Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2024Gwenaëlle Perrier, Genre et polit...

Gwenaëlle Perrier, Genre et politiques de l’emploi. Une comparaison France-Allemagne

Anouck Manez
Genre et politiques d'emploi
Gwenaëlle Perrier, Genre et politiques d'emploi. Une comparaison France-Allemagne, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Res publica », 2022, 228 p., ISBN : 978-2-7535-8681-9.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cette expression désigne les politiques qui conditionnent les allocations chômages et les aides soc (...)
  • 2 Renate Mayntz, Fritz W. Scharpf, « L’institutionnalisme centré sur les acteurs », Politix, vol. 14, (...)

1Les politiques de l’emploi prennent-elles en compte les inégalités hommes-femmes sur le marché du travail et contribuent-elles à les reproduire ou les contrer ? C’est à cette question étonnamment peu traitée, à l’intersection de la sociologie des politiques publiques et de la sociologie du genre et de l’emploi, que s’intéresse Gwenaëlle Perrier dans cet ouvrage issu de sa thèse. Elle se concentre sur un volet spécifique des politiques de l’emploi, la lutte contre le chômage de longue durée (e.g. dont la durée est supérieure ou égale à un an), et un contexte européen où sont conjointement promues la méthode du gender mainstreaming, « qui consiste à intégrer une perspective de genre dans toutes les politiques publiques » (p. 22), et les politiques d’activation des chômeur·ses1. L’autrice développe une analyse comparative multiniveaux portant sur les orientations générales de ces politiques, décidées à l’échelle européenne et nationale, et surtout sur leur mise en œuvre par les intermédiaires de l’emploi à l’échelle locale dans deux territoires, le Land de Berlin et le département de la Seine-Saint-Denis. Le recours au prisme théorique de l’institutionnalisme centré sur les acteur·ices, forgé par les politistes allemand·es Renate Mayntz et Fritz W. Scharpf2, amène l’autrice à porter une attention soutenue aux réappropriations de la norme d’égalité des sexes par les acteur·ices des politiques de l’emploi, « [aux] aspects cognitifs de l’action des acteurs et actrices, [à] leurs dimensions stratégiques et [aux] dimensions relationnelles entre celleux-ci » (p. 118) sans préjuger de l’action mécanique du cadre institutionnel sur les actions de mise en œuvre.

2L’ouvrage est fondé principalement sur une enquête dans ces territoires menée entre 2003 et 2010, en grande partie par entretiens semi-directifs (124 au total), auprès de cinq Plans locaux d’insertion pour l’emploi (PLIE) en Seine-Saint-Denis, quatre Jobcenters à Berlin et certains de leurs partenaires institutionnels, ainsi que sur une analyse de la littérature grise à l’échelle locale, nationale et européenne. L’enquête initiale a été réactualisée en 2020 par une nouvelle analyse de la littérature grise et des statistiques de la décennie 2010, ainsi qu’une dizaine d’entretiens. Les entretiens ont été menés tant auprès d’« actrices spécialistes », institutionnelles ou associatives, travaillant dans le champ de la promotion des droits des femmes, que de « profanes de l’égalité », acteur·ices des politiques de l’emploi non-spécialistes des questions de genre.

3L’ouvrage comprend six chapitres d’une vingtaine à une trentaine de pages. Le premier revient sur le rôle « à la fois moteur et ambivalent » (p. 35) de l’Union Européenne dans la mise à l’agenda de la question de l’inégalité des sexes dans l’emploi en France et en Allemagne. Les deux suivants traitent de la mise en œuvre concrète de cet objectif dans les territoires locaux étudiés. Celle-ci passe par la mise en place de formations et la création de postes dédiés à l’égalité dont l’autrice explore les limites (chapitre 2), et par des initiatives d’accompagnement renforcé des chômeuses qui ont pour objectif de lever les freins genrés à l’insertion professionnelle des femmes mais qui demeurent minoritaires (chapitre 3). Ces initiatives recouvrent d’abord des dispositifs visant à accompagner des chômeuses vers et dans la formation, avec pour objectif la diversification de leurs choix professionnels au-delà des secteurs d’emploi féminisés ; ensuite, des actions cherchant à lever le frein de la garde d’enfants, particulièrement marqué pour les femmes peu qualifiées ; enfin, des initiatives d’accompagnement de femmes victimes de violences. Le chapitre 4 analyse les différents facteurs favorisant l’adoption concrète des initiatives pour l’égalité présentées au chapitre précédent, au-delà du rôle à la fois déterminant et limité des impulsions européennes. L’autrice prête attention aux profils institutionnels et cognitifs ainsi qu’aux réseaux des actrices qui les animent, et aux enjeux stratégiques locaux dans lesquels elles s’inscrivent. Les deux derniers portent sur deux types de freins à la mise en œuvre de politiques favorables à l’égalité : d’abord les freins cognitifs qui expliquent la faible légitimité de l’objectif de lutte contre l’inégalité des sexes dans l’emploi par la majorité des acteur·ices des politiques de l’emploi, qui sont pour la plupart des « profanes de l’égalité » (chapitre 5), puis les freins institutionnels à l’intégration de cette norme qui entre en contradictions avec d’autres objectifs européens, à savoir la visée de restriction budgétaire et le but de retour rapide à l’emploi quelle que soit sa qualité (chapitre 6).

4Parmi les grands résultats de l’ouvrage, on peut d’abord citer le rôle des politiques emploi dans la persistance, voire l’aggravation des inégalités hommes-femmes, les initiatives présentées au chapitre 3 s’avérant minoritaires voire ponctuelles. L’objectif d’égalité porté par les institutions européennes a une portée la fois forte et fragile : si l’impulsion de l’Union européenne est importante, en apportant des ressources normatives et financières pour l’action, la mise en œuvre concrète de l’objectif dépend aussi, voire surtout, de l’existence de réseaux d’actrices locales spécialisés ou sensibles au genre, de leurs intérêts stratégiques et des héritages nationaux.

