Navigation – Plan du site

Frédéric Lordon, Conflits et pouvoirs dans les institutions du capitalisme

Igor Martinache
Conflits et pouvoirs dans les institutions du capitalisme
Frédéric Lordon (dir.), Conflits et pouvoirs dans les institutions du capitalisme, Les Presses de Sciences Po, coll. « Sciences Po Gouvernances », 2008, 339 p., EAN : 9782724610727.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Pour un plaidoyer analogue voir également Immanuel Wallerstein, Comprendre le monde. Introduction à (...)
  • 2 Ce que manifeste d'ailleurs l'intitulé initial de la discipline : économie politique, l'épithète s' (...)

1Voici un ouvrage déroutant à plus d'un titre. Non contents en effet de bousculer les frontières disciplinaires dont ils dénoncent plus ou moins explicitement l'inanité en matière de science sociale 1, les auteurs s'attaquent de surcroît au cœur de l'orthodoxie économique telle qu'elle apparaît à l'heure actuel. Regroupés sous le label de « Nouvelle économie politique » (New Political Economy), les travaux en question manifestent une certaine prise en compte par la « science » économique de la dimension politique. Ou plus exactement un retour de cette prise en compte, dans la mesure où la discipline est née précisément il y a plus de deux siècles autour d'enjeux politiques 2. Mais qu'on ne s'y trompe pas, loin de marquer un revirement de l'économie néoclassique, la New Political Economy n'en constitue en fait qu'une excroissance, tant ses représentants ne s'intéressent au domaine politique (réduit à la « superstructure » étatique) que pour mieux « rappeler » qu'il ne représente qu'un obstacle à la réalisation du sacro-saint équilibre walrassien. Une démonstration conforme aux hypothèses de l'homo economicus et menée avec abondance de données économétriques, censées palier l'absence d'observations empiriques directes.

  • 3 Directeur de recherches au CNRS, membre du Bureau d'économie théorique et appliquée (Strasbourg) - (...)
  • 4 Pour une présentation de ce courant hétérodoxe, voir notamment Boyer Robert et Saillard Yves (dir.) (...)

2C'est précisément à ces deux piliers méthodologiques que s'attaquent les auteurs du présent volume, emmenés par Frédéric Lordon 3. Dans chacun de ces trois articles, celui-ci esquisse le cadre théorique dans lequel peuvent venir s'inscrire les différents travaux réunis ici. Inscrits dans une perspective résolument régulationniste 4, ceux-ci redonnent donc une place centrale au politique, entendus comme rapports de luttes entre les différents agents impliqués à tous les niveaux dans les phénomènes qualifiés d'économiques. Ils retirent ainsi notamment de l'analyse marxiste l'idée d'un primat de la divergence. Et loin de se résumer à une théorie économique de la « reproduction » comme on la lit parfois à tort, la théorie de la régulation met l'accent sur l'examen des institutions en tant qu'elles cristallisent l'état des rapports de force à un moment donné. En résumé, on peut dire que « la régulation, c'est de la divergence temporairement contenue » (p.31).

  • 5 Cf Yves Citton et Frédéric Lordon (dir.), Spinoza et les sciences sociales. De l'économie des affec (...)
  • 6 Et en oublient pour certains au passage le passage nécessaire par le terrain...
  • 7 Dont, soit dit en passant, la trajectoire biographique mériterait à coup sûr d'être analysée sociol (...)

3Frédéric Lordon poursuit ainsi ici une entreprise déjà entamée par ailleurs 5 consistant à introduire les concepts spinozistes dans les sciences sociales. Alors que nombre de sociologues font de la philosophie comme Monsieur Jourdain de la prose 6, les sciences sociales auraient sans doute beaucoup à gagner à apaiser leur rapport à l'héritage métaphysique. Et en particulier à se (re)pencher sur l'œuvre de l'auteur de l'Ethique 7. Pour ne citer qu'un exemple, le concept de conatus, effort que chaque chose déploie pour persévérer dans son être, rend bien mieux compte des moteurs de l'action individuelle que la rationalité postulée par les auteurs néoclassiques.

  • 8 Cf La violence de la monnaie, 1982, Paris, PUF et La monnaie entre violence et confiance, 2002, Par (...)
  • 9 Michel Aglietta et André Orléan, La monnaie entre violence et confiance, op.cit., p.35
  • 10 Idée reprise à Marcel Mauss, « Note de principe sur l'emploi de la notion de monnaie », Sociologie (...)

