Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2024Lucien Febvre, Histoire et sciences

Lucien Febvre, Histoire et sciences

Émile Le Pessot
Histoire et sciences
Lucien Febvre, Histoire et sciences. Recueil inédit, Paris, EHESS, 2023, 200 p., Textes recueillis par Eric Brian, ISBN : 978-2-7132-2994-7.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cf. Ingrao Christian, Le soleil noir du paroxysme. Nazisme, violence de guerre, temps présent, Pari (...)
  • 2 Cf. Lahire Bernard, Les structures fondamentales des sociétés humaines, Paris, La Découverte, 2023  (...)
  • 3 Castelli Gattinara Enrico, Les inquiétudes de la raison : épistémologie et histoire en France dans (...)
  • 4 Voir Barral-Baron Marie et Joutard Philippe (dir.), Lucien Febvre face à l’Histoire, Rennes, PUR, 2 (...)

1C’est souvent lorsque les outils des sciences sociales semblent insuffisamment opérants que de stimulants dialogues s’instaurent avec les sciences dites nomothétiques. Dans cette perspective, l’histoire des violences extrêmes nazies a par exemple croisé les réflexions de la physique quantique1, et Bernard Lahire a récemment tenté d’assoir l’épistémologie des sciences sociales sur celles du vivant2. C’est ce type de contexte d’ébranlement des conditions du savoir qu’entend éclairer le recueil d’écrits de Lucien Febvre élaboré par Éric Brian (p. 8). Il permet en effet d’explorer les « inquiétudes de la raison »3 historienne de l’entre-deux-guerres tout en alimentant une historiographie active sur Lucien Febvre4. Celui-ci, né en 1878, co-fondateur de la revue des Annales avec Marc Bloch en 1929 et professeur au Collège de France à partir de 1933, a réfléchi activement à un dialogue réciproque entre histoire et sciences naturelles. Ce recueil, composé de quatorze documents de nature et de statut hétérogènes, explore sur près d’un quart de siècle l’élaboration de la réflexion épistémologique singulière de Febvre, débordant le seul rapport entre histoire et psychologie.

2L’ouvrage permet ainsi de saisir la réflexion de Febvre sur l’histoire comme une réponse face à ce que ce dernier perçoit comme une double crise, marquée par une perte de confiance dans la science et un ébranlement des savoirs établis. Le premier versant de cette crise apparait en filigrane dans le projet d’Encyclopédie française au sein duquel il joue un rôle déterminant à compter de 1932. Épisode méconnu, cette entreprise collective constitue pourtant un laboratoire singulier de l’épistémologie febvrienne. Dès 1934, au stade des ébauches de plan, Febvre précise que loin d’être une énième synthèse de l’esprit humain, son Encyclopédie française doit s’attacher à « repenser, d’ensemble, un monde “impensable parce qu’impensé”, à cette heure où, trop souvent, l’esprit critique démissionne » (p. 29). Dans une Europe politiquement marquée par la montée des fascismes, c’est la confiance en la raison et la méthode scientifique qui semble s’étioler. Face à ce constat, il faut « rendre visible à tous, et d’abord aux savants eux-mêmes l’analogie des méthodes et des problèmes, la convergence sensible des résultats : par-là restaurer la confiance dans le pouvoir de l’esprit » (p. 30). Une épistémologie unitaire doit jeter les bases d’un nouveau régime du savoir scientifique ébranlé par la menace de conflagration militaire (p. 112). Quant à la seconde crise, elle touche à une mutation des certitudes scientifiques. Le texte de la conférence que Febvre donne à l’ENS en 1941 le démontre parfaitement : « depuis trente ou quarante ans, sous la poussée de la Physique moderne », comme de la microbiologie, « tous les vieux systèmes scientifiques sur quoi nous reposions notre quiétude, se sont ébranlés et renversés » (p. 131). Déterminisme, raisonnement causal, notion unitaire du temps : « toute une conception du monde s’effondrait d’un coup », notait-il dans son article publié dans les Annales en 1955 à la mort d’Einstein (p. 159). Ici, Febvre se fait le témoin d’une rupture épistémologique ouverte en 1905 par la théorie de la relativité, que les sciences sociales françaises cherchent à affronter à partir de 1922.

