Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2024Matthieu Hély et Maud Simonet, Mo...

Matthieu Hély et Maud Simonet, Monde associatif et néolibéralisme

Margaux Trarieux
Monde associatif et néolibéralisme
Matthieu Hély, Maud Simonet (dir.), Monde associatif et néolibéralisme, Paris, PUF, coll. « La Vie des Idées », 2023, 125 p., ISBN : 978-2-13-084436-5.
Haut de page

Texte intégral

1À contre-courant d’une approche sociologique traditionnelle qui analyserait le « monde associatif » comme un univers en marge du capitalisme, cet ouvrage propose d’éclairer les manières dont l’activité associative se retrouve actuellement au centre du système néolibéral. Sa visée est de mettre en exergue les liens de dépendance et de réciprocité entre monde associatif, État et entreprises, en interrogeant à la fois à quel point les deux premiers sont imprégnés par le néolibéralisme et à quel point le monde des affaires s’est réapproprié les propriétés du monde associatif.

2Pour ce faire, l’ouvrage coordonné par Matthieu Hély et Maud Simonet met en dialogue des enquêtes qui portent précisément sur le secteur associatif et divers de ses domaines (logement, formation, emploi, care, soutien juridique) en France et à l’international (Belgique, États-Unis, Israël). Les cinq recherches s’inscrivent dans une perspective interdisciplinaire en sciences sociales et relèvent tant de l’économie, de la socio-histoire que de la sociologie politique, du travail et de l’emploi. Toutes s’interrogent sur les frontières entre champ associatif, champ politique et champ économique, et sur leur porosité. En effet, ces différentes contributions étudient des initiatives empruntes d’une utopie associative aux premiers abords anti-capitaliste. Celle de Paul Moutard-Martin porte sur l’Économie sociale et solidaire (ESS), qui a émergé comme « tiers secteur » visant à produire une nouvelle forme de citoyenneté tout en répondant à la crise de l’emploi. Auréline Cardoso, quant à elle, a travaillé sur les associations de défense des droits des femmes. John Krinsky a enquêté sur le logement à mission sociale à New-York. Anne Le Roy et Emmanuelle Puissant ont étudié l’aide à domicile comme relation entre un professionnel aidant et une population dans le besoin et en perte d’autonomie. La recherche d’Itamar Y. Shachar porte sur l’association Young Spirit qui cherche à former à l’esprit d’entreprendre des lycéens issus de populations défavorisées dans un cadre non lucratif. L’ouvrage montre ainsi comment de telles initiatives se retrouvent envahies par le néolibéralisme, et plus spécifiquement par ses valeurs (la libre concurrence, la rationalité), ses normes (la marchandisation, la profitabilité, la centralité du travail et le surinvestissement de soi dans celui-ci) et ses contraintes (la quantification et la standardisation, la culture du résultat, la managérialisation et l’individualisation de l’activité).

3Ces cinq investigations témoignent d’abord du renouvellement du monde associatif à l’œuvre depuis les années 1970, et de son renforcement par les institutions politiques qui le soutiennent. Cet appui peut prendre la forme d’un discours de promesses propre à un parti politique : Paul Moutard-Martin rappelle le poids de la « seconde gauche » dans la mise en place d’une ESS teintée de néolibéralisme sur la fin du XXe siècle. Il peut se faire via des lois, comme la loi Borloo de 2005 qui redéfinit l’aide à domicile en un service quantifié et rationalisé dans un secteur devenu marchand et concurrentiel (Anne Le Roy et Emmanuelle Puissant). Il peut reposer sur des liens de coopération avec des institutions politiques, telles que les autorités européennes, mais aussi locales et régionales comme dans le cas de Young Spirit qu’a étudié Itamar Y. Shachar. De manière transversale et plus complexe encore, John Krinsky expose comment les institutions politiques, au niveau local autant que fédéral, peuvent se positionner de manière contradictoire pour les associations, en étant simultanément soutien légal et financier du projet associatif – ici, proposer des logements sociaux dans une zone urbaine pour héberger des populations démunies – et détracteur de son programme – celui de trouver des alternatives au logement marchand, en construisant sur des terrains non utilisés, en réaménageant ou en restaurant des logements vétustes – par l’imposition d’une exigence de productivité. En ce sens, les autrices et auteurs partagent une analyse critique d’un État dépendant de « l’accumulation du capital » (p. 61), et révèlent ainsi que le mode de gouvernance étatique actuel participe activement à l’enserrement des associations entre lui et les entreprises, le marché.

