Navigation – Plan du site

Albert Ogien, Sandra Laugier, Pourquoi désobéir en démocratie ?

Corinne Delmas
Pourquoi désobéir en démocratie ?
Pourquoi désobéir en démocratie ?, La Découverte, coll. « La Découverte Poche / Sciences humaines et sociales », 2011, 216 p., 1ère ed. 2010, ISBN : 9782707169754.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Dans la collection « Textes à l’appui » de la Découverte, en 2010. Parmi les nombreux commentaires (...)

1Cet ouvrage, écrit par un sociologue et une philosophe, analyse le sens politique de la désobéissance civile en démocratie. Largement commenté lors de sa parution1, il fait aujourd’hui l’objet d’une réédition en collection de poche, enrichie d’une postface inédite.

2Les auteurs, partant du constat d’une multiplication des actes de désobéissance civile en France, s’interrogent sur les raisons d’une telle recrudescence. Cette dernière peut en effet sembler étonnante si l’on se réfère aux particularités de ces comportements, qui consistent en une mise hors la loi délibérée, et à leur relative nouveauté, du moins leur caractère suspect, dans notre contexte national.

3L’ouvrage se compose de trois parties. La première éclaire les spécificités de cette forme d’action et la tradition théorique dans laquelle elle s’inscrit. Loin d’être un refus de la démocratie, l’idée de la résistance « est liée à la définition même d’une démocratie, d’un gouvernement du peuple c’est-à-dire par le peuple, comme le disait très clairement la déclaration d’indépendance américaine » (p. 23). Le premier chapitre insiste ainsi sur la naissance de la notion de désobéissance civile dans les écrits du philosophe américain Henry David Thoreau (1817-1862) et chez les penseurs gravitant autour de lui et de son maître et ami Ralph Waldo Emerson (1803-1882). Le chapitre suivant souligne l’hétérogénéité des actions de résistance ou de contestation du pouvoir possibles. Il éclaire les spécificités de la désobéissance civile, « c’est-à-dire le refus de respecter une loi – ou une de ses dispositions- régulièrement votée par une majorité de représentants du peuple » (p. 47), qui a acquis ses lettres de noblesse lors des grands mouvements des années 1960-1970 (droits civiques, guerre du Vietnam…) ; elle serait toutefois devenue « suspecte » avec la fin de ces grands mouvements. « Si tout acte de désobéissance civile est un acte de résistance, toute résistance n’implique pas le recours à la désobéissance civile » (p. 52) insistent les auteurs, qui distinguent les « opposants » des « désobéissants » et des « désobéisseurs ». Ces deux dernières catégories, qui privilégient des formes d’action rejetant l’usage de la violence tout en se situant délibérément hors du système représentatif, se présentent comme des adeptes de la désobéissance civile. Les premiers, les « désobéissants », poursuivent des objectifs similaires à ceux des syndicats ou d’une opposition politique, mais en fondant leur protestation « sur une action directe non violente » en rupture « avec les modes traditionnels de la mobilisation politique au motif qu’ils sont obsolètes ou inefficaces à une époque où la couverture médiatique d’un événement est devenue l’aune à laquelle on apprécie la force d’une revendication » (p. 52). Ils exploitent ainsi particulièrement « les ressources offertes par le buzz » que crée une médiatisation conçue et réalisée de façon professionnelle » (p. 52). Les seconds, qui seuls correspondraient à la désobéissance civile stricto sensu, à savoir « ceux qui se nomment des « désobéisseurs » […] exigent, en se mettant pacifiquement hors la loi, le retrait d’une disposition qu’ils jugent attentatoire à un principe « supérieur » de la démocratie ou de l’humanité » (p. 52).

