires nationaux. L’hétérogénéité des « paysages éducatifs » mondiaux (p. 43) est illustrée à partir de l’exemple du rôle important des acteurs privés dans le financement des établissements scolaires des pays des Suds, là où les instances publiques gardent le contrôle de l’éducation dans les pays des Nords. La myriade d’organisations propres à chaque pays a cependant un point commun : chaque système éducatif se compose d’espaces formels (scolaires, péri et extrascolaires) et informels (familial, associatif) se situant à plusieurs échelles. En France, l’exemple du label « Cités éducatives » est éloquent tant il souligne la recherche de continuité éducative entre ces espaces, multipliant les présences d’acteurs éducatifs divers (collectivités locales, acteurs associatifs, corps enseignant, animateurs et agents de l’éducation populaire, etc.).

4Si les trois premiers chapitres permettent de poser le lien entre géographie et éducation par des comparaisons entre les systèmes éducatifs au niveau international, les trois chapitres suivants s’intéressent plutôt à la spatialisation propre à chaque système. Il est par exemple question des inégalités éducatives selon les espaces, de la diversité des trajectoires éducatives entre les territoires ruraux et urbains ou encore de la nécessaire différenciation des politiques menées au sein d’un système selon les espaces auxquels elles s’adressent.

5Afin de comprendre comment les inégalités s’inscrivent dans les systèmes éducatifs, le quatrième chapitre propose de comparer les situations des systèmes éducatifs mondiaux à partir de plusieurs dimensions : l’accès à la scolarisation, le genre, la race, l’ethnie, l’héritage colonial, le niveau d’endettement auprès d’organismes publics, etc. Ce chapitre permet de mettre en évidence l’importante demande scolaire au sein des pays des Suds qui, bien que développant leurs offres nationales, se retrouvent relégués au second plan du marché néo-libéral qui gouverne la concurrence éducative mondiale. Les situations locales sont ensuite abordées à partir du cas des inégalités dans l’offre scolaire française, mesurées à partir de l’Indice de position sociale (IPS). Construit à partir des situations socio-professionnelles des parents d’élèves, cet indicateur restitue dans quelle mesure le contexte familial favorise la réussite scolaire. Les IPS des établissements mettent alors en évidence l’inégal accès à la réussite scolaire d’un établissement à l’autre, d’un quartier résidentiel à l’autre, ou encore d’un département à l’autre : espace et éducation apparaissent intimement liés et dépendants. Le cinquième chapitre s’appuie sur cette relation d’interdépendance pour montrer certains des enjeux qui animent les politiques publiques relatives aux systèmes éducatifs. Il souligne que « l’école a longtemps été considérée comme un miroir du développement des villes et de leur rayonnement » (p. 176), alimentant ainsi une ségrégation scolaire au sein des pays des Nords, y compris entre les quartiers d’une même ville. Accompagnant les transformations urbaines de chaque pays, les disparités spatiales inscrites dans le champ scolaire émanent autant de la privatisation des écoles urbaines des pays des Suds que de la gentrification des quartiers des pays des Nords par le biais de la réputation des écoles qui y sont implantées.

6Le sixième et dernier chapitre est centré sur l’aménagement et l’organisation territoriale à partir des politiques éducatives. L’exemple du système français montre que les politiques d’aménagement sont lancées grâce au mouvement de décentralisation éducative : les compétences en la matière sont réparties entre différentes collectivités (régions, départements, villes), les « Réseaux d’éducation prioritaire » créés en 1981 sont certes identifiés par l’État mais les établissements qui y sont associés sont gérés par les collectivités compétentes (les régions pour les lycées, les départements pour les collèges), les projets et plans éducatifs locaux sont menés directement par les communes ou les intercommunalités, etc. Le recours à l’histoire et notamment à la chronologie de la décentralisation se révèle ainsi précieux tant il permet d’exemplifier avec précision comment la territorialisation de l’éducation a progressivement différencié l’aménagement du territoire national. Les auteur∙ices pointent en effet le rôle central des collectivités et de leurs partenaires éducatifs (établissements scolaires, périscolaires et extrascolaires) dans la mise en œuvre des politiques éducatives locales, de même que l’implantation d’universités et d’Instituts universitaires de technologie (IUT) eut un rôle central dans l’aménagement des villes à partir de la seconde moitié du XXe siècle, en tant que nouveau « service de proximité » redynamisant les espaces urbains. Ce chapitre se conclut avec l’exemple du campus de Jendouba en Tunisie : celui-ci montre une nouvelle fois que les campus universitaires sont source d’innovations en termes d’urbanisme et d’aménagement du territoire par les collectivités. La « plus-value territoriale » (p. 223) initiée par l’implantation de tels campus a d’abord rythmé les politiques urbaines et éducatives des pays des Nords, suivis depuis les années 1990 par leurs homologues des Suds.

7Ce manuel propose donc de s’intéresser autrement au champ éducatif. La spatialisation permanente des systèmes présentés apporte un regard précieux et soulève d’autres enjeux qui peuvent être politiques (concernant les stratégies adoptées en matière d’éducation nationale), économiques (à propos des retombées financières du rayonnement éducatif des États) ou encore sociaux (puisque l’implantation éducative peut créer, renforcer ou rompre avec les inégalités sociales). La lecture est facilitée par les études de cas illustrées et commentées en conclusion de chaque chapitre, qui permettent à l’ouvrage de pleinement remplir son rôle de manuel destiné à l’acquisition de connaissances nouvelles. Les lecteur∙ices qui cherchent à analyser le champ éducatif devront cependant veiller à utiliser ce manuel en tant que point de départ et non en tant que finalité : il s’agit par cette lecture de poser des concepts centraux et des notions fondamentales de la géographie de l’éducation et non d’épuiser les enjeux épistémologiques et scientifiques de ce type d’analyse. L’action publique éducative saisie par les outils de la sociologie peut en particulier faire figure de complément opportun à cette lecture.

Haut de page

Notes

1 Cet emploi du pluriel par les auteur∙ices permet de souligner l’hétérogénéité des pays regroupés sous ces dénominations et de leurs systèmes éducatifs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maxime Lietar, « Aurélie Delage, Davis Giband, Kevin Mary, Nora Nafaa, Géographie de l’éducation », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 15 février 2024, consulté le 20 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/lectures/63796 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.63796

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search