5Mais plus globalement, « l’égalité des sexes reste une catégorie secondaire d’action publique » (p. 211). L’autrice identifie en effet plusieurs types d’obstacles à l’institutionnalisation de l’objectif d’égalité. En premier lieu, elle pointe des obstacles normatifs et cognitifs, avec d’une part une « mobilisation d’instruments essentiellement informationnels et communicationnels » (p. 212) – notamment des formations très insuffisantes en temps et en nombre de professionnel·les concerné·es – sans aucune dimension contraignante ; d’autre part, une absence de cadrage cognitif clair et unifié concernant les objectifs et moyens de la lutte pour l’égalité dans l’emploi (s’agit-il de viser une égalité de moyens ou de résultat, et comme résultat, de favoriser l’accès à l’emploi seulement, ou à l’emploi de qualité ?), alliée à une méconnaissance répandue du sujet chez les professionnel·les. Sur le volet spécifique de la lutte contre le chômage de longue durée, le fait d’être en contact avec des publics en grande précarité, l’insuffisance de moyens et la prévalence du cadre cognitif de la lutte contre l’exclusion tendent à gommer des inégalités entre hommes et femmes dans les perceptions et pratiques des professionnel·les, la gestion dans l’urgence faisant passer au second plan l’objectif d’égalité des sexes et notamment la prise en compte de la dimension qualitative des emplois.

6Une deuxième série d’obstacles majeurs à l’institutionnalisation de l’objectif d’égalité réside dans sa contradiction avec les politiques d’activation, qui portent l’objectif concurrent d’insertion rapide sur le marché de l’emploi. Cet objectif s’avère central, prioritaire et contraignant, contrairement à celui d’égalité des sexes qui lui reste donc subordonné dans les pratiques. La logique de retour rapide à l’emploi se révèle de surcroît incompatible avec les temporalités propres aux personnes les moins « employables » (en particulier certaines catégories de femmes comme les mères de jeunes enfants ou les femmes, notamment immigrées, âgées et sans expérience professionnelle, qui font l’objet de pratiques de tri par certain·es professionnel·les) et les initiatives visant spécifiquement à lever des freins genrés à l’emploi : l’accompagnement renforcé de ces profils et la mise en place de telles initiatives sont en effet coûteux en temps, en financement et en expertise. Les professionnel·les ont néanmoins des pratiques différenciées qui n’entrent pas nécessairement en contradiction avec l’objectif d’égalité des sexes, ce qui appelle des recherches ultérieures, attentives à l’échelle microsociologique. Enfin, l’objectif d’égalité entre aussi en contradiction avec les politiques de régulation de l’emploi, qui ne cherchent pas à lutter, voire encouragent, la précarité, à l’instar de l’exemple paradigmatique des « jobs à 1 euro » en Allemagne.

  • 3 Sophie Pochic, « Féminisme de marché et égalité élitiste ? », in Margaret Maruani (dir), Je travail (...)

7Le choix du volet de la lutte contre le chômage de longue durée, en éclairant des politiques visant femmes engagées dans des marchés de l’emploi précaires et subalternes dont les difficultés sont moins connues et combattues que celles des femmes cadres, contribue également à étayer la thèse de l’« égalité élitiste » avancée par Sophie Pochic3. L’autrice atteste ainsi des ambivalences d’un développement « à géométrie variable » du féminisme d’État en faveur des femmes « à haut potentiel », avec l’instauration d’une politiques d’égalité à deux vitesses qui laisse de côté la question de la qualité des emplois, cruciale pour la grande majorité des femmes, et qui n’a recours aux instruments coercitifs que dans le cas de l’accès des femmes diplômées aux postes de direction. L’ouvrage contribue plus généralement à l’analyse des politiques publiques en démontrant le caractère heuristique de la prise en compte des cadres cognitifs et normatifs des acteurs locaux, sans se concentrer seulement sur les décideurs.

8Pour finir, ce travail, à la fois riche et synthétique, offre de nombreux apports tant à la sociologie de l’action publique, notamment de sa mise en œuvre et de son européanisation, qu’à la sociologie du genre, de l’emploi, des politiques d’activation et de workfare. Il sera aussi d’un grand intérêt pour les concepteur·ices et acteur·ices des politiques de l’emploi, qui y trouveront une analyse fine des éléments favorisant et contrant l’institutionnalisation de pratiques attentives à l’objectif d’égalité.

Haut de page

Notes

1 Cette expression désigne les politiques qui conditionnent les allocations chômages et les aides sociales à des démarches de retour à l’emploi (voire à la réalisation d’un travail gratuit ou faiblement rémunéré) et qui « responsabilisent » les chômeur.ses à l’égard de leur propre insertion.

2 Renate Mayntz, Fritz W. Scharpf, « L’institutionnalisme centré sur les acteurs », Politix, vol. 14, no 55, 2001, p. 95-123.

3 Sophie Pochic, « Féminisme de marché et égalité élitiste ? », in Margaret Maruani (dir), Je travaille donc je suis. Perspectives féministes, Paris, La Découverte, 2018, p. 42-52.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anouck Manez, « Gwenaëlle Perrier, Genre et politiques de l’emploi. Une comparaison France-Allemagne », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 17 juin 2024, consulté le 15 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/lectures/64907 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11ubf

Haut de page

Rédacteur

Anouck Manez

Docteure de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales (Centre Maurice Halbwachs).

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search