Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2024Max Weber, Qu’est-ce que les scie...

Max Weber, Qu’est-ce que les sciences de la culture ?

Pierre-Adrien Ladant
Qu’est-ce que les sciences de la culture ?
Max Weber, Qu’est-ce que les sciences de la culture ?, Paris, CNRS, coll. « Biblis inédit », 2023, 537 p., édition et traduction de Wolf Feuerhahn, ISBN : 9782271145321.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 En allemand : « Roscher und Knies und die logischen Probleme der historischen Nationalökonomie ».

1Le cœur de cet ouvrage est constitué de la traduction du corpus de trois articles de Max Weber (1864-1920) que l’on connaît sous le titre « Roscher et Knies et les problèmes logiques de l’économie politique historique »1. Ces trois articles parus entre 1903 et 1906 critiquent les œuvres de Wilhelm Roscher (1817-1894) et Karl Knies (1821-1898), éminents représentants de l’école historique d’économie, que Weber accuse de confondre science et métaphysique. Le premier article, « La méthode historique de Roscher », dénonce ainsi le concept de peuple, dont Roscher fait un principe agissant dans l’histoire et qui lui permet d’identifier des lois du développement historique. Quant aux deux autres articles, intitulés tous deux « Knies et le problème de l’irrationalité de l’action », ils sont l’occasion pour Weber à la fois de contester le concept de personnalité chez Knies, auquel il prête les mêmes tares qu’à celui de peuple chez Roscher, et de critiquer ceux de ses collègues qui voient dans la liberté un motif d’irrationalité des actions humaines, du fait qu’elles ne seraient pas déterminées.

2Autour de ces articles, Wolf Feuerhahn déploie un appareillage éditorial qui propose une lecture située de Weber pour montrer que ses réflexions épistémologiques s’élaborent au fil d’une polémique avec ses confrères. Ainsi, son introduction effectue un long commentaire qui replace Weber dans le champ des sciences historiques allemandes au tournant du XXe siècle. En guise d’annexes, il fournit également un ensemble de lettres et de documents de travail de Weber, qui permettent de suivre ce dernier en train de traquer « la dissémination des idées » qu’il combat chez ses contemporains. Ce dispositif fait voir combien les longs développements wébériens se justifient par l’actualité de la question du statut des sciences historiques, dans un moment de remise en question de leur prestige par les sciences de la nature. Sous l’influence de ces dernières, la connaissance nomologique, visant à énoncer des lois universelles, s’est en effet imposée comme un idéal de scientificité. L’une des raisons qui poussent Weber à écrire est donc le risque de triomphe d’une conception nomologique des sciences historiques, dans le sillage notamment des travaux de Roscher sur le développement historique des peuples. En conséquence, Wolf Feuerhahn propose de relire les articles de Weber à la lumière, entre autres, de la querelle des années 1890 sur les travaux de Karl Lamprecht (1856-1915), qui prolongent ceux de Roscher.

3Au cœur du propos de Weber se situe la notion de causalité. Au-delà de toutes leurs divergences, les auteurs qu’il critique ont en commun de ne concevoir la causalité que sous forme de loi. Dès lors, pour ces derniers, deux positions sont possibles : ou bien la scientificité repose sur une connaissance causale, et les sciences historiques doivent énoncer des lois ; ou bien la scientificité ne s’y résume pas, et les sciences historiques n’ont pas trait à la causalité. La première position est endossée par ceux dont Weber dénonce l’ambition nomologique : Roscher, Knies, Wundt et Lamprecht, mais aussi Menger, qui « découvre » les lois marginalistes et les considère comme des lois universelles. La deuxième position se retrouve dans les théories de ceux qui répugnent à l’idéal nomologique car, l’homme étant libre, il serait par nature indéterminé. Ils font alors des sciences historiques le domaine de la compréhension et de l’interprétation (distinction émise par Simmel, que Weber discute). Ainsi, Münsterberg oppose d’un côté les « sciences objectivantes » qui traitent d’objets susceptibles d’être expliqués, et de l’autre les « sciences subjectivantes » qui ont affaire à des sujets libres. Ces dernières viseraient à reconstituer le sens des actions humaines en épousant le point de vue des acteurs face aux situations qu’ils affrontent. Or on retrouve le même type de conception dans les notions d’interprétation chez Friedrich Gottl, d’intropathie chez Theodor Lipps ou d’intuition chez Benedetto Croce. Cependant, comme le demande Weber, est-ce encore de la science ? Chez Croce, par exemple, il n’en est plus question. Au contraire, il plaide pour élever l’histoire au rang d’« art », en ce que, n’ayant trait qu’à du singulier, elle ne pourrait formuler de concept.

4Toute science reposant pour Weber sur une pensée explicative, causale et conceptuelle, la causalité devient un enjeu de lutte crucial. Weber soutient que la causalité ne se réduit pas au déterminisme de la loi. En effet, le principe déterministe considère l’ensemble des phénomènes comme liés entre eux nécessairement, tandis que le principe causal rapporte simplement un phénomène (qualifié d’effet) à un autre (qui en est la cause). À partir de là, Weber défend le caractère explicatif des sciences de la culture.

  • 2 Sur ce point, voir notamment Catherine Colliot-Thélène, Le désenchantement de l’État. De Hegel à Ma (...)

