Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2024Jérôme Tournadre, Politique du pr...

Jérôme Tournadre, Politique du proche. Un mouvement de pauvres en Afrique du Sud

Saly Touré
Politique du proche
Jérôme Tournadre, Politique du proche. Un mouvement de pauvres en Afrique du Sud, Paris, CNRS, 2024, 408 p., ISBN : 978-2-271-14475-1.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Quartiers à la périphérie des villes sud-africaines réservés aux populations noires et coloured (mé (...)

1À l’issue des élections générales du 29 mai dernier, l’African National Congress (ANC), parti emblématique de la lutte contre l’apartheid, a perdu sa majorité absolue au parlement sud-africain pour la première fois depuis 1994, année du premier scrutin multiracial de l’histoire du pays. Jérôme Tournadre, politiste et sociologue, propose d’appréhender les causes et la profondeur du mécontentement social en Afrique du Sud par un pas de côté vis-à-vis de cette scène politique nationale et des temps forts de la contestation. Son ouvrage restitue ainsi le quotidien de militants et de militantes noires et pauvres dans la township1 de Grahamstown (Cap oriental), qui en trente ans n’a quasiment rien vu advenir de la promesse d’« une vie meilleure pour tous » – un des slogans historiques de l’ANC.

2Issu d’un mémoire d’habilitation à diriger des recherches (2017) et initialement publié en anglais en 2022, le livre s’appuie sur une enquête ethnographique menée entre juillet 2012 et juillet 2018 auprès d’activistes de l’Unemployed Peoples’ Movement (UPM – Mouvement des sans-emplois). Fondé en 2009, l’UPM milite pour l’amélioration des conditions de vie dans la township et les quartiers informels de Grahamstown, et dénonce les privations matérielles et sociales subies par leurs habitant∙es : logements insuffisants et indignes, défaillance d’accès à l’eau, à l’électricité, à la santé, chômage, inégalités d’accès à l’éducation, exposition à la criminalité et aux violences de genre. Dans le sillage d’autres « mouvements de pauvres » à travers le pays, l’UPM organise des marches, rassemblements, et blocages pour faire valoir ses revendications, principalement auprès des pouvoirs publics locaux. Son action expose « combien l’histoire de la société sud-africaine a contribué à faire de la protestation un moyen de participation (presque) comme un autre aux yeux de nombreux habitants » (p. 13).

  • 2 L’auteur souligne.

3Tout en conservant en arrière-plan de l’analyse cet aspect historique et routinisé de l’activité protestataire en Afrique du Sud, Jérôme Tournadre démontre que la mobilisation de l’UPM et l’engagement de ses militant·es sont profondément ancrés dans leur existence quotidienne en tant qu’habitant∙es d’une township. Cet ancrage inclut les relations sociales qui s’y nouent, l’expérience subjective de la vie dans ces quartiers, et les contraintes matérielles qui la caractérisent. Par conséquent, les relations dans l’espace des luttes et les actions entreprises par l’UPM sont indissociables de la « socialité spatialement située »2 de la township, et inversement (p. 30). Cet « enchevêtrement de liens » (p. 164), auquel font référence les activistes de l’UPM lorsqu’ils et elles parlent de la « communauté », appelle à penser le militantisme tant comme « un ensemble d’activités et de pratiques qu’un rapport social » (p. 370).

  • 3 Des travailleuses et travailleurs informels et/ou occasionnels, des étudiant·es, une institutrice, (...)

