Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2024Bénédicte Savoy, À qui appartient...

Bénédicte Savoy, À qui appartient la beauté ?

Ulysse Jardat
À qui appartient la beauté ?
Bénédicte Savoy, À qui appartient la beauté ?, Paris, La Découverte, coll. « Histoire-monde », 2024, 272 p., avec la collaboration de Jeanne Pham Tran, ISBN : 9782348077043.
Haut de page

Texte intégral

1La question des restitutions patrimoniales est devenue un enjeu géopolitique majeur, en ce qu’elle participe désormais de l’équilibre des relations entre puissances occidentales et pays anciennement colonisés. Co-auteure d’un rapport sur la restitution du patrimoine culturel africain, rendu au président de la République française en 2018, Bénédicte Savoy transpose dans ce livre une série de cours donnés au Collège de France en 2017.

2Loin de se limiter à la question du patrimoine culturel africain, qui demeure sans doute la plus médiatisée actuellement, l’ouvrage a le mérite de s’intéresser à un large éventail de chefs-d’œuvre, réalisés à différents âges de l’humanité et dans différentes régions du monde. Neuf chapitres concis et précis ont vocation à présenter un large panorama d’œuvres ou d’ensembles patrimoniaux dont le lieu de conservation ou la possession ont évolué avec le temps et dont la légitime propriété a été remise en cause par le passé, jusqu’à continuer de faire débat aujourd’hui. Le titre, volontairement provocant, est systématiquement répété en conclusion de chaque chapitre, commentant ainsi l’énoncé des multiples propriétaires potentiels de l’œuvre étudiée. Considérées comme l’incarnation de la notion universelle de beauté, érigés en symboles de tendances esthétiques ou en emblèmes identitaires, ces chefs-d’œuvre pourraient être réclamés par différentes personnalités ou communautés historiques politiques, scientifiques… dont il apparaît difficile de hiérarchiser la légitimité.

3Empruntant à la chimie génétique le terme de translocation, Bénédicte Savoy s’efforce de démontrer que le transfert forcé d’un bien culturel, résultant d’une asymétrie de puissance entre ancien et nouveau propriétaires, laisse un vide matériel et symbolique à l’endroit de sa soustraction. Or, une revendication de restitution ne survient en général qu’après un nécessaire délai de reconstruction identitaire de la part de l’entité se considérant comme spoliée (lors d’une « prise de conscience patrimoniale »). Cependant, les nouveaux possesseurs se considèrent comme légitimes. Parfois, ils ont été plusieurs à se succéder dans le temps (lorsqu’une œuvre est vendue puis revendue, ou qu’un ensemble est démantelé, multipliant le nombre de ses potentiels nouveaux propriétaires).

4Si l’auteure rappelle dans l’introduction que l’on trouve la trace de revendications de restitution dès l’Antiquité (citant le célèbre Discours contre Verrès de Cicéron), le livre consacre son propos uniquement à des exemples appartenant à l’histoire récente. Aucun cas ne date d’avant le XVIIIe siècle, période d’apparition des musées en Europe. Du buste de Néfertiti (XIVe siècle avant notre ère) aux trésors royaux du Bénin (fin du XIXe siècle), en passant par la Madone Sixtine de Raphaël (XVIe siècle) et l’Enseigne de Gersaint de Watteau (XVIIIe siècle), ce sont volontairement des contextes de création, de réception et d’appropriation culturelle très divers qui sont successivement relatés par Bénédicte Savoy. En outre, à la fin de chaque chapitre, une carte résume les trajets, voire les allers-retours multiples effectués dans l’histoire par le bien patrimonial : on voit ainsi comment, principalement au gré des conquêtes militaires ou faisant le jeu des asymétries économiques, les œuvres d’art font partie du butin.

