Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2024Pierre Bourdieu, Maxime Quijoux e...

Pierre Bourdieu, Maxime Quijoux et Johanna Siméant-Germanos, Sociologie et démocratie

Lais Kussler
Sociologie et démocratie
Pierre Bourdieu, Maxime Quijoux, Johanna Siméant-Germanos, Sociologie et démocratie, Lyon, Presses universitaires de Lyon, coll. « Lignes de partage », 2023, 57 p., ISBN : 978-2-7297-1405-5.
Haut de page

Texte intégral

1Cet ouvrage a pour vocation de mettre à disposition du public francophone la conférence intitulée « Sociologie et démocratie » que Pierre Bourdieu prononça en novembre 1995 pour la remise du titre de docteur honoris causa de l’École des hautes études commerciales (HEC) de Paris. Bien que la transcription de la conférence ait été publiée en 1996 par l’institution elle-même, cette publication était demeurée largement confidentielle. Ce livre mérite donc d’être salué, car il nous offre l’opportunité de découvrir les réflexions de Bourdieu sur les sociétés contemporaines. De plus, cette nouvelle édition procure aux lecteurs et lectrices des clés d’interprétation de ce discours du sociologue français, grâce à une préface écrite par Maxime Quijoux et une postface rédigée par Johanna Siméant-Germanos. L’ouvrage s’achève par la présentation de la bibliographie complète et actualisée de Pierre Bourdieu, comprenant plus d’une cinquantaine de titres.

  • 1 Ce point a été développé de manière détaillée dans plusieurs ouvrages. Cf. Bourdieu Pierre, La Dist (...)

2Face aux accusations régulièrement formulées par de nombreux éditorialistes et responsables politiques à l’encontre des sciences sociales, Maxime Quijoux souligne l’actualité de l’intervention de Bourdieu en ce qu’elle « constitue une réponse éclairante à la fois sur le rôle de la sociologie et les raisons qui motivent les réactions les plus agressives contre elle » (p. 10). Telle qu’elle a été pratiquée par Bourdieu, la sociologie dérange les pouvoirs établis, car elle dévoile ce qu’ils souhaiteraient laisser dans l’ombre, à savoir l’existence de mécanismes anti-démocratiques à l’origine de nombreuses souffrances sociales et de la négation des droits du citoyen. À travers une présentation pédagogique de l’itinéraire intellectuel de Bourdieu, Maxime Quijoux montre en quoi l’architecture conceptuelle qu’il a élaborée est indispensable à tout travail d’analyse critique des structures de domination. L’un des apports les plus significatifs de l’œuvre de Bourdieu réside dans la corrélation qu’il établit « entre la position sociale d’une personne et son rapport à la culture ou à la politique » (p. 12)1. De ce fait, Bourdieu contredit la vision de l’individu comme une entité libre et non-déterminée. Il présente au contraire l’intérêt, le goût et l’opinion de chacun sur l’art, la culture ou la politique comme les produits de certaines conditions d’existence. De même, Maxime Quijoux rappelle que l’on sait depuis Bourdieu que la compétence politique, c’est-à-dire « la capacité d’un individu à se forger une opinion politique » (p. 13), n’est pas sans lien avec un sentiment de légitimité sociale acquis par l’occupation d’une position valorisée au sein de la société.

  • 2 Soucieux de donner voir et à ressentir les conséquences des politiques néolibérales, Bourdieu a pub (...)

3Lors de sa conférence, Pierre Bourdieu se donne pour tâche de démystifier deux formes d’expertise, l’une technocratique et l’autre démagogique, qui ont progressivement gagné en force à partir des années 1980 et qui ont contribué à légitimer la concentration du pouvoir dans les mains d’une élite politique et économique. En premier lieu, Bourdieu aborde l’expertise des technocrates qui se servent de l’orthodoxie économique pour justifier le démantèlement de l’État et imposent une vision néolibérale présentée comme indépassable et inéluctable. Ces acteurs prétendent « faire le bonheur des hommes sans eux ou même malgré eux » (p. 36) et ne mesurent pas les effets sociaux des choix économiques. Bourdieu avertit que la violence invisible produite par le retrait de l’État ne se dissipe pas mais, au contraire, continue à se reproduire et à se propager dans le monde social sous la forme d’actes de délinquance, de suicides, ou encore d’alcoolisme, ce qui amène le sociologue français à énoncer une « loi de conservation de la violence » (p. 36)2.

  • 3 Bourdieu Pierre, Questions de Sociologie, Paris, Minuit, 1980, p. 227.

