Navigation – Plan du site

Gilbert de Terssac, Jacques Mignard, Les paradoxes de la sécurité. Le cas d’AZF

Sébastien Bauvet
Les paradoxes de la sécurité
Gilbert de Terssac, Jacques Mignard, Les paradoxes de la sécurité. Le cas d'AZF, Paris, PUF, coll. « Le travail humain », 2011, 254 p., ISBN : 9782130590507.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Gilbert de Terssac, Irène Gaillard (coord.), La catastrophe d’AZF. L’apport des sciences humaines (...)

1Dix ans après la catastrophe d’AZF, et trois ans après une publication éponyme sur l’apport des SHS pour traiter ce type d’événements1, Gilbert de Terssac et Jacques Mignard (ouvrier retraité, ancien animateur au service Sécurité de l’usine et président de l’association AZF–Mémoire et solidarité) signent un ouvrage recentré sur la notion de sécurité et son organisation en milieu industriel. Les auteurs appréhendent la règle de sécurité en tant que processus, dans le cadre de ce qu’ils appellent la « sécurité négociée ». Ils explorent l’« apparente vision contradictoire qui fait tenir ensemble cette confiance dans la tranquillité des situations professionnelles et la méfiance qui nous éloigne de cet idéal ». Ce paradoxe peut être levé en abordant la notion de « sécurité » non comme un ensemble de dispositifs techniques élaborés rationnellement, mais comme une règle sociale, évoluant avec l’entreprise au fil du temps. Pour cette recherche, les auteurs se sont appuyés sur des entretiens approfondis auprès d’une trentaine de salariés, rencontrés par interconnaissance, dans différents services et de différents statuts, et sur la documentation d’entreprise partiellement récupérée suite à l’explosion. Si l’on aurait aimé que le second type de matériau soit plus présent au fil des pages, l’ensemble empirique proposé permet d’accéder à de multiples expériences et mémoires de l’entreprise.

2Un premier chapitre présente l’évolution de l’entreprise entre 1960 (moment le plus ancien dans la mémoire des personnes interrogées) et 2001, quelques éléments des conditions de travail des salariés et les risques auxquels ils se confrontent, ainsi que la teneur de l’engagement dans la sécurité et la position des acteurs a priori identifiables dans le processus de sécurité (CHSCT, service Sécurité, direction). Il met également en avant « l’attachement à l’entreprise » qui ressort des témoignages des salariés. Le chapitre 2 traite des trois phases de régulations qui caractérisent l’engagement dans la sécurité entre 1980 et 2001 : des « régulations parallèles » de 1980 à 1983, instaurant entre direction et syndicats un espace commun de confrontation à la sécurité mais qui souffre d’un faible engagement de l’encadrement et des salariés ; une « régulation conflictuelle » de 1983 à 1988-1990, traversée par l’usage de nouveaux moyens de communication et l’augmentation de la contrainte, la sécurité faisant désormais partie des objectifs de production ; des « régulations contractuelles » de 1988-1990 à 2001, « phase d’engagement consenti et de contrôle partagé » impulsée par des acteurs plus intéressés à la sécurité et portée par l’harmonisation des procédures.

3Dans un troisième temps, G. de Terssac et J. Mignard analysent le processus d’apprentissage des dispositifs de sécurité comme une dialectique entre les usages des règles et leur conception, la non-application de la règle n’étant plus perçue comme une transgression. Ces règles sont le produit d’un travail coopératif favorisant d’une certaine manière l’intégration. Un quatrième chapitre se penche sur les raisons des accidents du travail et l’intervention des différents acteurs, à partir de deux dispositifs compréhensifs (« l’arbre des causes », et le repérage des difficultés des ouvriers dans leur travail). Il aborde en particulier la « règle d’impunité », le salarié impliqué dans un accident ou un incident étant incité à expliciter son expérience, échangeant ainsi des éléments au service de la compréhension de l’événement contre une absence de sanction. Le cinquième chapitre ferme la boucle de « fabrication » de la sécurité en observant la déposition des savoirs des acteurs dans les règles de sécurité, dans les recommandations formelles et dans les débats, parfois conflictuels, sur ces questions. À partir des différents « cahiers » mis en place dans la période, cette partie montre les effets de l’écrit en termes de coordination et de redistribution du pouvoir entre les différents acteurs. Le chapitre conclusif propose une reprise théorique du « travail d’organisation de la sécurité » notamment par la redéfinition de la « règle de sécurité » dont l’appropriation doit faire l’objet d’une mobilisation et d’un engagement qui, selon les auteurs, ne saurait être forcé. Il n’est donc pas question de domination, mais d’une redistribution du pouvoir, aboutissant à la construction d’une « sécurité négociée », située au croisement de « l’ordre négocié » d’Anselm Strauss et de la « zone d’incertitude » de Michel Crozier et Erhard Friedberg.

