Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2024Jean-Luc Deshayes, Florence Ihadd...

Jean-Luc Deshayes, Florence Ihaddadene, Maud Simonet, Daniel Veron, Claire Vivès, Karel Yon (dir.), « Formes et frontières du salariat », Salariat. Revue de sciences sociales, n° 2, 2024

Gabrielle Escaich
Formes et frontières du salariat
Jean-Luc Deshayes, Florence Ihaddadene, Maud Simonet, Daniel Veron, Claire Vivès, Karel Yon (dir.), « Formes et frontières du salariat », Salariat. Revue de sciences sociales, n° 2, 2024, 221 p., Vulaines-sur-Seine, Éditions du Croquant, ISBN : 9782365124089.
Haut de page

Texte intégral

1Face à la loi sur les retraites, la pandémie de Covid-19 et les grèves de l’automne 2021 dans un contexte inflationniste, ce deuxième numéro de la revue Salariat met au cœur de l’analyse la dimension politique du salaire. Sa ligne directrice est de ne pas réduire le salariat à une forme juridique ni le salaire à une rémunération, mais plutôt de saisir le salaire dans toutes ses dimensions et dans les luttes qui le définissent. Distinguant « trois terrains de lutte, trois nœuds de la conflictualité salariale qui se situent au sein du salariat, au seuil du salariat et au-delà de ce qu’on considère habituellement comme du travail », il souligne que le salariat est une » institution éminemment ambivalente : à la fois institutionnalisation d’un rapport d’exploitation et vecteur d’émancipation collective » (p. 11). Le numéro se divise ainsi : l’introduction est suivie d’une section « Notes et analyses » qui rassemble sept textes, une section « Lectures et débats » qui compte trois recensions, puis des sections « Arrêt sur image » et « Brut » qui comptent chacune un texte.

2Après un article de François Vatin qui, s’appuyant sur l’analyse quantitative d’un corpus de presse et d’ouvrages, revient sur l’origine du terme « salariat », plusieurs textes analysent des tentatives de salarisation de différentes formes de travail. Premièrement, Aurélien Casta revient sur les initiatives visant à instaurer un salaire pour rémunérer le travail étudiant dans la France des années 1950. Si cette salarisation est alors promue notamment par l’Unef (Union nationale des étudiants de France), arguant que les étudiants sont de « jeunes travailleurs intellectuels », l’organisation y voit aussi une manière de remettre en cause des stigmates et dépendances entretenues par les bourses sur critères sociaux, et de souligner l’utilité immédiate de leur travail. Le gouvernement rejette cette loi, examinée par l’Assemblée nationale en mai 1951, en se fondant notamment sur les questions de financement et de gestion du dispositif ; les auteurs questionnent dès lors l’efficacité de stratégies consistant à valoriser le travail étudiant sans le faire entrer dans l’emploi, et « sans recourir aux institutions salariales de la sécurité et de la cotisation sociales » (p. 93).

3Deuxièmement, un texte de Florence Ihaddadene et Karel Yon se penche sur le travail syndical. Les auteurs entendent expliquer la « crise » ayant mis un terme, dans la seconde moitié des années 2010, à la tentative de salarisation, sous forme de permanentat, de militants d’Asso (Action des salarié-e-s du secteur associatif), syndicat affilié à Solidaires. L’objectif d’expérimenter un salariat débarrassé du rapport de subordination attaché au salariat et de la figure repoussoir de l’employeur n’a pas résisté à la mise en pratique dans le travail quotidien des deux salariés. À partir d’entretiens avec ces derniers, d’autres membres d’Asso et un membre du secrétariat national de Solidaires, les auteurs soulignent que cette crise est révélatrice d’un problème « intrinsèque à la nature du salariat militant » (p. 143), un « rapport contradictoire » entre une grande partie des syndicats et le salariat, pris entre, d’un côté, l’invocation du salariat en tant que « norme (juridique) positive » dans leur travail extérieur de représentation et de défense des salariés, et, de l’autre, une « grande défiance [envers celui-ci] à l’intérieur des syndicats » (p. 124).

  • 1 Collectif, Grève des stages, grève des femmes. Anthologie d’une lutte féministe pour un salaire étu (...)

