Navigation – Plan du site

Philippe Chanial, La sociologie comme philosophie politique. Et réciproquement

Laurence Harang
La sociologie comme philosophie politique
Philippe Chanial, La sociologie comme philosophie politique. Et réciproquement, La Découverte, coll. « Textes à l'appui / Bibliothèque du M.A.U.S.S. », 2011, 300 p., ISBN : 9782707169495.
Haut de page

Texte intégral

1Dans l’ouvrage La sociologie comme philosophie politique et réciproquement composé d’articles remaniés, Philippe Chanial, maître de conférence en sociologie à Paris-Dauphine, entend bien spécifier le statut des sciences sociales et notamment la sociologie par une confrontation avec ses rivales : la philosophie politique et l’économie. En effet, à la lecture des différents articles consacrés aux différents courants de sociologie et de philosophie politique en passant par Weber jusqu’à Tocqueville et Mauss, apparaît une réflexion directrice : la crise de la discipline sociologique ne remet-elle pas en cause son ambition d’origine - celle de ses pères fondateurs - à savoir la possibilité d’« une science sociale généralisée » ?

2Pour répondre à ce défi, l’auteur examine le lien qu’entretient la sociologie avec la philosophie politique et morale : peut-on légitimement penser que la philosophie morale et politique a le privilège de la normativité, du juste et du bien depuis les travaux de Rawls et de Gauthier ? Il est évident qu’on ne peut se contenter d’une telle réponse sans passer au crible les fondateurs et illustres théoriciens de la sociologie. Il conviendra alors de s’interroger sur la pertinence d’un clivage entre les sciences sociales et la philosophie politique : la normativité définit-elle un champ unique du savoir ou bien faut-il s’en tenir à un dépassement de la dichotomie fait/ valeur ? L’anthropologie normative n’est-elle pas une théorie sociale en dépit du fait qu’elle se définit comme une science positive ? L’idée qui domine ce recueil d’articles est la conviction que toute théorie sociale repose sur une analyse normative des faits. Dès lors, il est possible de parvenir à une compréhension de « la délicate essence du social. »

3La première partie de l’ouvrage analyse de manière convaincante les rapports entre la philosophie et les sciences sociales. Il est vrai de constater que le respect des faits n’interdit en aucun cas une réflexion philosophique et normative. Dans la seconde partie de l’ouvrage, l’auteur porte son attention sur l’ambition des théories morales à se constituer en théorie politique ; ainsi en est-il de l’exigence de Dewey de faire de l’éducation l’enjeu de la démocratie. Dans une troisième partie, il s’agit pour Philippe Chanial de rendre compte de la pertinence des théories de la reconnaissance, de la sympathie à la lumière de la critique d’un Hobbes en philosophie politique. Enfin, dans la dernière partie, l’auteur plaide en faveur d’une société fondée sur le don, la coopération.

4Avec une certaine ironie, Philippe Chanial défend l’idée d’une « philosophie morale et politique qui aurait des allures de science » : il suffit pour lui de s’en remettre à l’exigence d’une sociologie compréhensive d’un Max Weber. Toutefois, il précise que l’idéal de « neutralité axiologique » n’a pas été appréhendé comme il se devait. En effet, il ne s’agit pas de faire du sociologue un adepte du positivisme mais de comprendre la manière dont les individus donnent une signification subjective à leurs existences. La richesse de l’analyse de Weber apparaît dans la prise en considération de la pluralité des motifs de l’action. On peut donc saluer cette absence de réductionnisme chez ce grand théoricien que l’on observe dans les théories du choix rationnel. Cette perspicacité du sociologue se retrouve dans les travaux d’un Tocqueville : force est de constater qu’il n’existe pas de clivage entre l’analyse d’un certain type de société et la critique qui en émerge : ainsi la revendication d’égalité et de reconnaissance dans les démocraties témoigne tout aussi bien d’une « émulation vers l’égalité » que d’un « goût dépravé pour l’égalité. ». Il est vrai que le respect des faits autorise un prolongement réflexif et normatif. En ce sens Durkheim montre bien qu’une société ne peut se réduire à sa dimension contractuelle. Et cela lui permet de critiquer l’ordre économique et utilitariste au nom de l’ordre moral de la société.

5On ne peut donc nier la dimension philosophique et politique des théories sociales de Durkheim, Weber, Tocqueville et Cooley. Philippe Chanial va même plus loin puisqu’il plaide en faveur d’un solidarisme, d’une « dette de la gratitude » en se réclamant de Mauss. En toute logique, faire société, c’est une manière d’être ensemble. C’est donc en affirmant leur spécificité et leurs convictions morales que les sciences sociales gagneront du terrain sur la philosophie politique. De ce fait, on peut se rendre compte que les sciences sociales aux dires de l’auteur ne peuvent s’en tenir à la simple élucidation des faits. Faire du don la constitution d’un monde commun relève d’un projet moral et politique ; de même l’expérience démocratique de Dewey relève du don. En un sens, le projet de la sociologie s’inscrit dans une dimension politique : c’est en rejetant l’utilitarisme naïf, l’individualisme libéral que la sociologie s’inscrit dans la constitution d’un monde commun. C’est pourquoi, il n’est pas évident que la philosophie politique garde le monopole de la réflexivité !

6Le mérite de cet ouvrage réside dans la présentation synthétique des grandes théories sociales qu’aucun philosophe digne de ce nom ne peut ignorer. Il est vrai que les théories sociales ont toutes en commun un « air de famille » puisqu’elles tentent par l’analyse des faits observés de parvenir à une compréhension de la société. Mais on pourrait se demander si la parcellisation du savoir n’interdit pas de penser dans sa globalité « la délicate essence du social » ; en d’autres termes dans « l’intersubjectivité pratique de ce qui nous lie, de ce qui nous tient ensemble et de ce à quoi nous tenons, bref le fondement même de l’ordre social. »

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurence Harang, « Philippe Chanial, La sociologie comme philosophie politique. Et réciproquement », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 04 octobre 2011, consulté le 18 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/6484

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page