Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2024Corine Eyraud, Les données chiffr...

Corine Eyraud, Les données chiffrées en sciences sociales. Du matériau brut à la connaissance des phénomènes sociaux

Antoine Dumont
Les données chiffrées en sciences sociales
Corine Eyraud, Les données chiffrées en sciences sociales. Du matériau brut à la connaissance des phénomènes sociaux, Malakoff, Armand Colin, coll. « Cursus », 2024, 250 p., ISBN : 978-2-200-63847-4.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Un compte rendu de la première édition, proposé par Frédérique Giraud, peut être consulté à l’adres (...)

1C’est dans un objectif de première initiation que se place Corine Eyraud avec la réédition de cet ouvrage initialement paru en 2008. Ce guide vise en effet à rendre accessible la lecture de tableaux statistiques, ainsi que la compréhension et les principes de bases de la construction et de l’exploitation de données chiffrées1. Il ne s’agit pas pour autant d’un manuel de statistique, car l’accent est d’abord mis sur le travail de réflexivité, et moins sur les méthodes quantitatives en tant que telles : « La primauté est donnée aux idées, et non aux formules » (p. 11). À une période où les données chiffrées – utilisées avec plus ou moins de succès – et où les débats accompagnant ces mêmes données sont omniprésents, il s’agit d’armer le plus grand nombre (ici, plutôt les étudiants) à y faire face de manière éclairée. Pour ce faire, Corine Eyraud propose une immersion progressive, basée sur des exemples concrets qui permettent par la même occasion de se familiariser avec des thèmes classiques en sociologie (la démocratisation scolaire, l’évolution de la religiosité ou de la délinquance…) ainsi qu’en économie (le PIB et ses limites, la mesure du chômage…). En outre, chaque chapitre s’accompagne d’exercices corrigés pour mettre en application les apprentissages.

2La première partie de l’ouvrage montre comment des données brutes peuvent être mobilisées pour produire des connaissances simples mais rigoureuses sur une population ou sur un phénomène, tout en disséminant le vocabulaire de base de la statistique. Le premier chapitre propose de démarrer cette découverte à travers l’exemple de l’évolution des populations bachelières et étudiantes en France. En passant d’un tableau des effectifs à un tableau en fréquences, on retiendra ce double questionnement face à toute donnée chiffrée (p. 20) : la fréquence est-elle importante ? est-elle moins élevée ou plus élevée par rapport à une autre date ou à un autre ensemble ? Le lecteur apprend ainsi à calculer lui-même des fréquences, à les comparer, et à mesurer des évolutions relatives.

  • 2 Bourdieu Pierre, Passeron Jean-Claude, La Reproduction. Éléments pour une théorie du système d’ense (...)
  • 3 Boudon Raymond, L’inégalité des chances. La mobilité sociale dans les sociétés industrielles, Paris (...)

3Le deuxième chapitre poursuit ce travail en proposant une méthode pour mettre en évidence un lien statistique dans un tableau croisé. Les bacheliers sont ainsi analysés en fonction de leur origine sociale à travers un tableau des écarts à la moyenne (ou des écarts à l’égalité). Corine Eyraud explique ainsi comment mettre en évidence des phénomènes de sur/sous-représentation (et donc des corrélations), méthode qui reste parfois à l’état d’implicite dans les études. La sociologue propose avec beaucoup de pédagogie deux exemples d’interprétation des inégalités scolaires, celle de l’inégalité de « réussite » liée à la détention du capital culturel chez Bourdieu et Passeron2, et celle des choix d’orientation de Boudon3, dont elle souligne la complémentarité.

4Un troisième chapitre invite à donner de premiers éléments d’analyse critique, en montrant les difficultés inhérentes à la mobilisation de données chiffrées face à un « problème » (comme la mesure de « l’échec » à l’université, de la performance des établissements scolaires et de la démocratisation de l’enseignement). L’autrice discute les problèmes d’interprétation de taux qui parfois semblent se contredire et donc de l’importance d’analyser ce qui est placé au numérateur et au dénominateur. De fait, le lecteur prend alors conscience des aspects arbitraires et réductionnistes liés au choix d’un indicateur. Par exemple, faut-il mesurer l’échec à un examen en se basant sur les inscrits à l’université ou sur ceux qui participent à la première session ? La focalisation sur les taux d’accès au baccalauréat est-elle suffisante, ou faut-il aussi, pour analyser la démocratisation scolaire, jeter un œil sur les choix de filières et les écarts de durée d’études ? L’autrice montre en tout cas la nécessité de prendre en compte plusieurs variables simultanément.

  • 4 En référence à Salais Robert, « La donnée n’est pas un donné. Pour une analyse critique de l’évalua (...)
  • 5 Lazarsfeld Paul, « Des concepts aux indices empiriques » in Raymond Boudon et Paul Lazarsfeld (dir. (...)
  • 6 On retrouvera d’ailleurs des proximités avec les thèmes abordés chez Henneguelle Anaïs, Jatteau Art (...)

