Navigation – Plan du site

André Léo, La Guerre sociale

Agnès Vandevelde-Rougale
La Guerre sociale
André Léo, La Guerre sociale, Le Passager Clandestin, coll. « Rééditions », 2011, 96 p., ISBN : 9782916952512.
Haut de page

Texte intégral

1Le discours prononcé par André Léo en septembre 1871 devant le Congrès de la paix de Lausanne est un document historique à double titre : témoignage sur la Commune de Paris1, que la préface et les notes de l’historienne Michelle Perrot rendent accessible aux non-historiens ; expression d’une figure féministe, dont les éléments biographiques apportés par Michelle Perrot éclairent les engagements. Romancière, journaliste, révolutionnaire socialiste et féministe, Léodile Béra-Champseix forme son pseudonyme en accolant les prénoms de ses deux enfants, André et Léo. Originaire d’une famille aisée, elle défend l’égalité sociale et l’éducation populaire car « il n’y a en réalité que deux partis en ce monde : celui de la lumière et de la paix par la liberté et l’égalité ; celui du privilège par la guerre et par l’ignorance » (p. 43).

2Dans ce discours vibrant d’émotion, André Léo veut dire « la vérité » sur la Commune et sa complexité, s’indigne face à la neutralité d’une Ligue pour la paix qui reste aveugle à la guerre civile, appelle au changement social et dénonce la compromission attachée aux convenances. Interrompue avant de pouvoir conclure, elle se retire « profondément triste ». Mais sa réflexion sociale et politique reste actuelle et sa parole pourrait aujourd’hui trouver une nouvelle écoute. Dans un contexte de crise du néolibéralisme, la réédition de ce discours a une dimension militante que revendique l’éditeur dans sa ligne éditoriale2 et dans son choix d’y annexer un article de Christian Aubin dénonçant la persistance de la lutte des classes et le rôle de l’obsession sécuritaire dans le processus d’asservissement du peuple3.

3André Léo appelle de ses vœux l’instauration d’une « république sociale » basée sur le respect simultané des principes d’égalité et de liberté posés dans la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789  : « être libre, c’est être en possession de tous les moyens de se développer selon sa nature » (p. 51). Dans une pensée qui prolonge celle de La Boétie sur la tyrannie, elle dénonce la « loi du capital », instrument de servitude volontaire4 au profit d’une « oligarchie, maîtresse des forces nationales » (p. 56) : « cette loi du capital […] tient en servage, tout comme le pauvre, cette grande majorité de la bourgeoisie qui vit de son travail […] et […] dépend […] de la faveur des capitalistes, des grands ». André Léo souligne les conséquences sociales d’un système fondé sur l’oubli de la normalité, nourri par le « conte de fées » selon lequel « l’homme de talent trouve toujours sur sa route ce hasard heureux, qui le sauve et le couronne », et la « conception du passé qui […] n’admet toujours qu’un petit nombre d’élus ». Ces visions encouragent l’opposition entre une oligarchie et la majorité. L’actualité de son propos apparaît clairement à travers les exemples que l’auteur mobilise. La figure du « jeune homme sans fortune, frais bachelier, qui se présente, plein d’espérance, et avec toute l’ambition que confère l’éducation classique, au combat de la vie » (p. 54) évoque la question de l’insertion socioprofessionnelle du « jeune diplômé »5. L’idée selon laquelle « entre rois et conservateurs, on s’arrange toujours ; le pis est de payer, et c’est le peuple que cela regarde ! » (p. 33) fait écho à la gestion de la crise économique et financière des économies occidentales depuis le krach boursier de l’automne 2008, et plus spécifiquement aux mesures de sauvetage des banques adossées aux politiques de restrictions budgétaires6.

4André Léo invite à dépasser la croyance selon laquelle « cette loi du capital est fatale, insurmontable », en ne se laissant pas abuser par « une rhétorique pleine de mots, et vide de bon sens ». Comme d’autres témoins-penseurs7 après elle, et dans une intuition qui sera théorisée par Pierre Bourdieu8, elle nous encourage à prêter attention au pouvoir des mots et à nous méfier des discours prononcés par les détenteurs du pouvoir : « quand les vainqueurs ont seuls la parole, quand les vaincus ne peuvent rien alléguer, ni rien démentir, il est de justice et de sens commun de suspendre son jugement » (p. 35). Elle dénonce le « vocabulaire souillé » et plus particulièrement les euphémismes, les inversions de sens et la mobilisation de la peur qui, « comme des voiles », dissimulent la vérité. Se référant à « l’excitation de la France contre Paris » pendant la Commune, elle indique que « c’est ainsi qu’on flétrissait la victime avant de l’exécuter » (p. 34). Dans un autre contexte, celui du chômage et de l’exclusion sociale, la rhétorique transformant le demandeur d’emploi en « entrepreneur de son devenir » en fait le responsable de sa délégitimation et de son exclusion9.