4Bourdieu consacre néanmoins la majeure partie de sa conférence à décortiquer l’expertise démagogique, incarnée par des « techniciens de la doxa, de l’opinion, marchands de sondages d’opinion et d’enquêtes de marché » (p. 37). Ces experts mettent en place des outils et des techniques sondagières destinés à faire croire que les demandes populaires pourraient désormais s’exprimer sous forme de résultats chiffrés. Toutefois, il s’agit d’une illusion, comme l’explique Maxime Quijoux, car les sondages ont été conçus pour « imposer à l’ensemble de la société des enjeux et des débats construits par les professionnels de la politique » (p. 17). En outre, si ces « savants de l’apparence » (p. 37) entretiennent l’illusion que les enquêtes d’opinion pourraient être l’un des moyens par excellence d’expression démocratique (aux côtés du vote), c’est parce que ces dispositifs techniques rendent invisibles les inégalités sociales qui conditionnent la production d’opinions. À cet égard, Bourdieu signale que, face aux sondages, « l’égalité formelle des citoyens cache une inégalité réelle » (p. 37). Ainsi, dans l’ouvrage Questions de Sociologie qu’il avait publié en 1980, il montrait déjà que « le postulat selon lequel tout le monde peut produire une opinion »3 est faux dès lors que l’on s’interroge un peu sur les conditions économiques et culturelles de production de l’opinion politique.

  • 4 Lahire Bernard, L’esprit sociologique, La Découverte, Paris, 2005 [2000], p. 389 (italiques de l’au (...)

5Face à la nécessité d’universaliser les conditions sociales d’accès à l’opinion politique, Bourdieu plaide, à la fin de sa conférence, pour que l’éducation occupe une place prioritaire, car elle est la « condition majeure de l’accès à l’exercice véritable des droits du citoyen » (p. 38). Quelques années plus tard, l’« utopisme réaliste » évoqué par Bourdieu à propos de la sociologie trouvera alors une première formulation sous la plume de Bernard Lahire, qui défendra « l’enseignement pédagogiquement adapté des sciences du monde social à l’école primaire »4 pour permettre aux citoyens de devenir un peu plus les sujets de leurs actions.

  • 5 Cf. Lahire Bernard, Pour la sociologie. Et pour en finir avec une prétendue « culture de l’excuse »(...)

6Dans sa conclusion, Johanna Siméant-Germanos dresse un bilan des transformations sociales et politiques que nous avons connues depuis la conférence de Bourdieu en 1995. En effet, le processus de régression de l’État, déjà observé par le sociologue français, s’est accentué au point que l’on observe aujourd’hui non seulement « une perte d’autonomie de plusieurs univers face à une logique marchande et de mesure » (p. 46), mais aussi « l’économicisation des pratiques sociales » (p. 46-47). Par ailleurs, l’essor de l’extrême-droite dans plusieurs pays, couplé à l’inculpation publique de la sociologie en tant que participant d’une « culture de l’excuse »5, complique la possibilité de « faire abstraction de l’urgence pour se consacrer à la connaissance » (p. 52). Dans ce contexte de montée des forces anti-démocratiques et anti-intellectualistes, il semble alors essentiel de s’inscrire dans le sillage de Pierre Bourdieu pour continuer à produire une science sociale rigoureuse.

Haut de page

Notes

1 Ce point a été développé de manière détaillée dans plusieurs ouvrages. Cf. Bourdieu Pierre, La Distinction. Critique sociale du jugement, Paris, Minuit, 1979 ; Bourdieu Pierre, Travail et Travailleurs en Algérie. Édition revue et actualisée, Paris, Raisons d’Agir, 2021 [1963].

2 Soucieux de donner voir et à ressentir les conséquences des politiques néolibérales, Bourdieu a publié deux ans plus tôt un ouvrage collectif à ce sujet. Voir Bourdieu Pierre (dir.), La Misère du monde, Paris, Seuil, 1993.

3 Bourdieu Pierre, Questions de Sociologie, Paris, Minuit, 1980, p. 227.

4 Lahire Bernard, L’esprit sociologique, La Découverte, Paris, 2005 [2000], p. 389 (italiques de l’auteur).

5 Cf. Lahire Bernard, Pour la sociologie. Et pour en finir avec une prétendue « culture de l’excuse », Paris, La Découverte, 2016. Dans cet ouvrage, l’auteur démonte avec pertinence les accusations infondées qui sont souvent portées à l’encontre de la sociologie, notamment celle de nourrir une prétendue « culture de l’excuse ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lais Kussler, « Pierre Bourdieu, Maxime Quijoux et Johanna Siméant-Germanos, Sociologie et démocratie », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 27 février 2024, consulté le 20 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/lectures/63922 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.63922

Haut de page

Rédacteur

Lais Kussler

Étudiante en master 2 de sociologie parcours « analyse des sociétés contemporaines » à l’Université Lumière Lyon 2.

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search