Navigation – Plan du site

La gentrification urbaine

Elsa Vivant
La gentrification urbaine
« La gentrification urbaine », Espaces et Sociétés, n° 132-133, 2008, Erès, EAN : 9782749209159.
Haut de page

Texte intégral

1L'éditorial de ce numéro spécial de la revue Espaces et sociétés sur la gentrification urbaine met en évidence les enjeux politiques de ces processus en rappelant les mésaventures judiciaires d'un sociologue allemand, A. Holm, suspecté de terrorisme à cause de ses travaux sur la gentrification des quartiers populaires de Berlin. Une telle entrée en matière laisse présager un numéro polémique et critique, mais l'ensemble du numéro paraît assez consensuel. Seule la contribution d'Alain Bourdin interroge la pertinence scientifique de l'usage du « concept » de gentrification pour décrire des processus très divers (de l'évolution du peuplement de quartiers populaires à la requalification sociale et fonctionnelle de friches industrielles ou ferroviaires) au risque d'en masquer les dynamiques sociales spécifiques. Il est le seul auteur à déplorer l'élargissement du concept et à critiquer son usage qui masquerait la complexité des modes de production de la ville. Max Rousseau s'inscrit dans le cadre des analyses des politiques publiques urbaines et notamment des théories sur l'entrepreneurialisme urbain. Il s'intéresse aux cas des villes en déclin ou « villes perdantes » (Roubaix et Sheffield (Royaume Uni)) qui revitalisent leur centre-ville par la mise en œuvre de stratégies de reconquête des classes moyennes révélant la diffusion auprès des décideurs publics de la pensée néolibérale et de la théorie du trickle down effect. La politique culturelle et patrimoniale de Roubaix vise à renverser l'image stigmatisée de cette ville ouvrière en valorisant le patrimoine industriel, par la création d'un musée ou le développement de nouveaux produits immobiliers type « lofts ». A Sheffield, face à la concurrence des centres commerciaux périphériques, la revalorisation du centre-ville passe par la réorientation de son offre commerciale vers une consommation ostentatoire de loisirs et de plaisirs (café, lieux culturels, boutiques de designers) visant à attirer des jeunes actifs et des étudiants dans un contexte de mise en concurrence des villes universitaires.

  • 1 Charmes, E. (2006) La rue, village ou décor ? Parours dans deux rues de Belleville (Grâne, Créaphis (...)

2A partir d'études de cas sérieuses, Anne Clerval décrit les nouveaux habitants des cours artisanales parisiennes, leurs motivations (souvent financières), l'appropriation de l'espace privatif et collectif (la cour), et les relations sociales qui se tissent (ou se délient) au fil du temps. Elle les distingue selon les projets originels de la réhabilitation : projet de vie collective, réhabilitation massive par un promoteur ou renouvellement progressif du peuplement. Le dispositif de la cour permet une relative promiscuité entre les riverains qui opèrent un retrait par rapport à l'espace de la rue dont l'animation cosmopolite constitue un paysage de consommation plus qu'un lieu de la vie quotidienne (elle rejoint en cela les analyses de P. Simon et E. Charmes1). A quelques rues de là, le petit quartier Sainte Marthe (deux ruelles organisées autour d'une placette) est le terrain de l'enquête de Catherine Bidou. Outre la description des phases de la gentrification du secteur, elle expose les modes d'appropriation de l'espace par les nouveaux habitants, en particulier la reprise en main des copropriétés dégradées, suscitant le développement de nouvelles compétences techniques chez les nouveaux habitants. Le quartier devient aussi un espace-ressource pour la vie professionnelle, s'appuyant sur les nouveaux réseaux amicaux forgés autour des chantiers de réhabilitation des logements. A Montreuil également, la gentrification résidentielle sert de support à une sociabilité professionnelle pour de nouveaux habitants intermittents du spectacle ou professionnels de l'audio-visuel, comme le montre Anaïs Collet. Seule Sonia Lehman-Frisch rappelle la dimension critique de l'éditorial en donnant la parole aux anciens (gentrifiés) et aux nouveaux (gentrifiers) habitants du quartier Mission à San Francisco. Les gentrifiés subissent les effets des hausses vertigineuses de l'immobilier tout en appréciant une relative amélioration de leur cadre de vie. Les gentrifiers, conscients de leur participation à la progressive dépossession de la communauté latino du quartier, développent des discours de justification, rejetant la responsabilité de la transformation sociale du quartier sur la figure du yuppie local : le tech-worker.

  • 2 Les coordinateurs du numéro précisent avoir reçu 27 propositions.
  • 3 Le secteur du faubourg du Temple, objet de deux contributions, semble participer d'une diffusion de (...)
  • 4 Bacqué, M.-H. (2006), "En attendant la gentrification: discours et politiques à la Goutte d'Or (198 (...)

3Ce numéro consacre l'émergence d'un milieu scientifique francophone s'intéressant aux processus de gentrification, connaissant et mobilisant la littérature internationale existante2. Après la lecture de ce numéro, on attend toutefois que ce milieu structure des réflexions critiques et nouvelles, au-delà de la simple application de modèles étrangers. En effet, le lecteur familier des débats sur la gentrification ne sera pas ébranlé par ce numéro, même si les études de cas sont intéressantes et bien conduites. Il n'apporte que très peu d'éclairages nouveaux sur ces processus, si ce n'est d'accompagner parfois le sociologue urbain dans des quartiers encore peu visités comme les faubourgs de Roubaix et Sheffield. Les autres sites étudiés ont déjà été l'objet de nombreuses recherches (Berlin, Londres, Montreuil, Belleville3) et semblent avoir épuisé les possibilités d'analyses. On conseillera en complément la lecture du numéro consacré au même sujet par Sociétés contemporaines, notamment l'article de Marie Hélène Bacqué4.

Haut de page

Notes

1 Charmes, E. (2006) La rue, village ou décor ? Parours dans deux rues de Belleville (Grâne, Créaphis), Simon, P. (1995) La société partagée. Relations interethniques et interclasses dans un quartier en rénovation. Belleville, Paris 20ème, Cahiers internationaux de sociologie, 98, pp. 161-190.

2 Les coordinateurs du numéro précisent avoir reçu 27 propositions.

3 Le secteur du faubourg du Temple, objet de deux contributions, semble participer d'une diffusion de proche en proche de la gentrification de Belleville.

4 Bacqué, M.-H. (2006), "En attendant la gentrification: discours et politiques à la Goutte d'Or (1982-2000)", Sociétés Contemporaines, (62-63), pp. 63-83.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elsa Vivant, « La gentrification urbaine », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2008, mis en ligne le 02 août 2008, consulté le 19 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/640

Haut de page

Rédacteur

Elsa Vivant

maitre de conférences en Urbanisme à l'Institut Français d'Urbanisme, Université Paris Est Marne la Vallée

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page