Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2024Philippe Hamman et Aude Dziebowsk...

Philippe Hamman et Aude Dziebowski, Des tiques et des hommes : chronique d’une nature habitable

Josua Gräbener
Des tiques et des hommes : chronique d’une nature habitable
Philippe Hamman, Aude Dziebowski, Des tiques et des hommes : chronique d’une nature habitable. Entre territorialisation, sanitarisation et responsabilisation, Lormont, Le Bord de l'eau, 2023, 260 p., ISBN : 9782356879486.
Haut de page

Texte intégral

1Alors que l’immensité des défis écologiques à relever pour soutenir l’habitabilité terrestre peut être très démobilisatrice, Philippe Hamman et Aude Dziebowski, enseignants-chercheurs à Strasbourg, offrent un encouragement serein et bienvenu à l’action. À partir d’une enquête fouillée, notamment par entretiens et observations, sur un sujet très spécifique (la façon dont différents groupes sociaux se représentent les tiques en territoire argonnais), les deux sociologues nous invitent à réfléchir à la pluralité de leviers sur lesquels chacun peut agir, à son échelle et sur son territoire, pour forger des compromis avec les vivants non-humains.

2Leur livre s’ouvre sur un paradoxe : la maladie de Lyme, pouvant être transmise aux humains par des tiques infectées, fait l’objet d’un rare consensus politique. Pourtant, les modalités pratiques de sa prévention et son traitement souffrent d’une grande inertie. Dit plus trivialement : on est d’accord que c’est grave, mais que peut-on vraiment y faire ? Le temps passé auprès de chasseurs, d’associatifs, de forestiers et d’agriculteurs permet à Philippe Hamman et Aude Dziebowski d’apporter de précieux éclairages pour rendre compte de ce décalage entre constat et action, ainsi que de ses effets. Dans le format limité de cette recension, nous restituerons les aspects de leur analyse qui nous ont paru les plus saillants.

3La maladie de Lyme est avant tout un cas d’école pour étudier les implications de l’absence de consensus stabilisé, durable et massif sur un objet et son évolution spatio-temporelle. Ce caractère insaisissable ressort bien dans les extraits d’entretiens cités au fil de l’ouvrage : en l’absence d’accord sur les causes, il n’y en a pas non plus sur les leviers d’action, et chaque groupe peut alors mobiliser une explication qui sert son agenda spécifique. C’est par exemple le cas de certains chasseurs qui se saisissent de cet enjeu pour justifier de tuer plus de sangliers (p. 93) et ainsi revendiquer un rôle de régulateurs… alors même qu’ils contribuent par ailleurs à la prolifération de ces mammifères en les nourrissant. C’est aussi le cas de l’industrie touristique, où les impératifs de santé publique peuvent être relativisés s’ils provoquent trop d’inquiétudes pour le randonneur potentiel (p. 221). Autrement dit, si les acteurs font ce qu’ils peuvent dans un contexte d’informations fragiles et disparates et d’absence de service public de dépistage (qui contraint des éleveurs à abattre des bêtes plutôt que recourir à de coûteuses consultations vétérinaires), ce même contexte leur permet aussi de faire un peu ce qu’ils veulent.

4L’enquête met en évidence non seulement les difficultés, mais aussi le refus de dépasser les savoirs vécus très spécifiques des uns et des autres pour aller vers des savoirs plus généraux et falsifiables. Par conséquent, il n’y a pas de confrontation avec le monopole des savoirs scientifiques, et deux ordres de connaissances peuvent continuer à cohabiter pacifiquement, voire s’ignorer mutuellement. Ce relativisme épistémologique, nourri par de fortes différences nationales dans le rapport à la maladie de Lyme (le contraste franco-allemand est éloquent), n’est pourtant pas sans conséquences pratiques. Les campagnes de prévention auprès des différents usagers de la forêt sont ainsi diluées dans un vaste éventail de bricolages profanes pour se protéger contre le vecteur et surtout le pathogène, comme le recours au liquide vaisselle. Cette résistance étant essentiellement passive et peu politisée, il est d’autant plus difficile d’entrer en négociation, malgré le volontarisme des organisations intermédiaires (MSA, ONF, LPO, vétérinaires, pharmaciens…).

  • 1 Trompette Pascale et Vinck Dominique, « Retour sur la notion d’objet-frontière », Revue d’anthropol (...)
  • 2 Cf. Franco-Torres Manuel, Rogers Briony et Ugarelli Rita, « A framework to explain the role of boun (...)

5À partir de ces usages stratégiques croisés, et en desserrant encore la focale, on est de plus en plus convaincu de la pertinence du recours des auteurs à la notion d’objet-frontière, notamment au vu des caractéristiques du terrain étudié et de la démarche inductive mobilisée. Pour reprendre les termes de Pascale Trompette et Dominique Vinck, cette notion permet en effet de « décrire et de caractériser le processus par lequel des acteurs, relevant de mondes sociaux différents mais appelés à coopérer, réussissent à se coordonner malgré leurs points de vue différents »1. Penser en termes d’objet-frontière est ainsi particulièrement utile pour désamorcer les problèmes pernicieux omniprésents dans les efforts de transition écologique2. Dans ce registre, le livre vient par exemple confirmer l’importance du rapport différencié au risque… d’autant plus que les cas d’infection aux conséquences réellement dramatiques restent finalement assez rares.

  • 3 Cf. Monnin Alexandre, « Les “communs négatifs” : entre déchets et ruines », Études, n° 4285, 2021, (...)

6On pourrait ajouter quelques réserves à ce livre kaléidoscopique, où l’accumulation de verbatims et de relevés monographiques semble avoir parfois été faite au détriment d’un ancrage plus explicite dans les controverses normatives autour des maladies vectorielles. Mais en donnant à voir une multiplicité de points de vue, l’ouvrage invite précisément à l’humilité quant au rôle des sciences sociales dans la cité : plutôt que prétendre réduire les incertitudes, la recherche peut être utile pour objectiver plus finement ces dernières, et proposer des clés pour mieux vivre avec ce cas-limite de « commun négatif »3. Et c’est peut-être là un dernier apport majeur à souligner : alors que l’approche dite « one health » est tellement générique qu’elle relève souvent plus du slogan rassembleur que d’une méthode de travail, les deux sociologues en proposent une opérationnalisation bienvenue. En ce sens, leur effort semble essentiel au regard des processus de déresponsabilisation collective mis en évidence.

Haut de page

Notes

1 Trompette Pascale et Vinck Dominique, « Retour sur la notion d’objet-frontière », Revue d’anthropologie des connaissances, vol. 3, n° 1, 2009, p. 7.

2 Cf. Franco-Torres Manuel, Rogers Briony et Ugarelli Rita, « A framework to explain the role of boundary objects in sustainability transitions », Environmental Innovation and Societal Transitions, n° 36, 2020, p. 34-48.

3 Cf. Monnin Alexandre, « Les “communs négatifs” : entre déchets et ruines », Études, n° 4285, 2021, p. 59-68.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Josua Gräbener, « Philippe Hamman et Aude Dziebowski, Des tiques et des hommes : chronique d’une nature habitable », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 05 juin 2024, consulté le 15 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/lectures/64857 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11ruq

Haut de page

Rédacteur

Josua Gräbener

Docteur en science politique de l’université Grenoble Alpes, post-doctorant à l’université catholique de Louvain, et enseignant à l’université de Lille.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search