Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2024Laurence Charton (dir.), « Famill...

Laurence Charton (dir.), « Familles au temps de la COVID-19 », Enfances Familles Générations, n° 40, 2022

Élodie Leszczak
Familles au temps de la COVID-19
Laurence Charton (dir.), « Familles au temps de la COVID-19 », Enfances Familles Générations, n° 40, 2022, Montréal, Centre Urbanisation culture société de l'INRS.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir par exemple le numéro 34-35 de la rue Temporalités : « Temps confinés. Parcours de vie, relati (...)
  • 2 Collectif, L’École sans école. Ce que le confinement nous dit de l’éducation, Paris, C&F Éditions, (...)
  • 3 Maud Gelly, Les politiques du tri. D’une épidémie à l’autre (sida, Covid), Vulaines-sur-Seine, Édit (...)
  • 4 Guy Burgel (dir.), Ville et Covid. Un mariage de raisons, Paris, Karthala, coll. « Hommes et Sociét (...)
  • 5 Collectif d’analyse des familles en confinement, Familles confinées. Le cours anormal des choses, V (...)
  • 6 Anne Lambert, Joanie Cayouette-Remblière, Elie Guéraut, Guillaume Le Roux, Catherine Bonvalet, Viol (...)
  • 7 Datchary Caroline, Charlap Cécile, Jarty Julie, Hélardot Valentine et Casas Vila Glòria, « Quand le (...)

1Quelles ont été les répercussions de la pandémie de la Covid-19 sur les familles ? C’est sans doute la question qui a été la plus traitée par les sciences sociales francophones à propos des périodes de confinement1, avant celles de l’organisation des systèmes éducatif2 et de santé3 ou de l’aménagement urbain4. Dès 2020, des collectifs de recherche se sont constitués pour mener des enquêtes sur les conditions de vie dans les foyers confinés ; on peut citer le Collectif d’analyse des familles en confinement (CAFC)5, le collectif Confinements et Inégalités sociales (ConfIns) ou encore le consortium Coronavirus et Confinement : Enquête longitudinale (COCONEL)6. Presque quatre ans après le premier confinement, cette question reste présente dans les publications scientifiques, comme en témoigne le récent article portant sur les activités médiées par le numérique dans les foyers confinés, paru fin 2023 dans la Revue des politiques sociales et familiales7.

2Fruit lui aussi de travaux collectifs, ce dossier rassemble les contributions de 21 chercheur·euses en sciences sociales. Ils et elles y exposent comment cette période a conduit à réorganiser l’espace de vie, le temps, les activités et surtout les liens familiaux. Après une revue de littérature internationale dans l’article introductif, six contributions présentent différentes enquêtes aux méthodologies quantitatives et qualitatives, dont trois ont pour cadre le Québec, deux la France, et une l’Espagne. Celles-ci traitent de configurations familiales variées : couples, familles avec de jeunes enfants, jeunes adultes et leurs parents, petits-enfants et grands-parents, qu’ils/elles aient été confiné·es ensemble ou que cette période les ait séparé·es géographiquement.

  • 8 Coécrit par Ève Pouliot, Christiane Bergeron-Leclerc, Danielle Maltais, Jacques Cherblanc, Jacinthe (...)

3Les deux premiers articles, quantitatifs, portent sur la conciliation emploi-famille de parents de jeunes enfants. Celui de Sophie Mathieu et de Diane-Gabrielle Tremblay se base sur trois enquêtes quantitatives auprès de parents québécois actifs, en 2018, 2020 et 2021, et le suivant8 sur un questionnaire en ligne auprès d’employé·es universitaires de la même province. Selon le premier article, si « la pandémie pèse plus lourdement sur les épaules des femmes » (p. 9), cette période aurait vu une réduction de l’écart entre les mères et les pères quant à la difficulté de concilier emploi et famille. Les autrices expliquent cette tendance – ainsi que le pourcentage, supérieur en 2020 et 2021 par rapport à 2018, de répondant·es estimant que la conciliation emploi-famille est facile – par la possibilité de télétravailler. Celle-ci aurait diminué les conflits de temps, en réduisant notamment les temps de trajet. Les auteur·ices du second article ne trouvent quant à eux/elles pas de différence significative entre les conflits emploi-famille des mères et ceux des pères dans la population des employé·es universitaires, peut-être car les pères ont augmenté leur contribution aux tâches domestiques au début du confinement. On peut signaler que dans ces deux articles, les données sont déclaratives et ne croisent pas les réponses des pères avec celles de leurs conjointes : les résultats pourraient être biaisés par une intériorisation plus forte par les mères des contraintes familiales, conduisant à « niveler vers le bas leur perception du conflit travail-famille » (p. 16).