5Une longue introduction permet de poser les enjeux épistémologiques et d’éclairer le large champ de prospection de l’étude : au-delà de l’histoire de l’art et de l’historiographie, l’auteure analyse l’ampleur insoupçonnée de l’appropriation symbolique des œuvres, qui cristallise les enjeux identitaires. Aussi fait-elle appel à de larges pans de la culture populaire, en évoquant notamment plusieurs films, dont des blockbusters, qui abordent plus ou moins directement la question des spoliations et des restitutions. Certains ont été particulièrement diffusés dans le monde occidental, comme Monuments Men (2014). D’autres, quasi inconnus en Europe ou aux États-Unis, ont pourtant eu une audience de grande ampleur, tel Chinese Zodiac, de Jackie Chan (2012) : ayant pour intrigue le retour d’œuvres pillées lors du sac du Palais d’Été, à Pékin en 1860, ce film est ainsi sorti quelques jours après la prononciation du discours de Xi Jinping sur le « renouveau » de son pays, dans le Musée national de Chine tout juste inauguré.

6Quand les chefs-d’œuvre sont entrés en possession du vainqueur (sinon militaire, du moins économique et politique), leur présence sur un territoire nouveau a souvent pour conséquence des fécondations artistiques et intellectuelles, et cela presque autant de fois que les œuvres changent de main. Les chapitres 4 et 8, consacrés respectivement à la Madone Sixtine et au Portrait d’Adèle Bloch-Bauer (Klimt), insistent précisément sur ce potentiel d’émotion et d’inspiration de l’œuvre, face à laquelle un nouveau public s’identifie.

7Deux autres chapitres étudient les translocations d’œuvres produites en Europe durant les temps modernes. Le chapitre 3 traite ainsi du Retable de l’Agneau mystique (Van Eyck). Comme l’auteure le rappelle, c’est l’œuvre la plus célèbre présente dans Monuments Men : sa redécouverte par l’armée américaine dans une cache de l’armée allemande semble pouvoir incarner à elle seule la victoire des Alliés contre la barbarie. Le chapitre 6 a quant à lui le mérite d’évoquer une œuvre acquise en dehors d’un contexte de relation asymétrique mais reflétant plutôt le rayonnement historique de la France des Lumières en Europe : l’Enseigne de Gersaint, achetée dès les années 1740 par Frédéric II de Prusse pour sa demeure, où elle est toujours conservée. Or, le tableau, considéré depuis le début du XXe siècle comme représentatif d’un « goût français », n’a pourtant été prêté que quatre fois pour des expositions temporaires à Paris, souvent grâce à de conséquentes négociations politiques. Et le refus de prêt de l’œuvre pour une exposition au Grand Palais en 2005 a été vécu comme un affront tel que le commissariat a décidé de laisser vide la place où le tableau aurait été accroché.

8La question des biens spoliés aux juifs durant la Seconde Guerre mondiale, sur laquelle une presse et une littérature déjà abondantes se sont penchées, n’est abordée que dans un chapitre (à propos du portrait de Klimt). En revanche, cinq autres chapitres, dont celui d’ouverture et celui de conclusion (qui choisit de relater avec précision des événements très récents), ont pour objet des enjeux propres à diviser l’opinion comme les décideurs politiques. Ils traitent en effet d’œuvres dont la détention oppose anciennes puissances coloniales d’un côté et pays désormais émergents de l’autre (voire, comme pour la Chine, hissés récemment au rang de puissance économique). Le chapitre 1 revient ainsi sur la situation de l’Égypte au début du XXe siècle qui voit France, Angleterre et Allemagne partager avec les autorités locales les produits de fouilles. Considéré comme un chef-d’œuvre dès son arrivée à Berlin, où son exposition séduit le grand public, fascine et inspire artistes et écrivains, le buste de Néfertiti sera dès l’entre-deux-guerres revendiqué par l’Égypte.

