Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2024Wilfried Lignier, La société est ...

Wilfried Lignier, La société est en nous. Comment le monde social engendre des individus

Quentin Coussit
La société est en nous
Wilfried Lignier, La société est en nous. Comment le monde social engendre des individus, Paris, Seuil, coll. « Liber », 2023, 151 p., ISBN : 978-2-02-153324-8.
Haut de page

Texte intégral

1Les représentations ordinaires distinguent « l’individu » et « la société » : la « société » est perçue comme étant située au-dessus ou encore autour des individus qui la composent. À travers cet ouvrage, dont le titre affirme que « la société est en nous », Wilfried Lignier entend battre en brèche l’idée préconçue selon laquelle la sociologie aurait uniquement pour objet des entités extérieures à l’individu. Selon cette acception, la sociologie serait une science du collectif, du commun, par opposition aux sciences de la psyché qui seraient celles de l’individu, du particulier, de l’intime. L’auteur conteste fermement une telle division du travail scientifique et le monopole de la psychologie sur l’intériorité qui en découle. Afin d’expliquer socio-logiquement l’engendrement des individus, l’auteur réhabilite le concept d’habitus et pose de façon centrale la question de la sociogenèse des dispositions.

  • 1 On pourra regretter que psychanalyse et sociologie soient présentées de façon antagoniste (« langue (...)

2Dans le but de montrer les apports d’une sociologie de l’intériorité inspirée par les travaux de Pierre Bourdieu, l’auteur souligne tout d’abord les limites des manières les plus courantes de penser cette intériorité. Puisque le langage de la psychologie fait de l’intériorité « non seulement un point d’arrivée, mais aussi un point de départ », il nous invite à « chercher notre origine en nous » (p. 12). Les neurosciences font quant à elles du cerveau une cause plutôt qu’« une condition de l’action » (p. 12) alors qu’il aurait été possible d’ancrer cette dernière dans des expériences sociales. La psychanalyse, de son côté, reconnait certes que les relations aux autres nous construisent, mais seulement certaines d’entre elles – les relations parentales – et de manière partielle et temporaire (« dans l’enfance et sur la partie inconsciente de nous », p. 12)1. La sociologie se distingue de ces formes de raisonnement puisqu’elle attribue un rôle causal à « la société » et envisage l’intériorité comme « le résultat d’une série, toujours en cours, de relations avec nos congénères » (p. 12-13). L’auteur entend démontrer la pertinence des outils théoriques de Pierre Bourdieu pour expliquer comment nous sommes « devenus ce que nous sommes, cet individu précis, parmi d’autres », avec « ses habitudes reconnaissables » et « ses façons d’agir typiques » (p. 11). Le sociologue propose ainsi d’analyser ce que nous sommes devenus « au croisement de relations sociales multiples, et parfois opposées les unes aux autres » (p. 15).

3Dans cet ouvrage théorique et programmatique, Wilfried Lignier se donne pour objectif de réaliser un bilan des recherches empiriques récentes sur la sociogenèse des dispositions afin de mieux cerner les prolongements vers lesquels s’orienter. S’il s’adresse à des spécialistes de ce domaine d’étude par les controverses qu’il aborde, il ne s’y réduit pas. Pour cause, l’auteur conteste également l’hégémonie du « développement personnel » et souhaite élargir le lectorat potentiel aux profanes attirés par l’introspection. Une tension interne à l’ouvrage résulte de la conciliation de ces deux objectifs et de leurs publics respectifs : l’ouvrage est exigeant, mais bref ; il mobilise un vocabulaire de spécialiste tout en explicitant systématiquement les concepts ; des notes de bas de page sont présentes, mais leur nombre et leur développement sont limités ; des questions théoriques précises sont posées, mais des études de cas appuyées sur des enquêtes récentes illustrent concrètement comment les mécanismes opèrent. L’ouvrage est composé de quatre chapitres. Les deux premiers portent sur les conditions générales de la sociogenèse et les deux suivants se concentrent sur les processus sociogénétiques de l’habitus à l’échelle individuelle.

  • 2 Nous pensons non seulement aux relations que nous entretenons avec les animaux humanisés mais aussi (...)