4La seconde partie de l’ouvrage, intitulée « enquête », mobilise plusieurs exemples contemporains de désobéissance civile ; s’appuyant sur une analyse d’actes proliférant à l’école, à l’université, à l’hôpital ou dans les entreprises, il montre combien ces comportements s’inscrivent dans un refus de la logique de performance qui s’impose aujourd’hui en France comme mode de gouvernement. Le troisième chapitre analyse « cette nouvelle manière de diriger qui consiste à gouverner au résultat » (p. 69) afin de saisir ce qui peut susciter de telles réactions. Rappelant que la notion de « résultat » mobilisée par ce nouveau registre de légitimation, qui s’est imposée depuis le milieu des années 1990, est entendue « au sens particulier de mesure de la performance de l’action de l’Etat selon le degré de réalisation des objectifs chiffrés qui sont fixés aux politiques publiques » (p. 69), il éclaire les enjeux et implications des phénomènes de quantification (ou de mise en chiffres) des politiques publiques, soulignant combien « les exigences de la démocratie sont souvent les ennemies […] du principe d’efficacité tel qu’il est conçu dans le raisonnement qui le réduit à la mesure de la productivité et de la rentabilité d’une action » (p. 86). Le chapitre suivant, intitulé « expérience de la dépossession », mobilise plusieurs initiatives de désobéissance civile attestant le refus « de suivre des instructions qui font peser des menaces sur l’égal accès des citoyens à des besoins fondamentaux (santé, éducation, justice, etc.), sur le respect des libertés individuelles et sur la qualité des prestations offertes aux usagers d’un service public ou aux clients d’une entreprise privée », menaces souvent liées aux procédures de quantification et d’informatisation qui leur sont associées (p. 90). Des agents ou des professionnels n’hésitent pas, ainsi, à désobéir, soucieux d’exercer « un certain contrôle sur l’élaboration et l’utilisation des données statistiques produites par les systèmes d’information administratifs auxquels ils fournissent eux-mêmes les données à traiter » (p. 93), comme le montrent les exemples du fichier Edvige et de la « Base élèves 1er degré ». Ce chapitre insiste sur les phénomènes de « violence arithmétique » liés à ces objectifs de contrôle quantifié et de dépossession de professionnels (médecins, universitaires, enseignants…) contraints d’accepter la mise en chiffre de leur activité. La logique gestionnaire, qui ne peut ainsi être réduite à une simple économie budgétaire, s’impose aujourd’hui aux professionnels du service public qui travaillent à l’école, à l’hôpital et à l’université ; les auteurs explorent les conditions « dans lesquelles s’y développent des mouvements de rejet d’un modèle de direction qui bouleverse, directement ou insidieusement, l’exercice quotidien de leur métier, la façon de le concevoir et les mots qu’il faut employer pour en parler » (p. 103).

5La troisième et dernière partie conclut sur la légitimité du recours à la désobéissance civile en démocratie, en confortant l’approche de cette dernière comme forme d’action politique. Les actes de désobéissance analysés dans l’ouvrage sont motivés par le sentiment de dépossession de soi « qui naît de la domination qu’exerce aujourd’hui ce type de savoir expert fondé sur la quantification de l’action publique et sur le contrôle des usages qu’il est possible d’en faire pour transformer l’Etat et le politique » (p. 179). S’appuyant sur une lecture d’Emerson et de sa critique de l’obsession d’expertise, dont la domination dans les champs politique, économique et intellectuel, dissimulerait une triple perte de la confiance en soi (celle de l’individu, du politique et de l’expert ou de l’intellectuel), les auteurs militent pour la réhabilitation d’une pensée radicale de la démocratie, « et de le faire en redécouvrant une approche de l’ordinaire irréductible à la réflexion consensuelle qui s’est développée au XXsiècle et à l’émergence du modèle d’une démocratie dominée par l’idée d’expertise. » (P. 181).

  • 2  Mathilde Girard, « Du dedans au dehors de l’espace démocratique : la désobéissance civile », Multi (...)
  • 3  « La désobéissance civile, une légitime réponse. Table ronde avec Isabelle Fremaux, John Jordan, Y (...)
  • 4  Mathilde Girard, « Du dedans au dehors… », Multitudes, op. cit., p. 214.

