Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2024Hugo Bouvard, Ilana Eloit, Mathia...

Hugo Bouvard, Ilana Eloit, Mathias Quéré (dir.), Lesbiennes, pédés, arrêtons de raser les murs. Luttes et débats des mouvements lesbiens et homosexuels (1970-1990)

Cécile Lavier
Lesbiennes, pédés, arrêtons de raser les murs
Hugo Bouvard, Ilana Eloit, Mathias Quéré (dir.), Lesbiennes, pédés, arrêtons de raser les murs. Luttes et débats des mouvements lesbiens et homosexuels (1970-1990), Paris, La Dispute, coll. « Le genre du monde », 2023, 331 p., ISBN : 978-2-84303-270-7.
Haut de page

Texte intégral

1Bien qu’il lui emprunte un slogan pour en faire son titre, cet ouvrage collectif entend regarder ailleurs que du côté du Front homosexuel action révolution (FHAR), créé en 1971, connu pour plusieurs actions d’agit-prop, et la publication de textes controversés, à droite comme à la gauche de l’échiquier politique de l’époque. Loin de chercher à reconvoquer cet héritage mythique, Hugo Bouvard, Ilana Eloit et Mathias Quéré, les coordinateur-ices, ont plutôt souhaité faire valoir le caractère foisonnant et les transformations des mouvements lesbiens et homosexuels des années 1970 et 1980. Cet ambitieux projet, nourri par les volontés d’ancien-ne-s militant-es et l’organisation d’un colloque à l’université de Lausanne en 2019, leur permet finalement de mettre à l’honneur les recherches menées par des chercheurs et chercheuses issues de différentes disciplines, aux approches théoriques originales.

2En s’appuyant sur cette diversité de regards, l’ouvrage entend dessiner les contours de mobilisations complexes et mettre en évidence des aspects mal documentés de ces luttes. Prises ensemble, les contributions renouvellent les apports de la littérature existante en réalisant un certain nombre de « pas de côté » (p. 17) vis-à-vis de ces recherches. En particulier, l’attention des coordinateur-ices à présenter des travaux s’intéressant en majorité à des organisations et collectifs situés dans d’autres villes que Paris, ainsi qu’à des mouvements de militantes lesbiennes, constitue l’originalité de la publication dans le sous-champ de l’histoire de la sexualité. Elle porte en effet de riches réflexions sur la construction du mouvement homosexuel, en particulier les conditions de son autonomisation vis-à-vis d’autres structures militantes. La place importante accordée aux militantes lesbiennes approfondit l’analyse de la singularité des vécus homosexuels, en confrontant à la fois leurs différences politiques et existentielles avec les mouvements féministes dont elles sont souvent issues, et la possibilité pour elles de militer avec des homosexuels dans des organisations mixtes. Ces questionnements, s’ils sont traités frontalement dans certaines des contributions, irriguent en réalité l’ensemble de l’ouvrage.

  • 1 Picq Françoise, Libération des femmes : les années-mouvements, Paris, Le Seuil, 1993, réédité et ré (...)

3La première partie aborde la question des coalitions entre les organisations homosexuelles et le mouvement ouvrier et socialiste. Corto Le Perron s’intéresse au travail de légitimation mené par les militant-es de la Commission nationale homosexuelle (CNH) de la Ligue communiste révolutionnaire (LCR). Malgré leurs tentatives d’élaboration théorique d’une « généalogie des liens entre mouvement ouvrier et lutte homosexuelle » (p. 44), l’appropriation par la LCR des revendications portées par la CNH a nécessité un recadrage idéologique fort et la mise à distance de la singularité de la militance homosexuelle. Estelle Fisson, pour sa part, étudie conjointement la relation des mouvements homosexuels français et espagnols avec les syndicats et pointe des similarités dans l’apaisement de leur rapport. La lutte commune, dès 1979, contre la discrimination dans l’emploi permet des interactions plus régulières, sans effacer complètement « certaines réticences » (p. 77) des centrales syndicales. Dans les deux chapitres, les coalitions ponctuelles ne conduisent ni à une transformation du logiciel politique des partis et syndicats ni à l’imposition du sujet de la sexualité dans la lutte sociale. À l’inverse, elles retracent des frontières entre les agendas militants et interrogent les conditions de subsistance, au sein du mouvement social, de la spécificité d’une militance homosexuelle inspirée par les « années mouvements » du féminisme français1.