4Ce cadre théorique trouve un prolongement logique avec l'analyse de la monnaie comme « champ » de bataille économique primordiale, à rebours une fois de plus de l'analyse néoclassique qui postule au contraire la neutralité de ce qui n'incarnerait qu'un simple instrument au service des échanges marchands. C'est André Orléan, auteur avec Michel Aglietta de plusieurs ouvrages de référence sur la nature de la monnaie 8, qui se charge de cette mise au point ici dans un texte où il retrace la genèse de la forme monétaire en plaçant en son cœur la lutte pour la puissance entre différents groupes sociaux. Il ravive de cette manière ce qu'avec Michel Aglietta il a qualifié d'« hypothèse monétaire », à savoir que « le rapport marchand est toujours un rapport monétaire » 9. Ce qui implique que, loin de se résumer à une marchandise, la monnaie constitue un « talisman » 10 en ce qu'elle a reçu l'onction de la société -qui l'a reconnue comme bien universellement désirable- qui est alors elle-même représentée par elle. André Orléan explique ensuite comment la monnaie a été captée par le pouvoir politique, avant de montrer comment cette captation permet de comprendre l'intégration du rapport salarial à l'ordre marchand.

  • 11 Contrairement à la pratique de la plupart des représentants de la New Political Economy ce qui les (...)
  • 12 Qui a consisté à créer constitutionnellement une nouvelle entité monétaire convertible en dollar av (...)

5Parce que la recherche en sciences sociales ne saurait se passer d'une enquête de terrain 11, l'ouvrage se poursuit par différentes études de cas. Alexandre Roig retrace ainsi la genèse de la décision d'instaurer un « Currency Board » 12 en Argentine en 1991. Il analyse ainsi finement la trajectoire et les déclarations des responsables politiques de l'époque à l'origine de cette décision, tout en montrant finalement que ces motifs « conjoncturels » s'inscrivaient dans une tendance de plus long terme. Il confirme au passage la dimension quasi-sacrée de la monnaie, tout comme la contribution de Pepita Ould-Ahmed à partir de l'exemple russe. La chercheuse y analyse en effet la mise en place d'un système de troc dans ce pays entre 1991 et 2001 et montre notamment qu'à l'inverse d'une idée largement répandue, celui-ci n'a pas répondu à une perte de confiance envers le rouble mais tout au contraire à une pénurie de liquidités. Elle en profite au passage pour pourfendre d'autres idées reçues quant à la nature du troc, à commencer par le fait que celui-ci ne représente pas une « régression anté-monétaire » mais bien à un type particulier de transaction monétaire. 

  • 13 Sur cette question essentielle, voir aussi l'ouvrage récemment dirigé par Bruno Théret, La monnaie (...)

6Cap ensuite sur l'Iran avec Ramine Motamed-Nejad. Celui-ci choisit de mettre au jour la nature politique de la monnaie 13en analysant l'évolution (mouvementée !) des rapports de force au sein du régime iranien entre 1979 et 2005 et son incidence marquée sur l'ordre monétaire. Il montre ainsi au capitalisme patrimonial mené par le régime post-révolutionnaire facilitant de manière inavouée l'usure entre 1979 et 1988 a succédé un « régime des débiteurs » avec l'arrivée du gouvernement d'A.A. Hashemi-Rafsandjani en 1989 avant la revanche des créanciers avec la crise de 2000.

  • 14 Parmi lesquels les fameux « fonds de pension » que d'aucuns promeuvent pour remplacer le système de (...)

7Ce n'est plus la monnaie qui intéresse directement Sabine Montaigne, mais le « trust » comme « fondement juridique du capitalisme patrimonial » ainsi que s'intitule son article. En revenant sur l'histoire très ancienne de ce dispositif, destiné initialement à encadrer la gestion des biens laissés par un chevalier mort prématurément au combat à de trop jeunes héritiers, puis son évolution juridique récente, elle met en lumière la nature éminemment paradoxale de cette forme juridique à une époque -la nôtre- où est exaltée la responsabilité individuelle. Le bénéficiaire y est en effet placée dans un statut d'incapacité, son pouvoir se limitant à toucher les bénéfices que le trustee tout puissant aura pu tirer du capital dont il a reçu la gérance. Cette forme est notamment largement utilisée dans les mutual funds 14. Tandis que depuis la réforme de 1974, la responsabilité financière des gestionnaires est diluée, les salariés impliqués n'ont aucune prise sur l'utilisation de leurs fonds. Pire, avec la substitution de fonds à « prestations définies » par des fonds à « cotisations définies » (dits « 401k ») dans les années 1980, ils héritent même désormais des risques inhérents à la volatilité des cours boursiers. Bref, l'auteure montre bien par cet exemple comment « le droit a canalisé l'évolution structurelle du rapport entre salariat et finance à l'intérieur du principe archaïque de la tutelle, qui constitue la véritable logique de l'institution « trust »[...] en adoptant le registre organisationnel libéral [...] » (p.248).

