Navigation – Plan du site

Denis Crouzet, Nostradamus. Une médecine des âmes à la Renaissance

Audrey Millet
Nostradamus
Denis Crouzet, Nostradamus. Une médecine des âmes à la Renaissance, Payot, coll. « biographie payot », 2011, 459 p., EAN : 9782228906449.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Christophe Colomb. Héraut d’une Apocalypse, Paris, Editions Payot & Rivages, Biographie Payot, 200 (...)

1Rédiger un essai historique sur Nostradamus pourrait sembler un pari presque impossible, tant à cause des délires eschatologiques et surinterprétations des quatrains des Prophéties, qu’en raison de la rareté du matériel disponible au travail biographique. C’est sans compter sur Denis Crouzet qui propose une nouvelle plongée dans ce XVIe siècle de la rupture et de la crainte. Paru dans la collection Biographie Payot, l’ouvrage est pourtant moins une biographie qu’une abiographie, sorte de biographie déstructurée lançant un défi aux temps plutôt qu’à la vie d’un homme. L’historien a déjà montré qu’il excellait dans ce « genre » à plusieurs reprises1.

2Pas moins de 25 chapitres sont nécessaires pour appliquer à l’imaginaire de Nostradamus le mystère qu’Alphonse Dupront entrevoyait. L’historien englobe le « mythe »: il décrit, palpe et situe le mystérieux astrologue de Salon l’attirant vers une historicité. L’« astrophile », comme il se définissait lui-même, reste avant tout un médecin qui fit face à la peste mais cherchait aussi à éradiquer les pestes mentales de ses contemporains. Ce paysage de corps violacés et de contagions est celui d’un temps où chaque signe est une promesse de drames. Denis Crouzet analyse l’aride matériel scripturaire et déconstruit les procédés d’une écriture complexe et obscure pour mettre au jour le projet philosophique de Nostradamus. Ses prophéties sont à saisir au sens de pronostics et délivrent des soins aux hommes du XVIe siècle avides de médicaments. En parallèle au nouveau style de pensée hippocratique, qui insiste sur la prévention, le présage devient une méthode et la mise en énigmes est l’instrument d’une thérapie. L’énigme interroge le lecteur sur le mystère lorsqu’il rencontre l’occulte et n’a donc pas pour vocation d’être résolue ou identifiée.

3Rabelais utilisait le rire, pour faire rire et rire de soi, tandis que Michel de Nostredame (1503-1566) procédait par énigmes, « voie de la terrorisation sourde ». Denis Crouzet constate que la structure des quatrains et textes en prose vise à entrainer une crise de la réflexion herméneutique du lecteur. Ils produisent indétermination et désorientation et sont balisés de mises en garde discontinues pour égarer. Tout comme Cornélius Agrippa, Nostradamus est convaincu que la prétention de connaissance, drame de l’époque, rend sourd et aveugle à la vérité. La trop grande mise en familiarité des fidèles avec la Parole de Dieu a contribué aux divisions religieuses. La structure du quatrain fait référence à un passé stable puis bascule vers le mal et l’horreur à cause des passions humaines. Pour saisir le sens du projet nostradamien, le lecteur doit désapprendre à comprendre, s’éloigner de la profusion pour le néant et accepter de mettre l’ego en situation de crise pour mieux l’engager vers la voie de la pénitence. Accepter le Néant, l’Absent. Au cœur du dispositif prophétique se situe la crise de la réflexion herméneutique du lecteur qui doit laisser de côté son propre entendement de créature faible et pécheresse, seule possibilité d’entendre le Verbe du Christ. La destruction de la lisibilité du texte et des codes est un procédé d’écriture prophétique qui s’articule entre insaisissabilité répétitive et répétée du sens.

4La forme adoptée, « nébulosité » ou mise en énigme, fait du quatrain une forme expressive. Il recompose, malaxe, agence et colle (à la suite d’Erasme) des faits historiques inventés (fabulosa) ou réels (historica), entrechoquant les temps, passé et présent. En effet, les évocations d’atrocités et de carnages, de naissances monstrueuses et de corps difformes, doivent être perçues comme des allégories du péché, du mensonge et de l’orgueil. Nostradamus écrit ses énigmes, comme Jérôme Bosch les peint, empreintes de la folie, de l’aveuglement et de la stupidité des hommes emprisonnés dans leurs pêchés. Ces peintures apocalyptiques ne laissent voir en aucun cas une vérité historique mais par la « nébulosité » elles opèrent un dédoublement signifiant et contribuent à créer une angoisse chez le lecteur : un paradoxe panique. Sans la prise de conscience de sa faiblesse, l’avenir de l’homme n’est que malheur. Le prodige occupe un rôle essentiel dans cette prise de conscience comme dans le cogito nostradamien.

5L’imaginaire de Nostradamus se développe sur les bases d’une mimétique du Verbe, avec parabole ou paraphrase. Son ciel astrologique est un miroir ardent qu’il lit pour enseigner la volonté divine à ceux qui la transgressent par ignorance. Il cherche à mettre en conscience en développant une herméneutique de la totalité. Nostradamus a pour objectif d’établir les fondements d’une sagesse, d’une foi par la mise à disposition de préceptes devant permettre aux hommes de combattre le mal et propose une tentative d’adhésion au divin puisque les Prophéties disent Dieu. Sa vision prophétique est saturée de devenirs ce qui annule toute possibilité d’y dire le futur. De plus, ce futur est inconnaissable, à l’image de Dieu. Il suscite une quête du divin par le recourt au stratagème du quatrain prophétique, qui crée une crispation panique chez le lecteur.