5Pour ce faire, il reprend l’épistémologie gnoséologique de son ami Heinrich Rickert, qui ne classe pas les sciences selon leur objet d’étude, mais selon ce qu’elles visent à expliquer. Ainsi, plutôt que de distinguer sciences de la nature et sciences historiques, Weber distinguera comme Rickert sciences nomologiques et sciences de la réalité. Les premières définissent des « concepts de relation » (Relationsbegriffe), autrement dit des lois universelles, indifférentes aux objets singuliers auxquels elles s’appliquent. Les secondes expliquent des singularités, qu’elles soient naturelles (la trajectoire de tel nuage) ou bien historiques. Cependant, expliquer des singularités exigerait une exhaustivité irréalisable par principe. C’est pourquoi les sciences de la réalité, auxquelles Weber rattache les sciences de la culture, construisent des « concepts de chose » (Dingbegriffe), qui sont des reconstructions abstraites d’une singularité, obtenues à partir de la sélection de certaines « parties de la réalité qui sont essentielles dans leur spécificité » (p. 237). Comme le souligne Weber, cette opération dépend toutefois de la question de recherche, de la perspective que le chercheur choisit. C’est en effet parce que j’étudie telle question que je m’intéresse à tel ensemble de phénomènes et que j’entends les mettre en relation. Il me faut donc sélectionner les parties « essentielles » des singularités en jeu, car tous les aspects de ces singularités ne sont pas forcément pertinents au regard de mon questionnement. On a là affaire au fameux « perspectivisme »2 wébérien : le chercheur sélectionne les faits (et les parties des faits) qui lui permettent de construire son objet de recherche. Dans des perspectives de recherche différentes, un « même » fait peut alors apparaître sous des jours différents.

6Par conséquent, tout « concept de chose » n’est qu’une interprétation du donné parmi d’autres : il n’a pas vocation à fixer la totalité et la vérité du phénomène historique en question, mais simplement à retenir les traits qui sont opératoires dans une explication causale, autrement dit ici dans un enchaînement de phénomènes historiques. Cependant, qu’en est-il des actions humaines, dont certains professent l’irréductibilité à toute causalité, au nom de la liberté ? Weber s’oppose à la thèse de l’irrationalité des actions humaines. En effet, selon lui, elles sont motivées, en règle générale, par un sens pour les acteurs, sens que l’on peut restituer notamment dans une analyse téléologique. En reconstruisant par « interprétation rationnelle » les fins et les moyens mis en œuvre, Weber tente d’expliquer les actions historiques en les comprenant, en leur redonnant le sens qu’elles avaient pour les acteurs historiques eux-mêmes. Dès lors, il n’y a plus d’opposition entre explication et compréhension : on comprend une action en révélant la pensée qui est à son origine et qui la cause – qui l’explique donc. Toute impossibilité d’appliquer l’explication téléologique ou toute exception devra alors se justifier : aussi dira-t-on que la part d’irrationalité des actions du roi de Prusse Frédéric-Guillaume IV est due à ses crises de démence, car une détermination psychique empêche ici une interprétation rationnelle. La question de l’interprétation rationnelle donne ainsi l’occasion de quelques mises au point sur la notion wébérienne d’idéal-type. Si Weber s’est inspiré des « types réels » de Menger pour forger cette notion, il conteste totalement le sens que ce dernier leur donne. En effet, loin d’être des saisies complètes d’une réalité dans sa « vérité », les idéaux-types sont des reconstructions partielles, rationnelles et abstraites d’une singularité donnée. Selon Weber, l’erreur de Menger est de confondre le plan de la réalité avec celui du concept, de croire que le concept traduit sans médiation le réel.

  • 3 On regrettera seulement l’absence d’un index thématique.

7Le lecteur trouvera donc de nombreux éléments de réflexion sur des questions classiques des études wébériennes. Par exemple, comment qualifier le positionnement de Weber vis-à-vis de l’école marginaliste de Menger et de l’école historique d’économie (qui subissent ici les mêmes critiques) ? Quels liens Weber fait-il entre compréhension et explication (dont il récuse ici l’opposition) ? Quel est le statut de l’idéal-type de l’homo œconomicus ? Etc. L’effort de contextualisation entrepris par Wolf Feuerhahn éclaire abondamment le réseau d’affinités conceptuelles dans lequel Weber s’inscrit3. Son édition démontre tout l’intérêt de lire les œuvres en contexte et de retracer la temporalité de leur écriture. À cet égard, il est d’ailleurs marquant que ces réflexions épistémologiques émergent tandis que Weber rédige L’Éthique protestante et l’Esprit du capitalisme, qui en est selon Wolf Feuerhahn une application exemplaire.

Haut de page

Notes

1 En allemand : « Roscher und Knies und die logischen Probleme der historischen Nationalökonomie ».

2 Sur ce point, voir notamment Catherine Colliot-Thélène, Le désenchantement de l’État. De Hegel à Max Weber, Paris, Éditions de Minuit, 1992 ; Philippe Raynaud, Max Weber et les dilemmes de la raison moderne, Paris, PUF, 1987.

3 On regrettera seulement l’absence d’un index thématique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre-Adrien Ladant, « Max Weber, Qu’est-ce que les sciences de la culture ? », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 05 juin 2024, consulté le 15 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/lectures/64847 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11rup

Haut de page

Rédacteur

Pierre-Adrien Ladant

Doctorant en histoire économique à l’IDHES/Paris-Saclay.

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search