Navigation – Plan du site

Franck Poupeau, Carnets boliviens (1999-2007). Un goût de poussière

Solène Billaud
Carnets boliviens (1999-2007)
Franck Poupeau, Carnets boliviens (1999-2007). Un goût de poussière, Aux Lieux d'être, coll. « Enquêtes », 2008, 216 p., EAN : 9782916063591.
Haut de page

Texte intégral

1Ces dernières années, de nombreux évènements de Bolivie sont parvenus jusqu'aux médias français. De la « guerre de l'eau » de 1999-2000 à celle « du gaz » de 2004, de l'élection de l'ancien syndicaliste Evo Morales à la Présidence de la République en 2006 jusqu'à ses récentes difficultés face aux ambitions autonomistes des départements orientaux, la politique bolivienne et les débats qu'elle ouvre ont suscité un certain nombre d'échos. Et pourtant, que savons-nous de l'inscription de ces problèmes dans le quotidien de la population ? Le propos de Franck Poupeau, agrégé de philosophie et docteur en sociologie, actuellement pensionnaire à l'Institut Français d'Etudes Andines de La Paz, est justement celui-ci : nous faire partager, à travers son expérience d'enquête, les traductions pratiques de l'actualité politique.

2La ville d'El Alto est accolée aux quartiers nord-ouest de La Paz, capitale administrative et économique du pays. « Carrefour bruyant et agité, où une intense activité économique côtoie des formes de pauvreté extrêmes » (p.14), la ville a également été durant la dernière décennie l'un des épicentres des mobilisations sociales du pays. L'étude des « inégalités sociospatiales de l'accès à l'eau » dans ces quartiers périphériques va donner à l'auteur le moyen d'une compréhension plus profonde de la réalité bolivienne, et d'une réflexion sur la place du chercheur en terrain étranger. C'est ce cheminement, à la fois scientifique et personnel, qu'il nous livre dans ces « carnets boliviens ».

3Dans la première partie de son ouvrage, F. Poupeau nous donne des éléments de compréhension des enjeux politiques de l'accès à l'eau et de l'exploitation des hydrocarbures, dans le contexte latino-américain du début des années 2000. Analysant les principales luttes sociales boliviennes de 1999 à 2005, il met à jour les conditions sociales d'apparition de ces mobilisations et d'imposition, dans le débat politique, de la question des ressources naturelles comme thème central. Il montre ainsi comment les revendications portées par ces mouvements, ajoutées à « l'imbrication des mondes politiques et syndicaux » (p.37), sont étroitement liées à l'ascension du mouvement politique du MAS (Movimiento al Socialismo) qui conduira plus tard son leader, Evo Morales, à la Présidence de la République.

4La seconde partie du livre présente ses « premières enquêtes sur El Alto (2005-2006) ». La focale se resserre : on voit apparaître la population et la ville, dans leur complexité spatiale et sociale. C'est aussi le retour de la réflexivité de l'auteur, amorcée dans le prologue : au-delà d'une première impression - dont il se méfie - de « vide institutionnel et infrastructurel » et de quartiers d'habitation « hermétiques » (p.71), F. Poupeau tente de saisir le quotidien de la population. C'est dans un quartier périphérique, le Barrio Solidaridad, qu'il développe son enquête, à travers les relations des « résidents » avec l'entreprise de distribution d'eau alors en place. Relativisant les discours politiques et journalistiques, il montre dans le quartier une politisation de nécessité, liée à la volonté d'obtenir des moyens quotidiens d'existence bien plus qu'à la défense d'une idéologie. Ce constat l'amène notamment à mettre l'accent sur les formes locales d'auto-organisation des résidents face aux insuffisances de l'action de l'Etat.

5Dans la troisième (et la plus longue) partie de l'ouvrage, l'auteur nous livre les « carnets de terrain » annoncés : un texte plus narratif, au fil duquel il nous fait entrer dans le quotidien de l'enquête et des réflexions spontanées du sociologue « sur le terrain ». De la fête de quartier aux cérémonies de fin d'année du collège, des démarches pour l'installation d'un accès à l'eau aux réunions communautaires, le récit, augmenté d'extraits de journaux locaux, de courtes analyses politiques et de portraits d'enquêtés, brosse peu à peu un tableau des conditions de vie, des préoccupations et des modes d'action mis en place par habitants. On y voit aussi un chercheur à la fois engagé localement et très sollicité par ses enquêtés - mais un chercheur qui ne prétend jamais à une intégration, selon lui impossible, dans un quotidien qui lui est finalement si étranger.

6S'interrogeant sans trop d'optimisme, en guise de conclusion, sur la capacité de la Bolivie à se réformer par des voies démocratiques, F. Poupeau appelle à renouer le dialogue avec le peuple et les situations concrètes qu'il vit, et fustige les discours intellectuels et politiques qui, « en Bolivie comme ailleurs, lancent de grandes thèses sur le monde social » (p.194). Ambitieux, son livre ne renonce ni à la généralisation, ni à la description fine du quotidien. La multiplicité des approches, qui donne un panorama très riche de la situation, peut toutefois laisser le lecteur un peu déconcerté par la profusion des données et l'entremêlement des sources présentées. On regrettera aussi, au sein d'une réflexion engagée - et, sans doute, un peu dérangeante - sur la place de l'enquêteur au sein de « son » terrain, la critique trop unilatérale à notre avis d'une ethnologie peu capable de prendre en compte les dynamiques et les temporalités du terrain qu'elle étudie : il nous semble, en effet, que nombre de travaux plus ou moins récents ont su dépasser ce vieil écueil avec succès, même s'il pèse encore sur une partie de la discipline. Au final, reste surtout le sentiment d'un ouvrage dense et personnel, un cheminement progressif autour d'un thème d'enquête peu à peu approfondi, où la sensibilité et la réflexivité de l'auteur jalonnent les recherches scientifiques et leur donne une profondeur, qui s'ajoute à celle du vécu des enquêtés : le vécu de l'enquêteur, et le constat assumé d'une altérité qui, inexorablement, le lie à son terrain et l'en tient séparé.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Solène Billaud, « Franck Poupeau, Carnets boliviens (1999-2007). Un goût de poussière », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2008, mis en ligne le 02 août 2008, consulté le 21 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/638

Haut de page

Rédacteur

Solène Billaud

Doctorante en sciences sociales à l'EHESS.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page