  • 5 Cf. Müller Bertrand, « Entre science et culture. L’Encyclopédie française dans l’Œuvre de Lucien Fe (...)

3C’est dans cette double inquiétude que se déploie la réflexion de Febvre sur l’histoire. Dans son mémento adressé aux collaborateurs de l’Encyclopédie française, Febvre les enjoint à viser non pas « l’autrefois, mais l’aujourd’hui » (p. 48). Les sciences, et l’histoire en tête, doivent s’attacher à comprendre comment nos conceptions actuelles découlent d’un « équilibre provisoire entre ce qu’on savait, concevait et réalisait hier – et ce qu’on saura concevra ou réalisera demain » (p. 49). Cette perspective marque alors une profonde modernité. En ce qu’elle pose une articulation nouvelle entre passé et présent en privilégiant l’étude de la présence multiforme du premier dans le second, elle aboutit à reconfigurer histoire, mémoire et tradition5. Il s’agit donc de surmonter la « crise de la raison » au profit d’une réflexivité nouvelle se faisant sensible aux « legs du passé » (p. 184). Febvre met en œuvre cette approche dès 1935 en l’appliquant à la notion d’État saisie comme « un prodigieux réservoir de formes en attente, de forces en sommeil, de possibilités inexplorées, de quadratures merveilleuses de cercle » (p. 87). L’ambition est de sortir de tout substantialisme, de toute idée figée, biologisée, des sociétés humaines. L’Encyclopédie française le défend avec force lors de la parution, en 1936, du tome VII intitulé « L’espèce humaine », dans la présentation duquel Febvre fustige « l’esprit de simplification » qui opère au sujet des « problèmes de race » (p. 91-92). Les sciences humaines et les sciences nomothétiques doivent concourir à cette nouvelle épistémologie s’arrachant au déterminisme causal et s’ouvrant vers une démarche possibiliste et ontogénétique inspirée des mutations scientifiques en cours en biologie et en physique.

4Au cours de cette mutation profonde des sciences, Febvre a su être un observateur attentif des nouvelles perspectives ouvertes à l’histoire. Il note dans sa conférence de 1941 que les découvertes ne se font « pas à l’intérieur de chacune d’elles, au cœur, mais sur les bords, sur les marges, aux frontières, là où elles se pénètrent » (p. 136-137). D’où l’attention aux connexions entre disciplines, qui doivent selon lui s’établir à travers « la notion de Problème » (p. 50). En 1938, dans l’avant-propos du tome VIII de l’Encyclopédie française intitulé « La vie mentale », Febvre défend ainsi la psychologie d’Henri Wallon en ce qu’elle manifeste avec force que « des sciences physiques aux sciences biologiques, il n’est point de rupture » (p. 106). La saisie du psychisme humain oblige à réfléchir de manière unitaire depuis la biologie cérébrale, de l’étude de l’espèce jusqu’aux modes de socialisation des individus. Une continuité s’ébauche entre le biologique et le culturel, entre l’individuel et le collectif, afin de « ne point isoler le sujet – l’Homme – ni dans la nature, par rapport aux animaux ; ni dans la vie, par rapport à ses congénères » (p. 108). C’est dans cette perspective que le psychisme devient pour Febvre une porte d’entrée synthétique dans la réalité sociale, constituant une étape importante vers l’élaboration du concept « d’outillage mental », qui trouve à s’épanouir dans son Rabelais en 1942. Dans le mémento de 1934, Febvre liait d’ailleurs cette interdisciplinarité nouvelle avec l’idée d’outillage mental : « chaque époque a le savant, l’inventeur, l’industriel ou le négociant non pas qu’elle mérite, mais qui lui appartient ; celui de son outillage matériel et mental » (p. 50-51). Le recueil permet donc de saisir la construction complexe de ce concept febvrien fondamental, matrice de l’histoire des mentalités, à l’intersection du projet d’Encyclopédie française, de ses travaux contemporains et de ses cours au Collège de France, non sans susciter des réticences de la part de ses collègues (p. 173-178).