4Deux autres articles portent sur les sociabilités familiales durant le confinement, et accordent une place importante aux nouveaux usages des technologies numériques durant cette période. Catherine Dessinges analyse les activités partagées dans des familles françaises confinées ensemble, quand Isabel Côté, Christine Gervais, Sophie Doucet et Vicky Lafantasie se concentrent sur les relations entre petits-enfants et grands-parents au Québec. Si les deux enquêtes incluent des entretiens, ceux-ci sont couplés dans celle de Catherine Dessinges à un questionnaire en ligne et à une analyse des correspondances multiples. Quant aux autrices de l’article collectif, elles décrivent diverses stratégies mises en place par les enfants pour maintenir des contacts avec des grands-parents qui n’étaient pas confinés avec eux, comme les voir dans des espaces ouverts (balcon, parcs…) ou passer par des plateformes de communication virtuelle. L’article de Catherine Dessinges confirme l’usage de technologies de l’information pour maintenir les liens, forts et faibles, avec l’extérieur du foyer : surtout la famille élargie dans les milieux populaires, mais aussi, dans les classes supérieures, le réseau amical. Au sein des foyers, les activités partagées entre parents et enfants ont augmenté durant le confinement. Les plus fréquentes étaient le travail scolaire, suivi de la consommation de contenus audiovisuels, puis des activités hors écrans comme la cuisine ou le sport. Les enfants les plus jeunes ont partagé davantage d’activités avec leurs parents et hors écrans, tandis que les collégien∙nes ont eu un temps d’écrans très important et un usage individuel de ceux-ci.

5Deux articles, enfin, éclairent la situation particulière de jeunes adultes durant le confinement, en particulier ceux ayant (re)cohabité avec leurs parents à cette occasion. Évelyne Barthou et Yann Bruna travaillent à l’aide de méthodes mixtes sur des jeunes Français·es ayant été confiné·es avec leurs parents, là où Miguel David Guevara Espinar et Joseph Josy Lévy exposent le cas d’étudiant·es espagnol·es à partir d’une étude exploratoire de douze entretiens. Ces derniers montrent le large répertoire des effets du confinement sur les jeunes adultes : si des idéations suicidaires, des inquiétudes et du pessimisme quant à leur avenir professionnel ont été confiés par certain·es étudiant·es, d’autres se sont rapidement adapté·es à la situation et y ont gagné en qualité de vie en commençant le sport, en buvant moins d’alcool ou encore en apprenant à cuisiner avec leurs parents. Le soutien de ces derniers a ainsi joué un rôle central pour la catégorie des jeunes adultes, comme le montre aussi l’article d’Évelyne Barthou et Yann Bruna, où les enquêté·es recohabitant avec leurs parents durant le confinement présentent la situation des personnes confinées seules comme une figure repoussoir. Malgré leur appréhension de se retrouver « enfermé·es » chez leurs parents et un moindre usage du registre du repos pour décrire leur confinement par rapport aux personnes confinées seules, la période a été qualifiée positivement par les jeunes ainsi que par leurs parents. Ce ressenti tient cependant à la non-pérennité de l’expérience, comme une parenthèse nostalgique ayant donné l’occasion de se retrouver ensemble et d’expérimenter.

6Ce numéro thématique décrit ainsi, dans différents pays et avec des méthodes variées, comment la pandémie a affecté les liens familiaux. Il insiste sur les contrastes, voire les contradictions dans ses effets, entre d’un côté détérioration de la santé mentale, hausse des violences domestiques, pertes de revenu, et de l’autre resserrement des liens familiaux, nouvelles formes de solidarité et résilience. Les répercussions variées des confinements sont adroitement resituées par les auteur·ices dans des inégalités systémiques antérieures, notamment de genre et de classe. Ainsi, l’étude de la réorganisation du partage des tâches domestiques et celle d’indicateurs de santé mentale confirment dans la majorité des enquêtes que les inégalités de genre se sont maintenues durant les confinements. Les personnes les plus en difficulté avant la pandémie – familles précaires, immigrantes, femmes en situation de monoparentalité, couples en conflit, jeunes LGBTQ+ – sont sans surprise celles dont la qualité de vie s’est le plus détériorée avec la Covid-19.

