Navigation – Plan du site

Christian Laval, Francis Vergne, Pierre Clément, La nouvelle école capitaliste

Christophe Premat

Texte intégral

1Performance des systèmes éducatifs, culture de l´évaluation, formation tout au long de la vie, économie de la connaissance, tous ces termes sont la déclinaison de politiques publiques néolibérales à l´œuvre depuis une dizaine d´années et qui transforment de manière radicale la relation des élèves et des professeurs aux savoirs. Le livre de Christian Laval, Francis Vergne, Pierre Clément et Guy Dreux est fondamental en ce qu´il offre une approche critique des évolutions actuelles du système éducatif français. Tout se passe comme si l´école était totalement captée par le système capitaliste au point de devenir un lieu de dressage des consciences à la société de marché. Dans le même temps, le changement de paradigme éducatif est illustré par l´affaiblissement du système d´enseignement traditionnel et la précarisation des conditions de travail des enseignants : l´adoption de la norme capitaliste qui est à transmettre aux nouvelles générations passe par les contraintes exercées sur le métier d´enseignant. Indirectement, le système sélectionne les enseignants qui intègrent ce nouveau système de normes et qui s´y adaptent. L´école capitaliste est celle des inégalités où les territoires urbains sensibles sont irrémédiablement marginalisés. Le cas des filières d´accès créées pour les jeunes de zones défavorisées est révélateur : on présente paradoxalement cette mesure comme un élargissement de l´accès des publics alors qu´en fait seuls des éléments exemplaires y sont admis.

2L´ouvrage montre dans le même temps les marchés qui se sont dégagés à côté et grâce à la fragilisation du système éducatif : de nombreuses boîtes à cours (Complétude) se sont ouvertes pour proposer des cours de soutien qui bénéficient avant tout aux milieux favorisés. L´école ne répond plus à sa mission classique de former un citoyen autonome, elle a, selon les auteurs, tourné le dos aux valeurs républicaines au profit de la société de marché. Le milieu de la recherche est traversé par cette même réforme profonde : les laboratoires d´excellence, les projets européens sont les seules issues pour une recherche capitaliste où les entreprises sont partie prenante des découvertes. La recherche actuelle mêle ainsi des éléments de nature politique et des motivations économiques avec l´appropriation privée des découvertes (logique du brevetage) qui éloigne les citoyens d´un accès équitable aux résultats de la recherche publique. En d´autres termes, l´école restreint l’accès aux études supérieures en multipliant les filières professionnalisées calquées sur une vision du marché. Les dispositifs de formation professionnelle d´antan sont remplacés par des filières professionnalisantes où l´enseignement est directement lié aux contenus de certaines tâches. Par conséquent, le système éducatif perd la main de la définition des matières au profit d´une perméabilité plus forte entre l´école et le monde économique.

3L´école capitaliste discrimine volontairement et devient alors de moins en moins démocratique. La thèse des auteurs est la suivante : l´école capitaliste n´a pas été imposée directement par les entreprises, mais est issue d´une volonté des États européens d´adapter les élèves à une vision essentiellement concurrentielle de la mondialisation. L´OCDE avec le classement des systèmes scolaires illustre cette nouvelle vision de l´éducation comme un investissement nécessaire en vue de dividendes futurs (rémunérations, position dans la hiérarchie au travail).

4L´ouvrage est très utile à ceux qui veulent penser la crise du système éducatif actuelle ainsi que le profond malaise des enseignants et des élèves. Nul doute que ce dressage suscite déjà des résistances qui pourront par la suite participer à la réorientation des priorités du système éducatif. De plus, le livre montre que ces réformes justifiées par une meilleure productivité économique ne sont pas efficaces et que cette logique de privatisation de l´éducation a atteint des limites réelles. L´application de la nouvelle norme managériale issue des théories du New Public Management n´est pas aussi simple, c´est certainement ici qu´un nouveau contrat éducatif pourra émerger.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christophe Premat, « Christian Laval, Francis Vergne, Pierre Clément, La nouvelle école capitaliste », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 04 octobre 2011, consulté le 14 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/6488

Haut de page

Rédacteur

Christophe Premat

Attaché de coopération linguistique et éducative auprès de l´Institut français de Suède et chercheur associé au centre Émile Durkheim (Sciences Po Bordeaux, UMR 5116 CNRS)

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page