Navigation – Plan du site

« La pacification des violences », Politix, n° 80, 2007

Sabi-Olivier Benouaddah-Muller
La pacification des violences
« La pacification des violences », Politix, n° 80, 2007, De Boeck, EAN : 9782200923839.
Haut de page

Texte intégral

1Politix est une revue des sciences sociales du politique qui a pour but de diffuser des travaux universitaires à travers un dialogue entre différentes disciplines : histoire, science politique, sociologie, anthropologie... Elle est découpée en deux grandes parties et quatre notes de lectures en fin de revue. Ce numéro consacré à « la pacification des violences » est coordonné par Annie Collovald et Sandrine Lefranc. C'est à travers des exemples de pays qui se trouvent plus ou moins éloignés de l'Europe que cette série d'articles nous amène à une réflexion sur notre propre vision de la démocratie. En effet cette volonté d'éloignement apporte une alternative aux formes de « penser la démocratie » en Occident. C'est une manière de se donner les moyens de voir autrement que par nos propres regards.

2La première grande partie regroupe six articles. Ces derniers donnent des éléments historiques aux contextes étudiés. C'est ainsi que Vincent Foucher, en apportant quelques éléments historiques, montre comment la « diplomatie alternative » n'est pas le seul élément pouvant amener la Casamance (région du Sénégal) à un processus de paix. Les Usana (associations rituelles créées par des femmes âgées aux pouvoirs mystiques, localisées en Basse Casamance) ont dépassé leur rôle mystique par un glissement dans la sphère publique. Elles se sont donc investies dans des conflits entre le peuple et l'Etat comme des intermédiaires. Vincent Foucher parle de « recours culturel » comme un objet de lutte. Tout ce qui se joue autour des Usana est plus qu'un élément culturel utilisé comme un moyen de pacification. L'article suivant, de Karine Vanthuyne, doctorante en anthropologie à l'Ecole des hautes études en sciences sociales), montre comment l'après-conflit civil armé au Guatemala s'est déroulé, à travers un exemple précis : celui de la reconstruction faite entre une ONG (le CALDH) et les villageois rescapés d'un massacre. Cette ONG va se donner comme mission de promouvoir la paix mais aussi amener les survivants à dénoncer les sévices subis afin de faire pression sur l'Etat pour que ce dernier juge les responsables. Ainsi l'auteure explique comment les solidarités locales se sont développées au profit des solidarités nationales et internationales.

3La pacification des violences dépasse donc la simple problématique de la résolution des conflits. C'est un enjeu politique (intégré dans un « jeu politique ») majeur qui se dissimule derrière des mesures humanitaires, économiques, sociales et parfois religieuses mais pas seulement. Dans son article, Frédéric Vairel développe son analyse à travers la théorisation de la « transitologie » et la diversité des profils de ceux qui s'en saisissent. A travers cette lutte pour la démocratisation (ou pour imposer sa définition de la démocratie) les acteurs des mouvements sociaux apparaissent comme, selon l'auteur, des « ennemis de l'intérieur ».

4Avec la même épaisseur historique que les articles précédents, Vanessa Bernadou explique comment Nestor Kirchner, élu président en Argentine le 18 mai 2003, a réussi en très peu de temps à revaloriser l'image de la politique et de sa crédibilité. Après son élection inattendue, Kirchner a rassemblé de nombreux alliés politiques et a recréé un lien entre les acteurs politiques et sociaux. C'est en faisant de nombreuses ruptures, notamment symboliques, qu'il va amener l'image de l'autorité politique à s'éclaircir. La succession des crises politiques au début des années 2000 a déclassé l'autorité politique argentine tant au niveau nationale que sur la scène internationale. C'est en monopolisant les formes symboliques du pouvoir que Kirchner redéfinit ses fonctions en tant que garant de l'autorité présidentielle.

5Les rapports des différents acteurs sociaux avec les institutions politiques permettent d'analyser les positions de chacun après des conflits parfois violents. Le mouvement des acteurs d'après conflit amène une confusion dans la reconstruction d'un pays ou d'une région. La violence, qu'elle soit symbolique, politique, physique ou psychologique, est canalisée par les institutions politiques qui sont les garants de l'ordre public. Lorsque ces institutions pratiquent elles-mêmes une violence, très souvent moins perceptible, ce sont des solidarités locales qui se mettent en place, mais pas seulement. Dans son article, Richard Ashby Wilson, professeur d'anthropologie et directeur du Human Rights Institute à l'Université du Connecticut, montre que ce sont les tribunaux pénaux internationaux qui sont les plus à même de resituer historiquement les violences politiques. En effet, l'ensemble des concepts, tels que celui de « génocide », permettent de détailler les dimensions collectives d'un conflit. L'auteur explique, à la lumière d'exemples aussi proches que lointains, que cette historicisation est nécessaire tant pour les pays en conflit que pour les tribunaux internationaux.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sabi-Olivier Benouaddah-Muller, « « La pacification des violences », Politix, n° 80, 2007 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2008, mis en ligne le 27 août 2008, consulté le 23 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/649

Haut de page

Rédacteur

Sabi-Olivier Benouaddah-Muller

Chargé de recherche CRES, titulaire Master Professionnel anthropologie appliquée au développement, à la santé et à l'interculturel

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page