7Comme tous les travaux de sciences sociales ayant pris pour objet la pandémie, les recherches présentées ont dû être conçues avec créativité et rapidité, dans une période marquée d’incertitudes. Les corollaires de cette nécessaire réactivité sont les limitations méthodologiques des enquêtes : absence de données comparables pré-confinement, entretiens téléphoniques ou par visioconférence, ou encore, comme l’indiquent Évelyne Barthou et Yann Bruna, biais de recrutement d’enquêtes partagées et réalisées en ligne. Ce mode de passation explique en partie que les enquêté·es de milieux défavorisés sont sous-représenté∙es dans ce dossier, au profit de foyers souvent biactifs, pouvant télétravailler et multi-équipés en écrans. Enfin, la principale question qui subsiste est celle de la durabilité des effets saisis par ces enquêtes, une fois les mesures de confinement et de distanciation sociale passées.

Haut de page

Notes

1 Voir par exemple le numéro 34-35 de la rue Temporalités : « Temps confinés. Parcours de vie, relations sociales et temporalités quotidiennes face à la crise sanitaire et sociale », 2021, en ligne : https://journals.openedition.org/temporalites/8903.

2 Collectif, L’École sans école. Ce que le confinement nous dit de l’éducation, Paris, C&F Éditions, coll. « Éducations », 2021 ; compte rendu de Jean Bernatchez pour Lectures : https://journals.openedition.org/lectures/54369.

3 Maud Gelly, Les politiques du tri. D’une épidémie à l’autre (sida, Covid), Vulaines-sur-Seine, Éditions du Croquant, coll. « Action publique », 2023.

4 Guy Burgel (dir.), Ville et Covid. Un mariage de raisons, Paris, Karthala, coll. « Hommes et Sociétés », 2021 ; compte rendu de Sylvain Lallier pour Lectures : https://journals.openedition.org/lectures/54066.

5 Collectif d’analyse des familles en confinement, Familles confinées. Le cours anormal des choses, Vulaines-sur-Seine, Éditions du Croquant, 2021 ; compte rendu de Charly Dumont pour Lectures : https://journals.openedition.org/lectures/51290.

6 Anne Lambert, Joanie Cayouette-Remblière, Elie Guéraut, Guillaume Le Roux, Catherine Bonvalet, Violaine Girard, Laetitia Langlois, « Le travail et ses aménagements : ce que la pandémie de covid-19 a changé pour les Français », Population et Sociétés, n° 579, juillet 2020.

7 Datchary Caroline, Charlap Cécile, Jarty Julie, Hélardot Valentine et Casas Vila Glòria, « Quand les promesses du numérique confortent l’ordre de genre. Poursuivre ses activités en période de crise sanitaire », Revue des politiques sociales et familiales, vol. 149, n° 4, 2023, p. 109-127, en ligne : https://www.cairn.info/revue-des-politiques-sociales-et-familiales-2023-4-page-109.htm.

8 Coécrit par Ève Pouliot, Christiane Bergeron-Leclerc, Danielle Maltais, Jacques Cherblanc, Jacinthe Dion, Pascale Dubois, Ann-Sophie Simard, Gabrielle Ross, Anne-Renée Gravel, Oscar Labra, Cathy Vaillancourt et Taha Abderrafie Moalla.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Élodie Leszczak, « Laurence Charton (dir.), « Familles au temps de la COVID-19 », Enfances Familles Générations, n° 40, 2022 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 19 février 2024, consulté le 23 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/lectures/63860 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.63860

Haut de page

Rédacteur

Élodie Leszczak

Doctorante en sociologie à l’ENS de Lyon, membre du laboratoire Triangle (UMR 5206) et du Centre Maurice Halbwachs (UMR 8097).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search