6Cet ouvrage présente l’intérêt d’appréhender la désobéissance civile, dans une perspective à la fois philosophique, sociologique et politique, comme une pratique critique de la démocratie représentative. Selon Albert Ogien et Sandra Laugier, ce terme renvoie en effet à une « forme d’action politique qui a des caractéristiques bien particulières » et qui, « loin de mettre en danger ou de détruire la démocratie […] en est un élément » (p. 211-212). Ils rappellent combien le citoyen, lorsque les autres moyens de résistance sont épuisés ou impossibles, face à la dépossession qui le menace, ne peut répondre que par la désobéissance. Cette dernière interroge finalement les conditions de possibilité de l’action politique. Comme le souligne Mathilde Girard, « la désobéissance civile occupe ainsi un espace singulier qui répond à la nécessité d’inventer d’autres modalités d’intervention collectives »2. Aux frontières de la clandestinité et de l’illégalité, tout en rappelant « que chacun est compétent pour parler des affaires publiques »3, elle questionne l’espace de la démocratie4.

  • 5 Tenant en partie à certaines caractéristiques de l’ouvrage dont son format synthétique, le type de (...)
  • 6 On soulignera l’essor des enquêtes empiriques et publications sur la désobéissance civile. On peut (...)

7On regrettera toutefois que les conditions de possibilité de ce basculement dans la désobéissance (plutôt par exemple que dans d’autres formes de résistance ou de fuite évoquées, dont le suicide, dans le monde professionnel) ne soient pas davantage explicitées ici. Mais ces frustrations5 n’enlèvent rien à l’intérêt d’un ouvrage qui, soulevant de nombreuses questions, se recommande par la rigueur de la démonstration, l’originalité de sa démarche et l’intérêt de son objet6.

Haut de page

Notes

1  Dans la collection « Textes à l’appui » de la Découverte, en 2010. Parmi les nombreux commentaires, on renverra notamment au compte rendu d’Olivier Cléach : http://lectures.revues.org/1182.

2  Mathilde Girard, « Du dedans au dehors de l’espace démocratique : la désobéissance civile », Multitudes, 2010/2, n° 41, p. 212.

3  « La désobéissance civile, une légitime réponse. Table ronde avec Isabelle Fremaux, John Jordan, Yvan Gradis et Sandra Laugier », Mouvements, 2011/1, n° 65, p. 128.

4  Mathilde Girard, « Du dedans au dehors… », Multitudes, op. cit., p. 214.

5 Tenant en partie à certaines caractéristiques de l’ouvrage dont son format synthétique, le type de matériaux empiriques mobilisés, les développements proportionnellement importants consacrés à la logique gestionnaire et aux questions de quantification dont l’un des deux auteurs est un spécialiste.

6 On soulignera l’essor des enquêtes empiriques et publications sur la désobéissance civile. On peut notamment mentionner : Mario Pedretti, La figure du désobéissant en politique. Étude de pratiques de désobéissance civile en démocratie, Paris, L'Harmattan, 2001 ; Olivier Cléach, La désobéissance dans une organisation d'ordre. L’exemple du conflit des gendarmes de décembre 2001, Thèse de sociologie, Université Paris-Dauphine, 2007. Parmi les témoignages et manifestes d’acteurs : Alain Refalo, En conscience, je refuse d’obéir. Résistance pédagogique pour l’avenir de l’école, Des mots de résistance, 2010 ; plusieurs titres dans la collection « le passager clandestin » (Désobéir à la pub ; Désobéir avec les sans papiers ; Désobéir à Big Brother ; Désobéir au sexisme…).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Corinne Delmas, « Albert Ogien, Sandra Laugier, Pourquoi désobéir en démocratie ? », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 26 septembre 2011, consulté le 27 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/6406

Haut de page

Rédacteur

Corinne Delmas

Politiste et sociologue, Maître de conférences à l'Université Lille 2 (FSSEP) et membre du CERAPS (Centre d'études et de recherches administratives, politiques et sociales, UMR 8 026 CNRS)

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page