4En analysant la manière dont des groupes gais et lesbiens s’approprient des questions relatives à la vie privée, la famille et la santé, les chapitres de la deuxième partie décrivent justement l’élaboration d’un point de vue spécifique, et notamment lesbien, sur des thématiques traitées par d’autres organisations. Lucile Quéré, par une comparaison des contextes d’appropriation du courant de self-help en Suisse et en France, souligne en particulier le rôle de la non-mixité dans l’émergence d’une « problématisation proprement lesbienne de la santé » (p. 100). Poursuivant cette réflexion, Yaël Eched détaille, dans son étude du Groupe santé lesbienne (GSL), les apports de cette position doublement minoritaire dans la construction d’un rapport spécifique au corps. Le GSL, en puisant à la fois dans l’éventail théorique et militant de la santé communautaire et du mouvement féministe, développe précocement des outils de prévention contre le VIH à destination des femmes et s’intéresse à des sujets au-delà de la santé sexuelle et reproductive (cancer, addiction, nutrition). À l’inverse, Doris Varichon, qui s’intéresse au groupe lyonnais Femmes accusées d’homosexualité et maternité, met en évidence l’utilité pour ces militantes de s’insérer dans un large réseau d’alliances locales et nationales, notamment avec des féministes hétérosexuelles, pour la réussite de mobilisations autour d’affaires de garde d’enfants. La dernière contribution de la partie, sur la constitution progressive de l’identité politique et médiatique d’homoparent au sein de l’Association des parents et futurs parents gays et lesbiens, offre un contre-point intéressant aux trois précédentes. Plutôt que de retracer l’émergence d’une appréhension spécifiquement homosexuelle de la parentalité, Emmanuelle Yvert analyse des stratégies médiatiques de normalisation des familles homoparentales. Pour autant, elle donne à voir, comme le reste des chapitres, les difficultés de ces militant-es avec les institutions dominantes en charge du contrôle de leur intimité – la médecine et la justice.

5Si les deux premières parties traitent surtout des relations entre les mouvements homosexuels et d’autres espaces, militants ou non, les chapitres qui composent la troisième partie considèrent les débats qui les agitent en interne. Justine Fourgeaud décortique ainsi les efforts, atypiques pour l’époque, des militant-es du Comité d’urgence anti-répression homosexuelle (CUARH) pour rassembler gays et lesbiennes autour de luttes communes en faveur des droits sociaux. Cette « alliance tactique » (p. 155), source de multiples tensions, passe surtout par des actions de visibilisation des lesbiennes, minoritaires. Deux chapitres, celui de Françoise Bagnaud, Clémentine Comer, Camille Morin-Delaurière et Alice Picard d’une part, et celui de Léa Védie-Brêtecher d’autre part, s’intéressent d’ailleurs aux débats qui agitent à cette période le mouvement lesbien français. Les autrices reviennent notamment sur les controverses infra-communautaires autour de la notion de lesbianisme politique, en montrant comment elles se déploient différemment à Rennes et à Paris. Si une fracture importante se crée à propos de la politisation de la sexualité, de surcroît hétéro (Védie-Brêtecher), les militantes se retrouvent en pratique autour de sociabilités, références et réseaux amicaux communs (Bagnaud, Comer, Morin-Delaurière et Picard). Du fait de sa méthode cartographique et les questions qu’elle aborde, la contribution de Sébastien Landrieux sur les « stratégies d’implantation territoriales » (p. 172) des homosexuel-le-s lillois-e-s semble un peu à part. Pour autant, la description de la diversification progressive de leurs espaces de rencontre révèle comment ces débats et ces positionnements multiples se redéploient dans la matérialité de la ville.