5La seconde partie de l’ouvrage se veut plus épistémologique : dans quelles conditions l’usage des statistiques permet-il une production rigoureuse de connaissances ? Ainsi, le quatrième chapitre récapitule les grands points d’attention auxquels doit s’attacher l’analyste face aux données chiffrées. L’étudiant est sensibilisé à la pertinence des différents choix méthodologiques et à la nécessité de « porter [son] attention aux notes de bas de page ou aux notes de tableaux […] » (p. 140). Il doit aussi avoir en tête le « processus de fabrication » (p. 144) de données qui, comme on le dit de plus en plus, « ne sont pas données »4. C’est l’occasion pour la sociologue de mettre en exergue l’approche proposée par Lazarsfeld sous l’appellation « concept-dimensions-indicateurs-indice »5. Selon cette approche, un concept se doit d’être analysé par plusieurs dimensions importantes, chacune appréhendée par des indicateurs dont on questionnera la qualité. Si possible, ces indicateurs sont eux-mêmes synthétisés (ou résumés) par un indice. En donnant les clefs d’une sociologie de la quantification6, Corine Eyraud développe trois exemples classiques de mesure de concepts controversés : la mesure de la richesse, celle du chômage et de l’emploi, et enfin celle de la délinquance. Sans mener un « procès anti-statistique » (p. 186), l’autrice sensibilise néanmoins les lecteurs à une approche constructiviste qui reconnaît la nature limitée, incomplète et partiale des données chiffrées, et leur connexion avec les phénomènes étudiés : les données produisent des effets sur le monde social et il faut se demander pourquoi certains indicateurs nous préoccupent autant.

  • 7 Mauss Marcel, « La prière » in Marcel Mauss, Œuvres. Tome 1. Les fonctions sociales du sacré, Paris (...)

6Enfin, le cinquième chapitre amène des outils pour construire soi-même des enquêtes. Corine Eyraud insiste d’abord sur le travail de définition des concepts et de mise à l’écart des prénotions. Il faut lui reconnaître le mérite d’entrer dans le détail de ces impératifs qui sont parfois énoncés sans explication. Ainsi, trois prénotions sont distinguées : les notions confuses, les fausses évidences et les découpages sociaux. De même, le travail de définition est développé avec une analyse commentée de la « religiosité » chez Mauss7 (et donc de ce qu’elle n’est pas). Encore une fois, une large place est laissée à des exemples concrets. On prend ainsi conscience des difficultés à définir la violence scolaire ou les violences faites aux femmes. Il est ensuite proposé d’appliquer l’approche « concept-dimensions-indicateurs-indice » aux exemples de la religiosité et des inégalités sociales. Ce dernier point est accompagné d’exemples d’articles que le lecteur est invité à critiquer à l’aune de ses apprentissages.

  • 8 Le baromètre des inégalités et de la pauvreté se présentait comme un indice multidimensionnel des i (...)
  • 9 L’indice de bien-être économique permettait une approche plus complète de la richesse en croisant p (...)

7Par rapport à la première édition, certaines données ont été actualisées, mais ce n’est malheureusement pas le cas de toutes, parfois parce que celles-ci ne sont plus diffusées. Ainsi, la plupart des exemples mobilisés restent souvent un peu datés – en tout cas ancrés dans les années 1990-2000, ce qui peut se montrer frustrant. Par exemple, les réflexions sur la démocratisation scolaire ne vont pas au-delà de 2005, bien que des données plus récentes soient utilisées en amont dans le livre. Certaines références semblent aussi en décalage, telles que celles sur les indicateurs BIP 408 et l’IBEE9 dont on aura du mal à trouver une actualité, de même pour d’anciennes catégories de chômeurs de l’ANPE. Enfin, on reste parfois sur notre faim dans les études utilisées en exemple, qui mériteraient quelques lignes sur leurs grandes conclusions. Malgré cela, grâce à sa grande clarté et son approche presque ludique, cet ouvrage est susceptible de motiver les lecteurs à s’investir dans le domaine des analyses quantitatives, et l’on pourrait sans hésiter le recommander en accompagnement de certains cours de licence. Peut-être alimentera-t-il toutefois le scepticisme des plus réticents aux approches quantitatives, mais leur relativisme vaudra toujours mieux que le maintien de l’ésotérisme ambiant autour des statistiques !

Haut de page

Notes

1 Un compte rendu de la première édition, proposé par Frédérique Giraud, peut être consulté à l’adresse suivante : https://journals.openedition.org/lectures/812.

2 Bourdieu Pierre, Passeron Jean-Claude, La Reproduction. Éléments pour une théorie du système d’enseignement, Paris, Éditions de Minuit, coll. « Sens commun », 1970.

3 Boudon Raymond, L’inégalité des chances. La mobilité sociale dans les sociétés industrielles, Paris, Armand Colin, coll. « U », 1973.

4 En référence à Salais Robert, « La donnée n’est pas un donné. Pour une analyse critique de l’évaluation chiffrée de la performance », Revue française d’administration publique, vol. 135, n° 3, 2010, p. 497-515.

5 Lazarsfeld Paul, « Des concepts aux indices empiriques » in Raymond Boudon et Paul Lazarsfeld (dir.), Le Vocabulaire des sciences sociales. Concepts et indices, Paris, Mouton, 1965, p. 3-36.

6 On retrouvera d’ailleurs des proximités avec les thèmes abordés chez Henneguelle Anaïs, Jatteau Arthur, Sociologie de la quantification, Paris, La Découverte, coll. « Repères », 2021, ce qui peut en faire une bonne lecture complémentaire.

7 Mauss Marcel, « La prière » in Marcel Mauss, Œuvres. Tome 1. Les fonctions sociales du sacré, Paris, Éditions de Minuit, 1968, p. 357-477.

8 Le baromètre des inégalités et de la pauvreté se présentait comme un indice multidimensionnel des inégalités sociales. Le site internet proposé dans le livre n’est plus actif.

9 L’indice de bien-être économique permettait une approche plus complète de la richesse en croisant plusieurs indicateurs économiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Antoine Dumont, « Corine Eyraud, Les données chiffrées en sciences sociales. Du matériau brut à la connaissance des phénomènes sociaux », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 21 mai 2024, consulté le 15 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/lectures/64712 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11p7m

Haut de page

Rédacteur

Antoine Dumont

Agrégé de sciences économiques et sociales.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search