Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2024Laurent Aucher, Mémoire ouvrière ...

Laurent Aucher, Mémoire ouvrière en Val d’Aubois. Journal de recherche

François Granier
Mémoire ouvrière en Val d’Aubois
Laurent Aucher, Mémoire ouvrière en Val d’Aubois. Journal de recherche, Châteauroux, La Bouinotte, 2022, 180 p., ISBN : 978-2-36975-211-0.
Haut de page

Texte intégral

1À la lecture du titre, nombre de lecteurs pourront assez légitimement se poser deux questions. D’une part, en quoi un ouvrage destiné à rendre compte d’une mémoire ouvrière peut-il apporter une contribution significative à un champ dont la bibliographie s’avère fort abondante, voire redondante ? D’autre part, où situer le Val d’Aubois ? Dans les Vosges frappées par la désindustrialisation ou dans le Massif central, en lien avec l’épuisement de quelque mine ?

2C’est le sous-titre qui nous éclaire sur l’originalité du propos, conforté dans l’introduction par l’explicitation du projet de Laurent Aucher : « Saisir la sociologie en actes : tel est, me semble-t-il, le premier intérêt de ce carnet » (p. 17). L’auteur affirme donc vouloir révéler les conditions très concrètes de son travail de chercheur en sciences sociales. Tel un modeste artisan fier des outils qu’il a lui-même fabriqués, il nous conduit dans les coulisses de son enquête. Ainsi, nous découvrons comment s’est effectuée l’entrée sur le terrain, en l’occurrence un ensemble de communes de l’est du département du Cher. Il lève le voile sur les stratégies mobilisées pour identifier une cohorte de témoins. Là, des ouvriers, français mais aussi ex-migrants, qui ont travaillé des décennies durant dans des tuileries et briqueteries ancrées sur des gisements d’argile. Plus loin, des femmes attachées à des chaînes de fabrication de papier et de cartonnages évoquent le taylorisme qui fut omniprésent dans leur quotidien. L’auteur a aussi su approcher des dirigeants de ces univers de travail ainsi que des élus locaux et des militants syndicaux. Tous ces témoins ont été capables de détailler l’accès à ces emplois à des époques où le déficit de main-d’œuvre était chronique. Ils évoquent finement les conditions de travail au sortir de la Seconde Guerre mondiale puis, sur quatre à cinq décennies, les effets de modernisation qui ont ici et là conduit à des vagues de licenciements puis à l’arrêt de toute production. La mise en confiance des interviewés par l’énonciation rigoureuse des fins et des moyens de l’enquête nous fait accéder à ce qui fut leur engagement, professionnel. Elle nous donne accès aux tours de main qui ont permis à ces salariés d’assurer les tâches confiées. Plus de vingt-cinq pages de photographies glanées par l’auteur auprès de ses interlocuteurs consolident les témoignages.

3Mais si le travail est au cœur de l’enquête, nous accédons aussi à des thématiques socio-culturelles. La consommation de vin sur les lieux de travail est évoquée avec pudeur. Comment y renoncer quand un tuilier est, des heures durant, face à un four dégageant près de 60 degrés ? Des ouvrières décrivent le sexisme ordinaire et la dévalorisation de leurs contributions dans les papeteries. Leurs savoir-faire ainsi que leur disponibilité quasi systématique pour pallier l’absence d’un collègue sont occultés par des contremaîtres tout puissants. Comme l’essentiel des entretiens ont lieu au domicile des interviewés, l’auteur recueille de précieuses informations sur l’évolution de l’habitat ouvrier ainsi que des constats amers quant au recul inexorable des sociabilités historiques. L’irruption puis l’omniprésence de la télévision ont par exemple conduit à un repli sur la seule sphère familiale. Quant aux véhicules personnels, ils ont, selon les différents témoins, accéléré le déclin puis la faillite des petits commerces. À présent, les achats sont effectués hebdomadairement dans des zones commerciales péri-urbaines. Sans que les différents témoins y fassent expressément allusion, les évolutions constatées doivent être rapportées aux politiques néo-libérales qui depuis plusieurs décennies frappent ce territoire aux ressources fragiles. Les délocalisations mais aussi le démontage d’outils de production vers des pays aux coûts salariaux moindres sont évoqués avec amertume. Le Val d’Aubois est à présent happé par la diagonale du vide, large bande géographique qui court de la Meuse aux Landes, caractérisée par une faible densité démographique, le vieillissement des populations présentes et la désindustrialisation.

4L’enquête menée par Laurent Aucher, épaulé par plusieurs collègues des universités de Tours et d’Orléans, débouche sur dix-neuf entretiens filmés, deux reportages et un film documentaire1. La réalisation au fil des jours de ces productions, peu fréquentes dans des recherches similaires, est intégrée dans le journal de recherche. L’auteur détaille tout à la fois comment lui et ses collègues convainquent leurs interlocuteurs de se laisser filmer dans leurs intérieurs, comment il s’initie à la prise de vue, comment les temps de montage donnent lieu à des débats au sein de l’équipe, comment l’indispensable chapitrage des rushs s’avère chronophage et fastidieux.

5L’implication constante et massive de l’auteur dans sa recherche transparaît à chaque page. Pour lui, voir les espaces de vie de ses interlocuteurs, les ateliers demeurant actifs, les lieux de sociabilité encore présents n’est nullement une option. C’est au contraire une condition sine qua non pour pouvoir écrire sans trahir et ainsi faire accéder le lecteur à la densité des témoignages recueillis. S’implanter le temps nécessaire dans son terrain et garder trace de ses hésitations, de ses bévues, mais aussi de ses coups de chance, n’est-ce pas deux postures indispensables pour être légitime dans la mise au jour des processus sociaux et notamment de ceux qui émergent ?

6Cette implication revendiquée conduit Laurent Aucher à un constat que nous partageons : « La sociologie n’est pas réductible aux seuls théories, concepts, outils et méthodes, elle est aussi histoire de rencontres et d’affects » (p. 161).

Haut de page

Notes

1 Ils peuvent être visionnés à l’adresse suivante : https://www.canal-u.tv/chaines/univtours/industrie-ceramique/toits-d-ouvriers.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Granier, « Laurent Aucher, Mémoire ouvrière en Val d’Aubois. Journal de recherche », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 04 juin 2024, consulté le 23 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/lectures/64843 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11rgz

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search