  • 6 Cf. Rancière Jacques, Les mots de l’histoire. Essai de poétique du savoir, Paris, Seuil, 1992.
  • 7 Cf. Müller Bertrand, Lucien Febvre, lecteur et critique, Paris, Albin Michel, 2003.
  • 8 C’est ce que pointait Fernand Braudel en 1968, dans un texte d’hommage à Lucien Febvre. Voir Braude (...)

5De multiples pistes de réflexion se dessinent à partir de ce recueil. On pourrait s’attacher à une étude de la « poétique du savoir » historien, cette langue spécifique qui entend faire face à un contexte singulier d’inquiétude de la raison6 (p. 130-131). De précieux éléments éclairent également l’histoire de l’édition si l’on songe au dispositif adopté pour l’impression de l’Encyclopédie française, avec sa reliure spécifique permettant d’y introduire des cahiers actualisés (p. 38-39). Par ailleurs, les tâches d’encadrement assumées par Febvre dans le cadre de cette entreprise collective donnent accès à une « histoire matérielle de l’abstraction » saisie dans sa dimension collective et émotionnelle. La postface d’Éric Brian offre une analyse serrée qui pointe en outre les incohérences du projet febvrien, tiraillé entre l’unification épistémologique de toutes les sciences et la stratégie de démarcation des sciences promue par les Annales au profit de l’histoire (p. 197). On regrettera toutefois la trop grande focalisation sur les écrits produits dans le cadre de l’Encyclopédie française (11 textes sur 14), au détriment par exemple des comptes rendus de Febvre, qui ont été déterminants pour sa réflexion sur l’histoire7. De plus, les choix documentaires minorent la place de la géographie comme seconde matrice de la pensée possibiliste de Febvre8. Il reste que la force du recueil est de faire résonner des traces méconnues avec des écrits beaucoup plus établis, instaurant une circulation inédite du sens, porteuse de questions résolument inscrites dans notre présent (p. 10-11). Ce recueil constituera donc une source précieuse pour qui souhaite se pencher sur l’épistémologie de l’histoire, sur l’œuvre de Febvre, ou sur l’histoire intellectuelle de cette période de trouble dans la raison.

Haut de page

Notes

1 Cf. Ingrao Christian, Le soleil noir du paroxysme. Nazisme, violence de guerre, temps présent, Paris, Odile Jacob, 2021, p. 53-87.

2 Cf. Lahire Bernard, Les structures fondamentales des sociétés humaines, Paris, La Découverte, 2023 ; compte rendu de Marie Duru-Bellat pour Lectures : https://doi.org/10.4000/lectures.64313.

3 Castelli Gattinara Enrico, Les inquiétudes de la raison : épistémologie et histoire en France dans l’entre-deux-guerres, Paris, Vrin/EHESS, 1998.

4 Voir Barral-Baron Marie et Joutard Philippe (dir.), Lucien Febvre face à l’Histoire, Rennes, PUR, 2019.

5 Cf. Müller Bertrand, « Entre science et culture. L’Encyclopédie française dans l’Œuvre de Lucien Febvre », Cahiers Jaurès, n°163-164, 2002, p. 53-54.

6 Cf. Rancière Jacques, Les mots de l’histoire. Essai de poétique du savoir, Paris, Seuil, 1992.

7 Cf. Müller Bertrand, Lucien Febvre, lecteur et critique, Paris, Albin Michel, 2003.

8 C’est ce que pointait Fernand Braudel en 1968, dans un texte d’hommage à Lucien Febvre. Voir Braudel Fernand, « Lucien Febvre », in Carmignani Paul (dir.), Autour de Fernand Braudel. Et un texte inédit de Fernand Braudel, Perpignan, PUP, 2002, p. 27-33.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Émile Le Pessot, « Lucien Febvre, Histoire et sciences », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 22 avril 2024, consulté le 19 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/lectures/64465 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.64465

Haut de page

Rédacteur

Émile Le Pessot

Professeur agrégé, doctorant en histoire contemporaine au sein du laboratoire CESPRA (UMR 8036 CNRS-EHESS).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search