4Écrit et structuré avec un véritable effort didactique, qui présente parfois l’inconvénient de la redondance, l’ouvrage est caractéristique de l’évolution d’une partie de la sociologie des organisations vers celle dite des « relations professionnelles », et insiste sur certains points de façon utile pour repenser la notion de sécurité en entreprise. Par exemple, les auteurs remettent en question la distinction habituelle entre « sécurité industrielle » (celle des machines) et « sécurité professionnelle » (celles des individus) (p. 51 note 1), la première étant considérée comme un processus d’apprentissage et non comme un mouvement allant de sa conception théorique préalable à son application courante (p. 140), et la seconde se fondant au cœur de l’activité professionnelle au lieu d’être perçue comme un élément organisationnel externe (pp. 230-233).

5De manière plus générale, ils parviennent à retracer l’avènement de nouvelles logiques, exprimées par des vocables spécifiques (« démarche qualité », « partage des savoirs », « retour d’expérience », etc.), dont on aurait toutefois aimé une mise en perspective dans l’évolution générale des normes de certification et des nouvelles méthodes de management. Principalement, les auteurs se sont efforcés de rendre compte de l’engagement des salariés dans la sécurité. Celui-ci passe par le dépassement de la « division langagière » (p. 191 note 1) entre écrit (direction) et oral (exploitation) : par exemple, la formalisation des procédures a pu servir aux ouvriers contre les savoirs cachés dans les « petits carnets » de l’encadrement intermédiaire. Ils abordent aussi l’effet positif de l’autonomie dans cet engagement pour faire face aux « configurations menaçantes » (p. 48) qui génèrent des angoisses mais stimulent également l’inventivité. Sur ce point, rendre compte de l’hétérogénéité probable des expériences en fonction de la trajectoire et de la position des salariés dans l’entreprise aurait permis d’éviter l’impression d’une approche strictement optimiste de la notion d’autonomie, mais les auteurs se sont avant tout concentrés sur la construction de l’objet « sécurité ».

6G. de Terssac et J. Mignard offrent donc des outils pour mettre à distance certains jugements de valeur face à ce que l’on pourrait percevoir comme des « manquements à la sécurité », notamment à travers la compréhension de cette « règle d’impunité », régulièrement rappelée au fil de l’ouvrage, qui permet aussi d’éviter la césure entre prescription et réalité au profit d’une approche en termes d’apprentissage. La conséquence – peut-être inévitable – en est une tonalité normative qui donne parfois l’impression de se détacher de l’analyse sociologique. Cela n’empêche pas d’en apprécier l’apport empirique et théorique, ni un dernier propos, plus vif, que l’on peut à loisir détacher du cadre industriel, plaidant pour la conception d’une sécurité commune à l’ensemble des acteurs et non « comme l’œuvre d’un homme infaillible, doté d’une doctrine de sécurité incontestable, capable de légiférer sans concertation et d’éditer à lui seul les règles optimales » (p. 248).

Haut de page

Notes

1  Gilbert de Terssac, Irène Gaillard (coord.), La catastrophe d’AZF. L’apport des sciences humaines et sociales, Paris, Lavoisier, coll. « Sciences du risque et du danger », 2008, 276 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sébastien Bauvet, « Gilbert de Terssac, Jacques Mignard, Les paradoxes de la sécurité. Le cas d’AZF », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 04 octobre 2011, consulté le 19 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/6485

Haut de page

Rédacteur

Sébastien Bauvet

ATER à l'Université de Cergy-Pontoise, doctorant à l'EHESS, rattaché à l'ERIS-CMH (UMR 8097)

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page