4Le premier chapitre se construit contre l’idée selon laquelle l’être humain serait un être d’abord biologique qui deviendrait progressivement social. L’auteur récuse de ce fait le terme de socialisation qui peut le suggérer et lui préfère la notion de socialité qui est, selon lui, « génétiquement, au cœur de notre intériorité », et ce « à tout moment et en tout lieu de la vie humaine » (p. 19). Le chercheur la définit comme « le fait pour un être vivant d’avoir son état et sa dynamique propres informés par des relations actuelles et passées avec des congénères » (p. 21). L’auteur reconnaît au passage que l’exclusion des relations interspécifiques de la socialité par l’usage du terme « congénères » (p. 23) est discutable, ce qui aurait pu donner lieu à une réflexion sur la définition même de l’objet de la sociologie : le social2. Afin de montrer que « nous sommes social depuis le début » (p. 21) le chercheur prend l’exemple de l’attribution et de l’institution du sexe, qui commence avant même notre naissance : l’échographie conduit les parents à ne plus attendre « la naissance d’un être humain en général », mais celle « d’une petite fille ou d’un petit garçon », l’attribution sexuée du prénom qui, en tant qu’« opérateur ordinaire de singularisation dans les interactions » nous « rappellera constamment notre sexe » (p. 41-42), ou encore la préparation de la naissance avec la sexuation des vêtements et de la chambre. Wilfried Lignier propose ensuite de distinguer les niveaux de dispositions qui s’emboîtent progressivement et d’étudier leurs propriétés respectives. Les dispositions élémentaires formées précocement (par exemple, la manière de marcher) sont des « tendances à agir », des « genres de pratiques » génériques et profondes qui s’expriment « quelle que soit la situation pratique » (p. 35). Les dispositions complexes forgées plus tardivement et à partir des dispositions élémentaires sont des « pratiques particulières » (p. 35) qui sont sensibles à la division du travail social et nécessitent donc l’existence de champs précis.

5Le second chapitre analyse les relations entre stratégies de reproduction et processus sociogénétiques. L’auteur insiste tout d’abord sur le fait que la sociogenèse ne s’opère pas uniquement par imprégnation, mais que chacun d’entre nous est plus ou moins consciemment « investi par d’autres » (p. 47), en premier lieu nos parents. Il montre que la mutualité d’existence, à la base du « caractère intéressé et actif des attentes parentales qui visent à exister par-delà soi-même » (p. 48), ne se réalise pas toujours sans encombre. L’auteur revient notamment sur les cas où les stratégies de reproduction intra- et intergénérationnelles s’opposent. La famille est non seulement traversée par des rapports de genre (la sociogenèse des sœurs dépend de celles des frères et inversement), mais aussi par des attentes différenciées voire complémentaires des parents vis-à-vis de leurs enfants (l’un sera qualifié de sérieux, l’autre de drôle, l’un d’artiste, l’autre de scientifique, etc.). Des divergences de stratégie reproductive peuvent émerger au sein du couple et engendrer des contradictions éducatives. Les parents promeuvent ou acceptent des trajectoires scolaires et professionnelles non redondantes de façon à « faire face aux incertitudes » par la constitution d’« une sorte de portefeuille reproductif » (p. 56). L’auteur termine ce chapitre en insistant sur le caractère relationnel et antagoniste des stratégies reproductives de chaque famille qui visent à assurer « une position avantageuse par rapport à d’autres » à travers l’investissement des « instruments de reproduction collectifs qui se sont historiquement imposés » (p. 65) : l’école, les organisations médico-psychologiques, culturelles et sportives.

6Le troisième chapitre étudie la temporalité de l’incorporation des dispositions en questionnant l’articulation entre les « temps faibles » des pratiques routinières et répétitives du quotidien et les « moments forts » de notre sociogenèse (p. 79), c’est-à-dire des expériences extra-ordinaires, ponctuelles et marquantes. En vue de les penser conjointement, le sociologue rappelle que les accidents ont toujours lieu « au cours et en lien avec la pratique ordinaire » (p. 92) et qu’ils nécessitent d’être accompagnés par une modification des pratiques quotidiennes pour transformer en profondeur nos dispositions. Afin d’illustrer son propos, l’auteur questionne dans le détail la racialisation de nos habitus par une approche englobant chacun d’entre nous comme racialement dominant ou dominé. Il rappelle par exemple qu’à la suite d’une expérience de contrôle d’identité les hommes non-blancs ont plus fortement tendance à modifier leurs routines : déplacements, attitudes et apparences vestimentaires dans l’espace public. À cela s’ajoute la « reconduction pratique » des discriminations par des échanges avec leur entourage plus fréquent (p. 111).