4Troisièmement, c’est la salarisation du travail artistique qui est interrogée, dans un article d’Aurélien Catin, auteur et militant au sein du mouvement « Art en grève » de 2019. Posant le cadre juridique de la propriété intellectuelle comme obstacle à la reconnaissance salariale du travail artistique, il souligne la défiance des créateurs eux-mêmes vis-à-vis des institutions du salariat et la dimension fortement genrée des mouvements qui, au contraire, défendent cette salarisation. Ressortent ainsi les enjeux politiques plus larges dans lesquels s’inscrit la question de la salarisation du travail artistique, à l’intersection de différentes luttes : « une part de la politisation du secteur s’opère à la jonction de conflits sur la rémunération et de luttes féministes porteuses d’une réflexion sur le périmètre du travail » (p. 176). En cela, la mobilisation rejoint celles en faveur de la salarisation d’autres types de travail, comme celle des CUTE (Comités Unitaires sur le Travail Étudiant) pour la rémunération des stagiaires, étudiée dans Grève des stages, grèves des femmes1 et dont Al Caudron propose ici une recension.

5La reconnaissance salariale de certaines formes de travail n’empêche pas le maintien et la production de hiérarchies internes aux systèmes sur lesquels elle repose : c’est ce que met en lumière le cas de la Communauté de travail de Boimondau, étudiée par Ana Carolina Coppola de Miranda et Guillaume Gourgues. La politisation du salaire, discutée collectivement, y passe en effet en 1944-1946 – ses deux premières années de fonctionnement – par la décomposition en différentes valeurs (« rémunération à la valeur humaine ») et son élargissement au travail domestique. Or, comme le montrent les auteurs en s’appuyant sur des cahiers des groupes de quartier de la Communauté durant ces deux années, la rémunération du travail domestique n’empêche pas le maintien d’un ordre genré : rémunéré, le travail domestique est toujours imposé aux femmes, sans cesse rappelées à leur « vocation naturelle » (p. 73). La question des effets de la salarisation du travail domestique sur la reconnaissance de ce dernier se retrouve aussi dans des formes de mobilisation récentes comme celle du CATS (Comité autonome des travailleur·ses du sexe), étudié par Maud Simonet et Claire Vivès en s’appuyant sur l’analyse d’un tract de l’organisation. Si le salaire au travail ménager revendiqué par ces militantes féministes est un salaire pour la rémunération du travail domestique, il est « sans doute avant tout, un salaire contre le travail domestique, puisqu’il vise, à terme, à le faire disparaître dans sa forme capitaliste actuelle » (p. 220).

  • 2 Par exemple, dans le cas des travailleurs des plateformes : Abdelnour Sarah, Moi, petite entreprise (...)
  • 3 Ces analyses complètent ainsi les travaux sur les politiques publiques de libéralisation dans le do (...)

6Plusieurs textes du numéro reviennent sur les limites – maintenant bien étudiées2 – de l’idée d’autonomie associée au statut d’indépendant par opposition au salariat, ainsi que sur la porosité des frontières entre travail indépendant et salarié. Un premier cas est le travail médical salarié, analysé par Lucas Joubert. Si l’exercice libéral demeure « l’identité professionnelle du corps médical » (p. 96), la promotion du salariat des médecins en centre de santé se présente de plus en plus comme une alternative crédible à l’installation libérale, face aux déserts médicaux et aux pressions à la productivité induites par la rémunération à l’acte de soin3. La position de ces médecins reflète le caractère protéiforme du salariat et le fait que la dépendance attachée à ce dernier est parfois fortement réduite : ayant une position dominante dans les centres, ces médecins mettent à distance la subordination salariale et échappent par la salarisation à certaines contraintes de l’exercice libéral. L’opposition entre contraintes spécifiques liées au salariat et autonomie liée au statut d’indépendant, corollaire d’une relative insécurité, ne vaut donc pas pour ces médecins salariés, même si, comme le rappellent les auteurs, leurs positions et contraintes diffèrent selon les centres.

