Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2024Anatole Le Bras, Aliénés. Une his...

Anatole Le Bras, Aliénés. Une histoire sociale de la folie au XIXe siècle

Adrien Quièvre
Aliénés
Anatole Le Bras, Aliénés. Une histoire sociale de la folie au XIXe siècle, Paris, CNRS, 2024, 389 p., ISBN : 978-2-271-14467-6.
Haut de page

Texte intégral

1Qu’est-ce qu’être interné dans une institution asilaire en France au XIXe siècle ? Qui sont les hommes et les femmes qui peuplent les asiles ? Que sait-on des existences vécues entre les murs de ces institutions ? Telles sont les questions qui constituent le fil rouge du livre d’Anatole Le Bras. Issu d’une thèse de doctorat soutenue en 2021, l’ouvrage propose une histoire sociale de la folie en France au XIXe siècle. Le qualificatif « social » prend ici toute son sens puisque l’auteur étudie le fonctionnement de l’institution asilaire et ses liens avec la société de l’époque depuis la perspective des hommes et des femmes qui l’ont fréquentée. « Fondée sur l’étude des trajectoires biographiques des aliénés » (p. 10), l’enquête propose de croiser les effets de l’aliénation avec ceux de la classe et du genre afin de comprendre les lignes de force sociales, politiques et économiques qui traversent les asiles. Dès la page d’avertissement, le projet d’Anatole Le Bras est clairement énoncé : il s’agit d’étudier les manifestations de « l’agency et les formes de subjectivation » (p. 7) des hommes et des femmes internés. Pour ce faire, l’auteur convoque de nombreuses sources : rapports de médecins, procès-verbaux des délibérations des commissions de surveillance, littérature médicale et administrative, littérature médico-légale et juridique, ainsi que les registres d’entrée et les dossiers d’internement issus de trois asiles (Quimper, Morlaix et Ville-Évrard).

2Il s’agit donc, à l’appui des sources disponibles, de saisir la multiplicité des expériences vécues pour restituer l’expérience personnelle et intime de l’asile. Mais comment parvenir à approcher la voix et l’existence des hommes et des femmes dont la vie s’est trouvée prise au piège de la « capture institutionnelle » (p. 169) ? Anatole Le Bras a le mérite de ne pas masquer cette difficulté, en s’interrogeant à plusieurs reprises sur les manières dont les archives, les témoignages et les savoirs produits notamment par les médecins, les policiers et les juristes contribuent à la reconnaissance, à la production et à l’encadrement de la folie. Organisé en huit chapitres, l’ouvrage étudie l’avant, le pendant et l’après de l’expérience asilaire. Il propose de suivre la vie des aliénés de leur entrée dans l’asile jusqu’à leur sortie, quand celle-ci a lieu.

3Le chapitre 1 traite des familles qui, en raison d’obstacles comme l’indifférence des autorités locales ou le coût et la complexité des procédures d’internement, prennent elles-mêmes en charge la surveillance de proches aliénés ou considérés comme tels. Ces « séquestrations », souvent enchâssées dans des conflits familiaux préexistants, se traduisent par une mise à l’écart physique et symbolique des aliénés au sein de leur propre foyer. Ces derniers sont confinés dans des espaces transformés en lieux d’enfermement improvisés : écuries, débarras, cabanons, caves ou greniers. L’auteur rappelle que, si ces enfermements sont permis par le code pénal, voire encouragés par la législation, ils suscitent des débats entre médecins et autorités sur le fait de laisser les aliénés à la charge des familles en raison d’un déficit de prise en charge, ou encore sur les troubles à l’ordre public que pourraient causer des aliénés laissés sans surveillance.

  • 1 Voir aussi Sabine Arnaud, L’Invention de l’hystérie au temps des Lumières, Paris, EHESS, 2014.

4Les chapitres 2 et 3 examinent consécutivement les « usages de l’internement » et les « manières d’être fou ». Qui sont les aliénés et pour quels motifs sont-ils internés ? Les violences sous diverses formes justifient à elles seules plus d’un tiers des internements dans les trois asiles étudiés. Viennent ensuite les tentatives et les pensées suicidaires, les incendies et les excès d’alcool. À ce titre, l’auteur montre que les diagnostics et les explications médicales varient selon le sexe des aliénés. Les femmes voient ainsi leur condition naturalisée, expliquée par des processus moraux ou physiologiques, notamment l’hystérie1. Les hommes sont plus fréquemment diagnostiqués à la lumière de comportements attachés à l’image de la virilité : le travail, la sexualité, la violence, la consommation d’alcool. On voit ainsi comment les normes et les jugements liés au genre sont convoqués pour diagnostiquer la folie et établir des grilles d’évaluation de la soi-disant normalité. En étudiant les réseaux de sociabilité des internés, l’auteur invite également à nuancer l’idée selon laquelle l’aliénation serait causée par l’isolement social. La majorité des internés parisiens sont issus de la classe ouvrière, et l’asile de Quimper compte de nombreux cultivateurs. C’est donc bien parce qu’ils entretiennent des liens sociaux que leurs comportements font l’objet d’attention et de jugement.