6La dernière partie met à l’honneur la « frange culturelle » (p. 200) et attire l’attention sur l’importance, pour les mouvements homosexuels, de pratiques qui sortent du traditionnel répertoire d’action militant. En ce sens, la lecture croisée des chapitres de Lorraine Wiss et de Marie Bobichon est particulièrement féconde. L’une retrace la genèse de la troupe lyonnaise Lilith Folies, et l’ouverture d’un lieu de création « par et pour les femmes » (Wiss), tandis que l’autre revient sur l’histoire du ciné-club Quand les lesbiennes se font du cinéma, et de son festival éponyme (Bobichon). Ensemble, elles décrivent les dynamiques de construction d’un nouveau langage artistique, qui redéfinit des identités minoritaires et nourrit les imaginaires des militant-es. L’étude de ces imaginaires, justement, rappelle que ces représentations reproduisent des hiérarchies de race et de classe au sein de la communauté homosexuelle. En travaillant sur les petites annonces de rencontre, Younes Lakehal montre comment cette forme d’écriture engendre « un ordre de genre hégémonique et une norme sexuelle » (p.256) qui établit la frontière stricte entre des corps désirés, fétichisés ou invisibles. Le chapitre de Marie Cabadi, qui conclut l’ouvrage, pose finalement la question de ce que les pratiques militantes et conviviales de femmes lesbiennes dans les Maisons des femmes, espaces partagés avec des féministes hétérosexuelles, produisent comme effet sur la politisation de ces dernières.

  • 2 Pinell Patrice, Christophe Broqua, Une épidémie politique. La lutte contre le sida en France (1981- (...)

7De par la diversité des thématiques abordées et des sources mobilisées, cet ouvrage remplit les objectifs annoncés de faire émerger la face invisible des mouvements homosexuels. Les auteur-ices donnent par ailleurs la part belle au successeur méconnu du FHAR, le CUARH, que l’on croise dans l’ensemble des contributions, et dont l’évidente centralité politique aurait peut-être mérité davantage de contextualisation en introduction. Quelques zones d’ombre persistantes sont tout de même à regretter, comme le manque de travaux sur les personnes trans, mentionné par les coordinateur-ices en ouverture, ou de réflexions sur le vécu des personnes LGBT en dehors des métropoles. La quasi-absence de la lutte contre le VIH, traitée dans une seule contribution (Eched), interroge également, l’épidémie ayant débuté en France dès 19812. Ces limites, loin de décourager la lecture, doivent être saisies pour ce qu’elles sont : une invitation à la (jeune) recherche en sciences sociales à viser de nouveaux horizons.

Haut de page

Notes

1 Picq Françoise, Libération des femmes : les années-mouvements, Paris, Le Seuil, 1993, réédité et réactualisé sous le titre Libération des femmes. Quarante ans de mouvement, Brest, Éditions Dialogues, coll. » Nouvelles ouvertures », 2011, compte rendu de Pierre Yacger pour Lectures : https://journals.openedition.org/lectures/5840.

2 Pinell Patrice, Christophe Broqua, Une épidémie politique. La lutte contre le sida en France (1981-1996). Paris, Presses Universitaires de France, 2002.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cécile Lavier, « Hugo Bouvard, Ilana Eloit, Mathias Quéré (dir.), Lesbiennes, pédés, arrêtons de raser les murs. Luttes et débats des mouvements lesbiens et homosexuels (1970-1990) », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 27 février 2024, consulté le 20 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/lectures/63947 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.63947

Haut de page

Rédacteur

Cécile Lavier

Doctorante au Centre de Sociologie des Organisations (CNRS-Sciences Po).

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search