9Il en est de même pour l’Autel de Pergame, donnant son nom au Pergamonmuseum de Berlin. C’est sans doute sa taille colossale et la capacité même de déplacer un tel ensemble qui ont motivé l’étude de son historique depuis sa redécouverte, dans un chapitre qui évoque également les nombreux autres monuments déplacés par les Européens depuis les territoires de l’ancienne Grèce antique vers leurs musées tout au long du XIXe siècle. Depuis quelques années, plusieurs voix se sont élevées en Turquie pour réclamer le retour de l’autel de Pergame à son emplacement d’origine.

10Les chapitres 7 et 9 se concentrent respectivement sur la statue de la « reine Bangwa » du Cameroun et les « trésors royaux » du Bénin. Le premier a pour objet une statue célèbre par son passage dans plusieurs collections prestigieuses, photographiée par Man Ray, passée entre les mains de Charles Ratton, et désormais dans les collections du Musée Dapper. Le parcours tortueux de ce chef-d’œuvre permet d’évoquer les dizaines de milliers d’autres objets africains ayant rejoint les collections muséales allemandes dans les quelques décennies qui ont suivi la Conférence de Berlin de 1885 (célèbre épisode de partage de l’Afrique entre puissances coloniales). L’auteure insiste sur le fait que beaucoup de ces objets n’ont jamais été exposés, ayant même été parfois revendus rapidement par les musées allemands.

11Le dernier chapitre de l’ouvrage propose d’éclairer ce qui a légitimé le renversement de la position de la France en 2021 (sur le plan idéologique surtout, et l’on pourrait regretter que ne soit pas assez évoqué ce qui l’a motivé sur le plan politique). Sans trop s’attarder sur le contexte de pillage du royaume du Dahomey en 1892, l’auteure reconstitue comment le Bénin a progressivement élaboré une revendication légitime, puis une identité nationale à partir du retour des œuvres. La restitution des « trésors royaux » du Bénin s’expliquerait ainsi non seulement par un devoir de réparation mais surtout par son impact considérable et immédiat en termes de cohésion républicaine, de rayonnement culturel local comme international : dès leur retour, plusieurs centaines de milliers de visiteurs de différentes générations, issus de toute l’Afrique de l’Ouest, se seraient pressés pour venir les voir, et la possibilité d’un dialogue avec la création contemporaine aurait été expérimentée et reconnue.

12Loin de prendre un parti univoque, l’auteure tente au fil de l’ouvrage de se faire avec précision, érudition et objectivité, le porte-voix de positions, d’avis et d’émotions souvent discordantes voire opposées, à propos d’œuvres dont le potentiel d’identification et d’inspiration est colossal. Comme elle le souligne par ailleurs, le lieu de conservation de ces œuvres et leur accessibilité sont un enjeu trop souvent ignoré, bien que fortement discriminatoire. Le lieu de conservation et d’exposition permanente de l’œuvre d’art privilégie nécessairement le public ayant les moyens d’y accéder, et la question de l’éloignement géographique est selon l’auteure sous-évaluée.

13Au terme de sa lecture, l’ouvrage apparaît comme une tentative inédite de synthèse sur un sujet d’actualité brûlante, avec pour ambition de traiter de tous les types de revendications de restitutions encore à même d’animer le débat public. Outre une capacité de synthèse qui ne rechigne pourtant pas à donner des références précises voire à citer largement ses sources, l’ouvrage adopte une rhétorique narrative habile à tenir le lecteur en haleine. N’hésitant pas à ménager le suspense, mais aussi à utiliser parfois un présent de vérité générale qui semble exclure, par son caractère péremptoire, toute opinion contraire à celle de l’auteure, il appelle ainsi à la nécessaire prudence de jugement de son lecteur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ulysse Jardat, « Bénédicte Savoy, À qui appartient la beauté ? », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 09 avril 2024, consulté le 30 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/lectures/64430 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.64430

Haut de page

Rédacteur

Ulysse Jardat

Conservateur du patrimoine, responsable du département Décors, mobilier et arts décoratifs au Musée Carnavalet-Histoire de Paris.

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search