5Dans les chapitres 4 à 7, Anatole Le Bras porte son attention sur l’intérieur des asiles en examinant le quotidien des hommes et des femmes internés. Souvent accompagnée de mesures d’incapacitation, de dépossession et d’interdiction, la « capture institutionnelle » force un mode de vie extrêmement réglementé et contraint, coupé du monde extérieur. En conséquence, les internés se renferment sur eux-mêmes en dépit des relations de camaraderie susceptibles de se développer. L’écriture constitue alors un refuge pour de nombreux internés soucieux de maintenir une part de leur identité, comme Marie Lelarge, qui confie dans une lettre à son mari : « je n’ai pas de voix, puisque j’écris » (p. 272). Au-delà des parcours individuels des internés, leurs liens familiaux sont également mis à l’épreuve de l’internement, comme le montre le chapitre 5. Anatole Le Bras rappelle à ce sujet que les médecins entretiennent une certaine méfiance à l’égard des familles, au prétexte que leur présence est susceptible de perturber l’équilibre et la tranquillité de leurs proches internés. Parloirs, écritures et permissions forment alors les liens souvent minces qui relient les individus à leurs parents ou leur conjoint. Ce sont aussi d’étroites fenêtres ouvertes sur le monde extérieur. À ce titre, les visites sont pour de nombreux proches l’occasion de prendre conscience de l’état de dégradation causé par l’internement, comme cette femme venue voir son mari interné à Ville-Évrard, qui écrit à ce propos : « en le voyant j’ai tellement était suffoqué que je nait rien pu lui demandez je suis partit comme une folle sans presque rien lui dire je ne mattendez pas a le trouver ainsi pauvre malheureux faut il qu’il ait souffert pour devenir ainsi » (p. 214). L’auteur poursuit en évoquant les protestations formulées contre le système asilaire. Les documents disponibles ne lui ont pas permis d’identifier des traces de révolte ou de contestation collective au sein des établissements, mais à l’extérieur des asiles l’émergence à partir des années 1860 d’un courant anti-aliéniste permet d’attirer l’attention d’une partie de la société sur le sort et les conditions d’enfermement des aliénés.

6Le huitième et dernier chapitre traite des modalités de sortie des asiles. Pour espérer quitter l’institution, un interné doit remplir un certain nombre de conditions édictées par le corps médical. Ce « réencastrement » dans la vie sociale, comme l’appelle l’auteur, doit prévenir toute forme de récidive. Là encore, les internés ne sont pas égaux face aux chances de sortie, puisque ces dernières sont plus élevées pour les hommes et les individus mariés ou placés volontairement. À ce titre, la fin du siècle témoigne d’une libéralisation des procédures. Confrontées à l’engorgement des asiles et sous l’impulsion de certains aliénistes réformateurs, les institutions simplifient les conditions de sortie, grâce notamment à la prise en charge des aliénés par des sociétés de patronage. Pour autant, même dehors, ces hommes et ces femmes doivent composer avec le « stigmate du passé asilaire » (p. 344) et l’incertitude d’un avenir où plane le risque d’un ré-internement.

7C’est donc l’expérience intime et sociale de la folie au XIXe siècle que l’ouvrage tente de restituer. Disons-le, l’objectif est pleinement atteint : Aliénés. Une histoire sociale de la folie au XIXe siècle est un ouvrage à la fois passionnant et émouvant. Le regard, l’écoute et la sensibilité déployés par Anatole Le Bras s’avèrent en ce sens extrêmement précieux pour l’étude et la compréhension des expériences asilaires en France. La focale adoptée, attentive aussi bien au contexte social, politique et médical qu’à l’expérience quotidienne des individus internés – en témoignent les nombreux portraits d’aliénés qui ponctuent les chapitres – permet en définitive de montrer combien l’asile est un espace d’interactions et de tensions entre pouvoir et sujets, institutions et existences singulières.

Haut de page

Notes

1 Voir aussi Sabine Arnaud, L’Invention de l’hystérie au temps des Lumières, Paris, EHESS, 2014.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Adrien Quièvre, « Anatole Le Bras, Aliénés. Une histoire sociale de la folie au XIXe siècle », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 14 mai 2024, consulté le 21 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/lectures/64640 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11o4r

Haut de page

Rédacteur

Adrien Quièvre

Docteur en histoire contemporaine, ATER à l’Université de Lille et chercheur associé à l’IRHiS (CNRS, UMR 8529).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search