4Ainsi, en décrivant finement les transformations structurelles du monde associatif sur ces dernières décennies, toutes les contributions explorent « l’emprise de l’idéologie néolibérale », pour reprendre la formule d’Auréline Cardoso (p. 40), sur le monde associatif, et ce, à un double niveau. D’une part, elles démontrent en quoi l’activité associative est métamorphosée, si ce n’est pas tout simplement exploitée, par cette doctrine sociale, politique et économique. En effet, dans le cas de l’aide à domicile, Anne Le Roy et Emmanuelle Puissant décrivent le passage d’une relation d’aide intersubjective entre intervenants et usagers à une relation désincarnée de service qui s’organise en une succession d’actes standardisables et échangeables sur un marché. De son côté, Paul Moutard-Martin suggère qu’inviter les individus à se poser comme des entrepreneurs dans un système productif régulé par un État qui laisse aux organisations de l’ESS la tâche d’une auto-gestion est un projet qui s’inscrit pleinement dans l’idéologie néolibérale. Il en est de même sur le terrain de Young Spirit dont l’objectif est de faire acquérir des compétences à des jeunes potentiellement « à risque » pour qu’ils intègrent une trajectoire entrepreneuriale, plutôt qu’une carrière délinquante (Itamar Y. Shachar). Dans ce cadre, les liens avec le champ économique apparaissent finalement constitutifs de l’activité associative, et les contradictions qui découlent de cette rencontre deviennent inhérentes aux organisations associatives – c’est ainsi qu’il faut comprendre que la démarchandisation des logements est paradoxalement dépendante d’une capitalisation immobilière (John Krinsky). L’imaginaire associatif s’en trouve ébranlé, comme l’illustre Paul Moutard-Martin avec l’idéal de créativité instrumentalisé par la production capitaliste. D’autre part, les cinq chapitres mettent en lumière les tensions qui émergent dans l’activité des professionnels et bénévoles, que ce soit dans le travail au quotidien, avec une gestionnarisation des tâches (Auréline Cardoso), ou plus spécifiquement dans les relations au travail. En ce sens, Itamar Y. Shachar souligne les tensions entre les enseignants, qui accompagnent les jeunes à se former, et les bénévoles de Young Spirit, employés de partenaires financiers privés. De ce fait, ces derniers valorisent la figure du « successful man » dans le monde des affaires, construite en miroir du storytelling du fondateur de l’association, et, par-là, prennent part au dénigrement de la figure enseignante. Dans cette perspective, les conditions de travail, à l’intérieur du secteur associatif, sont bouleversées.

  • 1 Voir Yves Clot, « L’aspiration au travail bien fait », Le Journal de l’École de Paris du management(...)
  • 2 À comprendre comme un travail dénié, fait au nom des valeurs de celles et ceux qui se mettent en ac (...)

5En outre, les différentes études donnent à voir les répercussions des transformations du travail associatif sur le vécu des professionnels et bénévoles : ils éprouvent des sentiments pénibles, de perte de sens au travail (Auréline Cardoso) ou d’un sabotage de l’activité causé par les conditions dans lesquelles pourtant celle-ci se déploie (Anne Le Roy et Emmanuelle Puissant). Mais elles explorent aussi la capacité à résister des actrices et acteurs associatifs, comme chez les professionnelles des associations de défense des droits des femmes, qui, même prises dans la toile du néolibéralisme, cherchent à maintenir une utopie féministe dans leur organisation du travail (Auréline Cardoso). C’est le cas aussi des intervenants dans l’aide à domicile qui élaborent des stratégies individuelles pour « bien faire [leur] travail » (p. 84)1, au point de prendre des risques et de se mettre en danger (Anne Le Roy et Emmanuelle Puissant). Ces résistances peuvent être coûteuses, comme nous le rappellent ces trois autrices. Elles identifient notamment l’apparition d’un « travail gratuit2 », tant chez les professionnels qui, sur le terrain d’Auréline Cardoso, puisent dans leurs propres ressources pour libérer leurs activités associatives de la contrainte des subventions extérieures, que chez les proches des usagers, qui, dans l’enquête d’Anne Le Roy et Emmanuelle Puissant, cherchent à trouver des solutions face aux dysfonctionnements produits par la marchandisation et l’industrialisation du service. Mais ces modalités sociales de dégagement témoignent d’une capacité individuelle et collective à se renouveler dans l’activité.

  • 3 La formule est de Jean-Luc Metzger, « Pierre Dardot, Christian Laval, La nouvelle raison du monde. (...)

6En ce sens, cet ouvrage dévoile certes de manière inquiétante le pouvoir du néolibéralisme, cette « rationalité totalisante3 » renforcée par différents effets que le monde associatif engendre alors même que sa visée est inverse, et ce, jusque dans l’expérience intime des sujets sociaux. Mais il offre surtout des pistes pour une réflexion sociologique et citoyenne constructive. Sur ce dernier point, les différents textes invitent à faire preuve de réflexivité dans l’activité (Auréline Cardoso), à penser d’autres voies alternatives (Itamar Y. Shachar), et soutiennent l’espoir de la possibilité d’une lutte collective (John Krinsky).

Haut de page

Notes

1 Voir Yves Clot, « L’aspiration au travail bien fait », Le Journal de l’École de Paris du management, vol. 99, n° 1, p. 23-28.

2 À comprendre comme un travail dénié, fait au nom des valeurs de celles et ceux qui se mettent en activité, et qui produit des valeurs que les organisations s’approprient. Voir Maud Simonet, Travail gratuit : la nouvelle exploitation ?, Paris, Textuel, 2018.

3 La formule est de Jean-Luc Metzger, « Pierre Dardot, Christian Laval, La nouvelle raison du monde. Essai sur la société néolibérale », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 18 janvier 2010 : https://journals.openedition.org/lectures/910.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Margaux Trarieux, « Matthieu Hély et Maud Simonet, Monde associatif et néolibéralisme », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 29 mars 2024, consulté le 23 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/lectures/64337 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.64337

Haut de page

Rédacteur

Margaux Trarieux

Docteure en sociologie, spécialité clinique, et ATER en sociologie à l'Université Paris Cité. Rattachée au Laboratoire de Changement Social et Politique (LCSP), Université Paris Cité, et au Centre d'Études et de Recherches Travail, Organisation, Pouvoir (CERTOP), Université Toulouse - Jean Jaurès.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search