Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2024Adam Shatz, Frantz Fanon. Une vie...

Adam Shatz, Frantz Fanon. Une vie en révolutions

Michel Hastings
Frantz Fanon
Adam Shatz, Frantz Fanon. Une vie en révolutions, Paris, La Découverte, coll. « Sciences humaines », 2024, 512 p., ISBN : 9782348079641.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Ici repris aux pages 58-59, le récit de cette interaction est retranscrit par Frantz Fanon dans Pea (...)
  • 2 Citation de Peau noire, masques blancs reprise à la page 58 du présent ouvrage.
  • 3 Citation de Peau noire, masques blancs reprise à la page 17 du présent ouvrage.

1Lyon 1948. Dans un autobus, un petit garçon s’écrie, effrayé : « Regarde le nègre !… Maman, un nègre !… ». La mère veut rassurer son fils : « Regarde, il est beau, ce nègre… ». « Le beau nègre vous emmerde, madame ! », répond l’homme dévisagé1. L’étudiant Frantz Fanon (1925-1961) « prend conscience du fait que son corps est un objet phobique pour l’autre » (p. 58) et qu’à travers le regard de l’enfant, c’est l’imaginaire racial d’une république qui s’exprime, fausse innocence et vraie violence. Peu importe que la scène ait vraiment eu lieu ou pas, elle constitue une sorte de scandale primordial, de trauma fondateur auquel Fanon accordera dans Peau noire, masques blancs un rôle déterminant. Alors qu’il voulait « être homme, rien qu’homme »2, le voilà fixé, assigné par la couleur de sa peau, emmuré dans les stéréotypes du racisme ordinaire. Le voilà également prêt à reconfigurer ce Moi mis à mal, et à se faire connaitre désormais en tant que Noir. Comment l’universalisme originel de Fanon, qui avait pour horizon un monde où « Le nègre n’est pas. Pas plus que le blanc »3, s’est-il accommodé d’une lutte anticoloniale menée souvent au nom d’identités en souffrance ? Le dilemme restera en lui comme une blessure obsessionnelle, incurable, et continue aujourd’hui encore de livrer son œuvre aux lectures les plus contradictoires.

  • 4 Frantz Fanon, Les Damnés de la Terre, Paris, Maspero, 1961.

2Né en Martinique dans une famille de classe moyenne, Fanon s’engage dans les Forces françaises libres en 1944 et combat au Maghreb puis en France. Lors de ses études de médecine à Lyon, il se spécialise en psychiatrie et rejoint sa première affectation en Algérie à la fin de l’année 1953, convaincu des méthodes de la psychothérapie institutionnelle, découvertes à l’asile de Saint-Alban. Un an après son arrivée, la guerre d’indépendance algérienne éclate. Fanon décide de soutenir la lutte armée. Expulsé d’Algérie début 1957, réfugié à Tunis, chef de clinique, devenu ambassadeur du FLN en Afrique subsaharienne, il exhorte à l’unité africaine et à la solidarité des Damnés de la Terre4, titre de son dernier livre, paru en décembre 1961, quelques jours avant qu’une leucémie foudroyante l’emporte.

  • 5 Voir aussi David Macey, Frantz Fanon, une vie, Paris, La Découverte, 2011 [2000] ; compte rendu de (...)
  • 6 Cf. Hans Magnus Enzensberger, Les Rêveurs de l’absolu, Paris, Allia, 1998 [1964].