4Le récit ethnographique suit une douzaine d’activistes aux âges et aux parcours divers3 à travers les lieux qu’ils et elles fréquentent habituellement (foyers respectifs, locaux de l’UPM, brasseries artisanales, boutiques, stade de foot, voisinage, allers-retours à pied entre quartiers). Aux fragments de terrain et aux extraits d’entretiens qui recomposent l’ordinaire des militant·es de l’UPM s’ajoutent des mises en perspective individuelles nourries par la durée de l’enquête de terrain. Les trajectoires biographiques des enquêté∙es apparaissent ainsi de manière très complète au fil de la lecture. L’analyse allie une focalisation sur la ville de Grahamstown, les sociabilités des habitant∙es de la township et la spatialisation de leurs activités, à une volonté d’envisager plus largement les ressorts de la politisation dans les « marges » socio-spatiales, où les ressources pour se mobiliser sont a priori limitées. Jérôme Tournadre fait par ailleurs dialoguer le cas de l’UPM avec différents exemples d’activisme communautaire (community-based activism) dans d’autres villes sud-africaines, ou en Amérique du Sud et au Moyen-Orient. L’ouvrage s’apparente donc à une monographie comparée, et mobilise l’abondante littérature en anthropologie, en sociologie, et en science politique sur ce type de militantisme. L’usage de la photographie reflète cette approche méthodologique. Les clichés qui ponctuent le livre fixent l’environnement physique et social spécifique de l’enquête, tout en évoquant des scènes et des paysages observables dans d’autres pays du « Sud global ».

5La « déambulation sur les bords de la protestation » (p. 373) court sur dix chapitres, parmi lesquels s’intercalent trois interludes ; sur la place du football dans la communauté, sur les trajectoires liées d’un activiste, Ayanda, et de l’espace protestataire post-apartheid, et enfin sur un cas d’exit du collectif. Les premiers chapitres portent sur l’environnement physique et social des militant·es de l’UPM, la ville de Grahamstown – marquée par « la survivance d’une compartimentalisation racialisée de l’espace » (p. 57), et la communauté dans la township. De façon éclairante, Jérôme Tournadre aborde l’idée de « communauté », qui peut sembler galvaudée, comme une institution. Celle-ci définit un ordre et des frontières sociales y compris à l’intérieur de la township, ainsi qu’un ensemble de pratiques et de valeurs distinctes, « le sens de la communauté ». Pour les activistes de l’UPM, les « leaders communautaires » surtout, se référer à et s’engager pour cette communauté, c’est donc aussi se porter « gage d’une continuité et d’une stabilité dans des vies marquées par l’imprévisibilité » (p. 115).

6Les chapitres 3 et 4 mettent en lumière l’ancrage des militant·es dans la township, en premier lieu l’absence de distance sociale significative entre ces dernier·ères et les autres résident·es des quartiers est de Grahamstown. Cette proximité les autorise à se faire les porte-parole de la communauté, mais explique aussi la fluidité des contours du collectif et sa pérennité : « concrètement, la cause défendue par l’organisation n’est rien d’autre que ce contre quoi l’on peste toute la journée, que l’on soit chez soi ou avec les “camarades” » (p. 177).

7Les chapitres 5 et 6 s’intéressent au rapport subjectif au politique des militant·es et au mode de politisation de l’UPM, qui emprunte à la fois aux pratiques protestataires héritées de la lutte anti-apartheid, et aux enjeux et styles d’intervention légitimes dans le cadre de la démocratie libérale et partisane. Cette tension se retrouve dans le rôle de leader communautaire et les concurrences entre activistes examinées dans le chapitre 7. Quant au chapitre 8, il rend compte des logiques d’engagement au sein de l’UPM chez les militant·es plus jeunes en considérant de près les rapports d’âge et de genre dans la township, à l’image du reste de l’ouvrage. La mobilisation de l’UPM et les enjeux de la scène politique nationale réapparaissent plus spécifiquement dans les deux derniers chapitres qui traitent des rapports entre le mouvement et les acteurs politiques de Grahamstown extérieurs à la township (élus locaux, ONG, centre juridique), puis des interactions entre l’UPM et les autres organisations communautaires et partisanes de la township, notamment l’ANC.

  • 4 Abu‐Lughod Lila, « The Romance of Resistance: Tracing Transformations of Power Through Bedouin Wome (...)
  • 5 L’auteur souligne.