8La dernière contribution de cet ouvrage est constituée par un article de Neil Fligstein et Taek-Jin Shin initialement paru en 2007 dans la revue Sociological Forum et qui vaut notamment pour les questions méthodologiques que ses auteurs soulèvent. Ces derniers entreprennent en effet de mesurer les implications de la diffusion de la norme consistant à maximiser la "valeur actionnariale" au sein des entreprises américaines - mais dépassant cependant le seul cas des firmes cotées. S'ensuit un travail économétrique comparant les évolutions des différents secteurs de l'économie américaine qui, appuyé sur une abondante littérature, confirme notamment que les fusions et de licenciements massifs n'ont guère été efficaces pour redresser la « profitabilité » d'entreprises en difficulté. Plusieurs changements structurels ont été bien plus décisifs que les stratégies d'entreprise « individuelles » dans l'évolution de leurs résultats financiers, à savoir la transition d'une économie industrielle vers une économie de services, l'essor des technologies de l'information et enfin la désyndicalisation continue des travailleurs américains. 

9Difficile donc de classer cet ouvrage avec les catégories usuelles de nos bibliothèques et découpages disciplinaires. Mêlant réflexion théorique et recherches empiriques à la croisée des différents champs disciplinaires des sciences sociales : économie, science politique, sociologie, philosophie et histoire, disons qu'il s'agit d'un manifeste appliqué d'économie politique hétérodoxe. Souhaitons lui de susciter de nombreux travaux et controverses théoriques dans son sillage, et surtout de contribuer à rééquilibrer un tant soit peu les rapports de force que cristallisent les structures actuelles de l'ordre politico-économique. Inutile de préciser en faveur de quels intérêts celles-ci penchent...

Haut de page

Notes

1 Pour un plaidoyer analogue voir également Immanuel Wallerstein, Comprendre le monde. Introduction à l'analyse des systèmes-monde, 2006, Paris, La Découverte, collection « Grands Repères »

2 Ce que manifeste d'ailleurs l'intitulé initial de la discipline : économie politique, l'épithète s'étant par la suite curieusement évanoui...

3 Directeur de recherches au CNRS, membre du Bureau d'économie théorique et appliquée (Strasbourg) - pour plus de détails, vous pouvez visiter son site personnel : http://frederic.lordon.perso.cegetel.net/

4 Pour une présentation de ce courant hétérodoxe, voir notamment Boyer Robert et Saillard Yves (dir.), 2002, Théorie de la régulation. L'état des savoirs, Paris, La découverte, collection « Recherches »

5 Cf Yves Citton et Frédéric Lordon (dir.), Spinoza et les sciences sociales. De l'économie des affects à la puissance de la multitude, 2008, Paris, Editions Amsterdam dont on peut lire un compte-rendu ici, ou Frédéric Lordon, « Revenir à Spinoza dans la conjoncture intellectuelle présente », 2003, L'Année de la Régulation, vol. 7

6 Et en oublient pour certains au passage le passage nécessaire par le terrain...

7 Dont, soit dit en passant, la trajectoire biographique mériterait à coup sûr d'être analysée sociologiquement !

8 Cf La violence de la monnaie, 1982, Paris, PUF et La monnaie entre violence et confiance, 2002, Paris, Odile Jacob

9 Michel Aglietta et André Orléan, La monnaie entre violence et confiance, op.cit., p.35

10 Idée reprise à Marcel Mauss, « Note de principe sur l'emploi de la notion de monnaie », Sociologie et Anthropologie, 1983 [1923], Paris, PUF, coll. « Quadrige », p.178 et suiv.

11 Contrairement à la pratique de la plupart des représentants de la New Political Economy ce qui les amène à certaines démonstrations absurdes quoique méthodologiquement correctes, comme Frédéric Lordon le montre en conclusion

12 Qui a consisté à créer constitutionnellement une nouvelle entité monétaire convertible en dollar avec une parité fixe que la Banque Centrale indépendante devait veiller à assurer

13 Sur cette question essentielle, voir aussi l'ouvrage récemment dirigé par Bruno Théret, La monnaie dévoilée par ses crises, 2007, Paris, Éditions de l'EHESS, 2 volumes, dont une recension par Jeanne Lazarus est disponible sur le site de La Vie des idées

14 Parmi lesquels les fameux « fonds de pension » que d'aucuns promeuvent pour remplacer le système de retraite par répartition sur le modèle étasunien - cf Frédéric Lordon, Fonds de pension, piège à cons ? Mirage de la démocratie actionnariale, 2000, Paris, Raisons d'Agir

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Igor Martinache, « Frédéric Lordon, Conflits et pouvoirs dans les institutions du capitalisme », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2008, mis en ligne le 08 août 2008, consulté le 13 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/645

Haut de page

Rédacteur

Igor Martinache

Professeur agrégé (PRAG) en sciences économiques et sociales à l’Université Lille-1, et rédacteur en chef du site Agora / Sciences sociales. Igor Martinache est membre du comité de rédaction de Lectures.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page