3L’enquête de Simon Shatz restitue, avec beaucoup de minutie et de sensibilité, le profil tourmenté de l’homme, la radicalité de ses engagements, les contradictions de ses thèses les plus subversives, la terrible violence des contextes de l’époque, et donne ainsi à la courte existence de Frantz Fanon une densité humaine et sociale dont peu de témoignages ont su à ce point rendre compte5. Shatz porte son récit à hauteur d’homme, évitant aux personnages, fussent-ils subalternes, de se dissoudre dans un théâtre d’ombres. Certes, il n’oublie jamais la dimension collective des blessures infligées par le colonialisme, l’importance stratégique des milieux et réseaux littéraires, scientifiques et politiques dans lesquels Fanon apprend à évoluer, et bien entendu l’énergie des groupes en fusion qui assurent la cohésion des combattants. Mais ce sont des individualités qui constituent les principaux marqueurs du récit. La construction de l’ouvrage est en ce sens exemplaire. Cinq parties – L’Antillais, L’Algérien, L’exilé, L’Africain, Le prophète – tout à la fois rôles endossés au cours de la vie et modèles projectifs auxquels Fanon n’aura de cesse de vouloir s’identifier, figures toujours plus lointaines, étrangères, inaccessibles au douloureux désir d’appartenance. Il en ressort un portrait aux grains psychologiques très fins : désir fusionnel de partager la condition des opprimés, difficulté à trouver sa place quelque part, propension à accepter l’élasticité de la vérité, fascination trouble pour les hommes forts, zèle du converti qui le pousse en permanence à surjouer sa vie. Fanon est foncièrement un homme contre. Contre le père absent, contre la Martinique accusée de n’avoir jamais tenté de prendre son destin en main, contre la France coloniale, contre la bourgeoisie blanche, contre l’eau tiède des intellectuels, contre la négritude et son essentialisme confortable. Il appartient à la cohorte des « rêveurs de l’absolu »6, mais un absolu qu’il a rapatrié sur Terre, dans la concrétude des luttes et des souffrances, dans les plaies et les plaintes de ses malades.

4Shatz insiste à juste titre sur l’importance de la formation psychiatrique de Fanon. C’est en psychiatre qu’il diagnostique les symptômes d’aliénation chez les sujets colonisés. C’est dans le champ de la psychiatrie qu’il entend d’abord mener la révolution. Rejetant l’enseignement très conservateur reçu à Lyon, Fanon adopte une théorie appliquée, inspirée de la phénoménologie de Merleau-Ponty, selon laquelle nous sommes dans le monde par notre corps et nous percevons le monde avec notre corps. Les Noirs souffrent d’une « épidermisation » du regard (voir chapitre 4), d’une absence d’anonymat, leur peau les trahit en permanence. Le racisme ne frappe donc pas un individu isolé, mais gangrène des expériences vécues. La maladie mentale a quelque chose à nous dire sur les sociétés dans lesquelles elle se manifeste. La folie n’est pas une affaire personnelle mais un fait social total. Fanon parlera d’une « pathologie d’atmosphère » (p. 179) pour qualifier le régime des cruautés dont il est le témoin lors de la guerre d’Algérie. Il réfute toute célébration esthétique de la folie chère aux surréalistes. Non, la folie est douleur, vulnérabilité, perte de liberté, et surtout déshumanisation. La situation coloniale en constitue la principale scène de crime. Y prospèrent non seulement les pathologies du colonisé, mais aussi les psychoses du colonisateur dont l’exacerbation de la puissance sur les corps et les esprits entretient les peurs de la différence. Fanon s’efforcera de casser l’univers carcéral des services psychiatriques, malgré un intérêt jamais démenti pour des thérapies aujourd’hui discréditées, telles que les électrochocs ou les comas insuliniques. Il réorganise l’espace médical, crée un journal, ouvre un café maure, envisage des sorties, promeut la musique, crée une néo-société où patients et soignants travaillent ensemble dans un projet commun de désaliénation. Il cherche à désaliéner une profession elle-même aliénatrice. L’asile, comme institution d’enfermement et de domination, est à ses yeux la quintessence de l’ordre colonial.

  • 7 Voir Kévin Boucaud-Victoire, Frantz Fanon. L’antiracisme universaliste, Paris, Michalon, 2023.
  • 8 Citation des Damnés de la Terre reprise à la page 115 du présent ouvrage.