8L’ouvrage de Jérôme Tournadre s’inscrit dans un ensemble de travaux en sciences sociales qui aborde la protestation et l’engagement par le prisme de l’ordinaire et de l’intime. Cependant, son travail se distingue d’une grande partie de ces recherches par une perspective à la fois matérialiste et dispositionnelle qui préserve l’analyse de toute « romantisation de la résistance »4. Le personnel n’apparait pas comme le lieu d’une infrapolitique étrangère à toute organisation, dans la lignée des études de la subalternité (subaltern studies). Pour autant, il ne s’agit pas de s’intéresser uniquement aux affects et aux sociabilités qui émergent dans le collectif. Le quotidien désigne ici le « monde symbolique et matériel » où évoluent les militant·es « en parallèle »5 de la politique conflictuelle (p. 25). Il est fait de projets et de schémas familiaux affectés par la précarité, de tracas financiers ou de santé, d’arrangements réciproques, de principes moraux, et d’un ordre social sensible aux petites différences de moyens et de réputation.

9Détaillant ce quotidien, l’enquête montre que la township est un espace où se nichent simultanément la contrainte, notamment l’expérience de la relégation sociale et spatiale, et des pratiques et des arrangements sociaux, tels que la « communauté » ou les stokvels (tontines financières pratiquées dans les communautés noires en Afrique du Sud), qui favorisent et structurent la mobilisation. En retour, l’engagement peut fournir un cadre d’actualisation à ces pratiques et valeurs instituées dans la township, et contribue parfois à accéder à des ressources matérielles non négligeables (hébergement au local de l’UPM, accès à un ordinateur, rémunération par un financement temporaire, etc.). Les concepts de « régime du proche » et de « politique du proche » servent à saisir cette configuration. Jérôme Tournadre souligne que ces notions sont particulièrement appropriées à l’étude de mouvements de pauvres ou de « sans… », l’étroitesse des ressources faisant en sorte que « l’espace dans lequel s’organisent leurs mobilisations se confond assez parfaitement avec leurs lieux de vie, là où se déploient les mondes d’expériences qui façonnent leurs subjectivités » (p. 31). Cette sensibilité à la dimension matérielle de la vie des activistes de l’UPM permet en outre à Jérôme Tournadre d’offrir des perspectives critiques sur une littérature normative issue des études du développement et de la science politique, parfois peu apte à accompagner une démarche sociologique, mais assez incontournable sur un terrain d’enquête africain.

10Un détail est regrettable : l’absence d’une carte ou d’un schéma de Grahamstown et de la township dans le livre. Ce manque n’est pas totalement anodin étant donné le propos et la place qu’occupent les déplacements des enquêté·es et du chercheur dans le récit ethnographique. Sur le plan méthodologique, l’ouvrage n’en demeure pas moins un exemple précieux du travail analytique auxquelles peuvent se prêter les « chutes » (p. 15) d’enquêtes ethnographiques. Jérôme Tournadre désigne ainsi ces propos ordinaires, « recueillis lors de journées baignées d’ennui » (p. 16), qui restent souvent consignés dans le journal de terrain de l’ethnographe, faute de constituer l’objet de l’enquête à proprement parler. C’est la part qu’il fait à ces matériaux a priori prosaïques qui permet à l’ouvrage de satisfaire son objectif : proposer une analyse incarnée de la pauvreté et de la marginalisation comme des actions mises en œuvre individuellement et collectivement par les habitant∙es de la township pour y faire face (p. 19).

Haut de page

Notes

1 Quartiers à la périphérie des villes sud-africaines réservés aux populations noires et coloured (métisses) sous le régime de l’apartheid, et encore marqués par la ségrégation.

2 L’auteur souligne.

3 Des travailleuses et travailleurs informels et/ou occasionnels, des étudiant·es, une institutrice, un activiste « à temps plein », âgés de 20 à 60 ans environ.

4 Abu‐Lughod Lila, « The Romance of Resistance: Tracing Transformations of Power Through Bedouin Women », American Ethnologist, vol. 17, n° 1, 1990, p. 41-55.

5 L’auteur souligne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Saly Touré, « Jérôme Tournadre, Politique du proche. Un mouvement de pauvres en Afrique du Sud », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 18 juin 2024, consulté le 14 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/lectures/64935 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11umk

Haut de page

Rédacteur

Saly Touré

Étudiante au département de sciences sociales de l’École normale supérieure (Paris).

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search