7Un deuxième cas est la parasubordination du travail, étudiée par Mara Bisignano. Le travail parasubordonné, c’est-à-dire la « position d’un travailleur indépendant en situation de dépendance économique fonctionnelle à un ou plusieurs donneurs d’ordre » (p. 147), constitue une forme ancienne de dépassement des frontières entre travail salarié et indépendant mais elle n’en est pas moins en plein essor. S’appuyant sur l’exploitation statistique d’une base de données sur les travailleurs parasubordonnés en Italie, l’auteure appelle à déconstruire la catégorie de travail « subordonné ». Pour cela, elle montre, d’une part, que si ces travailleurs se rapprochent par de nombreux aspects d’autres franges précarisées du salariat, ils s’en distinguent notamment par un détachement des institutions collectives qui les positionne bien plutôt dans « l’infra-emploi » (p. 148). Elle rappelle, d’autre part, que cette catégorie « au seuil du salariat » est fortement hétérogène.

8Enfin, les plateformes proposant des services à domicile, analysées par Nicole Teke-Laurent en commentant la photographie d’une affiche publicitaire de la plateforme Wecasa dans le métro parisien, se situent aussi à la frontière entre salariat et travail indépendant, et posent également la question des frontières du salariat.

  • 4 Monchatre Sylvie, Sociologie du travail salarié, Paris, Armand Colin, coll. » Cursus », 2021.
  • 5 Desrosières Alain, « Séries longues et conventions d’équivalence », Genèses, vol. 9, 1992, p. 92-97
  • 6 Béroud Sophie, Dufresne Anne, Gobin Corinne, Zune Marc (dir.), Sur le terrain avec les Gilets jaune (...)

9Insister sur la question des frontières du salariat est finalement l’une des richesses de ce numéro. C’est d’ailleurs aussi cette question que met en exergue Jean-Pascal Higelé dans sa lecture du livre Sociologie du travail salarié4. Ce numéro de revue rappelle par là même l’enjeu majeur des réflexions sur les catégories d’analyse du monde social construites et/ou utilisées par les chercheurs5. Sa richesse tient également à la diversité des formes de travail, sous-espaces du monde social et périodes étudiés, ainsi qu’à celle des supports d’analyse (recensions, analyse de photographies, d’un tract…). Au risque peut-être de s’éloigner ponctuellement un peu des arguments centraux du numéro : la recension de Sur le terrain avec les gilets jaunes6 apparaît un peu en décalage avec le reste du numéro, en ce que les discussions sur la catégorie de salariat et ses frontières y sont plus marginales. Ce texte de Carole Yerochewski n’en est pas moins une discussion approfondie de la pertinence des outils théoriques issus des travaux de Karl Marx pour analyser ce mouvement social.

Haut de page

Notes

1 Collectif, Grève des stages, grève des femmes. Anthologie d’une lutte féministe pour un salaire étudiant (2016-2019), Montréal, Éditions du remue-ménage, 2021.

2 Par exemple, dans le cas des travailleurs des plateformes : Abdelnour Sarah, Moi, petite entreprise. Les auto-entrepreneurs, de l’utopie à la réalité, Paris, Presses Universitaires de France, 2017.

3 Ces analyses complètent ainsi les travaux sur les politiques publiques de libéralisation dans le domaine médical : par exemple Belorgey Nicolas, L’hôpital sous pression. Enquête sur le « Nouveau management public », Paris, La Découverte, coll. « TAP / série historique contemporaine », 2010.

4 Monchatre Sylvie, Sociologie du travail salarié, Paris, Armand Colin, coll. » Cursus », 2021.

5 Desrosières Alain, « Séries longues et conventions d’équivalence », Genèses, vol. 9, 1992, p. 92-97.

6 Béroud Sophie, Dufresne Anne, Gobin Corinne, Zune Marc (dir.), Sur le terrain avec les Gilets jaunes. Approche interdisciplinaire du mouvement en France et en Belgique, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, coll. » Actions collectives », 2022.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gabrielle Escaich, « Jean-Luc Deshayes, Florence Ihaddadene, Maud Simonet, Daniel Veron, Claire Vivès, Karel Yon (dir.), « Formes et frontières du salariat », Salariat. Revue de sciences sociales, n° 2, 2024 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 21 juin 2024, consulté le 21 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/lectures/64993 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11va4

Haut de page

Rédacteur

Gabrielle Escaich

Doctorante en socio-histoire à l’École normale Supérieure, membre de l’IRIS (EHESS), visiting scholar à New York University, membre du projet ERC Lubartworld.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search