5Il y a 140 ans, André Léo dénonçait déjà l’abandon de « la presse aux financiers ». Aujourd’hui, on peut entendre son appel à cesser de « nous laisser abuser par [la] parole officielle, dont toute l’histoire n’est qu’un long parjure » et à ouvrir les yeux : « Ne voit-on pas que […] tout privilège, est par nature obligé de mentir […] parce qu’il est en désaccord avec la justice ? » (p. 43). Elle attire notre vigilance sur le fait que « plus manque la sincérité, plus interviennent l’ordre, la morale, la Providence » dans une « fusion de l’hypocrisie et du cynisme ». Son appel pourrait guider notre écoute des prochains discours politiques, notamment en préparation des prochaines élections présidentielles et législatives françaises, en 2012.

Haut de page

Notes

1  De manière simplificatrice, la Commune de Paris (18 mars – 28 mai 1871) peut être décrite comme une insurrection populaire qui mobilisa ouvriers, artisans et petits bourgeois de Paris contre l’assemblée élue, composée majoritairement de notables ruraux, et dont l’élément déclencheur fut la ratification de la capitulation de la France face à l’Allemagne le 1er mars 1871. La Commune est vue par André Léo comme « l’acte d’une guerre sociale de longue durée » (préface de Michelle Perrot, p. 11).

2  La ligne éditoriale de la collection Rééditions est énoncée ainsi : « En rééditant ces textes de grands penseurs, nous voulons participer aux débats d'idées qui traversent notre société, l'Europe et le monde face aux enjeux sociaux, démocratiques et écologiques du XXIe siècle ».

3  Aubin, C., « Obsession sécuritaire et guerre sociale », La grande relève, n°1113, 31 octobre 2010.

4  La Boétie (de), E., 1549, Discours de la servitude volontaire, Paris : Payot, 2002.

5  Même si le diplôme reste un atout pour intégrer le marché du travail – cf. « Le taux de chômage selon le diplôme », Observatoire des inégalités, 06 septembre 2011

6  On peut notamment consulter le dossier « l’engrenage » introduit par G. Duval, Alternatives Economiques n°306, octobre 2011, et l’article dressant le constat selon lequel la crise serait finie pour les plus riches (« La crise est finie… pour les très riches. A quand l’ISF mondial ? », par J. Gadrey, 25 juin 2010).

7  selon la terminologie de J. Dewitte appuyant sa réflexion sur la résistance au langage totalitaire sur les travaux de G. Orwell, D. Sternberger, V. Klemperer et A. Wat (in Le pouvoir de la langue et la liberté de l’esprit, Paris : Michalon, 2007).

8  Bourdieu, P., Ce que parler veut dire (1982) repris dans Langage et pouvoir symbolique, Paris : Seuil, Points essais, 2001.

9  On peut notamment consulter l’analyse proposée par Serge Ebersold à partir des représentations véhiculées par un magazine spécialisé dans la recherche d’emploi (Rebondir) en France. L’auteur montre notamment comment la « reconfiguration du sans-emploi en chercheur d’emploi reporte sur l’intéressé la volatilité et l’hermétisme structurels du marché du travail » et souligne que « les politiques d’insertion […] l’ont réduite [l’absence d’emploi] à une affaire individuelle qui trouve sa source dans des "déficits" professionnels, relationnels et sociaux » (Serge Ebersold « L'insertion ou la délégitimation du chômeur », Actes de la recherche en sciences sociales 4/2004 (no 154), p. 92-102).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Agnès Vandevelde-Rougale, « André Léo, La Guerre sociale », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 30 septembre 2011, consulté le 27 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/6450

Haut de page

Rédacteur

Agnès Vandevelde-Rougale

Doctorante en sociologie au Laboratoire de Changement Social, Université Paris Diderot - Paris 7

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page