6La reconnaissance de Nostradamus par ses contemporains est due à ce que ses prédictions se sont réalisées, c’est-à-dire ce qu’il dénonçait et dont il donnait l’antidote dans ses écrits : le Salut et la Parole face aux passions humaines et à l’orgueil. Denis Crouzet propose de situer le médecin dans un ailleurs religieux car son écriture prophétique s’oppose constamment aux violences commises contre la foi. Le raidissement des antagonismes confessionnels semble faire évoluer sa pensée et l’historien y perçoit un évangélisme plus ou moins luthéranisant, mêlé de néoplatonicisme. Mais le Dieu de Nostradamus n’est-il pas celui de Pline dans le deuxième livre d’Histoires Naturelles ? Ce Dieu Monde « le monde immense, éternel, sans origine et sans fin », qui se trouve dans l’Esprit, dans le Christ spirituel. L’astrophile de Salon pourrait donc se situer entre Erasme et les libertins spirituels. S’il semble bien difficile de connaître les sympathies des uns et des autres, le lecteur adhère à un Nostradamus cherchant à guider les hommes, pécheurs et rachetés, vers l’espace d’une intériorité, et vers ce qu’était à la Renaissance un « cogito » évangélique. Prophétiser, ce serait donc dire comment l’Etre se définit par la pensée pour le profit du commun.

7L’épistémè nostradamienne se comprend en allant au-delà de ces mots car l’astrophile écrit sa raison dans la totalité de la Création. Ses Prophéties sont empreintes du « pessimisme » de la Renaissance et des angoisses propres à cette époque. L’homme n’est-il pas son meilleur ennemi ? Et n’est-il pas l’ennemi de Dieu ? Loin de rédiger une leçon de morale, Nostradamus explique que la paix est plus incertaine que la guerre, qu’après une période sans troubles, des violences plus terrifiantes encore sont à attendre. C’est par l’inventaire, avec ou sans signes astrologiques ou prodigieux, qu’il révèle la possible incertitude du basculement dans le mal et le malheur pour mieux pouvoir annoncer au lecteur l’incertitude de toute vie. La conviction de la faiblesse de la créature devant son créateur lui permet de prophétiser que l’homme n’est que néant car le temps de l’homme est celui de la tentation du mal et du mal d’agir. Tout passe, rien ne dure.

8Le cogito nostradamien est inséré dans un XVIe siècle où la religion est sujet et objet de tribulation et la foi chrétienne en grand danger. Assurément Denis Crouzet est un des historiens les mieux placés pour en peindre le décor. Loin d’être statique, ce tableau nous emporte dans une période d’extrême violence dont Nostradamus devient une figure centrale, une forme de la pensée renaissante « se réfugiant souvent dans le paradoxe ». L’historien propose donc au lecteur le portrait difficile d’une figure mythique dont il dévoile l’imaginaire. À l’ombre de l’eschatologie panique de la colère se situe, plus importante encore, une eschatologie intériorisée refondatrice de l’amour que l’homme porte à son créateur. Nostradamus annonce l’Amour, la Toute Puissance de Dieu, dans des temps troublés. S’il donne des outils thérapeutiques à ses patients, ces derniers trouveront les antidotes grâce à l’amour qui est en chacun d’eux.

9L’eschatologie devient donc une médecine de l’âme qui est éveillée à Dieu, sortie de la torpeur et tirée de ses angoisses. L’écriture nostradamienne, ses images et ses stratagèmes, noircit le temps de l’homme et suscite une démarche de retour sur soi, hors du temps, annonçant Dieu dans sa puissance de Vérité, jusqu’à la lumière, c’est-à-dire le retour du Christ. La liberté chrétienne est confirmée.

10Denis Crouzet donne une lecture stimulante de ce XVIe siècle et d’une certaine manière, se fait le peintre ou le médecin des maux que nous rencontrons face à la complexité de l’écriture renaissante. Le dernier chapitre « Pourquoi Nostradamus ? » semble, au premier abord, le moins limpide de cet ouvrage. L’historien évoque trente cinq années passées au service du XVIe siècle mais cet état des lieux paraît sous-estimer les apports de Denis Crouzet à la discipline historique. Finalement, la page 354 réconcilie : « J’ai aussi entamé une réflexion sur ce que j’appelle le XVIe siècle de Lucien Febvre – peut-être afin de rédiger un essai dans les années à venir ». Après cette lecture convaincante des écrits nostradamiens, on ne peut qu’espérer que cette « prédiction » se réalise – même si bien entendu aucune futurologie n’est perceptible.

Haut de page

Notes

1  Christophe Colomb. Héraut d’une Apocalypse, Paris, Editions Payot & Rivages, Biographie Payot, 2006, 509 p. Charles de Bourbon : connétable de France, Paris, Fayard, 2003, 715 p. Le haut cœur de Catherine de Médicis : une raison politique aux temps de la Saint-Barthélemy, Paris, Albin Michel, 2005, 636 p. Jean Calvin : vies parallèles, Paris, Fayard, 2000, 480 p. La sagesse et le malheur: Michel de l'Hospital, Chancelier de France, Seyssel, Champ Vallon, 1998, 603 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Audrey Millet, « Denis Crouzet, Nostradamus. Une médecine des âmes à la Renaissance », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 02 octobre 2011, consulté le 18 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/6456

Haut de page

Rédacteur

Audrey Millet

Doctorante en histoire moderne, Universités, Paris 8, Vincennes-Saint-Denis, et Neuchâtel.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page