Navigation – Plan du site

Jean-Marc Stébé, Qu’est-ce qu’une utopie ?

Thomas Le Guennic
Qu’est-ce qu’une utopie?
Jean-Marc Stébé, Qu’est-ce qu’une utopie?, Vrin, coll. « Chemins Philosophiques », 2011, 128 p., ISBN : 9782711623419.
Haut de page

Texte intégral

1More, Campanella, Cabet, Owen Fourier et Morris sont autant de noms entrés dans l’histoire des idées politiques en raison de leur contribution au genre de l’utopie. Et c’est en explorant le rapport consubstantiel qui unit ville et utopie que Jean-Marc Stébé entend dans l’ouvrage Qu’est-ce qu’une utopie ? en proposer une définition.

2Une utopie n’est ni un mythe ni un messianisme. En raison de son caractère critique, rationnel et en devenir, l’utopie ne peut être identifiée à un mythe bien qu’elle en émane. Elle se différencie du messianisme en raison, notamment, de sa position par rapport aux faibles, à la lutte des classes : quant le messianisme entend leur donner une perspective de révolte et de subversion, l’utopie s’adresse plutôt à un public « éclairé » promouvant la paix et l’harmonie.

3J. M. Stébé définit ensuite l’utopie pour elle-même : « l’utopie tente par l’imaginaire et le rêve de dessiner les contours d’un monde harmonieux, histoire de réhabiliter un horizon de sens viable dépourvu de toute présence divine et d’exorciser cette conscience tellement humaine d’être là, sur terre, sans nécessité véritable. Œuvre d’individus écartés du pouvoir bien qu’occupant des fonctions importantes tant sur le plan social qu’économique, l’utopie s’articule à travers les siècles autour d’un certain nombre d’invariants […] » (p. 22-23). Ces derniers réfèrent à la définition d’une cité idéale, état d’une réalisation définitive de l’humanité où l’Homme s’épanouit au travers de la maîtrise de la technique dans une communauté égalitaire harmonieuse, congédiant ainsi la réflexion sur le pouvoir et la politique. Il est question d’une organisation « hyper-fonctionnaliste » à destinée anhistorique, ne faisant que peu de cas de l’individualité, une « tentation totalitaire », que l’auteur attribue au tropisme humain de dénégation de l’absurdité.

4Les utopies urbaines ont pour dénominateur commun de penser déterminer le comportement des citoyens à travers le bâti, l’architecture. Si peu d’utopies ont vu le jour, elles n’en demeurent pas pour autant dans le pur ciel des idées car urbanistes et architectes s’en inspirent pour bâtir la ville, après que le genre utopique se soit inspiré d’eux pour prospérer. C’est que ville et utopie entretiennent pour Jean-Marc Stébé un dialogue fécond. Il est par exemple question du choix de motifs géométriques (circulaire, orthogonaux, etc.) qui a lieu depuis l’antiquité : l’harmonie sociale recherchée serait un effet de ceux-ci en raison de l’intrication cosmologique entre les formes et les actes, les mots et les choses. L’autonomisation de la profession d’architecte, à partir de la Renaissance italienne, concourt à développer le style utopique. Les architectes ne sont plus de simples « bâtisseurs pragmatiques », mais se constituent en intellectuels capables de penser la ville abstraitement, de l’imaginer et de l’organiser selon des principes mathématiques. Dès lors, s’opère une « commutation » : des rapports sociaux se trouvent convertis en rapports spatiaux au moyen de plans, de dessins, de cartes.

5Les projets de cités utopiques sont des façons de traiter les problématiques qui animent le temps historique dans lequel elles s’inscrivent. Leur cadre idéologique de référence est celui du progrès humain issu de la philosophie des Lumières. De même, des utopistes comme Owen, Fourier, Cabet et Morris se montreront sensibles aux idéaux hygiénistes, s’attachant à atteindre la salubrité publique en réintroduisant la nature dans la ville, par exemple. L’industrialisation n’est pas rejetée pour autant : certains utopistes en font un moyen de parvenir à la prospérité et au bonheur ; d’autres se montrent fascinés par le machinisme et pensent une ville organisée par la technique.

6L’auteur analyse la généalogie qui relie les utopistes et des architectes célèbres comme Le Corbusier et Frank Lloyd Wright. Le premier imagine dans les années 1920 une ville organisée autour des transports, séparant les fonctions (transport, habitat, travail), les catégories de travailleurs (manuels, intellectuels) et introduisant, dans un souci hygiéniste, de vastes espaces verts. Cette présentation des utopies urbaines se clôt sur les projets du XXIe siècle qui s’adossent aux problématiques environnementales de développement durable. Il en va ainsi pour certains architectes qui imaginent une ville future où le végétal aurait (re)pris le pas sur le minéral. Mais il n’est dit mot sur l’articulation imaginée entre bâti et rapports sociaux.

  • 1 Sur ce point, cf. l'analyse de Roland Barthes in Sade, Fourier, Loyola, Paris, Le Seuil, 1971.

7La seconde partie de l’ouvrage est consacrée au commentaire de deux textes de Charles Fourier et de Jean-Jacques Wunenburger : l’utopiste inventeur du phalanstère et un philosophe. Le texte de Fourier permet d’entrer plus dans le détail de son utopie et de goûter son caractère quelque peu fantasque1. L’axiome de sa pensée repose sur le libre jeu des passions, leur libre expression dans le cadre d’une association à des pairs correspondant et une organisation spatiale ad hoc. Ce faisant, la question du gouvernement se dissout dans une multitude réalisant l’harmonie joyeuse. Le texte de J.-J. Wunenburger s’attache à proposer une typologie des utopies en fonction du rapport qu’elles entretiennent avec le temps (horizon d’avènement) et l’artefactualité (présence plus ou moins forte de la nature, de la technique). L’argument principal consiste à dire que contrairement à son étymologie (u-topia : sans lieu, qui n’est nul part), les utopies ne s’affranchissent ni des lieux ni du temps, mais s’ancrent dans une réalité qu’elles entendent transformer.

8On ne saurait reprocher à cet ouvrage d’être trop synthétique compte tenu de l’exercice imposé par le format de 120 pages. Toutefois, la réflexion moderne sur les contre-utopies est absente : si pour les utopistes classiques, l’uniformité et l’agencement mécaniquement administré de la population est une voie vers le bonheur collectif, la modernité tardive, toute entière traversée par l’individuation, y voit le pire des mondes possibles ; position qui est un topos de nombreuses fictions des XXe et XXIe siècles. On notera avec intérêt que J.-M. Stébé interprète l’apparition des utopies comme le fait d’individus qui, bien qu’appartenant à la bourgeoisie cultivée, n’en demeurent pas moins marginaux dans le champ politique et idéologique : écartés du pouvoir, les utopies qu’ils élaborent fonctionneraient comme autant de fictions compensatrices, de tentatives de subversion de l’ordre de leur champ.

Haut de page

Notes

1 Sur ce point, cf. l'analyse de Roland Barthes in Sade, Fourier, Loyola, Paris, Le Seuil, 1971.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thomas Le Guennic, « Jean-Marc Stébé, Qu’est-ce qu’une utopie ? », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 02 octobre 2011, consulté le 17 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/6459

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page