7Le quatrième chapitre réexamine les travaux sur l’incorporation afin de saisir plus précisément comment ses mécanismes fonctionnent. Sa lecture est plus exigeante puisqu’elle requiert une certaine connaissance des controverses internes à ce domaine d’étude. Si l’auteur reconnaît que Pierre Bourdieu a évité toute forme d’intellectualisme en se centrant sur les mécanismes sociogénétiques corporels, il souligne cependant que « cette option tend à évacuer le rôle sociogénétique des réalités symboliques » (p. 118). Afin de restituer la part symbolique de l’incorporation, l’auteur s’inscrit dans le prolongement des travaux de Bernard Lahire. Ce dernier rappelle que « la sociogenèse n’est pas un corps à corps silencieux » et qu’elle est effectivement accompagnée par des médiations langagières. Wilfried Lignier remarque toutefois que Lahire a tendance à séparer « pratique et langage dans une visée instrumentaliste » facilitant l’incorporation (p. 126). Il invite alors plutôt à penser le langage comme « une pratique parmi d’autres » et suggère ainsi une seconde perspective : « les mots, les signes contribuent en tant que tels à l’engendrement de nos dispositions » (p. 119). Afin d’être en mesure de séparer le langage pratique de sa part non pratique, le chercheur propose différents critères : répétition, faible conscience ou encore irrépressibilité. Le sociologue invite également à aller « au-delà des mots » pour penser plus largement l’« incorporation des symboles » (p. 137). Les récits ordinaires et les séries télévisées pourraient alors constituer des objets heuristiques pour étudier ces effets sociogénétiques.

8En conclusion, Wilfried Lignier revient tout d’abord sur les principales pistes de l’ouvrage et propose la notion d’« espace des sociogenèses » (p. 147), dont l’espace social constituerait une photographie à un instant T, pour penser le caractère éminemment concurrentiel et relationnel de toute sociogenèse. L’auteur revient ensuite sur la tendance à l’introspection, en rappelant ses conditions sociales (temps et capital culturel) et en critiquant sa forme dominante incarnée par le développement personnel qui concentre notre attention sur notre irréductible singularité. L’auteur affirme qu’une autre réflexivité, plus démocratique, est possible à condition qu’elle relie « l’intériorité d’ici et l’intériorité d’ailleurs » par une prise de conscience de notre condition relationnelle (p. 151). Nous pouvons nous penser d’abord « comme un membre, parmi d’autres, des groupes sociaux auxquels nous appartenons », ce « sans pour autant s’y résumer entièrement » puisque nous sommes à la fois identiques et différents (p. 24). Afin de mieux accéder à cette intériorité, l’auteur s’adresse tout au long de son écrit à un « nous de modestie au singulier » (p. 11) comme moyen plus impersonnel d’écrire à propos de soi, de s’envisager de l’extérieur, en soulignant notre condition commune. Le chercheur invite donc à une véritable conversion de nos manières de voir et de penser en montrant que ce que l’on croit être le plus personnel est bien souvent le plus impersonnel.

9Cet ouvrage, qui fait preuve d’un véritable sens du problème, présente trois principaux intérêts. Il permet tout d’abord de mettre en exergue certaines notions de la sociologie de Pierre Bourdieu, comme celles de stratégies de reproduction et de distinction familiale, en les faisant travailler à l’échelle des pratiques ordinaires individuelles. Les sociologues qui souhaitent travailler sur la sociogenèse des dispositions y découvriront également un programme de recherche stimulant, auquel ils pourront tenter d’apporter des réponses empiriques. Enfin, en tentant de s’adresser à deux publics, cet ouvrage est particulièrement bien adapté à un usage pédagogique permettant de développer une vision processuelle et relationnelle de l’être humain.

Haut de page

Notes

1 On pourra regretter que psychanalyse et sociologie soient présentées de façon antagoniste (« langue alternative » p. 13) alors que des travaux récents tendent à les articuler. Voir par exemple Hervé Mazurel, L’inconscient ou l’oubli de l’histoire. Profondeurs, métamorphoses et révolutions de la vie affective, Paris, La Découverte, 2021 ; compte rendu de Raphaël Gallien pour Lectures : https://doi.org/10.4000/lectures.52349.

2 Nous pensons non seulement aux relations que nous entretenons avec les animaux humanisés mais aussi à la proposition d’étendre la définition du social aux sociétés non-humaines, proposition faite dans Bernard Lahire, Les structures fondamentales des sociétés humaines, Paris, La Découverte, 2023, paru simultanément.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Quentin Coussit, « Wilfried Lignier, La société est en nous. Comment le monde social engendre des individus », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 20 février 2024, consulté le 20 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/lectures/63870 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.63870

Haut de page

Rédacteur

Quentin Coussit

Doctorant en science politique, Centre Émile Durkheim, Université de Bordeaux.

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search