5Il y a du loser lumineux chez Fanon, une tension rare entre la force viscérale de ses indignations et le caractère inachevé de ses combats. Absence de soutien, mise à l’écart, perplexité de la critique, angles morts dans sa réflexion (islam, identité), compromis et silence, jusqu’à l’ironie cruelle de ce transfert facilité par la CIA vers l’hôpital d’une banlieue résidentielle blanche de Washington, pour finalement mourir « au pays des lyncheurs » (titre du chapitre 17). Fanon fut un homme seul. Dans un épilogue très substantiel, Shatz dresse le bilan paradoxal d’une vie impossible, celle d’un éternel outsider devenu paria dans son pays. Peu reconnue en France mais largement débattue dans certains milieux universitaires et politiques aux États-Unis, en Afrique et au Moyen-Orient, l’œuvre de Fanon connait une réception ambiguë. Son utopie de la liberté et de la solidarité a mal vieilli. Dans les pays du Sud, le rêve d’émancipation a été supplanté par le rêve d’émigration, souvent vers les anciennes puissances coloniales, et les réfugiés se battent désormais pour être acceptés plutôt que pour être indépendants. En Afrique, les gouvernements autoritaires surfent sur les mythes du tribalisme, tout en abandonnant leur économie et leur sécurité aux ambitions chinoises ou russes. L’obsolescence des valeurs issues des Lumières rend aujourd’hui difficilement audible le substrat foncièrement humaniste de sa pensée7. Qui, dans les mouvements indigénistes et postcoloniaux actuels, oserait écrire comme il le fit dans Peau noire, masques blancs : « Ce n’est pas le monde noir qui me dicte ma conduite. Ma peau noire n’est pas dépositaire de valeurs spécifiques […] je suis un homme, et c’est tout le passé du monde que j’ai à reprendre. […] En aucune façon je ne dois tirer du passé des peuples de couleur ma vocation originelle. En aucune façon je ne dois m’attacher à faire revivre une civilisation nègre injustement méconnue. Je ne me fais l’homme d’aucun passé »8.

  • 9 Frantz Fanon, Les Damnés de la Terre, Paris, La découverte, 2002 [1961], p. 90.
  • 10 Jean-Paul Sartre, « Préface », in Frantz Fanon, Les Damnés de la Terre, Paris, La découverte, 2002  (...)

6Demeure la question jamais refermée, et souvent mal posée, de l’usage de la violence. Légitime et cathartique aux yeux de Fanon, une cure de désintoxication destinée à « débarrasser le colonisé de son complexe d’infériorité »9, un passage obligé pour nettoyer le corps social lorsque les rapports de race et de classe sont eux-mêmes déterminés par la violence coloniale. Les formules chocs de Sartre dans sa préface sont connues : « abattre un Européen c’est faire d’une pierre deux coups […] : restent un homme mort et un homme libre »10. Elles montrent que le philosophe n’avait lu que le premier chapitre des Damnés de la Terre, alors que la suite de l’ouvrage s’avère beaucoup plus nuancée voire inquiète. Une célébration intempestive de Fanon aurait tôt fait de momifier l’homme et de transformer son œuvre en couteau-suisse de la moindre velléité rebelle. N’entend-on pas aujourd’hui des franges de l’extrême droite enrôler Fanon dans la résistance au Grand Remplacement ?! Demeure l’épopée incroyable d’un homme habité d’une colère innégociable. Il sut poser des questions lorsque personne n’avait envie de les entendre. L’honneur de Fanon est d’avoir reconnu qu’il n’avait pas réponse à tout, et que certaines de ses réponses pouvaient le troubler lui-même.

Haut de page

Notes

1 Ici repris aux pages 58-59, le récit de cette interaction est retranscrit par Frantz Fanon dans Peau noire, masques blancs.

2 Citation de Peau noire, masques blancs reprise à la page 58 du présent ouvrage.

3 Citation de Peau noire, masques blancs reprise à la page 17 du présent ouvrage.

4 Frantz Fanon, Les Damnés de la Terre, Paris, Maspero, 1961.

5 Voir aussi David Macey, Frantz Fanon, une vie, Paris, La Découverte, 2011 [2000] ; compte rendu de Eddy Banaré pour Lectures : https://doi.org/10.4000/lectures.6648.

6 Cf. Hans Magnus Enzensberger, Les Rêveurs de l’absolu, Paris, Allia, 1998 [1964].

7 Voir Kévin Boucaud-Victoire, Frantz Fanon. L’antiracisme universaliste, Paris, Michalon, 2023.

8 Citation des Damnés de la Terre reprise à la page 115 du présent ouvrage.

9 Frantz Fanon, Les Damnés de la Terre, Paris, La découverte, 2002 [1961], p. 90.

10 Jean-Paul Sartre, « Préface », in Frantz Fanon, Les Damnés de la Terre, Paris, La découverte, 2002 [1961], p. 29.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michel Hastings, « Adam Shatz, Frantz Fanon. Une vie en révolutions », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 06 juin 2024, consulté le 15 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/lectures/64858 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11rz8

Haut de page

Rédacteur

Michel Hastings

Professeur émérite en science politique à Sciences Po Lille.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search